Un été givré de Siobhan Vivian

Espace réservé au texte

espace réservé au texte (1)

Faute de givres, on mange des merles.

C’est frais, c’est bon et totalement rafraîchissant !

Je ne suis pas une adepte de romans jeunesse et c’est toujours de manière craintive que je me lance dans ce type de lecture, vais-je m’y retrouver, apprécier, retrouver un brin de jeunesse, blabla…  Avec cette lecture, je n’ai pas spécialement retrouvé ma jeunesse car la volonté de fer de la part de nos héroïnes m’a fait oublié leur jeune âge !

Sand Lake Ledger.  Bien qu’étant en vacances, pour Amelia et Cate, c’est la course au stand du Mead Creamery géré par Molly, ou elles bossent d’arrache-pied pour offrir les meilleurs glaces du coin jusqu’au jour ou Molly les quitte, craignant la perte de leur emploi estival,  leurs prières seront écoutées sous les traits du nouveau gérant Grady Meade, le petit-neveu de cette dernière.

Je suis directement rentrée dans l’histoire les personnages sont captivants, bien que jeunes, ils sont fourbis d’une grande maturité.  Amelia, cette jeune demoiselle qui va tenir tête à son nouveau responsable et plus que tout elle va se battre pour obtenir la saveur du moment.  Cate, son amie et collègue est tout aussi fiable que celle-ci, même si à quelques moments ces prises de paroles m’ont fait levé les yeux au ciel, sauf lorsqu’elle tenait tête à Grady.  Grady pour sa part, aurait pu être le bad boss et je l’ai directement pris en affection, même si je craignais un rien qu’il abuse de son statut de boss.  Autre personnage bien présente durant la trame, la jolie Molly au travers de son journal intime.

Second roman de l’auteur, nouveau registre et une histoire tout aussi bien construite, pétillante et rafraîchissante.

Pour conclure, un roman a transporté dans sa valise cet été !

espace réservé au texte (2)

Je ne te dis de ne pas l’aider à trouver les recettes.  Rappelle-toi simplement que tu ne lui dois rien.  C’est à lui de résoudre ce problème, en fin de compte.  Ne te laisse pas utiliser.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

20100628104007!michellafon[1]

3469900_orig[1]

Publicités

Mack Daddy de Penelope Ward

Espace réservé au texte (3).jpg

espace réservé au texte (1)

Alors qu’elle enseigne dans la petite école privée de la ville, Franesca O’Hara aka Frankie va devoir collaborer – professionnellement parlant – avec Mack Hightower, un fantôme du passé resurgit dans sa vie avec les bras chargé d’un enfant, Jonah, un enfant taciturne dont elle aura la lourde responsabilité.  Mais le plus dur dans cette collaboration parent-élève, ne sera pas de faire sortir Jonah de sa coquille mais de continuer à garder secrets les sentiments qu’elle a à l’égard de Mack, depuis leur rencontre, bien des années auparavant.

Chaque roman de Penelope a été une pépite captivante, et celui-ci ne déroge pas à la règle.  Je dois avouer que j’ai eu une petite crainte au début du roman, car Frankie n’est plus du tout un coeur à prendre et je craignais le triolisme, tout ce que je déteste mais ce point fut vite régler – sorry pour le spoiles -.  L’histoire est assez classique, Frankie et Mack ont un passé de colocation en commun, des sentiments qui n’ont jamais su naître, un départ précipité et un retour surprise dans le chef de – sexy Daddy – Mack.  Une quête vers une potentielle relation, des secrets qui vont chambouler la vie de nos héros – oui j’ai un peu pleurniché -, une ex – Torrie – un peu trop chelou et quelques moments drôles grâce à la superbe voisine de Mack, Madame Migillicutty… En bref un très bon mélange des sensation émotionnels.

Les personnages.  Bien qu’ayant crée un sentiment de doute, le personnage de Frankie est captivant.  Je n’ai pas spécialement eu l’impression qu’elle mettait sa vie professionnelle en jeu, des doutes mais sans plus.  Mais il est clair qu’elle a plus à perdre que Mack. Mack pour sa part, avait déjà un +1, jeune papa célibataire qui se donne corps et âme pour son enfant et ne perd pas le Nord côté relation intime avec l’instit’ … Mince me serais-je trompée de vocation professionnelle… Mais encore aurait-il fallu que j’ai un tel coloc … Aaaahhh l’évasion littéraire ^^.

Comme dis précédemment, je n’ai pas encore été déçue par un roman de Pénélope, sa plume aura encore mis mes émotions en émoi, ses personnages ont eu toute mon attention.  Les pages ont défilés, je n’aurais pas dit non à quelques pages supplémentaires avec la voisine de Mack.

Pour conclure, une petite romance de seconde chance, sexy, drôle et plus qu’agréable ! JE LE RECOMMANDE !!!

espace réservé au texte (2)

Je veux juste réapprendre à te connaître, Frankie.  Je veux qu’il te connaisse.  Je le jure, mon intention n’était pas de chambouler ta vie.  Si tu as trouvé le bonheur, je jure sur la vie de mon fils que j’en suis ravi.

Mack

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

 

Black Riders, tome 2 – Crush Girl de CJ Ronnie

Espace réservé au texte (11).jpg

espace réservé au texte (1)

Bien qu’étant un second opus, je dois vous avouer que j’ai eu l’impression dans les premiers chapitres de commencer la série au point de départ, ma base de travail m’avait quitté ce n’est qu’au bout de 3 chapitres que j’ai pu remettre les pièces du puzzle dans le bon ordre et resituer la trame.

Alors qu’il se remet tout doucement de la prise d’otage qui l’a meurtri dans sa chair, Brandon est de retour en Californie, pour lui, ses amis, la femme qu’il aime et plus que tout pour honorer sa part du marché.

Si vous aimez la vitesse, les histoires dynamiques au rythme soutenu, ce tome – cette série – est faite pour vous.  Je n’ai pas su décrocher mon regard de mon roman.  A chaque fin de chapitre, je voulais/devais connaitre la suite des aventures de cette bande de jeunes potes enrôlés dans une guerre de gang qui arrive à son dénouement … Et quel dénouement!!!  Chaque protagoniste à voix au chapitre : Poppy le près’ est sur tout les fronts il est omniprésent et est sans contexte l’homme de l’histoire, Brandon se prend quelques claques et présente quelques facettes troublantes, Hayley et Jace sont toujours aussi soudés, Beverly – la fille du près’ – va devoir faire preuve d’une grande patience et d’une force de caractères, sans oublier les soldats du Black Riders, DannyBoy, Splinter et June, pour ne citer qu’eux.

Qui dit histoire captivante, dit plume accrocheuse.  CJ m’a offert un bon petit moment de lecture, un ascenseur émotionnel le passage du rire aux larmes, à l’étonnement et à l’envie étaient très bien dosé.  Le roman fait peur au premier abord – petit et costaud – et je n’ai rien vu passer.  Un moment saisissant !

Pour conclure, un second opus tout en vrombissement et en plaisir !

espace réservé au texte (2)

Il n’y a rien à pardonner, c’est du passé, maintenant.  Et l’essentiel, c’est de t’avoir à mes côtés.  Pour le reste, ce n’est que de la perte de temps.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

****

51pdoo8h5aL._SY346_[1]

Will you play ? de Alicia Garnier

Espace réservé au texte (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Peindre me permet de rentrer en moi, comme une sorte de médiation.  Cela m’a toujours apaisée.  Durant ce processus, je sens un changement s’opérer.  J’ai la certitude que dorénavant  je ne me laisserai plus jamais aller à des sentiments pareils envers Garrett.  C’était stupide et je dois l’accepter.

Une lecture instant break comme j’aime à les appeler ! Pas trop de chichis, une trame dynamique, pas trop de redondance, des personnages simples qui pourraient être vos amis dans votre vie ou celle que vous souhaitez avoir !

La trame est un petit déja-lu.  Dawn et Garrett aka #DaRe sont amis depuis leur plus tendre enfance.  Arrivé à l’âge adulte, leur amitié n’a pas pris une ride, mais ça c’était avant que Dawn se mette en couple avec Josh.  Ne désirant pas perdre son amie/son âme-soeur, Garrett va tenter en dernier recours de rendre jalouse cette dernière et qui mieux que le fruit défendu, qu’est Claire la collègue de Dawn,  pour réveiller la bête.

J’aurais tendance à penser, que si Dawn ne s’était pas officiellement mise en couple avec Josh, jamais Garrett ne serait sorti de son placard #Friend4Ever.  En plus de voir la naissance de sentiments nouveaux entre les héros, on découvre leurs vies, leurs ambitions/passions.  On grandi avec eux, on suit leur choix de vie et leur décision ultime.

Bien que Garrett soit un personnage intéressant, son frère Derek était mi-intriguant mi-agaçant, une envie de connaitre un peu plus son personnage tout en ayant la sensation que tout a été dit. Dilemme.  Les familles ne sont pas en reste et les petits amis respectifs : Josh et Claire.

Attention spoiles ! Bon, je vais me faire l’avocate du diable et de l’incompréhension mais Claire m’a fait un petit pincement au coeur dès le départ les dés sont pipés pour elle, mais elle s’accroche, donc je ne lui en veux pas de s’être battue, mais elle aurait pu y mettre des formes !

Sinon à part, ça, la plume d’Alicia est délicate, pas du tout lourde.  Ne connaissant pas sa chaine Youtube, je me suis lancée à l’aveugle et je ne regrette nullement ce moment lecture.

Pour conclure, une petite romance tout en douceur et en plaisir !

espace réservé au texte (2)

Comment avons-nous pu nous mettre dans un tel guêpier ? Qu’est-ce qui diffère de nos précédentes relations ? Une multitude de questions me traversent l’esprit, je me sens sur le point de casser quelque chose chez moi.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce roman

TQBv9efT_400x400[1]

3469900_orig[1]

Où que tu sois, tome 2 – Je t’attendrais de Danielle Giusiano

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

Zoe Sevan Jeff karine tommy

Je croyais quoi, en fait ? Que ce putain de retour serait facile ? Quel con ! J’ai toujours su que je devais me tenir loin d’ici, que les souvenirs qui étaient supportables ailleurs deviendraient nocifs une fois que je serais sur place. Pourquoi j’ai accepté l’offre de Jeff ?

C’est hardcore ce que je vais écrire, mais c’est le premier ressenti que j’ai eu à la fin de ma lecture :   » le tome 2 m’aurait amplement suffit « .  Voilà, je l’ai dit et je me sens mieux !

ATTENTION SPOILES !!!

2 ans après le drame qui a failli lui coûter la vie, Angel, oui oui, j’ai dû mal à lui donner un prénom, est de retour à Aix-en-Provence, pour sa santé mentale, mais surtout pour retrouver la voix et la jeune fille qui a été là pour lui alors qu’il était dans le coma.  Bien qu’ayant décidé de mettre un terme à cette histoire impossible, Zoe n’arrive pas à oublier Angel.  Ne pouvant se faire à l’idée que tout est terminé avant même d’avoir réellement commencé, Angel va tout faire pour conquérir son Ange.

Comme dis précédemment, j’ai plus apprécié cette lecture que la précédente.  Peut-on considérer que je pars sur une bonne note ? Oui.  La trame est dynamique, il y a de l’action, de l’envie, de la passion, on en apprend un peu plus sur Zoé, sur cette jeune demoiselle aux épaules très large, avec une force de frappe.  BON ! Il est vrai que quelques fois j’ai eu envie de la secouer et de lui rappeler qu’elle devait profiter de la vie et de cette chance, mais d’un autre côté je comprenais ses réticences à sauter le pas ! Après les soliloques d’Angel… Place à la parole et aux actions ! On découvre quelques personnages annexes : Jeff, l’oncle de Angel, Tommy le petit frère de Zoé et Karine.

Oui, je ne suis toujours pas en amour, mais un simple et bon #badaboum peut vous mettre la patate et c’est tout ce que je retiens.   Danielle m’a eu avec son histoire … Angélique ^^.

Pour conclure, une histoire qui avait commencé sur pas mal de questionnement, et qui se termine sur une bonne note !

espace réservé au texte (2)

J’ai l’impression que je suis devenue incapable de m’attacher ou de m’engager dans une relation… alors, tu sais, je crois que je peux faire un trait sur l’amour.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093049

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Espace réservé au texte (4)

Ou que tu sois – Je t’entendrais tome 1 de Danielle Guisiano

Espace réservé au texte (4)

espace réservé au texte (1)

Ouvrez-moi, bordel, ouvrez la porte !

Alors qu’elle assiste à un accident de voiture, Zoe voit renaître ses fantômes du passé.  Ne pouvant supporter que la victime, sans aucune identité,  se retrouve seul dans son lit d’hôpital, elle va s’imposer au sein du corps hospitalier et apporter chaque jour du réconfort, à Angel.

Non, je ne suis pas tombée en amour de cette lecture, toujours est-il que l’histoire est intéressante, de petites fausses notes mais pas de quoi plomber une lecture.  J’ai été quelques indisposée avec le « pass » accordé à Zoé, mais son aide était tellement la bienvenue que je suis passée outre ce petit détail.  Bien que jeune, la vie n’a pas été agréable avec Zoé, elle est forte mais j’en attends encore un peu plus, j’ai hâte de voir comment son personnage va évoluer.  Pour ce qui est d’Angel, bien qu’étant dans le coma, il aura voix au chapitre, il sera présent, ce qui permettra à la trame de ne pas rester figer sur un seul personnage.  Nos héros vont se dévoiler au fil des pages, tantôt de manière sensible, tantôt de manière confuse, mais je reste dans l’attente de les découvrir en dehors de cette situation inédite, de cet attachement à sens unique tout en étant partagé.

Pour conclure, même si j’ai pris du plaisir à retrouver Danielle, j’ai hâte de connaitre l’issue à cette histoire moderne.

espace réservé au texte (2)

Je m’en fous d’être emprisonnée, si c’est par toi, je consens à tous les sacrifices.

Zoe

J’ai eu le temps de réfléchir. Isolé, seul face à moi-même, j’ai pu mettre à plat toutes les ornières de ma vie.

Angel

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi du roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Orion, tome 2 – Les étoiles ne meurent jamais de Battista Tarantini

Espace réservé au texte (9).jpg

espace réservé au texte (1)

Fais le pour moi, Leonie ! Saute !

Commencé en février et terminé début mars … 3 jours pour trouver mes mots me remettre de mes émotions.  Tenter des débuts de rédactions, ne trouver aucun sens à mes mots.  Voir des avis passer et se demander comment les lectrices ont pu mettre des mots sur cette lecture qui je dois le signaler a été une vrai torture !

Quelle idée de faire de ce clap de fin un compte-à-rebours, quelle idée de vouloir partir sur la pointe des pieds comme un voleur de semer sur son passage un vent de tristesse.  J’ai vraiment eu l’impression qu’Orion voulait faire regretter à chaque personne de l’avoir connu, d’être aussi marqué que lui.  Son seul héritage artistique ne suffisait pas il fallait aussi que son empreinte soit gravé en chacune des personnes qui l’ont côtoyé à court-moyen- long terme.

Avant même de me lancer dans cette lecture, je savais qu’elle serait une vrai torture, je dois vous avouer que je l’ai allongé volontairement, je ne voulais pas, je ne pouvais pas mettre un point final à cette histoire. A la vie d’Orion.  A Tout.  Leo me manquait avant même d’être parti et Orion m’avait transpercé avant même d’exister dans mon esprit.

Oui, je sors exténuée de cette lecture, bouleversée par les mots simples et pourtant touchants de Battista.  Le parcours d’Orion au travers des villes et de la danse m’a fait du bien, comme cela a été une torture.  Oh, je me répète mais n’était-ce pas un dernier tour de piste, un dernier étourdissement ?

Je ne suis pas une pro du monde de la danse et j’ai apprécié la rigueur que Battista a mis dans chaque mots, dans chaque souffrance.  Je me demandais quelle idée de faire porter de telle souffrance à ces pieds … Pauvre pied qui je tiens à le rappeler nous porter et supporte !!!

Cette lecture m’a transporté, je ne lui ai trouvé aucune fausse note, ni redondance, bien au contraire, malgré mes pauses et mes craintes de l’après, le plaisir/stress n’aucune tari.  Battista, m’a touché !

Pour conclure, un clap de fin totalement palpitant, beau, qui m’a eu en plein coeur !

espace réservé au texte (2)

Je ne guérirai jamais de lui.  Il fera parti de moi à jamais.  Il est des amours comme ça qu’on ne croit possibles que dans les rêves ou dans les livres.  Jusqu’à ce qu’ils nous tombent dessus.

Dans ses bras, je suis à l’abri.  Dans ses bras, j’oublie le reste du monde, même si, dans ses bras, j’ai mal en pensant à demain.

Leo

J’ai besoin de toi ! Tu as besoin de moi aussi, tant que je suis là ! Même si c’est comme ça ! Tu es vivante comme ça.  Tu n’as jamais été si toi comme ça.  S belle …

Orion

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093155

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia et Morgane pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

*****

espace réservé au texte (4)