Broken de Laura Devillard & Jane Devreaux

Chronique.jpg

espace réservé au texte (1)

Quand Jane m’a contacté – comme plusieur.e.s autres blog -, j’ai directement sauté sur l’opportunité de retrouver Jane là ou je l’avais connu dans l’auto-Edition et cette lecture m’a touché de part son sujet et plus que tout de part cette sensation de vécu.

Tandis qu’elle rentre d’une soirée entre ami.e.s qui a tourné au fiasco pour elle, Colyna et ses ami.e.s vont être victime d’un grave accident de voiture qui va la laisser paralyser.  Mozart qui était dans le même véhicule va lui se retrouver avec une jambe amputer.  Ils se côtoyaient qu’à de rare occasion et cet accident va les pousser à voir au-delà des apparences et à aimer différemment.

Dès que Jane m’a soumis le roman, je l’ai englouti en une journée, j’ai voulu mettre des mots directement sur mon ressenti et je n’ai pas pu.  Non, pas parce que le roman m’a cloué sur place, mais parce qu’il m’était impossible de trouver les bons mots pour vous donner envie de vous lancer dans cette lecture qui ouvre le bal des romans à booker en 2020 !

L’histoire de Colyna et Mozart est touchante à souhait.  Deux ado’s au profil diamétralement opposés.  Elle pourrait être la belle-fille idéale et lui le bad boy de service et pourtant au fil des pages on découvre de jeune adulte devenu adulte en l’espace d’une soirée.  Colyna va devoir supporter la trahison et l’immobilité, sa rage aurait pu être plus agressive, j’aurais voulu qu’elle soit plus hargneuse à l’égard des traîtres, mais Jane et Laura ont privilégiés l’aspect seconde chance, nouvelle vie.  Fait qui n’était pas si mal au final.

Ses bras m’hypnotisent et pas uniquement parce qu’ils permettent à mes membres de retrouver un semblant de liberté, ils viennent de me réveiller de ma torpeur.

Mozart m’a directement plu, au fil des pages, j’ai eu le plaisir de découvrir un héros aux épaules larges, un bon ami et surtout très loin de la badboy mania !

– Il y a quelques mois, chaque parcelle de mon être était brisée et malgré tous les efforts des médecins, c’est toi qui es le plus doué pour me réparer.

Les ami.e.s de Colyna et Mozart ont aussi voix au chapitre, avec un petit attachement pour Mary, l’une des meilleures amies de Colyna et Jared l’un des meilleurs amis de Mozart.  De plus, Jane et Laura, n’ont nullement omis le côté drame familial, ce qui ajoute une compréhension supplémentaire sur le poids qui pèse sur les frêles épaules de Colyna.

Jane et Laura ont parfaitement réussi leur pari de n(v)ous offrir un roman sur l’handicap, sans pour autant exagérer, tenter de nous arracher quelques larmes.  Non, juste de nous offrir un bon moment et plus que tout d’offrir une nouvelle vie à ces jeunes héros.

Pour conclure, un duo qui a parfaitement réussi son pari de m’offrir un bon YA et une belle seconde chance !

#ALire

espace réservé au texte (2)

C’est à mon tour de rire, je ris plutôt que de pleurer, parce que je sais que le handicap rend même l’amour plus compliqué et je souffre déjà pour ce qui n’arrivera pas entre Colyna et moi. Je suis ridicule de m’être attaché à elle, je préférais l’époque où je la trouvais superficielle.

Mozart

– Tu devrais faire attention à ce que tu peux promettre !

La malice dans mes yeux doit me trahir parce qu’il esquisse un sourire heureux avant de redevenir sérieux.

– Et… est-ce que je t’effrayerais si je disais que mon coeur ne peut plus battre sans toi ?

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier Jane pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

Hell’s Horsemen, tome 1 à 4 de Madeline Sheehan

Chronique(3).jpg

espace réservé au texte (1)

J’avais cinq ans quand j’ai rencontré Deuce.  Il en avait vingt-trois et c’était le jour des visites à Rikers Island.

Je pourrais lire un millier d’histoire de bikers, avoir des coups de chaud mais rien, non absolument rien – pour le moment – ne détrône les HH.  J’avais commencé cette histoire en 2015 pour le côté nouvelle sous collection de l’Éditeur, il nous promettait du piquant et oui, cela a bien piqué. J’en redemandais mais je redemandais surtout les HH ! Ces relectures m’ont fait du bien et à juste titre, j’ai une mémoire de poisson rouge et donc j’avais oublié le fond de chaque histoire, je m’en souvenais dans les grandes lignes mais quel plaisir de revivre les histoires à fond !!

Dans le premier opus on découvre les héros , je dirais plus les premiers héros de la série, ceux qui vont donner naissance à toutes la suite des romances : Deuce et Eva… Je dois avouer que mon cœur de maman a eu un petit coup quand j’ai lu le prénom, Eva, ma fille – portant le même prénom – arrive à l’âge de notre héroïne, je pense qu’entre ces cinq et six ans elle n’ira pas faire un tour dans un parloir #Interlude.

Tandis qu’elle rend visite à son père à Rikers Island, Eva Fox cinq ans, fille de Preacher et Prés des Silver Demons, va tomber sur le charme du vice-président des Horsemen, Deuce West.  Différence d’âge ou pas, les sentiments d’Eva vont grandir avec le temps, les chemins de nos héros vont se croiser à des moments-clés de leur vie et malgré les doutes et les erreurs, ils devront se rendre à l’évidence : leur destin était lié depuis le début.

Bien que le roman tourne principalement autour d’Eva et Deuce on découvre tous les héros de la série : Reaper le père de Deuce, Kami la meilleure ami d’Eva, le frère de substitution d’Eva, Frankie, les enfants de Deuce, Cage et Danielle dit Dannie et les soldats des HH, Ripper, ZZ, Cox, Hawk, Blue, Jase, Mick, sans oublier les brebis, Dorothy et Miranda pour ne citer qu’eux.

Pour continuer dans les relations (im)possible, le second opus met en avant la romance de Danny et Ripper.  Ripper cet homme blessé dans sa chair, bien des années auparavant ne s’imaginait jamais vivre une vraie relation, avoir sa régulière, mais lorsque son coeur choisit, Danny, il préfère fuir sa vi(ll)e et ses sentiments.

Tout comme Deuce et Eva, j’ai ressenti le côté  » Roméo & Juliette », l’histoire d’amour impossible de part leur rang dans la société de biker.  Tout comme Eva, Danny connait bien les rouages de biker, ce qui lui ai permis et ce qui lui ai interdit, elle a tenu secret ses sentiments à l’égard de Ripper, a vu l’homme derrière ses blessures. J’ai apprécié l’évolution de leur relation malgré le tumulte et le drame.

Bien que n’ayant aucun amour pour City Miles et pour la bande des HH’s, Tegen a toujours nourrit des sentiments pour son ami d’enfance, Cage West. Mais lorsque celui-ci se joue d’elle, elle profite pour prendre la tangente pour s’éloigner de cette famille qui lui a tout pris et de cet homme qui lui a tout pris.

Dans ce troisième opus on découvre la romance haute-en-cris et couleur de Tegen et Cage.  Je ne l’ai pas entendu concrètement mais à chaque fois que j’imaginais la voix de Tegen, je visualisais une voix criard, grinçante et agaçante.  Il est clair que lorsqu’on connait le drame qui touche sa famille – lire tome 2 -, on comprend son aversion pour les HH’s.  Malgré cela, Tegen revint en ville et va devoir jouer des coudes pour maîtriser ses sentiments à l’égard de Cage.  Tout comme Tegen, Cage est un enfant qui a été oublié par son seul parent, il se réfugie là ou il le peut, mais il va se battre contre lui, contre Tegen pour enfin profiter de ce que la vie lui offre :  de l’amour geulard !

Qui de mieux que la brebis à la vie encore plus tumultueuse que Deuce pour clore cette chronique : Dorothy ! Enceinte à 15 ans, mariée à 18 ans, femme infidèle, maîtresse « cachée » et brebis.  Dorothy a eu plusieurs badge à son actif, mais lorsqu’elle est touchée par balle, sa relation interdite avec Hawk, le frère de son amant connu, Jase, ne pourra plus rester confinée.

Impossible de parler de cette relation sans spoiles les minis histoires dans les tomes précédents, donc, je vais être le plus concis possible en ne dévoilant rien de plus que ce que j’ai mis.  Sorry mais il est agréable de découvrir quelques fois par soi-même le fond des choses, plus tot que d’arriver avec une trame préécrite – oui je te vise résumé !-. Sinon vous avez ma petite découverte du jour … Oui même moi, je m’étonne !

J’ai lu ces quatre opus d’une traite, j’ai savouré chaque moment, chaque instant et après le clap de fin que j’avais complètement oublié, je n’ai qu’une hâte … Me plonger dans le dernier opus de la série et découvrir en passant le Prés des Demons ♥

espace réservé au texte (2)

– Tu es meilleur que tu ne le crois, murmurai-je.  Je ne m’en étais pas rendu compte quand j’étais petite.  Je n’avais pas compris pourquoi tu semblais toujours si triste, mais maintenant, oui.  Quelqu’un s’est introduit en toi, t’a blessé, foutu en l’air.  Et maintenant, tu crois que tu ne vaux rien alors que c’est faux.  Tu dois m’écouter quand je te dis que tu es meilleur que tu ne le crois.  Plus que ça, même. Pour moi, tu l’es.

Eva et Deuce – Indéniable

Parce que sans laideur, il n’y aurait pas de beauté.

Parce que sans beauté, nous ne survivrons pas à notre douleur, notre peine et nos chagrins

Danny et Ripper – Imparfait

Cage ne retenait qu’un seul critère pour parler d’amour : jusqu’où il était prêt à aller pour l’autre.  A quel point le bien-être et la survie de cette personne lui importaient.  Et il s’était toujours inquiété de Tegen.  Cela n’avait jamais cessé.  Elle appartenait à sa famille, elle était sa meilleure amie, et tout comme il aurait pris une balle pour ses sœurs ou pour ses frères du club, pour son paternel même, il savait, à cet instant-là, qu’il en prendrait une pour elle aussi.

Tegen et Cage – Inaccessible

– Je ne sais pas à quoi je m’attendais, grinça-t-il.  Mais rien de tout ça n’importe plus.  Tu as dit que tu m’aimais, tu sais que je t’aime, donc je ne vois pas où est le problème et pourquoi tu ne ramènes pas tes fesses ici pour que je puisse te toucher.

Doroty et Hawk – Tourmenté

espace réservé au texte (3)

3469900_orig[1]

Fake de Jenny P. Nguyen

Chronique(5)

espace réservé au texte (1)

Quand vos mères vous disent que cet homme et/ou cette femme est fait pour vous… Il faut les croire mais quand vos mères vous poussent dans les bras de cet homme et/ou de cette femme, il est normal de comploter contre leur projet.  Et quand Mia va proposer à Jake de former un faux couple pour se débarrasser de leurs mères imposante, nos chers tourtereaux sont loin de se douter que ces quatorze jours ensemble vont donner naissance à de vrais sentiments !

Je ne suis pas une gaga du YA, j’en lis de temps à autre et lorsque la trame commence sur un conflit parent-ado sur fond de #firstlove et bien, je m’attends à passer un moment fort agréable.  Et ce fut le cas !

Mia Le, est une ado qui n’a pas du tout sa langue dans sa bouche.  Elle a du répondant et pourtant on ressent une légère sensibilité qui va se dévoiler au fil des pages qui je dois le souligner partage le même amour que moi pour les #Kdrama et la #Kpop.  J’ai profité de cette lecture pour remplir ma #PAV ! Jake Adler a tout du sportif gros dur, mais tout comme Mia au fil des pages, j’ai découvert un être sensible portant une blessure familiale.

La trame est addictif, elle comporte tous les ingrédients d’une petite romance sans prise de tête.  La plume de Jenny est plaisante, un texte soutenu, sans fausse note.  J’ai tout apprécié dans cette lecture.

Pour conclure, un Young Adult qui commence sur les chapeaux de roues et se termine tout en douceurs et plaisir.

#ALire

espace réservé au texte (2)

– Dommage qu’on ne sorte pas ensemble pour de bon.  Comme ça, elles verraient vraiment le désastre.

Elle a tout d’un coup l’air de piger quelque chose, ecarquille les yeux.

– Voilà, si on essayait ?

– Quoi ?

– Toi et moi.  Sortir.

Pardon ? A mon tour, je reste bouche bée.  Elle a trop bu ou quoi ?

Elle se mord de nouveau les lèvres et ça les rend toutes roses.

– Quelque chose comme ça, dit-elle.  Pas plus de quinze jours, tu vois, pour leur donner ce qu’elles veulent, et ensuite on s’offrira la plus belle rupture de l’année.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Marion et Jessica pour l’envoi de ce Service-Presse

imagesAK2AULTC

3469900_orig[1]

Si demain n’existe pas de Jennifer L. Armentrout

Chronique (2).jpg

espace réservé au texte (1)

 » Tout finira par s’arranger. »

Megan… Cody… Philip… Chris… Abby… Dary… Keith… Sebastian et Lena, de jeunes héros qui m’ont brisé les synapses !

D’aussi loin qu’elle s’en souvient Lena Wise, 17 ans, a toujours été amoureuse de son meilleur ami et voisin, Sebastian Harwell préférant jouer la carte de l’amitié Lena a toujours tu ses sentiments.  Profitant d’une brèche, Lena va laisser parler son coeur, malheureusement la vie de cette jeune ado, va basculer du jour au lendemain et ne laissera de Lena qu’un coeur brisé rempli de culpabilité.

Comme dis précédemment, j’ai tout adoré dans ma lecture, je ne suis pas une accro du YA, j’en lis de temps en temps mais connaissant la maîtrise des sujets sensibles de Jennifer, je savais que ce roman allait me percer de toute part !

Comment surmontait-on un tel drame ? La peine s’amenuisait-elle au fil des ans? Le vide que cette personne laissait finissait-il par être comblé par autre chose? Pouvait-on un jour aller de l’avant?

Bien que traversant la trame dans le regard et les ressentis de Lena, je n’ai pas eu l’impression qu’elle volait la vedette.  Du début à la fin, l’histoire suit un groupe d’amis, des jeunes ado’s avec leurs insouciances, leurs priorités, projets scolaire, les petits émois de l’amour et plus que tout le retour à la réalité, aux fatalités de la vie, aux drames pas du tout programmé pour leurs jeunes âge.  J’ai été sensible à cela, car mon regard de lectrice et plus que tout de maman s’est quelques fois questionnés sur mes agissements à leur âge, sur ce que j’aurais fait à la place d’untel ou d’untel, quel aurait été mon discours en tant que parent, comment j’aurais réagi si la société – dans ce cas bien précis de petite ville Clearbook – me pointait du doigt, l’impact des réseaux sociaux,… Je ressors de cette lecture remplit de « et si ».

Je n’ai pas plus apprécié un personnage que l’autre, ils avaient chacun leur importance au sein de la trame, par contre les petits clin d’oeil aux copines auteures n’est pas passés inaperçu – Darynda Jones -.

Enfin, un second souffle dans une vie brisée si jeune, rempli d’espoir pour de si jeunes vies… Oooohhh oui, une très très belle histoire ♥

espace réservé au texte (2)

Je savais que je ne pouvais pas recommencer de zéro. Je ne pouvais pas réécrire le milieu de mon histoire.  Tout ce que je pouvais changer, c’était demain, tant qu’il existait.

Lena Wise

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093219

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Californie Story, tome 3 – Ferveur au bureau de Robin Bielman

Chronique(8).jpg

espace réservé au texte (1)

ENFIN ! Depuis le temps que je lis l’histoire d’amour foireuse de Madison, je suis ravie de lire son histoire.  En tout cas sa nouvelle histoire car l’ancienne se termine par une infidélité de son mec au porte du mariage tant attendu et quoi de mieux qu’une nouvelle vie professionnelle pour se remettre d’aplomb.  Mais quand votre nouveau boss, Elliott Sax qui est accessoirement le meilleur ami des petits copains de vos amies, vous fait craquer, il va être très difficile à nos chers tourtereaux de garder le cap !

Comme dis précédemment, cette lecture était la plus attendue, au vu du fiancé qu’avait Madison je dois avouer que je suis ravie qu’elle est mis un terme au désastre de sa relation, même si j’aurai voulu une autre fin que l’infidélité pour elle.  Dans cet opus, on suit la nouvelle vie professionnelle de Madison avec Elliott qui ne pourront donner court à leur sentiment que pour une seule bonne raison : clause contractuelle qui pourrait les mener au licenciement direct.

L’histoire est agréable, un savant mélange entre humour, stress, relation amicale et amour.  On retrouve bien entendu, tous les héros – groupe d’ami.e.s-.  Les chapitres se sont succèdes sans un seul accro. Je n’avais jamais vraiment fait attention au personnage d’Elliott que j’ai totalement découvert dans cet opus un working-men et un ami fidèle. Madison est restée à l’image du personnage agréable que j’avais de celle-ci, une bonne copine.  Pas de grand #badaboum pour le couple qui forme, juste de l’appréciation.

En bref … Robin m’a offert du plaisir du début à la fin.

#Alire

espace réservé au texte (2)

La démonstration terminée, c’est ce que je déclare à Elliott.  Cette fois, quand il me regarde, c’est avec un mélange de regret et de compréhension.  En d’autres temps et en d’autres lieux, nous aurions pu explorer cette folle attirance qui existe entre nous.

Mais à l’avenir, il nous faudra garder nos distances.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Elodie pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

***

Tome 1 – Tome 2

Love and other words de Christina Lauren

Chronique(4).jpg

espace réservé au texte (1)

Je m’accorde trois secondes supplémentaires pour le regarder – encore un coup de poing dans le ventre. C’est mon alter ego. Il a toujours été mon alter ego. Mon meilleur ami, mon confident, probablement l’amour de ma vie. Et j’ai passé les onze dernières années à être furieuse et moralisatrice. Mais finalement, c’est lui qui a créé une fissure entre nous, avant que le destin nous sépare.

Onze ans après avoir fermé la porte qui la reliait à sa bouée de sauvetage, Macy, jeune interne, va croiser le chemin, d’Eliott, son double, celui qui a été là, présent, pour elle après la mort brutale de sa mère et son emménagement dans sa nouvelle vi(ll)e. Bien qu’ayant masqué son amour pour Eliott, Macy ne peut donner suite aux sentiments de celui-ci, car Macy est fiancée et elle est sur le point de se marier.

Une fois de plus le duo CL m’a transporté, tout était bon dans cette histoire. Macy est une ado lorsqu’elle perd sa mère, jeune complexée en pleine phase de mutation, va découvrir en Eliott, son premier en tout : amitié, confidence, amour et chagrin d’amour. Son personnage est agréable, elle est très loin du cliché de la jeune ado, la jeune femme porte encore en elle les séquelles de cette jeunesse – triplement – perdu. Du côté d’Eliott, j’ai adoré sa phase ado zéro filtre, un vrai ami pour Macy.

– Je me demandais juste comment ça fonctionnait.

– Comment quoi fonctionnait ?

– Quand tu… (J’esquisse un geste clair qui ne laisse aucun doute sur le contenu de mes pensées.) Les mecs et leur… tu sais. Il lève les sourcils en attendant que je termine ma phrase. Je perçois le moment précis où il comprend ce que je veux dire. Ses pupilles se dilatent si vite que ses yeux semblent noirs.

– Tu es en train de me demander comment les bites fonctionnent ?

Et encore plus l’Eliott adulte qui saisit chaque occasion et profite de chaque moment comme si celui-ci était le dernier. Il va s’offrir – leur- offrir l’occasion de remplir les blancs et d’avancer.

La trame est captivante, on revit les moments avant et après, un chassé-croisé qui permet à la trame d’être en continuelle mouvement. Pas de stagnations, ni de redondance. Une histoire qu’un.e ado et/ou un.e adulte pourrait lire sans modération.

Pour conclure, une très belle histoire d’amour qui ne masque nullement son cachet second chance rempli d’espoir et de douceurs.

#JeRecommande !

espace réservé au texte (2)

– Je ne suis pas prête pour ça.

– Tu dois te préparer psychologiquement pour me voir ?

– Si je devais me préparer psychologiquement pour voir quelqu’un, ce serait toi.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Marie et Jessica pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

Briar University, tome 2 – The risk de Elle Kennedy

Chronique(6).jpg

espace réservé au texte (1)

Après, Summer, la petite sœur de l’ancienne star de hockey, place à sa BFF – forcé à tenir ce rôle – : Brenna.

Brenna connait tout du monde du hockey universitaire et de ces joueurs fards, et pour cause elle est la fille de l’entraineur, soit une intouchable ! Mais lorsque Brenna souhaite s’émanciper et obtenir le stage de ses rêves, elle devra pactiser avec la star d’Harvard, Jake Connely qui va se révéler être un adversaire de taille.

Autant j’ai apprécié le précédent opus, autant l’histoire de Brenna était plus que captivante.  Impossible d’abandonner ma lecture en cours de chemin, je devais savoir comment les affaires scolaires-amoureuses-sportive de Brenna allait évoluer, comment tout cela allait se terminer pour nos tourtereaux, car il ne faut pas se leurrer ils jouaient gros tout les deux et pas seulement Brenna qui avait sur ses frêles épaules la réputation de papa et sa futur ascension professionnelle ! Oui, bon OK ! Brenna risquait plus que Jake.

L’histoire se laisse lire et savourer du début à la fin, la trame évolue entre gage-humour-amour et révélation sur la vie personnelle de nos héros.  On retrouve bien entendu toute la bande d’ami.e.s, un petit pincement au coeur pour Mike et une grande attente du côté de Hunter.

Elle, nous offre encore un grand moment sportif, les coups de cross vont dans tous les sens, sans blesser grave mais avec une belle victoire pour nos Roméo-Juliette du hockey universitaire !

Pour conclure, ce spin-Off a encore de beaux jours devant lui, en tout cas une belle suite à venir !

#Jerecommande

espace réservé au texte (2)

J’essaie de ne pas lever les yeux au ciel.  Quoi, ils sont déjà amis? Je ne sais pas pourquoi, le fait que Jake s’entende avec tout le monde m’agace.  Sans doute parce qu’il m’est difficile de le percevoir comme l’ENNEMI quand il semble aussi sympa.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Jessica pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texte (2)