Alice Online de Elise Picker

Informations :

  • Éditeur : Hugo & Cie ( La Condamine)
  • Collection : New Romance
  • Nombre de pages : 337
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 16 mars 2017
  • Genre : Romance contemporaine
  • Prix : 2.99€

Résumé :

Succombez aux rencontres virtuelles !

Alice a trente ans, un mari, un fils adorable et un emploi dans le bouillonnant quartier de La Défense. En d’autres mots, une vie rêvée !

Mais les apparences sont trompeuses : seule dans son bureau de verre, Alice traverse une période de chamboulements. Délaissée par son mari et mise au placard à son travail depuis son retour de congé parental, elle s’ennuie.

En quête de folie, la jeune femme furète sur le web et s’inscrit sur Baratin.com

Sous une fausse identité, la douce Alice se laisse alors aller au jeu des rencontres virtuelles et tombe dans les filets du beau  » Mat le Pirate « . De curiosité en découvertes, elle se lance dans un petit jeu dont elle ne ressortira peut-être pas indemne.

Mon avis

Je l’avais attendu cette sortie, comme d’autres – off course -, « coup de coeur de la ME ».  Bon ! Je ne demande qu’à lire … Et je dois vous avouer que ça n’a pas directement cloper entre Alice et moi, la faute à deux facteurs : l’infidélité et la narration.

Alice est une jeune mère de famille qui ne se sent plus à l’aise dans son ménage et subi une rétrogradation dans son boulot… En bref, tous les facteurs pour s’oublier dans le monde virtuel.  Alors qu’elle s’essaye – par curiosité – au chat, Alice va faire la connaissance de Mat le Pirate.  S’ensuit une relation virtuelle qui va vite laisser la place à de vrais rencontres, et obliger Alice à remettre en question ses choix de vie.

Comme dis précédemment, je n’ai pas accroché car, en mon sens l’infidélité ne réside pas spécialement dans le faite de tromper physiquement son partenaire.  Le faite d’avoir des rapports –  pas spécialement intimes – avec une autre personne, sans le consentement de son partenaire peut s’apparenter à de l’infidélité, et lorsque l’on sait qu’on est en défaut.  Ça n’est pas fait pour aider.  J’avais déjà eu l’occasion d’avoir ce type de discussion avec mon mari et pour lui, le faite d’entretenir une relation cachée avec une tierce personne est synonyme d’infidélité.  Je ne suis pas entrain de dire qu’Alice ou d’autres personnes ne peuvent pas avoir des amis, mais si tu n’as rien à cacher, alors il n’y a pas lieu de te cacher.  Et d’un autre côté et c’est là ou j’ai envie de freiner des quatre fers face à mon ressenti.  Je la comprends Alice. Lorsque l’on se sent oublié et qu’on se retrouve face à une nouvelle personne qui ne peut nous juger que sur les faits présent et ne commet pas d’amalgame entre le nous-passé et le nous-présent, c’est rafraichissant, ça soulage.  J’ai compris qu’elle ait trouvé en Mat une oreille attentive.  Donc, sur ce point je lui met la mention   » infidelité semi-approuvée ».

Autre point qui m’a fait défaut et ça malheureusement, j’ai eu beau faire … La narration.  J’ai beau fermer les yeux sur ce détail, faire l’autruche, il n’y a rien à faire.  Les romans écrient à la 3eme personne, ça ne passe pas.  Et ce n’est pas faute d’essayer.  Je n’y arrive pas.  Je décroche en partie ou totalement de ma lecture.  Je me sens exclue de l’histoire.

… Ça c’était pour la partie non-réjouissance.

Au bout de 3/4 du roman, l’auteure nous offre un petit sursaut dans le chef de la relation d’Alice et Steph, prévisible.  Mais nécessaire pour vraiment avancer, et commencer à m’accrocher aux personnages : Alice, Mat et Steph.  J’ai même regretté que tout cela ait prit du temps, je commençais à m’installer comme il se doit dans mon fauteuil et pouf … Le roman s’est terminé.  Et ma frustration a commencé !!!!

Pour conclure, bon roman, narration déstabilisante, personnages qui ont pris du temps à se faire apprécier, petites prises de conscience et … J’ai bien saisi le message :  » Ne  surtout pas chatter sur son lieu de travail ! ».

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Stéphanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

 

Publicités

5 réflexions sur “Alice Online de Elise Picker

  1. Ma chronique sera bien différente de la tienne. Je l’ai fini hier, elle est en préparation au brouillon mais je peux te dire que l’on n’a pas le même ressenti . Comme on dit à « chaque lecteur, un nouveau roman se dévoile « .

    J'aime

  2. Bonjour, je suis totalement d’accord avec toi, ce qui m’a gênée dans ma lecture c’est l’infidélité d’Alice. Je pense comme toi que même si c’est virtuel, c’est tromper aussi. Si seulement, il n’y avait pas cet élément, j’aurai pu adorer ce titre car au final, il n’y avait que l’infidélité qui me dérangeait. 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s