La Société, tome 5.5 – Un conte d’auteurs de Angela Behelle

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

J’ai honte ! Vraiment.  Mais qui sont ces personnages ? Qui sont Yann Le Breuil et Emi ? J’ai eu beau chercher dans ma mémoire de poisson rouge, et j’en suis venue à la conclusion qu’il s’agissait de nouveaux personnages.  Sorry, Angela mais je n’ai pas été marquée du sceau Le Breuil !

Enfin … Dans cette nouvelle on découvre la relation parfaite de Yann, auteur à succès de la ME de Peyriac.

Alors qu’il était censé passé un weekend vie de couple, Yann va découvrir coup sur coup, les petites manigances de son agent et plus que tout que sa relation parfaite – du vendredi au lundi – est loin d’être le fleuve tranquille qu’il imaginait.

Si je retire le côté « ou suis-je ? Qui êtes-vous ? » et bien, je me suis un peu ennuyée et ce n’est pas faute d’avoir apporter un rien de suspense dans la quête de Yann à retrouver sa bien-aimée, sans oublier les scènes de plaisirs intense entre nos héros.  Non, j’ai lu cette nouvelle sans plus.  Pas de grandes envolées, pas de marques au fer rouge.  Rien, je n’irais pas jusqu’à dire que j’étais soulagée à la fin, mais j’étais proche de cet état.

Bien-sûr cette petite parenthèse ne remet nullement en doute mon appréciation de l’univers de  » La Société » ou de l’auteure.  C’était juste juste pas pour moi.

Tant pis !

espace réservé au texte (2)

– Où est Émi ?

— Je n’en sais rien. Ça fait des mois qu’on ne l’a pas vue. Elle soutient mon regard avec effronterie. Elle est de son côté, pas du mien.

— Estimes-tu aussi que j’ai déconné ? l’interrogé-je néanmoins.

— Il ne m’appartient pas d’émettre de jugement. Je ne suis qu’un rouage de l’organisation.

— Toi et moi, on se connaît depuis pas mal de temps. Alors, je te le demande en tant qu’ami.

— En tant qu’amie, je te réponds qu’il est utile de se poser de temps en temps les bonnes questions et de se remettre en cause. Le bonheur ne s’acquiert jamais définitivement, Yann. Il se cultive au quotidien.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20190626084612

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

***

T1.5 –  T2T3 T4 T5 

Publicités

Beyrouth ou mon éveil à l’érotisme de Sheryn Kay

Espace réservé au texte (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Je suis devenue une femme.

 

Une très belle Ode à la libéralisation sexuelle et sensuelle.

Cette lecture est une biographie sur l’évolution de la découverte sentimentale, sexuelle et relationnelle de Sheryn.  Au fil des pages, on découvre une jeune fille devenir une femme et s’accepter en tant que telle.  Mais derrière cette découverte intime, on découvre une ville en guerre qui n’entrave en rien cette quête de sens et de plaisir.

Je dois avouer que je m’attendais à autre chose, – ne lisant jamais les résumés – et je n’ai pas été déçue car Sheryn narre correctement cette ascension, on ne reste pas bloqué sur l’aspect sexuel au premier degré mais plus sur le ressenti autour de cette découverte, sa relation amoureuse avec l’italien, ses choix de vie, la totale.  J’ai eu l’impression d’être au café du coin avec une amie qui me racontait son histoire, je me suis sentie impliqué plutôt que spectatrice.

Pour conclure, très belle découverte tout en sensualité, érotisme sans être redondant et plaisir diffus.

espace réservé au texte (2)

Je souris et me détends complètement, car je suis sûre à présent que la nuit, déjà pleine de promesses, sera longue.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Olivia pour l’envoi de ce roman

fe70d-blanche[1]

3469900_orig[1]

La Société, tome 1.5 – L’Alpha de l’Oméga de Angela Behelle

Alexa Hudson (3).jpg

unnamed

Je pense que nous venons de lui soumettre un défi qu’elle aura à cœur de relever, ne serait-ce que pour oublier un peu le décès tout récent de son mari.

Rhoooo comme cette nouvelle m’a fait du bien.  Comme cette nouvelle a remis mes petits warning en place.  Pourquoi ? Pour la simple et unique raison que je me suis rappelée à mon bon souvenir que je n’ai jamais fini la saga. A l’époque j’avais pris l’excuse d’attendre tous les volumes pour m’y mettre et maintenant je n’ai qu’une hâte retourner dans les coulisses de  » La Société ».  Mais avant, tout cela, rien de tel qu’une petite nouvelle avec nos héros fard : Alexis et Mickaëlla.

Cette nouvelle revient principalement sur les événements passés avant-pendant-et après la rencontre de Alexis et Mick et raconté par notre cher héros.  Quel plaisir de voir- dans ma tête-, de lire les rapports harmonieux entre Alexis et son père, l’évolution des sentiments d’Alexis et l’emprise de Mick sur sa vie.

6 ans après avoir donné vie à  » La Société », Angela nous démontre que cette série n’a pas pris une seule ride.  J’ai encore pris énormément de plaisir à retrouver son beau phrasé.  Malgré ma longue pause, je me rends compte que mon addiction pour  » La Société » ne s’est pas tari, bien au contraire, elle a explosé en moi et je n’ai qu’une hâte : Tout reprendre à zéro !!!!

Enfin, une nouvelle qui réjouira et réveillera de bons vieux souvenirs aux adeptes de  » La Société ».

unnamed

Mickaëlla est mon oasis en plein désert, mon Eden sur terre.  Je ne me sens jamais plus vivant que lorsque je me fonds dans son corps doux et chaud.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

****

T1T2T3T4T5 

Le Palace, tome 2 – Last kiss de Laurelin Paige

THE (1).jpg

unnamed

Alors tu as été bien claire quand tu m’as dit que tu voulais le lui annoncer ? demande-t-il l’air excédé. Bon sang, Emily. Je me serais planté si je l’avais fait et maintenant je me suis planté parce que je ne l’ai pas fait. Impossible de gagner, avec toi.

BON ! J’ai essayé – vraiment – de faire abstraction du fait que je n’avais aucun atome crochu avec Emily. J’ai vraiment voulu faire de cette seconde lecture un moyen de se quitter correctement et d’oublier le fait qu’Emily est trop instable dans ses décisions, ses demandes/choix de vie. Mais, j’ai eu beau faire, Emily et moi ça n’a pas du tout été. La seule chose qui m’a fait tenir : le mystère autour d’Ambre, sans oublier l’évolution de leur trio.

Alors qu’un spectre du passé revient d’entre les morts, Emily va voir sa relation naissante prendre la tangente.  Entre doute, secret, amour, amitié, Emily va devoir faire un choix entre son amour et son amitié.

Je ne vais pas trop m’étaler sur le fait que le côté bipolaire d’Emily m’a agacé.  Car fort heureusement pour moi il y avait d’autres personnages : Reeve et Ambre.

Autant il y avait de l’ambiguïté dans la relation entre R et A, autant cela ne sait pas trop fait ressentir.  Je n’ai pas eu l’impression de vivre la relation d’un trio, voir une histoire d’infidélité.  Je les ai suivi dans leur quête de réponse, autour du mystère entourant Ambre et la famille de Reeve.  Mais avec un grand sans plus.  Je n’ai pas eu de palpitations – sauf lorsqu’Emily faisait de sa Emily -.  Je suis même ressortie de ma lecture un rien moins amoureuse de Reeve.  Et ce même s’il méritait largement la médaille du mérite de la patience.  Ambre, personnage fantôme qui va avoir son mot à dire dans l’histoire.  J’ai pas hésité sur ses intentions, je ne l’ai jamais vu comme une menace dans la relation de Reeve et Emily mais plus dans la vie de Reeve, tout court.

Cette lecture bien qu’un peu décevante, car je n’ai pas accroché comme je le devais ne m’empêchera pas de continuer la série Fixed qui elle était plus que prometteuse.

Enfin, une fin qui ne m’aura pas totalement emballé.  Tant pis :/

unnamed

Je t’aime, répète-t-il comme un credo. Je t’aime tellement que j’ai l’impression que tu fais partie de mon ADN. Comme si tu étais inscrite dans mon code génétique. Mon amour pour toi me consume tellement de l’intérieur qu’il n’y a plus de place pour rien d’autre.

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Olivia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

*******36

Elizabeth, marquise déchu de Louis Clavel

Alexa Hudson (7).jpg

unnamed

Je l’avoue ce qui m’a attiré en premier c’est le séant au premier plan ! Non, je blague c’est le titre qui m’a directement fait penser à « Angelique Marquise des Anges », n’étant pas une petite fleure bleue je me doutais bien que cette histoire érotique allait quelque fois me mettre mal à l’aise et/ou chatouiller mes envies coquines.

Alors que son statut l’oblige à une certaines retenue et classe, Elizabeth qui file une histoire d’amour secrète va être mise en défaut devant son oncle qui la destinait à un Lord.  Ne pouvant supporter d’être mariée à un inconnu, Elizabeth va s’enfuir avec sa suivante.  Malheureusement, ce qui devait être le début d’une nouvelle vie va se solder par une croisière d’un tout autre genre pour la Marquise.

L’essentiel de la trame se passe en mer.  Après avoir embarqué en tant que Marquise, Elizabeth va vite devenir, la compagne, la prisonnière et une esclave sexuelle.  Même si la partie esclave me semblait logique, mon petit cœur n’a pas trop supporter ce qui arrive à Elizabeth.

Je ne dirais pas que je suis tombée en pâmoison devant le personnage d’Elizabeth car ce n’est pas à proprement parlé ce qui était mis en avant, mais ces actes.  Au fur et à mesure ou l’histoire avance, on la voit prendre peur, se défraîchir. Tomber de très haut pour n’être plus que l’ombre d’elle-même.  Sa domestique n’est pas en reste dans l’histoire elle aura une part, importante dans l’histoire et dans la vie de maritime d’Elizabeth.  Il y aura bien-sûr quelques mâles des gentils, des méchants, des vicieux, et qui arriveront quelques fois à me mettre en émoi.  Sans cela, ce ne serait pas un roman érotique !

En bref, la plume de Louis m’a embarqué dans une croisière charnelle.

Pssstt ! Lecture pour les connaisseurs adeptes du genre, pour les autres … Vous voilà prévenu !!!

unnamed

J’avais d’abord regardé par curiosité, une curiosité mêlée de fascination tiède, amollie par l’alcool, mais désormais une peur grandissait en moi, car je sentais mon ventre s’allumer des sentiments contraires.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-musardine1[1]

Photo

Le Palace, tome 1 – First Touch de Laurelin Paige

36.jpg

unnamed

Un bien belle histoire dans l’ensemble.  Mais j’ai vraiment eu du mal avec les nombreux changements d’attitudes d’Emily.  Un moment elle est joyeuse, l’instant d’après elle est triste, entre elle joue à l’espion et lorsqu’elle a encore un peu de temps elle endosse sa cape de soumise.  C’était vraiment difficile de la suivre.  Je ne savais pas sur quel pied danser avec elle, comme Reeve je craignais qu’un acte nous oblige à faire marche arrière.

Alors que sa vie professionnelle est au beau fixe, Emily va recevoir l’appel énigmatique de son amie d’enfance Amber, lui demandant de lui venir en aide.  N’écoutant que son courage et sa volonté de retrouver celle qui aura toujours été sa moitié.  Emily va se mettre en quête d’attirer dans ses filets le dernier homme qui aura vu Amber – en vie – : le milliardaire Reeve.

L’espace d’un moment durant ma lecture, j’ai eu l’impression de lire Crossfire de Sylvia Day.  J’ai dû reprendre mes esprits, car peut-être que les romans ont été écrits à la même époque, mais dans le fond les histoires ne se ressemblent nullement.

La trame tourne essentiellement autour de l’enquête d’Emily pour retrouver son amie, même si au fil des pages, la romance entre Emily et Reeve a prit le dessus.  On entraperçoit les doutes d’Emily face à ses actes – la sensation de piquer le petit ami de sa meilleure amie-, sa volonté de vouloir tout prendre de Reeve et ne rien donner en retour.  Le seul point qui m’a fait tenir dans son personnage : la soumission.  Emily est une soumise de nature.  Je voulais lire comment elle arrivait à gérer ce pan de sa vie. Fort heureusement pour elle, Reeve est un très bon Maitre.

Même si Reeve est un bon personnage, j’attends encore avant de me prononcer sur celui-ci.  Son passé ne jouant pas à sa faveur, cette sensation de tout savoir, sans rien savoir me trouble un peu.  Donc je vais – encore – attendre.

Avec cette saga, Laurelin nous présente un nouvel univers.  Après  » Fixed on », l’ambiance du  » Le Palace » est plus érotique, BDSM un rien hard – suffocation durant l’acte, je ne suis pas une petite nature mais on aurait pu mettre un warning, je me suis étouffée dans le train -.  Donc, j’attends de voir comment va évoluer la story d’Emily et Reeve surtout que la fin m’a bien laissé sur mon séant. Ravie d’avoir le second opus sous la main !!!

Affaire à suivre 🙂

unnamed

THE.jpg

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Osez … 20 histoires de candaulisme de Collectif

Alexa Hudson (6).jpg

unnamed

Mama Mia, comme je suis ravie d’avoir terminé cette lecture ! Ce recueil de texte a été mon supplice. Je ne suis pas une adepte du voyeurisme, mais j’ai vraiment eu l’impression d’être – dans chaque lecture – dans le rôle du compagnon/de la compagne qui regardait sa tendre moitié prendre du plaisir avec un tiers.

Qu’on soit bien d’accord pour entreprendre ce type d’action, il faut être en total accord avec son partenaire.  Pas jaloux, ouvert d’esprit et bien accepté que ce type d’action reste bien entendu quelque chose d’occasionnel.  Sans cela, ce type de pratique perdrait toute sa saveur.

Comme dis précédemment, j’ai bien rougi – de plaisir – toutes mes lectures.  Les histoires sont brèves, vont toutes dans le même sens, et pourtant chaque texte avait sa petite particularité : l’ambiance, la relation du couple, le 3eme joueur, le côté interdit de commettre l’acte de chair avec un autre partenaire.  Sans oublier la partie dont on ne parle pas tant, mais qui est à la source de cette ambiance, sexuelle : la quête du bon joueur.  Le tout ensemble m’a fait dévorer ce livre de plaisir.

J’ai découvert des auteurs, d’autre que je connaissais de noms, tel Di Cen.  Je peux vous certifier qu’après cela, je ne la verrais plus de la même manière.  Petite coquine.

En bref, ce nouvel « Osez… », va encore plus loin dans la quête du plaisir des synapses !!!

 

unnamed

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement  pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-musardine1[1]

Photo