Au-delà de nous : One can be two de Celine Musmeaux

Alexa Hudson (15).jpg

unnamed

Je dois mourir pour sauver Laura.  Il n’y a aucune autre alternative.  Alors, si je craque et que je tombe amoureuse de Julian, je devrais garder ça pour moi.

Rhô lala ! Cette lecture a vraiment pris du temps avant d’être apprécié. La faute à ne pas comprendre le but de Becca, 19 ans, rejetée par ses parents, et qui va apprendre que sa jumelle, Laura est atteinte d’une maladie cardiaque qui ne peut être soignée que par une greffe du coeur.  N’écoutant que son amour pour sa jumelle et le rejet continu de sa famille, Becca va programmer son suicide.  A peine son projet établi, elle va croiser le chemin de Julian, pompier qu’elle va séduire pour Laura.

Ce sera mon dernier combat.  Le vilain petit canard de la famille partira par la grande porte.

Certains verront du courage, derrière son geste.  Moi, je n’y ai vu que de la lâcheté.  Ce n’est pas en se sacrifiant qu’elle va être portée au nu par ses parents.  Au contraire,  cela ne fera que confirmer le fait qu’elle n’avait plus – pas -sa place auprès de sa la famille Beaudry.  A cela, ajouté cette petite usurpation d’identité – oui elle se fait passer pour Laura auprès de Julian -, la tromperie à l’égard du pompier.  Au fur et à mesure ou la longue trame avançait – 93 mini chapitres -, je me suis laisse prendre au jeu, je n’avais qu’une hâte voir son secret dévoiler et donner un petit sursaut l’histoire.  Le personnage de Julian, n’est pas un coup de coeur, mais il est clair que je lui décerne l’Award de la patience.

Du côté de la famille de Becca, je vous épargne les parents horribles, et mon ambiguïté face à Laura : ange ou démon masqué  J’hésite encore.

En ce qui concerne l’histoire à proprement parlée, début difficile, une forme encore fort grammaticale, une ligne du temps pas très précise, pas mal de longueurs/redondances dans le coeur de l’histoire.  Quelques moments tendres, passionnants, rempli d’espoir et beaucoup de larmes.

Enfin, un bon sujet de fond, mais qui n’a pas eu l’impact souhaité, des personnages touchants, de l’amour, et quelques longueurs dans le texte.

unnamed

Le bonheur est à la portée de tous.  Il faut juste se battre pour lui. Personne ne s’en chargera pour toi.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalley France pour l’envoi de ce Service-Presse

LOGO-NYMPHALIS[1]

3469900_orig[1]

Geek moi ! de Celine Musmeaux

Alexa Hudson (14).jpg

unnamed

Je ne m’attendais pas à une telle intervention ni à une telle force.  J’ai l’impression de vivre l’une de mes scènes préférés de Twlight, celle où Edward sauve Bella au début du tome un !

Je ne sais définitivement pas comment vous parler de cette lecture, elle m’a plu, vraiment.  L’histoire d’Amandine et Jérémy était captivante !  Mais …

Ça y est Amandine est ENFIN est une étudiante, elle a de super amis, une vie en devenir et pourtant le jour ou Jeremy le geek de la classe la sauve d’une mort certaine, Amandine va découvrir que sa vie si parfaite, ne l’est pas du tout bien au contraire.  Et pour enfin se découvrir et s’accepter elle aura besoin de son sauveur : Jérémy.

Oui, l’histoire est captivante, Amandine cette jeune étudiante, ce petit bout-en-train qui va s’amouracher du geek, Jeremy.  Sa persévérance m’a fait mal au coeur, à chaque fois qu’elle arrivait à atteindre son but, le côté brusque de Jeremy la mettait en touche.  Mais d »un autre côte sa persévérance m’a fait douter sur son souhait de former un – vrai -couple avec Jeremy. Outre cela, l’auteure met en avant la petite majorité de nos héros.  18 ans, toujours toutes leurs dents et pourtant Amandine et Jeremy, se sont encore des enfants.  Des rêves pleins la tête,  quelques gamineries, un  TGV de découvertes et de premières fois, un amour tout frais, tout innocent, tout mimi.  On découvre les familles de nos héros.  L’isolation d’Amandine et le cocconing de Jeremy.

Ce qui m’a fait défaut durant toute ma lecture : la police de caractères.  Tantôt les pensées sont écrits en italiques, tantôt en caractères « normales ».  Tantôt les actions sont écrits en italiques, en plein milieu de l’action on reprend la police normal.  Je suis devenue dingue, car cela à quand même cassé un peu mon rythme de lecture, j’en suis venir à me demander pourquoi ne pas tout mettre en italique, car tout est vu du point de vue d’Amandine.  Enfin, pour une baptême, j’ai été servie !

Enfin, malgré une petite déception sur la forme de l’histoire, celle-ci était malgré tout captivante.  Des personnages attachants, une tendresse, une fraîcheur, une romance tout en douceur.

unnamed

Le prince charmant n’existe pas ! Il n’y a que des mecs plus ou moins sympas faisant de leur mieux pour séduire  les femmes.  Et visiblement, je ne suis pas à son goût.  Je suis une bonne copine ou une petite soeur, comme pour tous les autres.  Mais moi, je voulais être celle pour laquelle il se battrait. 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalley France pour l’envoi de ce Service-Presse

LOGO-NYMPHALIS[1]

3469900_orig[1]