Nous deux à l’infini de Fleur Hana

THE.jpg

unnamed

Je ne veux pas me mettre en défaut mais en temps normal, on n’attend d’une bloggeuse d’être à jour dans les parutions à venir.  Ça c’est en pratique car dans la vraie vie, il nous arrive à nous aussi de passer à côté de l’information.  Je suis passée à côté de l’info : réédition, pour cet opus.

Oui, oui je me suis déjà lynchée ne vous inquiétez pas.  Il m’aura fallu du temps mais mon cerveau – mémoire de poisson rouge – n’a pas omis de m’envoyer quelques signales et lorsque mon front est tombé, je n’ai eu de cesse de vouloir me rappeler le end de cet opus.

Dans l’ensemble, j’ai adoré retrouver les BB de Fleur, même si j’ai eu un peu de mal avec Lola, pas dans le mauvais sens mais j’avais le souvenir d’une demoiselle plus trash et ici, je l’ai trouvé un rien adoucit.  Tout comme Lola, Dante était sec dans ses actes/discours mais je lui ai trouvé un rien sec-mais-cool.

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne Lola a toujours été amoureuse de Dante, mais la conjoncture familiale l’a toujours empêché de sauter le pas.  Même lorsque sa sœur commet l’irréparable.  Bien des années après le drame, Lola se décide à sauter le pas, approcher cet ex-beau-frère et lui prouver que derrière cette grande bouche se trouve une jeune fille prête à aimer.

Comme dis précédemment, j’ai apprécié de retrouver les BB, je n’avais qu’une hâte retrouver dans mes archives les volumes de cette série mythique et m’en remettre plein la face.  Et ne pas juste baver sur les couv’ !!!

Malgré quelques petites adaptations, l’histoire se laisse lire.  Pas de redondance, un peu de rire, de rage, de plaisir, de sex machine.  0n ressent – toujours – le style particulier de Fleur.  Ce phrasé propre à l’auteure. Sa marque de fabrique, si je puis dire.  Mais voilà, étant donné que je m’attendais à découvrir une nouvelle histoire, je suis restée sur ma faim, il m’a manqué quelque chose.  Je ne ressors pas rassasier de ma lecture, j’en veux encore …. BENJI BENJI BENJIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! #TeamBenji

Donc, je prends mes petits doigts les croise, sans oublier le regard du chat botté … S’iilllllll ttteeuuuu pplllaiiiiiiiiiiiiiiiiittttttt : Les BB ❤

unnamed

Avant elle, j’arrivais assez bien à m’en tenir à mon objectif : prendre mon pied avec une nana.  Si elle le prenait elle aussi c’était tant mieux pour elle, sinon… Or, si je me souviens bien, la dernière fois qu’on s’est retrouvés tous les deux à poil, c’est elle qui était ma priorité.  Et ce n’est pas comme ça que je fonctionne.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Melissa pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Publicités

Le Palace, tome 1 – First Touch de Laurelin Paige

36.jpg

unnamed

Un bien belle histoire dans l’ensemble.  Mais j’ai vraiment eu du mal avec les nombreux changements d’attitudes d’Emily.  Un moment elle est joyeuse, l’instant d’après elle est triste, entre elle joue à l’espion et lorsqu’elle a encore un peu de temps elle endosse sa cape de soumise.  C’était vraiment difficile de la suivre.  Je ne savais pas sur quel pied danser avec elle, comme Reeve je craignais qu’un acte nous oblige à faire marche arrière.

Alors que sa vie professionnelle est au beau fixe, Emily va recevoir l’appel énigmatique de son amie d’enfance Amber, lui demandant de lui venir en aide.  N’écoutant que son courage et sa volonté de retrouver celle qui aura toujours été sa moitié.  Emily va se mettre en quête d’attirer dans ses filets le dernier homme qui aura vu Amber – en vie – : le milliardaire Reeve.

L’espace d’un moment durant ma lecture, j’ai eu l’impression de lire Crossfire de Sylvia Day.  J’ai dû reprendre mes esprits, car peut-être que les romans ont été écrits à la même époque, mais dans le fond les histoires ne se ressemblent nullement.

La trame tourne essentiellement autour de l’enquête d’Emily pour retrouver son amie, même si au fil des pages, la romance entre Emily et Reeve a prit le dessus.  On entraperçoit les doutes d’Emily face à ses actes – la sensation de piquer le petit ami de sa meilleure amie-, sa volonté de vouloir tout prendre de Reeve et ne rien donner en retour.  Le seul point qui m’a fait tenir dans son personnage : la soumission.  Emily est une soumise de nature.  Je voulais lire comment elle arrivait à gérer ce pan de sa vie. Fort heureusement pour elle, Reeve est un très bon Maitre.

Même si Reeve est un bon personnage, j’attends encore avant de me prononcer sur celui-ci.  Son passé ne jouant pas à sa faveur, cette sensation de tout savoir, sans rien savoir me trouble un peu.  Donc je vais – encore – attendre.

Avec cette saga, Laurelin nous présente un nouvel univers.  Après  » Fixed on », l’ambiance du  » Le Palace » est plus érotique, BDSM un rien hard – suffocation durant l’acte, je ne suis pas une petite nature mais on aurait pu mettre un warning, je me suis étouffée dans le train -.  Donc, j’attends de voir comment va évoluer la story d’Emily et Reeve surtout que la fin m’a bien laissé sur mon séant. Ravie d’avoir le second opus sous la main !!!

Affaire à suivre 🙂

unnamed

THE.jpg

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

The Vanish Girl, tome 1 de Laura Thalassa

THE.jpg

unnamed

Quel beau démarrage ! En temps normal, je ne suis pas une adepte de roman science fiction and co.  Et la seule chose qui m’a poussé dans cette lecture : la couverture ! Oui, je suis une couveuse dans l’âme et j’assume.

Alors qu’elle vient de fêter ses 18 printemps, Ember va voir apparaitre sur son corps des marques noires, telles de tatouages.  Pensant à un acte de beuverie, elle va vite déchanter le jour ou des agents spéciaux, dont Caden vont venir la cueillir chez elle, pour l’emmener loin de sa famille et lui permettre d’user à bon escient de son don de téléportation.

Comme dis précédemment le roman commence fort, on est directement mis dans le bain des voyages d’Ember.  Sa rencontre avec Caden – son binôme – va l’obliger à trouver en lui en allié, si elle souhaite fuir le camp.  Ember et Caden auront la lourde tâche de récupérer des données confidentielles, mais au fur et à mesure ou l’enquête avance Ember va se pose de plus en plus de questions sur ce programme gouvernemental.

Laura, m’aurait fait apprécié sa science-fiction.  Mais de vous à moi, je n’ai pas du tout eu l’impression de lire un roman de science-fiction, comme on l’imagine au sens premier du terme.  Si l’on retire le don de Caden et Ember ont aurait l’impression de lire un simple YA.  Je pense que c’est cela qui m’a fait le plus apprécié ma lecture, car le texte peut être lu par un mordu du genre ou pas.

Pour conclure, très belle histoire d’espionnage, avec juste ce qu’il faut de tension de pression de plaisir, de romance.

Vivement la suite !!!!!

 

unnamed

La vérité, c’est que vous n’êtes plus une civile, désormais.  Vous êtes entraînée pour devenir un atout, une espionne.  Votre connaissance d’informations classées secrètes vous rend à la fois précieuse et dangereuse.  Si vous décidiez de ne pas coopérer les conséquences seraient graves.

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

Résultat de recherche d'images pour "michel lafon"
Photo

Stand Out, tome 2 – Diego de Jane Devreaux

THE (5).jpg

unnamed

Bon ! Après avoir eu un grand moment à vide dans le tome 1, je m’attendais à quelques chutes dans ce second opus et …Et … Et … Je me suis encore un peu plus spoilers la série « Close Up », vraiment, je sais que j’aime vivre dangereusement mais quand même il y a des limites.  Toujours est-il que malgré ce nid d’info, j’ai passé un bon moment avec Diego.  Oui, le Diego totalement inconnu qui m’a paru un tant soit peu connu.

D’aussi loin qu’ils s’en souviennent Diego et Mélanie ont toujours été lié, est-ce seulement dû au fait que Mélanie a aidé Diego, jeune mexicain, sans famille, sans le sous à se vêtir, à se nourrir et à entamer des études grâce à sa famille?  Non, Diego et Mélanie sont tout simplement lié car derrière la merde qu’a été sa vie avant, Diego a toujours eu des sentiments pour son Ange, celle qui a toujours su voir au-delà du drame.  Mais pour que leur histoire ait une chance d’exister Diego va devoir sortir de sa coquille et empêcher le mariage, de son meilleur ami et sa meilleure amie.

Comme dis précédemment, j’ai commencé ma lecture avec une grosse appréhension car, je n’arrivais pas du tout à resituer Diego dans ma mémoire, j’avais lu « Sinder », lors de sa 1ere édition et possédant la mémoire d’un poisson rouge, il m’a été difficile de tout remettre dans l’ordre.  Heureusement – ou par pitié – pour moi, Jane ne nous complique pas trop la tâche et nous offre quelques moments flashback dans la relation de nos chers amis et donc m’a permis de resituer quelques peu le micmac de mes neurones !

Le personnage de Mélanie ne m’a pas tant fait badaboum.  Bon personnage simple, je ne l’ai pas du tout trouvé garce à l’égard de son fiancé.  Et pourtant le triolisme ce n’est pas mon truc, mais je n’ai rien ressenti de tel, si ce n’est une perte de temps dans le chef de Diego, à taire ses sentiments.  Même si je comprends sa crainte de perdre sa seule famille.

On retrouve bien-sûr tout nos amis avec quelques bonnes nouvelles.  C’est toujours un plaisir de retrouver Sinder, la grincheuse !

En bref, malgré un trou noir, moment de lecture agréable avec des personnages touchants à souhait.  Vivement le 3ème opus … Je ne crains plus rien … Ou pas !

Affaire à suivre 😊

unnamed

Je voudrais juste que tu comprennes à quel point ça a été dur pour lui de traverser tous ces moments seul, d’accepter de te perdre juste pour avoir droit à une vie.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Magali et Marion pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

*****

THE

Les Anges, tome 1 – Oublier de Tina Ayme

THE.jpg

unnamed

Avé à ma mémoire de poisson rouge, car oui j’avais déjà lu ce 1er opus lors d’une pleine lune.  Mais après avoir lu  » Kill me », je vous avouerais que j’avais quelques craintes quant à cette lecture.  Serait-elle toujours aussi bien ou bien mon 1er test Tina aura laissé des marques plus grave sur mon mind !?

Et bien, je dois dire que mon plaisir n’aura pas pris une ride. Oui, oui je ne me souvenais de rien.  Je l’avoue et donc j’ai pu (re)découvrir l’aventure de Zac et Mia.

Suite au drame qui a chamboulé sa petite vie, – ainsi que celles de sa mère et de sa sœur – Mia/Amy décide de se faire oublier sur l’île de son enfance.  Ne pouvant plus supporter la présence d’un homme à ses côtés, elle va élire domicile dans la maison du lac.  Ce que Mia n’avait pas prévu, c’est que cet aménagement allait faire d’elle, la cible des Anges, ce groupe de jeunes hommes, mi-ange mi-démon, avec à leur tête le très beau Zac.

Je vais vous épargner le refrain  » Vous devez AB-SO-LU-MENT lire cette série, car … Non, en faite il n’y a pas de vraiment de raison ».  Ce premier opus était tellement prenant que je me suis demandée si j’allais réussir à survivre à la suite. Et pourtant il n’y avait rien de très dure, car j’ai déjà lu plus dur d’un point de vue psychologique.  Mais le tout : ambiance, personnages, addiction entre les héros, le sale caractère de l’héroïne et son côté j’assume mon attirance malgré mon passé.  Bref : C’était top  du début à la fin.  Non, la fin ce n’était pas TOP du tout !!!

Les personnages.  J’ai directement eu un petit flash pour Zac, mais mais car il y a un mais ce n’est pas son personnage qui m’a titillé dans le groupe des Anges, mais , accessoirement son collègue au bar du coin.  Certes le petit secret autour du passé familial de Zac, a retenu mon attention mais j’attends encore de voir.  Mia/Amy bon personnage, je ne dirais pas la meilleure, mais son sale caractère ne m’a donné la migraine bien au contraire.  APrès avoir été le souffre douleur d’un tiers, il était agréable de la voir sortir ces griffes/crocs.  On  découvre aussi les autres membres des Anges et leurs amis/connaissances.

La trame se laisse lire, je n’ai pas trop ressenti de redondance, et le secret lié à la maison du lac et de ses anciens propriétaires ont permis à la trame de ne pas rester figée.  Donc affaire à suivre.

Enfin, très très bon démarrage sur l’Island et vivement le second opus, car l’opus s’arrête trop brusquement.  Je vais prendre mon mal en patience …

unnamed

 

Les humiliations publiques, le harcèlement, les injures et les menaces, les coups bas et dans le dos, même les attaques physiques, je les ai déjà pris avant de te rencontrer.  Alors, ne crois pas que tu me fais peur car rien en m’effraye.  Dis-toi une chose, je te rendrai tout, coup pour coup, chaque fois que tu chercheras à m’atteindre. Sans état d’âme.  Tu es cruel, mais je peux l’être aussi.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Célia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Boss, tome 2 – Night boss de Lena Storme

THE (3).jpg

unnamed

Après un démarrage tout en plaisir, je dois dire que ce second opus même s’il était bon, a été un peu long et étiré.  Je ne regrette pas d’avoir attendu avant de donner mon avis sur Jenny car même si c’est un bon personnage, j’ai eu un peu de mal avec celle-ci.

Jenny reste une héroïne classique, qui veut tout avoir et ne donne pas tout.  Boude car n’a pas ce qu’il faut, mais reste malgré tout pour l’homme qu’elle aime ou juste pour combler quelques coquille dans la vie de Chris.  Je n’ai vraiment pas su comment prendre ses agissements. C’était un peu lourd, et pourtant indispensable si on ne veut pas rester trop frustré.

Ce second opus est totalement axé sur Chris * bavouille *.  On en apprend un peu plus sur son passé, et plus particulièrement sur le personnage énigmatique qu’est Kate.  Non, pas la princesse, sa Kate à Lui !

Malgré, le côté un peu lourd de Jenny, j’ai passé un bon moment, Lena a encore distillé dans cette trame un bon petit mélange de plaisir, suspense, addiction et sex-party ! Même si ce dernier point est un peu passé à la trappe pour moi, car j’étais vraiment axé sur Chris et rien que lui.

En bref, une petite suite à la hauteur du précédent opus !

 

unnamed

Mon corps tout entier m’implore, me supplie de briser ce carcan de désir dans lequel il est enclavé.  Mais je suis désarmée, dans l’impossibilité de lui offrir la délivrance qu’il me réclame puisque le beau gosse en a décidé ainsi.

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement, l’auteure, Lena Storme pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

THE (2)

Boss, tome 1 – Big Boss de Lena Storme

THE (2).jpg

unnamed

Une très très belle découverte ! Je vous avouerais qu’avant de commencer ma lecture, j’avais une toute petite appréhension car je ne connaissais pas du tout l’auteure et encore moins ces romans.  Donc je me suis lancée dans l’aventure, et j’ai passé un bon moment avec Jenny et Chris.

Après une rupture qui l’aura lessivé, Jenny compte savourer comme il se doit son moment à Elle à New-York.  Mais à peine arrivé que son regard va croiser celui de Chris.

L’histoire est somme toute classique, une jeune demoiselle fraichement célibataire qui va faire la connaissance d’un beau mâle et qui va lui donner quelques petite sueurs chaudes ou froides en fonction des moments.   On aura droit à un petit suspense autour du personnage de Chris.  Je vous avouerais que j’avais envie de laisser tomber ma lecture et de me plonger dans le tome 2 rien que pour savoir ce qui était arrivé à Chris avant son retour à New-York.  Mais la loi de la torture littéraire m’a obligé à lire complètement cet opus.  Oui, oui, j’ai tout lu sans bouder !

Jenny est un personnage intéressant, pas le meilleur que j’ai eu à découvrir mais bien malgré tout.  J’attends encore de voir ce que le prochain opus va nous faire découvrir sur celle-ci.

Pour un 1er roman, Lena nous offre juste ce qu’il faut de plaisir, d’envie, de passion, de suspense.  Sa plume est fluide, elle se laisse lire et savourer.  Le texte n’a point souffert de redondance.

En bref, un très bon démarrage.  Vivement la suite des aventures de J & C.

unnamed

J’ai bien compris que le sexe lui sert aussi d’exutoire, mais je m’en fiche tant que c’est avec moi, et que je réussis à le gérer.

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement l’auteure, Lena Storme pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo