Leçons de séduction, tome 1 – Seduce & Destroy de Elisia M. Blade

Alexa Hudson (10).jpg

unnamed

Vous me voyez donc profondément navré.  Navré que vous vous sentiez salie par l’intérêt plus que léger que j’ai semblé vous porter.  Cela ne se reproduira plus jamais.  Jamais.

Si vous êtes au fait de ce qui se passe dans le monde du livre, vous n’êtes pas sans savoir que EptaPublishing est une nouvelle ME dans le monde de la littérature francophone et c’est avec un plaisir non-feint que j’ouvre ce partenariat avec leur 1er roman classé romance contemporaine qui m’aura marqué de différentes manières.

Voilà un an qu’Elizabeth Harrington a quitté les plages dorées de Los Angeles, pour le soleil londonien.  Depuis qu’elle officie au bar de l’entreprise Pearl, spécialisé dans le monde de la mode, elle n’a jamais vu son boss, David Matthews, sans une belle femme – différentes – à son bras malgré son statut d’homme maqué.  Beau, séduisant, attirant, cela n’empêche, Lizz ne peut supporter ce comportement et lorsque son boss va se mettre à lui tourner autour, Lizz va le repousser jusqu’au jour où elle va accepter le plan séduction de Morgan Winston – coup d’un soir de notre héros – et Abrianna Lombaldi, – qui est accessoirement la petite amie officielle de David Matthews-.

BON ! Comme dis précédemment, ce roman m’aura marqué de différentes manières.  Je me débarrasse tout d’abord de cette sensation de déjà-vu : Lizz petite employée dans une grande boite qui va faire craquer le boss et créer son lot de ragot. Tout cela m’a étrangement fait penser à la série « Dear You » de Emily Blaine.  Mais je vous rassure la similitude s’arrête là.  Je ne parle nullement de plagiat and co.  Juste d’une sensation de déjà-vu.  Autre sensation « incompréhension ».  Pour une demoiselle qui ne peut accepter qu’un homme ait plusieurs conquêtes et même si tu veux aider au Girl Power, je n’ai pas compris pourquoi Lizz s’est lancée dans cette quête.  De vous à moi on ressent le vice/jalousie/crainte d’être évincée autour de Morgan et Abrianna et que Lizz ne retire absolument rien de tout cela.  Je ne voudrais pas me faire l’avocate du Diable : mais toutes les femmes qui ont eu la chance de découvrir David dans le plus simple appareil se présentait en toute connaissance de cause.  Toutes les femmes savaient qu’il a une petite amie officielle.  Donc qui est – plus – à blâmer les filles qui sont passées entre ses bras ou lui ? Je dois avouer que 400 pages, dans ce sens … Juste impossible. « La crainte », au fur et à mesure ou la trame avance, les personnages évolues, s’apprivoisent et apprennent à se connaitre. Mettant fait une raison sur le plan, j’avais la crainte de voir Lizz démasqué, tout comme je le souhaitais.

La trame est en perpétuel mouvement.  A chaque règle/chapitre, il se passe quelque chose.  Le texte ne souffre pas de redondance.  Et je l’avoue, j’ai versé une petite larme de rage, tristesse.  A ce moment-là, je me suis rendue compte, que sans me rendre compte, j’avais été happée par l’histoire, les personnages.  Tout, tout, tout.

En bref, une romance au démarrage plus que difficile, pas mal d’apriori et de crainte mais au final une petite délectation !

Vivement octobre pour octobre … Pour la conquête !!!!!!!

unnamed

Après tout ce qu’il lui avait fait subir, son envie d’elle était mal placée.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Aurore pour l’envoi de ce Service-Presse

EPTA PUBLISHING - BADGE AMBASSADEUR GUEST_black

3469900_orig[1]

Publicités