Songs of Submission, tome 3 – Chante, accomplis, triomphe de C.D Reiss

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Red Velvet
  • Nombre de pages : 544
  • Date de publication livre : 2 novembre 2016
  • Date de publication ebook : 2 novembre 2016
  • Genre : Romance contemporaine, BDSM, erotic
  • Prix  : 5.49 – 7.50€

Résumé :

« Je n’imaginais pas à quel point c’est douloureux. Je ne pensais pas que ça me blesserait si profondément. Je ne savais pas ce dont je suis capable pour lui. Je ferai tout pour y arriver. Tout. Il faudra que je me batte pour ce happy end, et il faudra que nous y survivions. »

Alors que la carrière de chanteuse de Monica explose, la vie de Jonathan est en danger. La jeune femme est prête à tout pour le sauver ― pour le meilleur et pour le pire. Mais comment s’engager avec autant d’incertitudes ? Monica est sur le fil du rasoir : financièrement le gouffre se creuse et ses émotions sont en vrac. Mais la force de leur lien charnel n’a jamais été aussi intense – comme s’ils y puisaient, de toutes leurs forces, l’espoir qui leur permettra de « dominer » cette vie sans pitié.
Arriveront-ils à surmonter toutes ces épreuves ensemble ?

Mon avis

Malgré le grand coup de stress à la fin du précédent tome, j’avais une très grande crainte face à ma lecture.  Après une bonne dose de galipettes, j’en attendais plus de nos personnages et plus particulièrement de Monica.  Et je l’ai trouvéééééééééé : FORTE ! Le girl Power était en elle, tout au long du roman.  Je me suis réappropriée le personnage, je n’ai plus voulu la lâcher de crainte de la perdre à nouveau.

Alors que Jonathan se bat pour sa vie, Monica va se battre pour eux.  Entre une accumulation de dettes, une carrière en dent de scie, un amour entre la vie et la mort : Monica ne sera pas/plus vers quel Saint se vouer, au point de vouloir commettre l’irréparable.

ENFIN DU SUSPENSE ! Je sais que je lis un roman classé  » erotic », mais je pense qu’il est important de donner vie à une histoire, pour le coup je ne m’attendais pas à ça.  Le 1er test « suspense » dans le tome 2 avait été un peu vite fait, mais ici l’auteure a prit le temps de faire monter le suspense crescendo.  Le combat de Monica est beau, ses prises de décisions sont compréhensibles.  J’en suis même venue à me demander ce que je ferais à sa place. Serais-je si radical ? Qu’adviendra-t-il de ma conscience ? Blabla … En bref, ce fut dur pour mes neurones.

Les personnages.  Comme dis précédemment, je me suis réapproprié le personnage de Monica.  Je l’ai trouvé plus forte, plus femme.  On a toujours droit à ses rapports Dominant/Soumise mais pour le coup, tout cela pouvait bien attendre.  Jonathan, une fois n’est pas coutume : Il est l’histoire, même s’il est moins présent, son cas fait l’histoire.  On retrouve Jessica, l’ex ainsi que la famille Drazen.

La trame était plus entrainante, on avait un fond et une forme, sans oublier le dernier chapitre qui était plus fourni en informations sur nos héros. Il est vrai qu’en lisant ce chapitre, je me suis rendue compte qu’il y avait quelques coquilles et ce dernier chapitre, nous permet de clôturer comme il se doit la saga.  Merci C.D

Je ne lis jamais les remerciements et pour le coup, j’étais tellement dans l’histoire que je ne me suis pas rendue compte directement que la petite note de l’auteure face à un évènement marquant était un fait vécu <3.  No comment.

Pour conclure, très belle fin.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Jennifer pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

*****

Couverture de Songs of Submission, Tome 1 : Begsongs-of-submission,-tome-2---controle,-brule,-resiste-810114-264-432[1]

Song of Submisson, tome 2 – Contrôle, brûle, résiste de C.D Reiss

songs-of-submission,-tome-2---controle,-brule,-resiste-810114-264-432[1]

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Red Velvet
  • Nombre de pages : 544
  • Date de publication livre : 3 août 2016
  • Date de publication : 3 août 2016
  • Genre : Erotic, Romance contemporaine
  • Prix : 6.49 – 7.50€

Résumé :

Dans ce second volume, l’auteur distille les informations goutte à goutte, dévoilant ce qui se cache sous le masque de playboy dominateur de Jonathan. Plic… sa famille… ploc… ses pensées. Monica saura-t-elle l’accepter tel qu’il se révèle ?
Tandis que leur relation évolue, des forces extérieures s’interposent : l’ancien compagnon de Monica observe dans l’ombre, tandis que l’ex-femme de Jonathan semble avoir une idée derrière la tête…

Mon avis

Bon ! Je vous épargne le long monologue sur ma mémoire de poisson rouge qui a encore frappé.  J’avais lu le T1 à sa sortie et la fin, m’avait laissé un peu pantoise. Je savais que quelquechose m’avait titillé dans la relation de Jonathan et Monica, mais je n’arrivais plus – du tout – à mettre la main dessus.  Je ne dirais pas que le roman a été lu pour la forme, mais la curiosité a prédominé durant les premiers chapitres du roman.
Alors qu’elle file le parfait amour avec Jonathan, Monica va vite découvrir qu’une relation avec celui-ci sera soit un frein ou un plus pour sa carrière artistique.  Ne désirant pas cacher son attrait au BDSM, Monica va devoir trancher entre  » vivons caché,  vivons heureux » ou  » vivons librement », mais une main invisible va s’immiscer dans leur relation ce qui ne sera pas fait pour aider nos tourtereaux.
Malgré un démarrage conflictuel avec ma mémoire de poisson rouge, on est très vite remis dans le bain.  La trame stagne un peu dans la 1ere partie du roman et je me suis demandée si l’auteure allait réellement faire évoluer ses personnages ou non.
Il y a une histoire, une part de suspense dans le chef de cet inconnu.  Mais voilà, l’auteure a en mon sens noyé son histoire, par les nombreuses galipettes de nos héros:  » Comment vas-tu ? -> Faisons l’amour »,  » J’ai besoin de discuter avec toi, -> Faisons l’amour », …
Je sais que je lis un roman classé érotique et donc il faut s’attendre à pas mal de sexe, mais je voulais vraiment que la partie suspense prédomine, qu’on ait de la matière, de l’envie et pour le coup tout cela a prit du temps.  Merci à Mandarine d’être intervenue 🙂
Les personnages.  Même si Drazen, a plus utilisé sa bouche – pour des bisous d’amoureux -, son personnage a prédominé durant toute l’histoire.  Rien ne pouvait être fait ou dit sans celui-ci, attention rien a voir avec le côté Dominant, mais il est l’histoire. Le suspense, part de lui et l’addiction est crée par sa seule volonté.  En bref il est le point de départ et final du tome.  Monica,  m’a agacé.  Non, pas parce qu’elle est invisible, mais j’ai craint une Ana Bis ! Vouloir  » changer » son mec, juste pour son bon plaisir.  C’est lourd.  Sur ce point #DrazenPower.  Il m’a fallu du temps pour me réapproprier le personnage.
Comme dis précédemment l’auteure a mis l’accent sur la partie charnelle de nos héros.  C’était assez pesant.  Heureusement la fin est arrivée, non pas parce qu’il s’agissait de la fin mais parce qu’elle m’a fait bondir de mon siège et que je ne suis pas du tout mécontente d’avoir la suite sous la main !
Affaire à suivre…
Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Jennifer pour l’envoi de ce Service-Presse
Photo
*****
Couverture de Songs of Submission, Tome 1 : Beg

L’art et la manière Danielle Guisiano

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Red Velvet
  • Nombre de pages : 288
  • Date de publication livre : 31 août 2016
  • Date de publication ebook : 25 novembre 2016 ( chez BMR)
  • Genre : Romance contemporaine
  • Prix : 7.50 – 10.99€

Résumé :

Entre sa carrière d’infirmier et sa petite amie Séverine, Julien avait planifié son avenir. Jusqu’au jour où Séverine le quitte, prétextant qu’il ne sait pas faire l’amour. D’abord vexé et déstabilisé, Julien se ressaisit et s’inscrit au Bleuet, un institut de coaching spécialisé dans l’art et la manière de développer sa sensualité. Allongé seul dans une cabine qui le coupe du monde, guidé par une voix anonyme, il va apprendre à lâcher prise, prendre peu à peu confiance en ses émotions et ses sensations. Mais une fois sorti du cocon du Bleuet, Julien retrouve toutes ses difficultés. À l’hôpital, il est incapable de garder la distance affective qui le sépare d’un jeune patient et de sa maman, Amandine. Quoiqu’il fasse, il ne parvient pas à les laisser s’effacer de sa vie. Où qu’il aille, cette mystérieuse jeune femme se trouve sur son chemin. Pur hasard ou curieuse coïncidence ?

Mon avis

Premier test semi concluant avec Danielle.

L’histoire sort des romans d’amour vu et revu.  Julien est un jeune infirmier au service pédiatrie, alors qu’il pense filer le parfait amour avec Séverine, celle-ci va le plaquer du jour au lendemain sous le prétexte qu’il n’est pas un bon coup au lit.  Ouille ! Au même moment, il va faire la rencontre d’Amandine, une jeune mère de famille venue avec son fils, subir une lourde opération.  Deux cœurs abandonnés au même moment, malgré leur attirance commune, ce n’est pas le bon timing : Julien doit retrouver sa libido et Amandine doit s’en sortir.

Comme dis précédemment mon 1er test Danielle a prit du point de vue de l’histoire.  J’ai apprécié ses personnages, simples, touchants, chacun avec leur drame, ils arrivent à vous donner du plaisir à différents degrés. Le parcours de Julien n’est pas du tout atypique et pourtant on ne s’imagine pas le nombre d’hommes ou de femmes qui vivent ce type de drame, j’ai apprécié que l’auteure nous apporte un sujet sensible, sans trop tiré sur la corde raide du larmoyant où se l’a joue sexologue.  Chacun son job ! On a juste ce qu’il faut pour obtenir notre happy end.  Amandine, j’ai eu envie de la secouer, face au drame de son enfant.  MOI ! On fait ça à l’une de mes filles, mais rien que d’y penser, j’ai des envies de meurtres.  Je l’ai trouvé fort passive.  Oui, le mal est fait ! Mais il n’empêche. Enfin.  Si je zappe l’étape  » secouer Amandine », et bien son personnage à cette petite touch  qui l’a rend attachante ou à attacher, selon les envies et les moments ^_^. Bon personnage.

Pour ce qui est de la trame/narration et c’est sur ce point que l’auteure m’a perdu : narration à la 3eme personne.  Je ne m’y fait pas, je ne suis pas une adepte.  Je n’arrive pas à accrocher totalement à l’histoire. J’ai cette sensation qu’on veut me tenir à l’écart et c’est assez frustrant.

Donc, belle histoire dans la fond, sujet intéressant, mais qui a eu du mal à m’atteindre comme il le devait. Dommage :/

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Jennifer pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Te laisser partir de Clare Makintosh

Couverture de Te laisser partir

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Marabooks
  • Nombre de pages : 456
  • Date de publication livre : 3 février 2016
  • Date de publication ebook : 3 février 2016
  • Genre : Suspense , violence conjugale, thriller
  • Prix : 14.99 – 19.99 €

Résumé :

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie. Ce premier roman magistral écrit par une ex-commandant des forces de police britanniques est un thriller psychologique d’une rare intensité, aux rebondissements à couper le souffle.

Mon avis :

Une claque, une gifle, un soufflet, une tapette, une baffe, une torgnole,… Bon ! Je pense avoir fait le tour des synonymes, car ce roman m’a bien eu et pourtant cela n’a pas du tout commencé comme je m’y attendais.

En 1ere partie.  On commence le roman par un accident de voiture – mortel -.  En tant que jeune maman, je vous avouerais qu’en plus de pester contre le monde entier, j’en ai surtout voulu à la mère de quitter la ville, plutôt que de TOUT faire pour retrouver le conducteur de la voiture fantôme qui a fauché son enfant.  Outre cela, on suit l’enquête de Ray, sa vie, blabla… Et j’ai un peu cherché le paradoxe, car j’ai pas mal baillé… Jusqu’au moment ou ma mâchoire est resté bloqué …

Car la seconde partie est arrivé, sans s’annoncer et j’en suis encore TOUTE retourné, un défilé de pages et j’ai grave pesté contre l’auteure de nous avoir berné.  Je me suis fait avoir comme une bleue, verte, grise, toutes les couleurs de l’arc-en-ciel sont passé sur mon visage.  Je n’ai pas su décroché.  BRAVO ! Vraiment, bravo, Madame car votre roman est une TUERIE !!! Tout est bon, pour vous faire passer un excellent  moment.  Alors, non outre Ray, je ne vais pas vous parler des autres personnages car le spoiles risque de s’immiscer par mégarde.  J’ai retapé ma chronique 3 fois et j’en reviens toujours à la même conclusion : VOUS DEVEZ LIRE CE ROMAN !!!!!

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Éditeur, et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Balle Perdue de Mary Louise Kelly

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Thriller
  • Nombre de pages : 374
  • Date de publication livre : 1er juin 2016
  • Date de publication ebook : 1er juin 2016
  • Genre : Thriller, drame familial
  • Prix : 14.99 – 19.90 €

 

Résumé :

Caroline Cashion, professeure de littérature française l’université de Georgetown, apprend avec stupéfaction, lors d’une IRM, qu’une balle est logée à la base de son crâne. Comment est-ce possible, alors que Caroline n’a jamais essuyé aucun tir, et qu’elle n’a aucune cicatrice ? La jeune femme apprend alors qu’elle a été adoptée après le meurtre de ses parents biologiques, tués alors qu’elle avait trois ans. Victime d’un coup de feu, la fillette a survécu, mais la balle n’a pas pu être retirée. Une balle qui est restée dans son crâne pendant 34 ans. Caroline retourne dans sa ville natale, déterminée à découvrir pourquoi ses parents sont morts. Elle y apprendra que l’enquête n’a jamais été bouclée, et que le tueur court toujours. Caroline est en danger : la balle logée dans son cou pourrait permettre d’identifier le meurtrier, qui fera tout pour que la police ne mette pas la main dessus. Elle devra alors faire un choix : fuir et rester en vie, ou persévérer et se battre.

Mon avis :

Je vous avouerais que je ne sais pas quoi penser de ma lecture.  Non, je n’ai pas eu peur loin de moi cette pensée.  J’ai trouvé – souvent – que Caroline était un peu trop naïve, je ne dirais pas bête car ce n’est pas vrai du tout mais comment ne pas aller dans ce sens avec de tels éléments.

Alors qu’elle doit effectuer un contrôle de routine, suite à des douleurs au poignet, Caroline apprend à son corps défendant qu’une balle est longée près de sa colonne vertébrale.  Pensant à une erreur médicale, Caroline va entreprendre plusieurs examens, qui entre-temps vont ouvrir la boite de Pandore familiale.  Elle va découvrir coup sur coup, qu’elle a été adoptée, suite à la mort – par balle – de ses parents, qu’elle est la seule rescapée de ce drame et que la balle dans son cou est la seule preuve pouvant mener au meurtrier de ses parents.

Jusque-là, j’ai envie de dire ‘ tout va bien ‘ ! Mais vous ai-je dis que Caroline est un peu naïve et qu’il lui faut du temps avant de percuter l’information.  Je peux comprendre qu’elle veuille tout faire pour aider la justice, mais pourquoi AUTANT se mettre sous les feux des projecteurs ALORS qu’un potentiel meurtrier court toujours ?

J’ai eu envie de la secouer, comme j’ai secoué mon roman.  Mais rien n’y fait, Caroline a continué son chemin de croix.

Bon ! Je  ne dirais pas qu’à cause de cela ma lecture fut un désastre.  Il ne faut pas pousser Bobonne dans les orties .   Le roman est très bien écrit, et le suspense est bien là, car qui a bien pu tirer sur une gamine de 3 ans en la laisser pour morte et surtout QUI veut empêcher de voir étaler au grand jour son méfait ?  Le roman est raconté un peu comme un journal intime.  On suit au jour le jour chaque étape dans ce long combat.On ressent – vraiment – que pour Caroline, tout ce, la dépasse, vraiment.  Entre les découverte familiales, de ses parents biologiques, amis du présent et du passé, tout est fait – de ce point de vue – pour vous faire passer un bon moment.

Les personnages.  On découvre les membres de la familles de Caroline, ses parents et ses frères, frangine sont attachants.  Même si Caroline a été un peu naïve, sur certains points, son appétit, lui ne s’est pas barré en cours de chemin !  Le stress, ça donne faim ^_^

Enfin, petit moment de suspense fort agréable

Je tiens encore à remercier l’Éditeur, et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

La masseuse, tome 3 – Confession de Sierra Kincade

Couverture de La masseuse, Tome 3 : Confession

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Red Velvet
  • Nombre de pages : 384
  • Date de publication livre : 10 février 2016
  • Date de publication ebook : 10 février 2016
  • Genre : Romance contemporaine, suspense
  • Prix : 8.99 – 12.90 €

Résumé :

Anna Rossi a préféré quitter Alec Flynn plutôt que de mettre en danger sa famille et ses amis. Mais, malgré tous ses efforts, elle ne peut l’oublier…

Alec, il sait que les preuves qu’il a rassemblé contre Maxime Stein sont suffisantes pour l’empêcher définitivement de nuire. Pourtant, de nouveau éléments remettent son témoignage en question, et le millionnaire pourrait être libéré. Quant à la jeune femme, elle ne parvient pas à garder ses distances avec Alec, quand bien même leur relation mettrait de nouveau sa vie en péril.
Alec et Anna pourront-ils surmonter les dangers auxquels les exposent ces rebondissement ? Auront-ils une vraie chance d’être heureux ensemble ?

Mon avis :

Avant de me lancer dans ce dernier opus, je ne savais pas trop ou l’auteure allait nous emmener étant donné que le nœud de l’affaire liée à Alec était connu et que du côté romance, on n’avait plus rien n’a se mettre sous la dent !  Les ruptures ça fait mal !!

Malgré son amour pour Alec, Anna a préféré mettre un terme à leur histoire et reprendre sa vie ‘ à zéro’, pour elle mais surtout pour ses amis.  Dans le même temps, Alec doit faire face aux accusations qu’il tient à l’égard de son ancien patron.  Malgré sa culpabilité avérée, Stein va réussir à semer le doute autour de lui ce qui va ramener Anna au devant de la scène, et l’obliger à reprendre contact avec Alec.

Quand il n’y en a plus … Il y en a encore !

Les personnages. L’un n’allait pas sans l’autre.  Alec ne peut exister sans Anna et inversement.

Je dois avouer que la 1ere partie du roman, rejoignait mon ressenti d’avant lecture et je trouvais ça ‘bête’ qu’après autant de rebondissement, Sierra nous oblige à lire une simple histoire d’amour ! Mais ça c’était avant qu’Anna et Alec soient (re)prit dans les filets de Stein.  Là, j’ai APPRÉCIÉ ma lecture.  Les pages ont défilées, je pense même avoir lu l’un ou l’autre paragraphe en diagonale car je devais connaitre l’issue.  L’étau s’est resserré à chaque paragraphe, j’ai eu chaud pour tous nos héros. Car il ne s’agissait plus seulement de notre trio, car chaque protagoniste a su tirer son épingle du jeu.  I LIKED !!!

Pour ce qui est de la série en  elle-même, je l’ai trouvé très bien écrite, même si je me pose encore cette question :  » Pourquoi la masseuse ? », car on évolue pas du tout dans cet univers et cela porte à confusion.  Dommage, sur ce point

Pour conclure, très bonne série ! A LIRE et ne vous laissez pas avoir par son titre.  A moins de vouloir vous faire masser les neurones de stress ^_^

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Editeur, et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

***********

UN CLIC … UNE CHRONIQUE

Couverture de La masseuse, Tome 1 : ManipulationCouverture de La masseuse, Tome 2 : diversion