A la dérive de Jane Devreaux

Espace réservé au texte (2).jpg

espace réservé au texte (1)

Une fois de plus j’aime le fait de ne jamais lire un résumé, de me fier à la cover et à l’auteur.e surtout si c’est un.e auteur.e qui m’avait prise par surprise dans le passé et qui m’avait fait découvrir des personnages blessés par la vie et pourtant porteur d’espoir.  Et  » A la dérive », ne déroge pas à cette règle : Jane a encore pondu une petite pépite.

Dans cette histoire, on retrouve Lea, une jeune femme qui n’a qu’un seul but : être en contact avec Adam, hospitalisé dans un centre psychiatrique. Alors qu’elle touche au but, elle va devoir tenir compagnie à un dernier patient, Alex.  Ce qui ne devait être qu’un petit détour, va vite se révéler porteur de seconde chance pour nos héros.

Lorsque l’on débute un roman sans en connaitre la thématique, on entame sa lecture en tâtonnant.  On s’approprie vraiment l’histoire. Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà lu des histoires se déroulant dans un centre fermé et/ou psychiatrique.  Je n’ai pas été mal à l’aise bien au contraire, cela a crée une petite ambiance, très loin d’être malsain, le confinement a joué avec ma curiosité.

Pour cette lecture, j’ai directement été happée par Léa, cette jeune femme prête à tout pour être au plus près d’Adam.  J’ai apprécié l’ambiguïté que Jane fait planer dans la relation entre Léa et Adam.  On découvre assez vite que Léa a dû faire certains choix pour rester vivante. Je n’ai rien contre les badboy mais quel plaisir de retrouver un coeur – corps – écorché qui n’entre pas du tout dans ce cadre.  Alex m’a touché du début à la fin.  Un jeune homme meurtri par la vie qui doit porter sa croix et qui retrouve auprès de Léa de l’espoir, de l’envie et de la vie.  Comme pour Léa, il mûrit au fil des pages, mais garde toujours cette petite crainte sur lui et ce qu’il a été. #Badaboum.  Des personnages annexes, viennent prendre part à la trame : Joris et Charlotte les amis de Léa, la famille d’Alex, son jeune frère, son beau-père et sa mère, je n’ai pas spécialement eu de grief à l’égard de celle-ci mais je lui ai aurais bien fait un bon croche-pied !

Pour conclure : Une très belle surprise tant sur le fond que sur la forme avec des personnages attachants.  A LIRE SANS MODÉRATION !

espace réservé au texte (2)

– Ma sweet hand, je suis à toi. Moi, ce n’est pas grand-chose, mais je n’ai rien de mieux. Je ne peux pas t’offrir ma vie, je suis condamné, je ne peux pas te donner mon âme, je l’ai déjà vendue, il ne me reste que mon corps et il t’appartient. Tu es libre, je te demande juste d’adoucir ma peine en attendant de trouver celui qui te rendra heureuse.

Axel

Tu ne le sais peut-être pas, mais la vie est bien plus belle avec toi et pas uniquement parce que tu m’as rendu ma liberté. Avec toi, je n’ai plus besoin de faire semblant d’aller bien ou d’être heureuse, d’être quelqu’un de gentil ou de compréhensif, je peux être moi sans avoir la désagréable impression que ce n’est pas suffisant. Tu ne le vois pas, mais je me retrouve dans ta douleur, je te comprends.

Léa

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Marion et Marie pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Publicités

Mount Serie, tome 3 -L’empire du mal de Meghan March

Espace réservé au texte (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Je ne suis plus une prisonnière. Je suis plutôt l’épouse du roi.

Oyé oyé gente lectrices et amatrices de sensation forte, je déclare officiellement que cette série est une tuerie … Et dans le bon sens du terme !

Je n’ai pas le souvenir d’avoir une seule fois pesté dans le jeu de nos héros, les intrigues, l’évolution de la relation de Lachlan et Keira… Tout était excellent.

Comme pour le précédent opus, la trame reprend directement sur les derniers événements. Au fil des pages on découvre qu’une main ennemi porte atteinte au règne du Roi de Saint-Louis, Lachlan va devoir affronter les actes de son passé et tout mettre en oeuvre pour garder sa Reine intact et toujours près de lui.

Comme écrit précédemment, j’ai une fois de plus été transporté durant ma lecture. Tout était bon, les moments flash-back sur le passé de Lachlan, le feu qui habite Keira et son soutien – et amour – pour Lachlan.  Un duo explosif qui n’aura souffert d’aucune fausse note.  On retrouve les hommes de main de Lachalan, je reste toujours aussi perdu face à V., que je n’ai pas pu m’empêcher de comparer à un gros nounours afin de soulager mon trouble.  La meilleure amie de Keira n’est pas en reste, sa famille aussi aura un droit de parole.  Que du beau monde pour ce clap de fin !

Je prends toujours du temps avant de m’attacher à la plume d’un.e auteur.e, mais Meghan n’aura pas eu à fournir trop d’effort pour m’envoûter.

Enfin, une série captivante + des héros séduisants + une trame sensationnelle = Une tuerie !

Je recommande !

espace réservé au texte (2)

– J’ai essayé de te donner une vie bien plus intense que ce que tu pouvais imaginer. Tu es née pour être traitée comme une reine. Tu es entièrement bonne, loyale et vraie, et ta force irradie comme le feu le plus vif que j’ai jamais vu. N’importe quel roi a besoin d’une reine telle que toi, même s’il ne s’en rend pas compte.

Encore un petit dernier pour la route !

– Je viens des ténèbres. Je ne serai jamais capable de vivre comme toi en pleine lumière. Ce ne sera jamais normal de vivre avec moi, jamais ce que tu avais imaginé pour ton avenir. Jamais.

– Ça m’est égal. Je ne veux pas quelque chose de normal. Je te veux, toi, c’est tout.

– Je ne sais pas pourquoi tu as foi en moi. Je tends la main et j’agrippe le revers de sa veste. Il ne comprend pas, mais ça viendra un jour.

– Tu ne caches pas qui tu es.

– Je suis le diable fait homme.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Flore et Marie pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texte (5)Espace réservé au texte (6)

La Société, tome 5.5 – Un conte d’auteurs de Angela Behelle

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

J’ai honte ! Vraiment.  Mais qui sont ces personnages ? Qui sont Yann Le Breuil et Emi ? J’ai eu beau chercher dans ma mémoire de poisson rouge, et j’en suis venue à la conclusion qu’il s’agissait de nouveaux personnages.  Sorry, Angela mais je n’ai pas été marquée du sceau Le Breuil !

Enfin … Dans cette nouvelle on découvre la relation parfaite de Yann, auteur à succès de la ME de Peyriac.

Alors qu’il était censé passé un weekend vie de couple, Yann va découvrir coup sur coup, les petites manigances de son agent et plus que tout que sa relation parfaite – du vendredi au lundi – est loin d’être le fleuve tranquille qu’il imaginait.

Si je retire le côté « ou suis-je ? Qui êtes-vous ? » et bien, je me suis un peu ennuyée et ce n’est pas faute d’avoir apporter un rien de suspense dans la quête de Yann à retrouver sa bien-aimée, sans oublier les scènes de plaisirs intense entre nos héros.  Non, j’ai lu cette nouvelle sans plus.  Pas de grandes envolées, pas de marques au fer rouge.  Rien, je n’irais pas jusqu’à dire que j’étais soulagée à la fin, mais j’étais proche de cet état.

Bien-sûr cette petite parenthèse ne remet nullement en doute mon appréciation de l’univers de  » La Société » ou de l’auteure.  C’était juste juste pas pour moi.

Tant pis !

espace réservé au texte (2)

– Où est Émi ?

— Je n’en sais rien. Ça fait des mois qu’on ne l’a pas vue. Elle soutient mon regard avec effronterie. Elle est de son côté, pas du mien.

— Estimes-tu aussi que j’ai déconné ? l’interrogé-je néanmoins.

— Il ne m’appartient pas d’émettre de jugement. Je ne suis qu’un rouage de l’organisation.

— Toi et moi, on se connaît depuis pas mal de temps. Alors, je te le demande en tant qu’ami.

— En tant qu’amie, je te réponds qu’il est utile de se poser de temps en temps les bonnes questions et de se remettre en cause. Le bonheur ne s’acquiert jamais définitivement, Yann. Il se cultive au quotidien.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20190626084612

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

***

T1.5 –  T2T3 T4 T5 

Presque parfait de Annie Lyons

Espace réservé au texte (3).jpg

espace réservé au texte (1)

Bien que partant d’une bonne base, je me suis ennuyée durant ma lecture.  Je dirais même que j’ai lu ce roman en moonwalk.

Dans cette histoire on retrouve Rachel et Emma, deux soeurs aux vies diamétralement opposées. Rachel, est mère au foyer en quête de palpitant dans sa vie monotone.  Emma, jeune fiancée à la carrière professionnelle florissante, va devoir bosser avec un nouvel auteur qui va chambouler son quotidien.

Oui, dans la forme, l’histoire a tout pour être captivante, il y a de l’intrigue, un rien d’humour, de l’attachement entre les soeurs, mais malheureusement ça n’a pas pris pour moi.  Tout était tiré en longueur, et à force de faire des pauses je ne savais plus quelle histoire je suivais.  Total décrochages.  J’ai essayé un temps soi peu de me raccrocher à la personnalité des personnages et plus particulièrement de Emma, mais elle était trop brouillon pour moi et Rachel, je ne savais pas comment la prendre. Donc oui ça n’a pas cloppé.  J’ai continué ma lecture plus par curiosité de savoir comment tout cela allait se terminer plutôt que par envie.

Dommage.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20190325115230.png

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Editions-Harlequin[1]

3469900_orig[1]

Trois filles en folie de Sarah Mlynowski

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

Avez-vous entendu parler de l’incendie du 56 B, Blake Street ?

Et bien pas moi.  En tout cas j’ai eu beau le chercher, je ne l’ai pas trouvé et ce n’est pas en essayant d’y mettre un zeste d’humour que la pilule va passer.  Loin de là.

Dans cette histoire on suit les péripéties de coloc : Jodine, l’organisée à l’extrême, Emma, la petite vierge et Allie la bonne copine.  Trois demoiselles qui ne se connaissaient pas et qui vont devoir vivre ensemble.

Malgré un prologue prometteur d’une bonne tranche de rire, j’ai déchanté.  Je n’ai pas tout compris à l’histoire et les tentatives d’humour de l’auteure étaient quelques fois marrantes ( d’ou l’étoile en plus) et tantôt lourde.  Sans oublier ce quator de la narration ( les filles et le narrateur suppléant qui résumait un peu l’histoire sinon ça aurait été un plat total).

La trame va et vient, on passe du coq à l’âne : la vie des filles, leur quête, et pour l’incendie et bien … * sifflement *.

Premier test avec cette auteure et je ne sais que dire de son univers qui m’avait happé et m’a totalement perdu.

Enfin, petite histoire, toute en longueur avec une idée de base qui a fait un petit flop.

Tant pis.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20190626084612

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Editions-Harlequin[1]

3469900_orig[1]

Confessions d’une ex de Lynda Curnyn

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Je suis très loin du coeur avec cette lecture, mais il était agréable de suivre le parcours d’Emma.  Fraîchement célibataire, après deux ans de relation avec Tony, Emma va réapprendre à vivre pour elle, mais comment faire quand votre boulot tourne autour de l’amour et plus particulièrement du mariage !

Au fil des pages on suit Emma dans son boulot, ainsi que son ami, Jade.  Emma est une demoiselle fort intéressante qui évolue au fil des pages et de ses péripéties.  Bien qu’agréable dans l’ensemble l’histoire a quelques fois souffert de redondances.

Outre l’histoire au travers de cette histoire, j’ai découvert une auteure, je ne suis pas spécialement tombée en amour pour sa plume, bien que fort agréable mais elle a manqué quelques fois d’étincelle.  Le pari est mi-réussi.

Enfin un petit périple sur la quête d’amour qui aura manqué quelques fois à son sujet.

espace réservé au texte (2)

– Dis-moi, Jade, pourquoi ne sommes-nous pas encore mariées ?

– Parce que nous sommes des femmes fortes !

Ce genre de réponse commence à m’agacer.

– Ça veut dire quoi, exactement ? Que j’ai une tête blindée qui me permet de résister aux coups ?

– Mais de quoi parles-tu ?

– Peut-être que nous ne regardons pas assez autour de nous.

– Oh, en ce qui me concerne, je regarde … et on me regarde.

– Ah, je vois… Alors comment ça va avec Ted la Terreur ?

J’entends un long soupir au bout du fil.

– Je crois qu’il est entrain de devenir Ted le Lâcheur.

– Quoi ?

Elle soupire.

– Il n’a pas appelé.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Editions-Harlequin[1]

3469900_orig[1]

 

Flirt & Food, tome 1 – Piquantes retrouvailles de Tif Marcelo

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

L’histoire est mignonnette, à lire en timebreak. Pas de grande envolé un simple bon moment culinaire avec Andrew Bautista et Camille Marino aka Drew et Cami pour les intimes.

La trame est assez classique, deux anciens amis d’enfance ayant eu une brève relation vont se retrouver, au bout de quelques années. Etant en permission, Drew ne peut se projeter dans le futur et cela ne l’empêchera pas de retenter sa chance avec Cami qui bien que connaissant le caractère CDD de la relation va se consacrer à la relation. Ce tableau bien qu’idyllique va être entaché par le secret par omission de Drew à l’égard de Cami.

Outre le côté relationnel de nos héros, on suit de manière un peu plus poussé la vie professionnelle de Cami, en tant que gérante d’un fooodtruck, sans omettre sa vie de famille – une petite mention à sa vie chez sa nonna -, sa soeur, Alissa et ses nombreux déboires financiers. Du côté de Drew, ce retour au pays à des relents de tentative de renouage avec papa cuisto au projet prédéfini pour son fiston. Je ne suis pas spécialement tombée en amour pour ce couple agréable, pas d’étincelle. Jasmine Pastel aka Jaz, la BFF et collègue de Cami m’a un rien plus captivé que celle-ci.

Comme dis précédemment, je ne suis pas tombée en amour pour nos héros, mais cela ne m’a pas empêché de découvrir une auteure accro au bon plat .. Merci pour ces petits plats en fin de lecture … A testé !

Pour conclure petite romance sur fond de petits de petits plats qui mérite d’être un rien plus développé.

Affaire à suivre…

espace réservé au texte (2)

Sa poigne est ferme, et je me réjouis de la perspective d’être à quelqu’un, de lui appartenir, ne serait-ce qu’à cet instant.

— Est-ce que tu veux bien ? s’inquiète-t-il.

— Oui, confirmé-je d’une voix qui déraille dans les aigus.

— Cami, nous ne sommes pas obligés de…

— Je… je sais. Je me mords la lèvre, me remémorant nos tout premiers pelotages. Il s’était montré si patient. Je ne savais jamais jusqu’où je souhaitais aller jusqu’à ce que j’atteigne ma limite.

— C’est toujours moi, me rassure-t-il avec un sourire. Alors les mêmes règles qu’autrefois s’appliquent. Tu dis quand c’est trop, et j’arrête.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]