Le voisin de Lola Doinelle

Informations :

  • Editeur : Albin Michel
  • Collection  : MA Next Romance
  • Nombre de pages : 122
  • Date de publication livre : 3 juillet 2017
  • Date de publication ebook : 13 juin 2017
  • Genre : Romance, nouvelle
  • Prix : 5.99 – 11.50€

Résumé :

Elle retourne chez ses parents le temps d’un été. Tandis qu’elle s’apprête à passer des vacances ennuyeuses, sa rencontre avec le voisin va bouleverser sa vie. Ce qu’elle prend au début pour un simple jeu de séduction avec un homme divorcé prendra au fil des semaines la forme d’une passion vertigineuse.

Mon avis

Lorsque l’Editeur m’a contacté pour un tout autre sujet et m’a proposé entre deux mails l’envoi de ce roman, qui est en faite une nouvelle, je n’ai pas hésité.  J’avais déjà eu quelques échos sur la nouvelle collection de l’Editeur, et je voulais découvrir ce nouveau registre.  A l’heure ou la romance mettant en scène de jeunes adultes – NA – ou bien des adultes HOT HOT, de partout, je voulais voir si on allait suivre le même caneva ou bien proposé quelque chose de neuf.  Il est clair que ce n’est pas avec cette simple nouvelle que je pourrais juger du contenu de la collection, mais toujours est-il que la petite parenthèse de Elle dans sa maison d’enfance avec son Voisin était un interlude, fort agréable.

Etant donné qu’il s’agit d’une nouvelle, on n’a pas le temps de trainer en longueur. Elle est de retour dans la maison de son enfance, auprès de ce cher Voisin, envoyé par ses parents pour la cueillir à sa descente de train.  Quelques  petits échanges, une nuit torride et une nouvelle vision sur cet homme au trait si austère, limite funèbre.

Lola, m’a fait du bien, j’ai apprécié chaque moment avec Elle et le Voisin.  C’était court et bon.  Simple, bien écrit, avec juste ce qu’il faut de tension dans la relation de nos tourtereaux.

En bref, un petit plaisir.

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Constance pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Juliette Society, tome 2 – La chambre de Janus de Sasha Grey

Informations :

  • Éditeur : Le Livre de Poche
  • Collection : Erotique
  • Nombre de pages : 448
  • Date de publication livre : 1er février 2017
  • Date de publication ebook : 1er  février 2017
  • Genre : Suspense, erotique

Prix : 7.49 – 7.60€

Résumé :

Plusieurs années ont passé depuis que Catherine a découvert la Juliette Society et ses mystères. Devenue journaliste, la jeune femme commence à écrire sur la mort d’un mannequin dont les propres expériences ont des échos avec sa soif d’indépendance et ses fantasmes. Ce qui avait commencé comme une enquête de routine devient vite une obsession, et elle retrouve bientôt des chemins connus… Tel le dieu Janus, Catherine doit à la fois scruter le passé et envisager le futur.
Son expérience à la Juliette Society l’aidera-t-elle à comprendre ce qu’elle attend vraiment de la vie, de l’amour et du sexe ? Ou sera-t-elle de nouveau

Mon avis

Après un 1er opus, bien mais qui avait pris du temps à tout mettre en place.  J’en attendais énormément de cet opus.  A la fin du précédent tome, tout – en tout cas je le pensais – était mis en place pour enfin accéder à la Juliette Society.  Mais voilà l’auteure a décidé de nous donner un nouveau suspense et de faire durer notre attente.

La trame tourne essentiellement sur l’enquête de Catherine, autour du décès suspect d’un jeune mannequin – Inaka – ayant laissé derrière elle un journal intime fourbi en informations sur les clubs.  Catherine va user de cet outil, à  des fins professionnels, mais elle va surtout approfondir la connaissance de son corps et de sa sexualité.

Même si j’ai ressenti une certaine amélioration dans l’écriture de l’auteure, dans l’évolution de ces personnages.  J’ai malgré tout eu un peu de mal à entrer dans l’ambiance souhaitée.  Tout était un peu tiré en longueur.  Le rythme de lecture a été quelques peu cassé.   Il m’aura fallu attendre la grande moitié du roman pour trouver un rythme de croisière et de me ré-imprégner des personnages.

L’auteure joue de nouveau avec ses codes, autour des clubs, et plus particulièrement de Janus, personnage énigmatique.  Par ailleurs, certains propos pourraient être considéré comme vulgaire, mettre mal à l’aise.  Sur ce dernier point, j’aurais tendance à dire, quelques fois.

Pour conclure, petite suite quelques fois longue mais avec une fin à la hauteur de la Juliette Society.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melissa pour l’envoi de ce Service-Presse

Résultat de recherche d'images pour "le livre de poche logo"

Photo

*****

 

Juliette Society, tome 1 – Juliette Society de Sasha Grey

Informations :

  • Éditeur : Le livre de Poche
  • Collection : Littérature érotique
  • Nombre de pages : 352
  • Date de publication livre : 1er février 2017
  • Date de publication ebook : 1er février 2017
  • Genre : érotique, groupe secret
  • Prix : 7.60€

Résumé :

Avant que nous allions plus loin, mettons les choses au point. Je veux que vous fassiez trois choses : Un. Ne soyez pas offensé par ce que vous lirez dans les pages qui suivent. Deux. Laissez vos inhibitions au vestiaire. Trois ― et c’est le plus important. Tout ce que vous verrez et entendrez à partir de maintenant doit rester entre nous. OK. À présent, passons aux choses sérieuses.

Mon avis

Ouh la la la la la !!!!!!!!!!!! J’ai vraiment eu du mal à pénétrer  » La Juliette Society ».  Non, par ce que cela prend du temps.  Il fallait planter le décor, nous présenter les personnages nous permettre de s’approprier chaque acteur. Dixit la narration, je m’adresse à toi, comme à un ami à qui je raconte ma story.  Mais c’est un ensemble de tout ça.  J’ai eu du mal avec le personnage de Catherine, cette jeune étudiante en cinéma, car je ne savais pas ou elle souhaitait nous emmener, ce qu’elle voulait nous présenter de sa personne et pourtant au fil de ma lecture, j’ai eu un certain attachement pour elle.  J’ai plus été captivée par sa vie privée que sa quête de sensation forte dans les clubs.

Dans la vie de tous les jours, Catherine fil le « parfait » amour avec Jack, qui lui fil l’extase avec son boulot au QG de Robert Deville.  Une fois forte de cette information, j’ai un peu freiné des quatre fers.  Je ne suis pas du tout friande des histoires d’infidélités et j’avais craint le pire, et Sasha n’entre pas du tout dans ce sujet : MERCI ! Au contraire, on va découvrir une jeune fille dans la fleur de l’âge qui vit une frustration perpétuelle dans sa vie de couple.  La vie sexuelle de Catherine, se passe en grande partie dans sa tête, son imaginaire fait de scénario coquin fin d’obtenir, l’ultime sésame : la jouissance.  Mais alors qu’elle suit son cours, elle va faire une rencontre, qui va bouleversé sa vie : Anna, cette jeune étudiante qui va lui faire découvrir les clubs érotiques.  Pas de club de rencontre, mais des endroits select ou l’on vit, ressent son plaisir.

La trame tourne en grande partie autour de cette quête de plaisir, je n’ai pas spécialement été attiré par cette phase, car je voyais déjà ou l’auteure allait nous mener.  Par contre, il était intéressant de voir Catherine, de découvrir son personnage,ses faiblesses, les non-dits autour de son vœu pieu.  J’ai eu envie de la secouer de ne pas arriver à mettre les bons mots face à son compagnon.  De s’oublier tout en recherchant de l’attention.  Elle avait deux face : Devant les projecteurs elle s’affirmait en mode « même pas peur », et dès que l’on éteignait les spots on retrouvait une jeune demoiselle triste, un peu craintive.

La partie érotique du roman, est très explicite. Pas de quoi être – trop – offusqué.  Mais il est clair que l’auteure ne met pas tout le temps des gants pour décrire certains scènes.  J’ai découvert un auteure, et même si cela a prit du temps.  On termine quand même le roman avec ce petit zeste de suspense et d’énervement… Pas bien, Catherine !

Donc affaire à suivre et vivement la suite …

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement, Melissa pour l’envoi de ce Service-Presse

Résultat de recherche d'images pour "le livre de poche logo"

Photo

Song of Submisson, tome 2 – Contrôle, brûle, résiste de C.D Reiss

songs-of-submission,-tome-2---controle,-brule,-resiste-810114-264-432[1]

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Red Velvet
  • Nombre de pages : 544
  • Date de publication livre : 3 août 2016
  • Date de publication : 3 août 2016
  • Genre : Erotic, Romance contemporaine
  • Prix : 6.49 – 7.50€

Résumé :

Dans ce second volume, l’auteur distille les informations goutte à goutte, dévoilant ce qui se cache sous le masque de playboy dominateur de Jonathan. Plic… sa famille… ploc… ses pensées. Monica saura-t-elle l’accepter tel qu’il se révèle ?
Tandis que leur relation évolue, des forces extérieures s’interposent : l’ancien compagnon de Monica observe dans l’ombre, tandis que l’ex-femme de Jonathan semble avoir une idée derrière la tête…

Mon avis

Bon ! Je vous épargne le long monologue sur ma mémoire de poisson rouge qui a encore frappé.  J’avais lu le T1 à sa sortie et la fin, m’avait laissé un peu pantoise. Je savais que quelquechose m’avait titillé dans la relation de Jonathan et Monica, mais je n’arrivais plus – du tout – à mettre la main dessus.  Je ne dirais pas que le roman a été lu pour la forme, mais la curiosité a prédominé durant les premiers chapitres du roman.
Alors qu’elle file le parfait amour avec Jonathan, Monica va vite découvrir qu’une relation avec celui-ci sera soit un frein ou un plus pour sa carrière artistique.  Ne désirant pas cacher son attrait au BDSM, Monica va devoir trancher entre  » vivons caché,  vivons heureux » ou  » vivons librement », mais une main invisible va s’immiscer dans leur relation ce qui ne sera pas fait pour aider nos tourtereaux.
Malgré un démarrage conflictuel avec ma mémoire de poisson rouge, on est très vite remis dans le bain.  La trame stagne un peu dans la 1ere partie du roman et je me suis demandée si l’auteure allait réellement faire évoluer ses personnages ou non.
Il y a une histoire, une part de suspense dans le chef de cet inconnu.  Mais voilà, l’auteure a en mon sens noyé son histoire, par les nombreuses galipettes de nos héros:  » Comment vas-tu ? -> Faisons l’amour »,  » J’ai besoin de discuter avec toi, -> Faisons l’amour », …
Je sais que je lis un roman classé érotique et donc il faut s’attendre à pas mal de sexe, mais je voulais vraiment que la partie suspense prédomine, qu’on ait de la matière, de l’envie et pour le coup tout cela a prit du temps.  Merci à Mandarine d’être intervenue 🙂
Les personnages.  Même si Drazen, a plus utilisé sa bouche – pour des bisous d’amoureux -, son personnage a prédominé durant toute l’histoire.  Rien ne pouvait être fait ou dit sans celui-ci, attention rien a voir avec le côté Dominant, mais il est l’histoire. Le suspense, part de lui et l’addiction est crée par sa seule volonté.  En bref il est le point de départ et final du tome.  Monica,  m’a agacé.  Non, pas parce qu’elle est invisible, mais j’ai craint une Ana Bis ! Vouloir  » changer » son mec, juste pour son bon plaisir.  C’est lourd.  Sur ce point #DrazenPower.  Il m’a fallu du temps pour me réapproprier le personnage.
Comme dis précédemment l’auteure a mis l’accent sur la partie charnelle de nos héros.  C’était assez pesant.  Heureusement la fin est arrivée, non pas parce qu’il s’agissait de la fin mais parce qu’elle m’a fait bondir de mon siège et que je ne suis pas du tout mécontente d’avoir la suite sous la main !
Affaire à suivre…
Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Jennifer pour l’envoi de ce Service-Presse
Photo
*****
Couverture de Songs of Submission, Tome 1 : Beg

Los Angeles VIP, tome 1 – L’initiation de Vanessa Fewings

Informations :

  • Éditeur : J’ai lu ( pour Elle)
  • Collection : Passion Intense
  • Nombre de pages : 380
  • Date de publication livre : 1er mars 2017
  • Date de publication ebook : 1er  mars 2017
  • Genre : Romance contemporaine, BDSM
  • Prix : … – 7.40€

Résumé :

Mia exulte : elle vient de décrocher un poste chez Envoûtement, un club privé très select de Los Angeles. Troquer ses chemisiers blancs pour des robes noires sexy ne l’effraie pas. Après tout, le salaire dépasse ses rêves les plus fous et lui permettra peut-être de solder ses factures. Sans oublier qu’elle sera la secrétaire de Richard Booth, l’un des hommes les plus influents de la ville. Mais Mia ignore que Cameron, le directeur de l’établissement, l’a engagée dans un but bien précis : charmer son ami Richard. Or, Cameron se prend lui aussi à ce jeu dangereux…

Mon avis

Avant d’ouvrir mon roman, j’ai – en tant qu’adepte de la couv – été frappée par les personnages, ou en tout cas sur le rôle qu’ils sont censé tenir dans le roman.  Je me suis dit :  » Chouette un BDSM, avec une dominante.  C’est tellement rare ».  Et puis pouf ! Pas de dominante, mais encore et toujours un dominant … Mais quel dominant : Richard Booth.

Fraichement engagée au club l’Envoûtement en tant que secrétaire/réceptionniste, Mia va vite découvrir que le club select n’est pas un club libertin comme les autres.

Je ne puis vous parler de ce roman sans mettre en exergue la tension sensuelle, voir sexuelle qui m’a habité durant toute ma lecture.  Je ne savais pas si Mia allait s’enticher de Cameron, le directeur, de Richard son associé, voir des deux.  Il y avait une telle ambiguïté sur ce point, que j’ai cru mourir d’une combustion spontanée !   Mia, est naïve.  Pas la naïve idiote, qui vous fait lever les yeux au ciel, non sa naïveté était marrante, le coup des boules de Geisha était à point.  Malgré son ignorance sur la pratique, Mia fonce, elle n’a peur de rien.  On ressent une certaine gêne, à quelques moments, mais pas de quoi casser votre rythme de lecture.

J’ai été intriguée par le personnage de Cameron du début à la fin, et son implication au sein de l’Envoûtement est à l’image du nom du club.  Un vrai marabout.  Richard pour sa part, m’a semblé instable à quelques moments.  Je ne dirais pas qu’il m’a mise mal à l’aise, mais je ne savais pas du tout sur quel pied danser avec lui.  Un dominant, dominé.  Dominant avec les femmes et dans son boulot, mais dominé par sa vie et par son lien plus qu’ambigu avec Cameron.  Trop trop bizarre.

Vanessa, m’a offert un roman BDSM d’un autre genre.  On lit/entend partout que cette pratique sexuelle est un exutoire, qu’il permet de s’évader, de lâcher prise, d’évacuer et pour le coup, on est pile dans le sujet du lâché-prise à l’Envoûtement.

L’histoire ne tourne pas seulement ou principalement autour de notre trio, le club voit évoluer 3 dominantes.  Hâte de découvrir qui se cache derrière ses bottes en latex.

Enfin, agréable petite surprise que je vous recommande pour sa petite nouveauté dans le genre littéraire.

Photo

 

La Société, tome 5 – L’inspiration d’Emeraude d’Angela Behelle

Informations :

  • Éditeur : J’ai lu ( pour Elle)
  • Collection : Best
  • Nombre de pages : 281
  • Date de publication livre : 17 juin 2015
  • Date de publication ebook : 17 juin 2015
  • Genre : Romance contemporaine, érotique, groupe secret
  • Prix : 5.49 – 6.90€

Résumé :

Quand le directeur des Éditions Peyriac est insatisfait d’un manuscrit, il n’hésite pas à employer les grands moyens pour insuffler à son auteur une inspiration nouvelle. C’est ainsi qu’Emmanuelle Travel, alias Émeraude pour ceux qui connaissent ses récits coquins, rencontre Yann Le Breuil. Cet écrivain séduisant et talentueux lui servira de guide pour franchir les portes de L’Écarlate, un établissement dont le seul mot d’ordre est le plaisir.
Entre eux, c’est la rencontre entre clarté et ténèbres, l’association improbable de deux plumes affûtées. Mais s’ils prennent un goût inavouable à cette recherche de la jouissance et d’idées neuves, seront-ils prêts à aller au-delà du jeu ?

Mon avis

… Behelle : C’est toujours un succès !

J’ai une fois de plus apprécié ma lecture.  Attention, pas toute ma lecture car au début, j’ai bien cru que j’allais fouetter Emmanuelle dit Angela oups, Émeraude.  Oui, oui ce roman est une autobiographie.  L’espace d’un instant, j’ai oublié que ce roman était une réédition, j’ai eu la sensation qu’Angie me parlait directement.  Voyez-vous dans mes précédentes chroniques, j’ai souvent relevé le fait qu’on accédait pas assez à la Société, mais qu’est-ce que la Société en fin de compte ? Un lieu ? Des personnes ? Voir les deux ? Est-ce que l’un peut vivre, sans l’autre ? C’est comme l’histoire de l’œuf et la poule -> qui revient quelques fois dans l’histoire.  Enfin. Angie, j’ai compris, tu écris des histoires bouillante, car je n’ai pas envie de dire sexuelles, mais surtout tu donnes vie à des personnages, car sans eux ton histoire n’aurait plus lieu d’être et donc autant regarder un film porno, si on ne veut que du sexe … J’AI COMPRIS !!! Je ne me plaindrais plus.  Et c’est vrai, ce roman m’a rappelé que si on veut du sexe à tout bout de champ, sans histoire, sans blabla … Et bien, mate un porno !!! Donc, après cette petite tape, je reprend ma lecture et làààààà PAF ! Je découvre parcimonie qu’Emmanuelle, n’a pas l’air très renseigné sur les pratiques qu’elle décrit dans ces romans !!! GGRRRRRRRRRR !!! Angie, KESAKO ! Mon cerveau qui surchauffe de partout, pense directement à cette « auteure », qui a écrit des romans érotiques « juste pour payer ses factures ».  Et, je me dis :  » Non, Angie ! Qu’est-ce que je t’ai fait ? Emmanuelle, t’as intérêt à te (re)prendre en main, ou je le fais ! ».  Mais Yannnnnnnnnnnn, aka Yanounet – rien que pour moi -, débarque sur son fidèle destrier et arrive à mettre des mots sur mes colères.  Il est juste franc, beau, drôle, et dans le coup.  Lui !

Bon ! Vous l’avez compris, j’ai passé un début de lecture, pas très très cool.  Mais dès que tout s’emboite.  Non, pas comme ça.  Esprit mal tourné !! Et bien, j’ai retrouvé Angie : Il faut savoir marcher, avant de courir !!! J’ai savouré ma lecture, le mystère qui plane autour de la Société est encore bien présent, même si une infime partie de l’histoire se passe à l’Écarlate – puis-je considérer qu’on avance d’un pas VERS/DANS la Société, hihi -> Oui, je ne lâcherais !.

Je ne reviendrais pas sur le personnage d’Emeraude, car on pourrait penser que j’ai une dentier contre elle. Non, loin de moi, mon enfant. Yann Le Breuil, écrivain adulé, par ses pairs/fans n’a jamais caché son penchant pour le plaisir.  On passe trop facilement d’homme à femmes, à homme pour une seule femme.  C’était le but, mais j’aurais aimé plus d’hésitation de sa part.  On retrouve bien-sûr tout nos amis des précédents tomes, à l’exception de Mickaella et Alexis.  Are you OK ?

Je ne vais pas revenir sur la plume magique, qui malgré un bon grincement du dentier, d’Angie.  Et je ne vais retenir qu’une chose : BTF time !!!!

Enfin, petite MAJ de l’auteure, agréable moment et surtout … Surtout : NICE ❤

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Photo

*******

Couverture de La Société, Tome 1 : Qui de nous deux ?

Up in the air, tome 4 – Mister Beautiful de R.K Lilley

Informations :

  • Éditeur : Hugo & Cie ( Édition Blanche)
  • Collection : New Romance
  • Nombre de pages : 360
  • Date de publication livre : 12 janvier 2017
  • Date de publication ebook : 12 janvier 2017
  • Genre : Romance contemporaine, drame, erotique
  • Prix : 6.99 – 17€

Résumé :

Dans Mister B. , R.K. Liley se place du point de vue masculin et réussit une véritable performance, sans répétitions ni redites : nous faire entrer dans la complexité de James Cavendish et de Stephan, l’ami de Bianca.

Le livre navigue entre le passé et le présent et nous vivons avec James l’attraction physique et sensuelle qu’exerce Bianca sur lui.

Nous revivons toute la tension sexuelle qui unit les deux amants et qui leur fait vivre une incroyable histoire d’amour.

Mais nous découvrons également l’histoire de l’amitié qui unit Bianca et Stephan avec des scènes déchirantes de leur adolescence tourmentée.

Mon avis

 » This is the end … My only friend … The end  » !!! CA  y est … C’est fini !!!! Bouhhh, je pleure, et repleure et pourtant je pense avoir plus savourer ce tome que le précédent.  Ce n’était pas un tome pour la forme, un ajout inutile.  Bien au contraire ! A la fin du second opus, j’étais encore friande car il y avait eu quelques longueurs, le précédent tome – pour moi – marquait la fin et donc je me suis demandée avant même de commencer :  » Qu’est-ce que Lilley va bien pouvoir nous dire? » et tout fut bon.  Le roman revient pas mal sur le passé de Bianca et Stéphane. J’en attendais énormément de ce personnage, qui m’a plu au fur et à mesure des tomes. Je voulais tout savoir de Lui et j’ai été ravie que l’auteure le mette autant en avant. On revient bien-sûr le passé sentimental de Bianca et James.  Tout est vu par James, le passé et le présent se confondent pour ne former qu’une masse et mettre un point final leur story.

J’ai retrouvé avec cet opus la passion, la frustration et le plaisir qui m’avaient habité dans le tome 1.  Tout est calme, on ne se quitte pas avec un acte rocambolesque.  Non, on prend énormément d’informations, on comble les vides, les coquilles vides ont enfin une réponse, mais surtout on est de nouveau attiré par les personnages de la série – Tristan et Danika * miam miam * -.

Les scènes de plaisir sont toujours aussi intenses, mais je ne serais décrire mon ressenti face à leur passion.  Le drame qu’ils ont vécu les a rendu humble, plus mature, plus humain et moins avare. La jalousie est toujours aussi présente, voir plus.  Mais que voulez-vous, James its James * danse de la joie*.  R.K redonne une nouvelle vie à ses personnages et ça fait plaisir.  J’ai trouvé le roman moins lourd, moins redondant, pas du tout tiré en longueur. Joie, joie !!!  Lorsque le plaisir est bien introduit/conclut, il nous laisse pantoise.

Enfin, très belle conclusion, qui laisse la porte ouverte à une possible suite * sifflement et regard de chat potté à l’Éditrice *.

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Marion pour l’envoi de ce Service-Presse

Résultat de recherche d'images pour "edition blanche hugo roman"

Photo