Erika Falck & Patrick Hedström, tome 3 – Le tailleur de pierre de Camilla Lackberg

Informations :

  • Editeur : AudioLib
  • Collection : Suspense
  • Nombre de minutes :
  • Genre : Suspense, enquête policière
  • Prix : 21.50€

Résumé :

La dernière nasse était particulièrement lourde et il cala son pied sur le plat-bord pour la dégager. Il jeta un coup d’œil par-dessus bord mais ce qu’il vit n’était pas le casier. C’était une main blanche qui fendit la surface de l’eau et sembla montrer le ciel l’espace d’un instant.
Très vite, on constate que la petite Sara a été tuée avant d’être jetée à l’eau. Vengeance ? Violence obtuse d’un adolescent autiste ? Pédophilie ? Ou dramatique résurgence d’un passé enfoui ?

Mon avis

Pour le moment cet opus est le meilleur de la série, pas seulement dû à l’enquête ou en tout cas dû à sa sensiblerie, mais au fait que l’auteure met en exergue la maladie d’Asperger.

Alors qu’Erika découvre les joies de la maternité, le corps sans vie de la petite Sara va être retrouvé.  Tandis que Patrick enquête sur ce terrible meurtre, on va au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête découvrir cette nouvelle famille, mais aussi leur voisin, dont leur grand fils souffre de la maladie d’Asperger.

Une fois de plus le chassé-croisé entre moment présent et passé est très bien jugulé tout au long de la trame, j’ai encore pris un bon petit plaisir avec nos personnages.  On les voit évoluer chacun dans leur sphère privée et ensemble.  J’ai encore un peu de mal avec Anna – la soeur d’Erika -, j’ai toujours envie de la secouer, même si je dois dire qu’au final c’est elle qui m’a laissé aphone !

J’ai pas mal apprécié l’approche de l’auteure sur la maladie d’asperger, pas de grande leçon, juste un panel d’information connu du grand public.  J’ai eu envie de protéger cet Homme de la société et de ces voisins, si prompt à l’accuser car il est différent.  J’en ai voulu aux enquêteurs de s’arrêter à ce détail avant de creuser.

Alors que j’avais eu un T1 très décevant d’un point de vue de l’interprétation de Christine, je dois dire qu’ici j’en ai eu pour mon plaisir.  Tout ce qui m’avait fait défaut a été gommé, par un très bon jeu de rôle, on restait dans la même veine qu’Eric et donc je n’ai pas directement ressenti le changement d’interprète.  Pas que Christine a une voix d’homme, loin de moi cette comparaison, mais j’ai retrouvé une très bonne lectrice.

Enfin, très bon moment de lecture, le suspense est toujours aussi omniprésent avec juste ce qu’il faut de love story dans le chef d’Erika et Patrick.

Photo

 

********

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s