La belle et le soldat de Katy Regnery

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Cette lecture tombait à pic ! Mes filles ayant un amour débordant du dessin-animé de Disney, maman devait se procurer la version « adulte ».  Entendons-nous bien, adulte ne signifie nullement érotique dans ce cas, mais une version à destination de maman !

Alors qu’elle vient de perdre son poste de journaliste d’investigation, Savannah, retourne se ressourcer auprès des siens.  Se pensant fini, elle va recevoir l’appel d’une journaliste qui va lui proposer de revenir sur le devant de la scène.  Pour cela, Savannah, va devoir faire un article en lien avec le 4 juillet.  Quoi de mieux qu’un ancien jeune soldat, Asher Lee, vivant en reclus dans son manoir.

J’ai directement accroché aux personnages, Savannah, cette jeune journaliste qui s’est fait avoir par cette source proche, va voir dans cette opportunité une manière de faire un pied-de-nez à tout ceux qui lui ont gâché sa vie professionnelle.  Oui, je n’étais pas d’accord sur le fait qu’elle usé de sa relation intime à des fins professionnelles, que j’ai attendu la révélation, mais cela ne m’a pas -trop- empêché de garder une bonne image de son personnage.  Asher, m’a touché, ému, du début à la fin.  Cet ancien soldat, qui s’est battu pour une nation et des valeurs qui doit vivre caché, car ces blessures – de guerre- et son sale caractère font tâche dans la petite ville de Danvers.

Etant dans une phase « conte de fée », avec mes filles, les similitudes entre le conte de Disney et le roman de Katy, m’ont directement frappé.  Mais, si vous avez vu ou lit l’histoire de  » La Belle et la Bête », vous les verrez aussi.  Inspiration au pas, Kate se permet de petites folies, qui permettent à la trame de garder cette part de modernité, et de romance contemporaine d’aujourd’hui.

Pour conclure, une trés très belle histoire d’amour, de seconde chance, d’espoir, dramatique et palpitante !

A LIRE !!!!!!!!!

unnamed

Ça fait partie de toi.  Et je fais partie de toi.  Alors il est temps que ces deux parties se rencontrent.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïwenn pour l’envoi de ce Service-Presse

6C4wiiS4_400x400[1]

3469900_orig[1]

Publicités

Âme obscure, tome 1 de Aleksandr Voinov

Alexa Hudson.jpg

unnamed

L’initiative te revient.  Fais-en bon usage.

Un volume ? De plaisir ? Ou bien de torture ?   Je craque ! Je n’ai rien compris au moment où j’atteignais le point culminant de l’implosion ma lecture toucha à sa fin.  Donc autant vous dire que je suis UL-TRA frustrée.

Italie.  Alors qu’il attend son tour, pour dire au revoir au Vieux bouc, Stefano Marino, – mafieux de la branche new-yorkaise -, va voir ses sentiments de mâle troublé par l’arrivée de Silvio Spadaro, le second et héritier de Gianbattista Falchi, autre roi de la pègre italienne.  Malgré, ce trouble, Stefano ne peut oublier ces obligations et la guerre de territoire qu’il doit mener contre les Russes et pour arriver au bout de cette lutte – et garder intact sa réputation et celle de ces aïeuls -, il va solliciter l’aide de Battista et se faire aider de Silvio.

Même si un jour, j’y avais pensé – c’est une manière d’entamer la conversation-, jamais je n’aurais cru lire un roman M/M sur fond de mafia.  Le côté ultra macho, ne peut laisser de place à cette orientation sexuelle, sauf pour terminer en tant que chèvre.  L’auteur aborde la relation de Silvio et Battista, tout doucement, la différence d’âge entre les héros ne m’a pas dérangé.  Jusqu’au moment où j’ai découvert le terme d’éphébophile.  En ce qui concerne, Silvio, il n’a aucun souci avec son orientation sexuelle, car il a réussi à se faire respecter et craindre en tant qu’homme par ses semblables.  Ce qui oblige les mauvaises langues à le laisser tranquille.  De son côté Stefano, est en pleine dualité entre ce qu’il connait – en temps qu’époux – et ce qu’il découvre de lui.  On gratte encore l’iceberg, mais je garde bon espoir pour la suite.

Heureusement, pour mes nerfs – LOL -, il y a une intrigue autour des mafias italienne et russe.  Une première ébauche qui mérite d’être développée afin de donner une petite touch supplémentaire dans la relation de nos héros.  Par contre, j’ai quand même eu un petit coup à mon « mafiaDream ».  Je les pensais plus résistants – aux coups – les mafieux. Tant pis.

En(fin), premier volume plus que captivant.  J’espère que la suite me permettra de faire exploser mon ballon de baudruche, car lààààààààààààààààà je suffoque !!!!!

unnamed

Spadaro lui tenait toujours la main et Stefano se rendit compte qu’il commençait à transpirer.  Ce n’était pas de la peur.  Mais cet homme était tellement intense.  Il n’était pas bizarre ni fou.  C’était un jeu mental, une guerre psychologique.  Le métier de tueur.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïween pour l’envoi de ce Service-Presse

6C4wiiS4_400x400[1]

3469900_orig[1]

Indéniablement toi de Jewel E. Ann

Alexa Hudson (4).jpg

unnamed

Je suis ivre de Lautner.  Il est ma drogue préférée.  Quand je suis sous son influence, le reste du monde disparait.  Nue, rassasiée et dans ses bras, je suis en paix.

MA-GNI-FI-QUE ! Je sors totalement addict de cette lecture ! Tout est fait pour être accro : des personnages attirants, une trame en perpétuel mouvement.  Une histoire, de l’amour, un rien de suspense, de rage, de doute.  En bref : J’ai adoré !!!

Tandis qu’elle finance son doctorat en exerçant le travail de « baby sitters de maison », Sydney, qui tient la maison de sa tante et veille sur le chien, va recevoir la visite du nettoyeur de piscine, Lautner.  De fil en aiguille, ce qui ne devait être qu’une simple visite, va se transformer en amitié, et en PADD.  Mais les sentiments étant ce qu’ils sont Sydney et Lautner ne seront pas se dire au revoir et malgré les années et son petit secret, Sydney ne pourra l’oublier.

Contrairement à l’idée de base, nous n’avons pas deux héros, mais trois, avec le beau vétérinaire, Black.  Je ne suis pas une pro des nombres impairs dans les relations amoureuses, mais étant donné que Sydney est présente pour un temps déterminé, on ne peut pas vraiment parlé de relation, et elle a clairement marqué sa préférence pour Lautner.  Désolé, Black !  Mais ne l’oublions pas car, Black va à sa manière marquer la trame et la relation de nos jeune héros.

La trame est en perpétuelle mouvement, même lorsque j’avais l’impression que tout cela s’étirait, je n’ai jamais atteint la ligne rouge de la redondance.  La plume de Jewell est agréable, marrante, captivante et plaisante.

En bref … Une très belle surprise, captivante , des personnages touchants et attendrissants.  TOPPISSIME !!!!

unnamed

Je ne veux pas l’aimer… Je ne veux pas le haïr.  Mais la vérité, c’est que je le hais parce qu’il m’a fait l’aimer.  Il fait marquer une pause assez longtemps pour me faire douter.  Il a forcé la porte de mon cœur et y a murmuré et si.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïween pour l’envoi de ce Service-Presse

6C4wiiS4_400x400[1]

3469900_orig[1]

Men of Steel / Une affaire de famille, tome 2 – Cyrus de MJ Fields

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Je n’avais pas été une grande fan du premier opus, car la série avait été classé dans le genre « erotic » et que la trame n’avait rien d’érotique. Ayant le goût du risque, je me suis lancée dans cette lecture avec le souhait d’être contredite et même si nos héros – en général – n’ont aucun problème avec leur vie sexuelle, je n’ai pas – encore – trouvé ce côté érotique. Il y avait du plaisir charnel, de la passion, de l’addiction mais pas ma définition de « érotique ».  A ne pas confondre avec BDSM, entendons-nous bien !

Je ne pense pas qu’il faille cataloguer un roman dans ce genre sous prétexte qu’il y a quelques scènes explicite, il s’agit en mon sens d’une manière de se tirer une balle dans le pied.  Car certaines lectrices ne sont pas adeptes de ce genre littéraire et on l’impression que les personnages ne font que ça ! Or dans la famille Steel même si on n’aime manier son membre tel un Gourdon, il y a une histoire de famille.

Dans ce second opus, on suit la quête de Cyrus, l’aîné de la fratrie Steel.  Tandis que les hormones de Cyrus contrôlent son cerveau, il va tout mettre en œuvre pour mettre dans son lit, la petite Tara aka Birdie.  Mais, pour Cyrus la romance se conjugue à trois actes, mais avec Birdie, il va transgresser cette règle.

Dans son ensemble la trame est captivante.  Le démarrage a été directement pesant, ce que subi le personnage de Birdie est vraiment horrible, j’ai prié pour vite arriver au bout du supplice, je n’aurai pas pu tenir, 400 pages avec une telle soumission sur sa personne.  Heureusement, malgré son TOC, Cyrus va tout mettre en œuvre pour tirer Tara de cette situation.   Au fil de la trame, on découvre un peu plus nos personnages, leur secret de famille, les drames qui les ont touchés.  Sans oublier le côté homme en armure de Cyrus pour sa petite Birdie * suis guimauve *.

On retrouve Carly et Jase en pleine love story, Petite Bell, Zandor, mais quid d’Alexander, soit j’ai loupé un fameux chapitre – mémoire de poisson rouge -, ou bien Alex n’était pas présent dans cet opus.  Petit coup de chapeau pour la momma d’avoir supporté la libido de ces jeunes fils.  Suis ravie d’avoir des filles * à méditer *.

En bref, je ne vais plus rechercher la part érotique et ne me focaliser que sur cette famille aux mâles à la libido ultra puissante, au plaisir que je retrouve avec eux et surtout … surtout … SUR-TOUT à toute l’addiction made in Steel ^_^.

unnamed

Alors, Biridie, tu es prête au combat contre l’inconnu ?

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïween pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo

****

Jase: Une affaire de famille #1 par [Fields, MJ]

 

Le rythme, tome 1 – Esclave du rythme de Jane Harvey-Berrick

THE (3).jpg

unnamed

Quand Maïween, nous a proposé cette lecture, je n’ai pas attendu plus de 2 jours avant de plonger dans l’ambiance enivrante de « Rythme ».  En tant que couveuse, je n’avais pas du tout capté qu’en arrière-plan nous avions l’image d’un couple uni dans la danse. Le visage en détresse mis en avant plan a capté toute mon attention. Rhooooo et dire que je prône l’amour de la couverture ! J’ai découvert cette auteure grâce à sa série « Cœur à vif » et même si l’histoire était passionnante, celle d’Ash et Laney m’a fait l’effet d’un uppercut.  Ne vous inquiétez pas je n’ai jamais reçu un uppercut à proprement parlé, mais ne lisant jamais les résumés, j’ai été scotché par le drame de Laney et Ash.

Alors qu’il quitte sa Slovénie natale, pour les planches de Las Vegas, Ash va vite découvrir que derrière les fastes liés à l’American dream se cache un autre rêve moins reluisant et plus contraignant.  Jusqu’au jour ou il va croiser le chemin de Laney, une simple cliente de la boite de nuit ou il travaille, elle va devenir sa bouée de secours dans le grand naufrage de sa vie.

TOUT … TOUT … TOUT est bon dans cette romance, qui a été un vrai ascenseur émotionnel. A chaque chapitre, j’ai bien cru que mon cœur allait me quitter.  J’ai suffoqué de plaisir, la passion entre nos héros était belle.  Mais ce qui a prédominé est sans contexte le drame personnel que vit Ash et qui a de facto un impact sur la vie de Laney.  Entre l’envie de balancer ma lisette et celle de voir mon cœur exploser, je me tâte encore sur ma décision.

Laney est très loin du personnage classique, sa petite particularité – que je n’ai pas directement saisi -, aurait pu être un handicap.  Bien au contraire, elle est sa force.  Elle m’a directement plu, j’ai tout apprécié chez elle.  Son courage, sa patience, son amour, son petit trait de caractère, sa force.  La femme qu’elle est. Tout comme Laney, le personnage d’Ash m’a marqué pas seulement pour son amour de la danse, mais pour son courage face au drame qu’il vit.  Sa douleur m’a touché au plus haut point. Oui il m’est arrivée de me dire qu’il était trop brusque avec Laney, mais on se rend vite compte que c’est sa manière d’extérioriser son mal, sa douleur.  Jane a réussi à me faire ressentir chaque étape.  C’était intense du début à la fin.

Je vais vous épargner le paragraphe sur la trame … INTENSE et quelques fois douce saupoudré d’espoir, d’amour et d’envie.  Oui, en mode guimauve !

En bref … Un coup de cœur bien mérité !

unnamed

En vérité, j’avais beaucoup aimé ce baiser.  Et si je me laissais aller à le reconnaître, j’étais sur une pente savonneuse.  Dans un premier temps, j’avais essayé  de me convaincre que l’attirance que je ressentais était superficielle  et ne reposait que sur sa beauté naturelle et exotique.  Puis, je m’étais dit que c’était plutôt l’intensité dramatique de notre rencontre et la sensation du danger que nous avions affronté ensemble, le fait que nous ayons survécu à tout cela.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïween et NetGalley France pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo

 

Derrière son objectif de Beth Michele

THE.jpg

unnamed

Comme on dit :  » Les choses viennent à point, à qui sait attendre ! ».  Pour deux faits : le premier, j’ai enfin su organiser une lecture commune avec Aurélia du blog  » Voluptueusement Vôtre ».  Cela faisait quelques temps, que cette idée me trottait en tête et aillant des vies de OUF – vive les jujus -, je n’ai pas su trouver un moment.  Jusqu’à aujourd’hui ! Second fait … La fin de cette lecture, car de vous à moi je n’ai pas commencé cette lecture avec un énorme badaboum mais un gros énervement dans le chef de  Colt Alexander.

D’aussi loin qu’il s’en souvienne Colt a toujours eu une attirance pour les garçons/hommes et le premier à avoir attiré son attention fut son BFF, Tyler.  Les années passant Colt a construit sa vie, -professionnelle et – amoureuse avec Willow.  Afin d’égailler un peu sa vie de couple, il va réaliser le fantasme de sa copine : coucher avec un homme.  Ce que Willow ne sait pas, c’est que Colt a caché cette facette/attirance de sa personne, jusqu’au jour ou il va rencontre son partenaire d’un jour : Jake.

Comme dis précédemment, j’ai eu un peu de mal au démarrage, car je ne pouvais comprendre que Colt se mette autant de freins dans la vie et ce sans explication.  A-t-il caché cette attirance pour des raisons familiales, amicales, … Le saut dans le temps – 10 ans – n’était pas fait pour aider.  Même si cela n’a pas trop duré, il n’empêche que les bases étaient un peu faussées.  Mais heureusement le beau Jake est arrivé sur son destrier … Non, je blague il a juste endossé le rôle de flamèche et lààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààààà ça été BADABOUM BOUM BOUM ! L’histoire est allée trop vite, tout allait trop vite, la pression dans le bas du bidou était bien présente.

Même s’il a été l’élément déclencheur dans l’acceptation de Colt, le personnage de Jake m’intrigue sur un point : il est trop parfait ! Pas de passé, quelques bribes sur lui, mais rien autour.  No friends, nada … Esprit criminel sort de ma tête ! Outre, ce petit moment flou, son personnage est intéressant, agréable à suivre et pourrait être sans problème le gendre idéal.

Dans l’ensemble, Beth nous offre une petite romance M/M made in  » instant break », dont qui malgré un démarrage difficile, ne souffre d’aucune redondance, un peu de flou – coquilles-vide – elle a compensé cela avec une juste dose  de plaisir, de passion, d’addiction dans la seconde partie du roman.  Et c’est tout ce que mon cerveau a retenu ! HOT PARTY !!!!

A lire … Couverte !!!!

unnamed

Personne n’avait été capable de me faire ressentir cela, pas même Willow.  Je ne savais pas d’où ça sortait, mais je ne pouvais pas empêcher mon cerveau de le penser.  Je ne pouvais pas non plus m’empêcher de vouloir son corps nu enroulé autour du mien.  De vouloir tout ce qu’il était disposé à me donner.

** Pour les curieu(ses)x … Voici l’avis d’Aurélia ici **

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Maïween pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo

 

 

La marche de la honte, tome 1 – Slade de Victoria Ashley

THE.jpg

unnamed

Sometimes la persevérance paie ! Et je dois dire, que je suis contente d’avoir tenu le coup, car de vous à moi, j’ai failli abandonner ma lecture pour cause d’abus  » de jeter de fleur » ou dû à un excès de PomPomperie.  Je n’ai plus l’habitude de ces romans ou le héros ne fait que parler durant l’acte.  Du gars, qui se sent « obligé » de dire tout ce qu’il va faire – et tenir 30 secondes -.  C’est lourd.  Crotte, je n’ai pas besoin de savoir ce que tu vas faire, mais que tu le fasses donc trêves de blabla et ACTION MAN !!!!

Oui, vraiment c’était agaçant, mais j’attendais vraiment le moment ou Aspen allait demander à Slade de la mettre en veilleuse.  Donc autant vous dire que ça n’a directement accroché entre le héros et moi et ce même s’il possède the body !

Slade est stripteaseur avec extra au Walking Shame, chaque cliente doit quitter le club satisfaite que cela soit par ses soins particuliers pour par celui de l’un de ses acolytes : Cale et Hemy .  Jusqu’au jour ou Aspen – ami d’enfance de Cale – débarque au bar, et dans sa vie.

L’histoire est un déjà-vu.  Une demoiselle qui quitte tout afin de se retrouver et qui tombe dans le filet du beau gosse tombeur de ses dames.  Il me faudra attendre la seconde partie du roman, pour non seulement subir un décrochage de la mâchoire et découvrir, voir Slade sous un autre œil, mais bon cela n’empêche qu’il a la langue bien pendu * rougis *.  Tout comme Slade, Aspen m’a saisi, certes elle n’a pas the big secret, à l’inverse de Slade mais j’ai vraiment cru que l’espace d’un moment la confiance si fraichement acquise par nos héros venait de voler en éclat.  Même si notre duo a bien terminé cet opus, étant donné que j’ai pas mal levé les yeux durant une grande partie de ma lecture, j’en est profité pour me focalisé sur un temps soit peu sur les amis de Slade et j’espère que le prochain opus sera sur Cale, ce stripteaseur aux actes bien bizarre, voir au cœur scellé par un amour passé * danse de la joie *.  Du côté de Hemy, je verrais bien la story se diriger vers un M/M ou M/M/F … Affaire à suivre de très très trèsssssssssssss près !!!

Enfin, malgré un début difficile, je regrette qu’une fois que la machine se soit mise en route d’avoir dû dire au revoir à nos protagonistes.  En espérant que les prochains opus garderont cette dynamique, si durement acquise.

Affaire à suivre.

 

unnamed

Tout ce que je sais, c’est que vous ne venez pas au Walk of shame à moins que vous ne cherchiez à satisfaire vos fantasmes les plus sombres et les plus sauvages.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalleyFrance et plus particulièrement Maiïween pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo