Outrage de Maryssa Rachel

Outrage par [Rachel, Maryssa]

Informations :

  • Editeur : Hugo & Cie / Edition Blanche
  • Collection : …
  • Nombre de pages : 320
  • Date de publication livre : 17 août 2017
  • Date de publication ebook : 17 août 2017
  • Genre : Trash, Hard
  • Prix : 9.99 – 17.95€

Résumé :

Le roman de l’emprise. Le roman de l’injustice des sentiments. Le roman de l’amour qui s’enfuit.

 » L’amour, le seul, l’unique, celui dont on n’oubliera jamais le nom, porte les stigmates de nos plus terribles douleurs.  »

Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.

Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse, passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble, peut être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.

Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas la bête qui rugit en elle et qui lui dit  » fuis « . Son corps, son sexe deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…

Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur : le sexe.

Mon avis 

Résultat de recherche d'images pour "rocky balboa gif"

 

Je me suis toujours targuée d’être une personne ouverte d’esprit. Certaines choses me déplaisent dans la lecture : infidélité, les discours à rallonge, inceste, pédopornographie, la zoophilie,… Je dois dire que pour les deux derniers points. Je n’aurais jamais cru qu’un auteur pourrait un jour abordé ce type de sujet, sauf dans le cas d’un témoignage … Pour le coup j’ai eu un Wash and Go 2 en 1 !

Mais avant toute chose, revenons sur cette lecture, en deux parties.

Dans la première partie, on découvre le personnage – tourmenté – de Rose.  Tandis qu’elle vit une histoire au jour le jour avec S., elle va faire la connaissance d’Alex, un toxico tout aussi instable qu’Elle en amour.  S’ensuit une relation de domination psychologique, qui va pousser Rose à s’éloigner du monde, de S. et à ne vivre et respirer que pour Alex et ses désirs osés.

Bon ! Jusque là, j’ai envie de dire tout va bien si, ce n’est qu’on découvre très rapidement la cause du malaise de Rose.  L’auteure ne met pas de gants pour décrire le passé familial de celle-ci, les mots sont durs, choquants. L’histoire nous est raconté du point de vue de Rose et donc, il s’agit de sa vision de la chose.  Ce qu’elle a vécu dans sa prime jeunesse est juste immonde, horrible. Je regrette qu’on n’est pas eu de détail sur le chemin fait par Rose. On survole ce point, on nous balance une bombe, ensuite on passe à autre chose.  Pas de procès pour ces adultes, ces parents qui ont failli dans leur rôle, ainsi que la société.  Quelques séances chez le psy, mais rien de plus. Je dois avouer que sur ce point l’auteure aurait dû plus étayer la vie de Rose et pas juste nous donner la face trash, mais une part du combat que Rose mène.  Alex, pour sa part, on n’a aucune information, je dois vous avouer que je ne l’ai pas directement vu arriver, j’ai dû relire le chapitre pour comprendre qui il était tellement tout me paraissait un peu brouilon dans la tête de Rose.

Jusqu’ici, la trame de fond joue essentiellement sur le psychologique.  Je n’ai pas adhéré à toutes les actions de Rose.  L’amour n’excuse pas tout et ne nous permet pas de tout accepter.  Il faudra du temps à Rose avant d’appuyer sur le bouton STOP, ou plutôt sur le bouton PAUSE.

Dans la seconde partie du roman, Maryssa m’a TOTALEMENT perdu ! J’ai continué  » à lire » le roman, mais sans grande conviction.  Le trash, s’enchainait à une autre scène encore plus trash.  J’ai cherché mon propre bouton STOP et pourtant j’ai continué la descente aux enfers de et avec Rose.

Lorsque l’Editeur nous a proposé le roman, j’avais vite survolé le résumé, en me disant :  » Cool, mon ero de l’été ! ».  Quelques jours après ma demande, nous – les partenaires – avons été recontacté par l’attachée de presse, qui nous a averti sur le fait que le roman était dur.  Pour ma part, je me suis dit :  » Pff, même pas peur, envoi la sauce, Olivia ! ».  Je n’avais même pas encore ouvert le roman que j’ai vu un tsunami sur la toile tout le monde restait éffaré sur le roman, sur son contenu.  Je me suis éloignée de tout car je ne voulais pas être aiguillé par le comité des « extraits » et me chopper des spoiles, je ne lis pas les résumés, ce n’est pas pour me chopper des extraits longs comme le bras.  Je voulais me faire ma propre idée sur le roman, qui avait été buzzé – de dingue -.  Et je ne sais toujours pas quoi en penser.  Le roman n’est pas trash, non je n’ai pas de mot pour décrire la bille qui est remonté … Un lévrier ! Seriously, Marysse tu pouvais tout me donner mais pas ça.  Je pense que j’aurais pu continuer sur la partie inceste et justifier le raisonnement de Rose.  J’aurais pu – peut-être – après coup, je dis ça. Mais à partir de ce bout de lecture, Marysse m’a perdu, je n’étais plus dans l’histoire.  Je n’ai plus trouvé d’excuse au agissement de Rose, j’ai même penser que son histoire avec Alex aurait dû continuer.  On ne peut pas en mon sens, écrire sur un tel sujet.

Certains diront qu’il faut de tout, mais je pense qu’une limite devrait exister.  L’auteure a jouer sur plusieurs tableaux tabous. Des sujets impensables, impossible, ingrat, imbuvable, choquant.  Et sur ce point le pari est réussi.

Je ne vais pas jouer le jeu de la polémique, mais il est vrai que le roman manque d’information.  Que cela soit sur la couverture ou une mention en début de roman afin d’avertir le lecteur sur le contenu de celui-ci.  Après à savoir s’il fallait ou pas publier le roman, j’aurais dit oui pour la 1ere partie – en approfondissant – et non pour la seconde.  Je ne vais pas critiquer la santé mentale de l’auteure, ça serait faire le jeu de la polémique.  Je ne sais pas ce qui a poussé l’auteure à vouloir aborder de tels sujets si ce n’est provoquer la conscience humaine, bousculer, nous marquer au fer rouge,…

Enfin, j’ai lu le roman.  Je rejoins le cercle très fermé des lectrices qui ont lu le roman.  Je ne vais pas polémiquer des heures dessus.  Je vais passer à autre chose, lire autre chose, afin de tout remettre dans les cases de mon cerveau littéraire, car là c’est le grand chaboulement dans ma tête.

Le mot de la fin … J’ai survécu à Outrage …

Résultat de recherche d'images pour "rocky balboa gif"

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Olivia et Déborah pour l’envoi de ce Service-Presse

Résultat de recherche d'images pour "edition blanche hugo roman"

Photo

******

Un peu de lecture … Non, il ne s’agit nullement d’un extrait mais d’un article de presse paru à ce jour dans ActuaLité sur le roman

ICI

Publicités