New-York Challenge, tome 3 – l’Artiste de Nancy Herkeness

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Nul ne peut m’empêcher de faire la donation au cas où je perdrais ce pari.

Après avoir été le petit démon sur l’épaule de ses amis, il est temps de mettre un point final à la série avec Gavin Miller.

Depuis l’apparition de sa série policière, Gavin croule sous le succès mais depuis quelques mois c’est la panne sèche, Gavin souffre du syndrome de la page blanche et ce n’est pas sa rupture récente avec sa fiancée, accessoirement l’héroïne de l’adaptation cinématographique de ses romans et les histoires d’amour de ses amis qui vont l’aider, bien au contraire. Ne pouvant traiter qu’un mal à la fois, Gavin va d’abord s’atteler à décoincer quelques vertèbres avec la kinésithérapeute, Allie, qui va devenir au fil de leur rendez-vous sa nouvelle Muse.

Bien qu’ayant un rien – oui un rien – boudé à la fin du précédent tome, j’en suis arrivée à un moment de ma lecture à me demander si Gavin avait vraiment envie de redonner son coeur à une femme. Allie a été d’une grande patience face à Gavin cet homme meurtri professionnellement et personnellement. Du côté d’Allie, ce n’est pas un long fleuve tranquille, professionnellement ce travail est une chance surtout pour son portefeuille et plus que tout si elle ne veut pas manger les croquette de son chat et sentimentalement, elle doit également supporter un ex avec la tête dans les étoiles.

La trame est agréable, on retrouve bien évidemment les nouveaux amis de Gavin qui seront les petits Cupidon de leur ami. Nancy nous offre un bel au revoir de ces parieurs d’un soir.

Pour conclure, une trame qui m’aura tenu en haleine jusqu’au bout, petit nid de papillons pour l’ensemble de la série, des personnages attachants et de belles quête vers l’Amour.

Et le mot de la fin…

Un P-DG, un quarterback et un écrivain sont entrés dans un bar… Gavin attendit que les rires s’estompent pour conclure :

— Et ils en sont sortis meilleurs.

espace réservé au texte (2)

– Tu te rappelles quand tu as dit que tu voulais ce que je suis ? De mon point de vue, je ne serais pas cette personne si je n’avais pas vécu toutes ces expériences. Elles ont agi sur le matériau brut que j’étais et ont fait de moi cette Allie Nichols.

— Ce qui ne te tue pas te rend plus forte ? (Gavin fixa un point derrière sa tête.) Mais parfois, ça te tue.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

********

Publicités

New-York Challenge, tome 2.5 – l’Ambitieux de Nancy Herkeness

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

« Je ne doute pas de ton amour, ni du mien, mais nous aimons tous les deux un souvenir. Nous avons emprunté des chemins différents pendant trop d’années. Nous ne sommes plus les mêmes personnes. »

Je n’ai rien contre les tomes 2.5 car ils apportent une valeur ajoutée ou en tout cas sont une bonne mise au point, mais je n’aurais jamais cru me chopper un tel spoiles – même si prévisible – donc au risque d’être la cruella de l’affaire je le conseillerais à la fin du tome 3.  Ce n’est que mon avis sur la question.

Se pensant à l’abri de tout sentiment – vrai – amoureux, Frankie Hogan va voir resurgir un fantôme du passé, le seul homme qu’elle ait jamais aimé : Liam Keller, l’ancienne star du ballon rond d’Arsenal et nouvel entraîneur du  » New-York Challenge ».

Dans cet entracte, on découvre le personnage énigmatique de Frankie et plus que tout on découvre que derrière cette femme au caractère fort, se trouve comme ses clients-parieurs une femme ayant privilégiée sa carrière professionnelle plutôt que l’Amour.

L’interlude certes court est bien fourni en informations sur le passé commun de nos héros.  Avec cet acte, je me suis rendue compte que Frankie avait une place plus qu’importante dans la vie de nos héros et qu’il était légitime qu’elle ait elle aussi voix au chapitre et droit à son petit moment de bonheur.

Pour conclure, malgré, le petit côté spoiles, la trame(tte) est captivante, la plume de Nancy a une fois de plus été un petit moment fort agréable.

espace réservé au texte (2)

« Pourquoi, Liam ?

— Tu ne peux pas deviner ?

Elle secoua légèrement la tête pour qu’il n’ait pas besoin de la lâcher. Elle adorait la sensation de son doigt sur la peau fragile de sa mâchoire.

— Je t’ai dit quand nous nous sommes fait nos adieux que je te retrouverais…

— Tu étais un gamin, à l’époque.

— Je n’étais pas davantage un gamin que toi. On a grandi trop vite parce qu’on n’avait pas le choix. (Il fronça les sourcils, faisant apparaître un pli entre eux.) Je t’ai dit que je te retrouverais, où que tu sois.

Elle retint son souffle, car elle se souvenait de ce qu’il avait ajouté.

— Je t’ai dit que je te retrouverais, poursuivit-il, et que je te convaincrais de m’aimer. »

espace réservé au texte (3)
bitmoji-20181101093102
Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse
JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]
3469900_orig[1]
********

 

Sex doll de Danielle Thiéry

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Chaque chose en sont temps !  Avant de me lancer dans cette lecture, je dois dire que j’ai été plus qu’attirée par la couverture sexy sans être vulgaire ou lourde, second point qui a attiré mon attention : l’auteure.  Depuis quelques temps je fais une fixette sur cette auteure et tant qu’à faire entre les rééditions et la nouveauté, cela me permettrait de voir comment sa plume à évoluer.

Je dois avouer que j’ai pris du temps à entrer dans l’histoire car j’ai eu cette sensation qu’il me manquait des morceaux du puzzle du passé de l’enquêtrice Marion.

Alors qu’elle doit enquêter sur une série de meurtres ou le tueur s’amuse à laisser des indices auprès des proches de Marion, au même moment dans un club privé proposant des prostituées siliconés, une poupée est retrouvée totalement ravagé.  Ce qui ne devait être que deux enquêtes opposées vont vite trouver un point commun : Doctor X.

La trame démarre sur les chapeaux de roues, on ne se situe pas bien, l’auteure crée une situation de malaise et fait tout doucement retomber la pression ou la laisse sous-jacente, ce qui était mon cas.  On suit deux enquêtes en parallèle, et il faudra attendre le cœur de l’histoire pour retrouver le turbo, les frissons, et la psychologie folle de la trame.

Bien qu’ayant trouvé quelques petites longueurs et n’ayant pas saisi tous les rapports entre Marion et la face suspense – oui je dois retourner faire un petit tour du côté de la bibliographie de l’auteure -, il était intéressant de lire son approche psychologique autour de la prostitution. Attention rien de redondant une simple approche basique de la chose.

On découvre les collègues de Marion, ses proches.  De nouveau de leur côté, j’ai eu cette sensation qu’il me manquait quelques éléments sur eux pour être totalement dans l’ambiance.

Pour un second roman de l’auteure, je ressors mi-figue, mi-raisin. Bien que les enquêtes étaient bien détaillés bien accrochantes, cette sensation de manque d’information m’a un peu déstabilisé : Je dois absolument compléter le tableau Marion and co !

Pour conclure, une enquête atypique, une totale découverte pour moi et qui ravivera surement les fans de la première heure… Pour ma part, je me lance dans une autre enquête : alourdir ma PAL !

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Gilles Paris pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

Un amour imprévu de Teri Wilson

Espace réservé au texte (8).jpg

espace réservé au texte (1)

Deux histoires totalement différentes pour le prix d’un roman.

Dans le premier texte on découvre Elizabeth et Darcy.

C’est simple pour Elizabeth, le véritable amour se résume à un nom : Bliss, sa chienne de race.  Mais lorsque Elizabeth et Bliss participent au concours canin à Londres, Elizabeth se doute bien que la tâche sera rude, mais elle est loin de se douter que son chemin sera semé d’embûche et plus particulièrement de celle de Donovan Darcy, membre du jury.

Dans le second texte on découvre Juliette et Leo.

D’aussi loin que Juliet s’en souvienne les Arabella et les Mezzanotte ont toujours mené une guerre sur le chocolat.  Mais lorsque Leo revient au pays pour reprendre les rênes de la société familial, il ne se doutait pas que sa rivale allait être une femme à la poigne de fer et au savoir-faire de maître.

Bien qu’ayant pris du plaisir avec ces deux histoires, l’histoire de Romeo et Juliette sur fond de chocolat m’a plus plu.  Elizabeth est un personnage intéressant, je l’ai trouvé un peu capricieuse au premier abord, ce n’est qu’au fil des pages que j’ai découvert sa sensibilité et ses secrets.  Le combat de Juliette était tout autre je l’ai trouvé plus vivante et mordante, est-ce que le côté « no secret » a joué la-dessus.  A méditer.  Du côté des hommes, je ne dirais pas que je suis face à un ex-aequo mais que cela soit Darcy et Leo, ils m’ont tout deux plu.  Sans oublier le petit lien canin entre les histoires.

Je ne connaissais pas du tout l’auteure et il était agréable de découvrir ces romances modernes avec une base classique.  Mais je dois l’avouer que pour Darcy, je ne peux trop m’avancer je n’ai pas encore lu la version d’Austen -> Non, le lynchage public est interdit !!!

Pour conclure, deux histoires qui ont du chiens et des personnages tout en couleurs ! A lire pour sa fraîcheur et surtout … pour son packaging 2 en 1 !!!

espace réservé au texte (2)

C’est à cet instant-là qu’elle sut.

Entre eux, ce n’était pas commun.  Il se passait réellement quelque chose d’inexplicable, un magnétisme les attirait l’un vers l’autre en dépit des courants contraires.

Just Juliette

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Editions-Harlequin[1]

3469900_orig[1]

#19 The Mariage Clause, tome 1 – Captive du désir de Alexx Andria

Espace réservé au texte (1)

espace réservé au texte (1)

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne katherine a toujours été un membre à part entière dans la famille Donato pour preuve son mariage avec l’héritier  a été acté par son père alors qu’elle était une jeune fille.  Bien qu’ayant nourri de vrai sentiment à l’égard de Luca, Katherine ne peut se faire à l’idée que celui-ci l’ait trahi.  Ne pouvant supporter cette vie écrite à sa place, Katherine va tenter de s’enfuir mais avant de retrouver sa liberté, Luca va lui demander une semaine, une semaine pour lui prouver que leur relation et leur sentiments sont vrais et purs.

Boouuuhhhhh ! Mes papillons ont fait quelques bonds dans mon bidou, j’ai tout adoré dans cette lecture !

Les personnages.  Vive le #GirlPower, Katherine m’a fait du bien et plaisir. J’ai apprécié ces prises de positions et plus que tout, j’ai apprécié que Luca lui rappelle que ces projets bien que louable, ne pourront vivre à long terme car notre petite princesse n’est pas du tout fait pour le camping mais les hôtels de luxe. Même si le but de ce roadLoving a un objectif précis, Luca va aussi prendre quelques positions à l’égard de sa famille et se positionner en tant qu’individu.  En bref un couple qui avait besoin de se découvrir en dehors du cadre défini par leurs parents.  En plus de notre duo d’amoureux, on découvre brièvement les membres de la famille Donato et le père de Katherine.

L’histoire est captivante, j’ai eu cette sensation de royauté qui ne m’a pas quitté durant toute ma lecture, la famille Donato aurait très bien pu en être une, tant le côté « interdit d’accès » plane sur eux.

Pour conclure, une agréable tant aux niveaux de la lecture que de l’auteure, j’espère que la suit suivra très prochainement !

espace réservé au texte (2)

A présent, c’est à moi de faire en sorte qu’elle se souvienne qu’il fut un temps où elle aussi m’aimait.

Luca Donato

Je ne peux pas épouser Luca.  C’est impossible si je veux que vive la personne que je suis véritablement.

Katherine

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

photo[1]

3469900_orig[1]

Un été givré de Siobhan Vivian

Espace réservé au texte

espace réservé au texte (1)

Faute de givres, on mange des merles.

C’est frais, c’est bon et totalement rafraîchissant !

Je ne suis pas une adepte de romans jeunesse et c’est toujours de manière craintive que je me lance dans ce type de lecture, vais-je m’y retrouver, apprécier, retrouver un brin de jeunesse, blabla…  Avec cette lecture, je n’ai pas spécialement retrouvé ma jeunesse car la volonté de fer de la part de nos héroïnes m’a fait oublié leur jeune âge !

Sand Lake Ledger.  Bien qu’étant en vacances, pour Amelia et Cate, c’est la course au stand du Mead Creamery géré par Molly, ou elles bossent d’arrache-pied pour offrir les meilleurs glaces du coin jusqu’au jour ou Molly les quitte, craignant la perte de leur emploi estival,  leurs prières seront écoutées sous les traits du nouveau gérant Grady Meade, le petit-neveu de cette dernière.

Je suis directement rentrée dans l’histoire les personnages sont captivants, bien que jeunes, ils sont fourbis d’une grande maturité.  Amelia, cette jeune demoiselle qui va tenir tête à son nouveau responsable et plus que tout elle va se battre pour obtenir la saveur du moment.  Cate, son amie et collègue est tout aussi fiable que celle-ci, même si à quelques moments ces prises de paroles m’ont fait levé les yeux au ciel, sauf lorsqu’elle tenait tête à Grady.  Grady pour sa part, aurait pu être le bad boss et je l’ai directement pris en affection, même si je craignais un rien qu’il abuse de son statut de boss.  Autre personnage bien présente durant la trame, la jolie Molly au travers de son journal intime.

Second roman de l’auteur, nouveau registre et une histoire tout aussi bien construite, pétillante et rafraîchissante.

Pour conclure, un roman a transporté dans sa valise cet été !

espace réservé au texte (2)

Je ne te dis de ne pas l’aider à trouver les recettes.  Rappelle-toi simplement que tu ne lui dois rien.  C’est à lui de résoudre ce problème, en fin de compte.  Ne te laisse pas utiliser.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

20100628104007!michellafon[1]

3469900_orig[1]

Jeux de séduction de Beth Kery & Avec ou sans promesse de Cari Quinn

Espace réservé au texte.jpg

espace réservé au texte (1)

Avant-Propos : Deux romans pour le prix d’un ! J’aime beaucoup cette nouvelle collection de J’ai lu qui remet au goût du jour d’ancien opus ayant fonctionné ou pas sous le format poche à un prix attractif !

– Vic, fit-elle, nous ne devrions pas…

– Si, on doit, rétorqua-t-il d’une voix suave, avant de la retourner pour qu’ils se regardent dans les yeux.

Dans la première histoire on passe la soirée avec Vic et Niall, son nouveau voisin.  Ce qui ne devait être qu’une nuit de pure plaisir partagé, va vite laisser la place à une histoire passionnée entre nos héros.

Cela faisait trop longtemps qu’elle passait pour la fille chaste au royaume des dévergondées.  L’heure était venue d’obtenir ce qu’elle voulait – qui elle voulait.

Dans la seconde histoire, on rejoint Jill qui a toujours eu un penchant pour le frère de sa meilleure amie, Bryan. Considérant que la soirée d’enterrement de vie de jeune fille de son amie est son dernier recours pour atteindre sa cible, Jill va mettre les bouchées double pour lui montrer la femme derrière l’image de « meilleure à … ».

J’ai pris autant de plaisir avec Jill et Bryan que Vic et Nihall.  Bon ! Je l’avoue, j’ai pris plus de pression avec le second couple, V&C,  J&B m’ont permis de faire redescendre la pression des voisins de palier. Non, pas que leur relation était moins intense, mais la personnalité des personnages et le côté interdit ont donné une autre dimension à la trame.

Au fil des trames, j’ai découvert deux couples opposés et pourtant similaires. Vic et Bryan sont des héros torturés, soupçonneux et de l’autre Nihall et Jill, des héroïnes attentives, patientes et aimantes.

Pour ce qui est de Beth, je ne suis pas à ma première lecture de l’auteure, son univers m’a toujours plu et cette histoire rejoint ma longue liste d’appréciation et du côté de Cari, j’étais en pleine découverte et cet instant fut fort agréable.

Pour conclure, deux auteures, deux histoires, quatre héros et un roman intense de plaisir !

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]