Companyof Killers, tome 1 – A la recherche de Sarai de J.A Redmerski

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Je suis prise au piège dans les bras d’un tueur impitoyable, mais c’est là que je veux être.

En un mot : Une tuerie … En quatre : Ou est la suite ? Très belle surprise, une trame dramatique, sur fond de dark romance : Sarai et Victor m’ont captivé !

9 ans.  9 ans que Sarai, vit enfermé dans la tour dorée du trafiquant Javier, jusqu’au jour ou un américain, va venir s’entretenir avec celui-ci.  Sarai, y verra une porte de sortie, sa porte de sortie vers la liberté, et (re)trouver sa vie d’avant.  Ce que Sarai, n’avait pas imaginé c’est que son sauveur n’a rien du prince charmant et a tout l’attirail du parfait tueur en série.

Dès le départ, on entre dans le vif du sujet.  Sarai était une enfant, lorsqu’elle fut vendue au trafiquant, Javier.  Elle a très vite compris que pour survivre, elle devait se plier aux exigences de son bourreau.  Malgré sa captivité, Sarai ne perdra jamais de vue son objectif : fuir.  Même si elle se doute que l’Américain, n’est pas tendre – de part ses liens avec Javier -, elle ne pourra passer à côté de sa chance et va vite découvrir que son nouvel allié, est un tueur à gage.

Victor.  Victor. Victor.  Ce personnage a directement capté mon attention.  Son côté sombre, méchant, taciturne qui n’en touche pas une et pourtant, me l’ont rendu séduisant.  Oui, oui il n’y a que dans les films et les dark romance qu’on est atteinte du syndrome de Stockholm.  Mais j’assume complètement mon envoûtement pour Victor.  Sarai est une femme, non pas une jeune femme ou fille, car elle a grandi trop vite.  Elle est forte, elle a du caractère, du bagou et même dans la misère de sa vie et des obstacles elle arrive à garder la tête hors de l’eau et à trouver ses priorités.  Je ne lui ai pas trouvé un seul défaut, j’ai craint pour elle, mais à aucun moment, je n’ai eu de doutes sur sa force physique et mentale de tueuse.

Je ne vais pas trop revenir sur la trame, J.A nous offre une belle histoire sur fond de dark romance.  L’évolution des personnages est très bien faite.  Un vrai mélange de plaisir, de stress, d’addiction et de AGAIN !

Vivement le second opus et découvrir … Izabel !

unnamed

Je n’aurais jamais cru me trouver un jour dans la position de ces pauvres filles que l’on voit dans les films d’horreur, celles qui se réfugient en courant dans une maison où les attend un plus grand danger que celui qu’elles fuient, ou qui trébuchent en s’enfuyant dans les bois.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

Publicités

Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer de Anneliese Mackintosch

Alexa Hudson (3).jpg

unnamed

Cette chronique sera très brève…

Oui, le putain de livre qui va tout déchirer et qui m’a paru bien long ! Pas que l’histoire n’était pas captivante, car Ottila est bien drôle dans son genre, mais je n’ai pas su m’approprier la plume de l’auteure, trop confuse, trop lourde, ce qui ne m’a pas permis d’adhérer comme il se doit à l’histoire, que j’ai étiré à l’infini et m’a fait prendre/perdre tellement de temps à le lire – j’avoue – et rendre chaque reprise de plus en plus difficile.

Donc, si je devais retirer tout cela et ne me focaliser que sur les aventures d’Ottila, je dirais qu’elle est complètement loufoque avec quelques fois un discours un peu décousu.  Après avoir laissé derrière elle, toute les personnes qui l’a tirait vers le bas, Ottila a décidé de reprendre sa vie en main, grâce au livre du bonheur, trouvé dans les rayon de la bibliothèque et Thalès, son seul ami.

En bref, ça n’a pas été et j’ai terminé l’histoire car je voulais savoir comment tout cela allait se terminer pour Ottila.

unnamed

Mais n’oubliez pas, si vous constatez que vous faites des erreurs, il n’est jamais trop tard pour les corriger.

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Monsters in the dark, tome 1 – Larmes de misère de Pepper Winters

THE (2)

unnamed

C’EST DE LA BOMBE !!!!! Alors je vous rassure, j’ai déjà lu plus hardcore pour mes neurones dans le genre dark romance.  Mais les personnages et surtout le cas atypique de esclave – Tess pour les intimes -, était intéressant, captivant et le sujet si intelligemment posé que j’ai plus cogité sur cela que sur sa captivité en elle-même. Sans oublier la petite parano que j’ai crée dès les premiers actes posés – sur l’enlèvement de celle-ci – .

Malgré ce qu’elle considère comme un handicape dans sa vie sexuelle, Tess, est une jeune fille épanouie et amoureuse de Brax.  Afin de fêter comme il se doit leur rencontre, celui-ci l’emmène sur les plages du Mexique.  Après une petite virée, nos amoureux vont se désaltérer, mais tout ne se passe pas comme prévue : Tess est enlevée, vendue et donnée en cadeau à Q.  Tess est une soumise par nature, mais ce n’est pas une raison pour se laisser soumettre par son nouveau Maître, elle va se battre et tout faire pour retrouver sa liberté.

Comme dis précédemment, j’ai déjà lu des romans dark, tels Penelope Douglas, Anna Zaïres, qui m’ont chamboulés du début à la fin.  Non, pas que Pepper a loupé le coche, mais j’ai commencé cette lecture avec une sensation de déjà-lu et donc je n’étais plus très attentive à l’histoire en elle-même, mais plus dans l’attente de la chute et de me dire  » je le savais ».  Femme de peu de fois, que je suis !!! Que nenni, Pepper a su remonter la pente avec ce petit sujet sous-jacent : soumission et captivité.  Autant au début j’ai eu l’impression que cette facette de l’héroïne était mise en avant pour excuser le fait qu’elle allait s’emboiter avec son bourreau, dans son Manoir français.  Mais on se rend compte que le sujet est tellement bien abordé, que celui-ci coupe la chique aux préjugés : Ce n’est pas parce que je suis une soumise, que j’accepte de me faire enlever et utiliser comme bon leur/lui semble.  Ne pas oublier que le vrai maitre dans ce type de relation est la soumise et esclave, malgré ses penchants et sa captivité l’a bien fait ressentir.  Une femme est née durant cette captivité, et la dualité qui se jouait en elle-même était encore une fois très bien représentée.  Pour cela, je dis chapeau Win’ – on peut se tutoyer maintenant – .

Q., Q., Q., Qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq ! Bourreau atypique.  Je suis directement tombée sur le charme de ce personnage, et non pas directement par son fait, mais par celui de sa gouvernante.  Une vrai tentation avant même de le connaitre, je portais déjà haut l’étendard de son fort, oups Manoir.

Malgré un démarrage un peu confus, Pepper a su me donner envie, me captiver, me donner des frissons, de bonnes grosses pulsations cardiaques, de la rage, du plaisir.  Dommage que le roman se lisse si vite, il lui manquait quelques chapitres pour que je puisse exulter comme il le fallait !!! Gourmande que je suis !!!!

Vivement juillet pour connaitre la suite des aventures de Q et Tess.

unnamed

Bon

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Wrong, tome 3 – Trust de Jana Aston

THE

unnamed

Même si j’ai lu chaque opus à sa sortie, je dois vous avouer que j’avais un peu oublié le personnage de Boyd, qu’on retrouve directement après les évènements du second opus.

Alors que sa vie professionnelle est au beau fixe, du côté de sa vie sentimentale c’est le calme plat, mais Chloé ne perd pas espoir : un jour son prince viendra… A condition qu’elle se laisse aller !

L’histoire est assez simple…. Alors qu’elle recherche l’Amour – avec un grand A, sinon ça ne compte pas -, sur des sites de rencontres, Chloé va croiser la route d’un faussaire, mais le plus humiliant viendra du fait que l’agent qui l’arrête ne sera autre que Boyd, le frère de son amie Sophie.

Les personnages n’auront pas été mes préférés de la série, ben oui après avoir ris et pris une tonne de plaisir avec Sophie et Everly.  Jana a fait redescendre la pression avec cette petite romance, toute simple.  Mais voilà je n’ai pas su m’approprier les personnages comme il fallait et ce même si l’histoire était assez distrayante.

En bref, petite romance instant break qui ne m’aura pas tant marqué mais qui m’a permis de souffler un peu.

unnamed

Boyd Gallagher embrasse comme un dieu.  J’ai pensé à ses lèvres – à ce baiser – bien plus que je ne veux l’admettre.  Il m’a bouleversée, m’a prise par surprise.  Je ne m’y attendais pas, c’est certain.

Photo

*******

THE (5)THE (11)1 (2)

Wrong, tome 2.5 – Flirt de Jana Aston

1 (2).jpg

unnamed

Une petite nouvelle qui fait du bien !

Je ne vais pas trop m’étaler mais, je regrette vraiment que l’auteure n’ait pas étiré en longueur la story de Gabe et Sandra.

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Sandra a toujours eu un petit coup de coeur pour son boss, Gabe.  Mais ne voulant pas mettre son emploi en sursis, elle va mettre ses sentiments en stand by, jusqu’au jour ou Gabe va s’inviter chez elle.

L’histoire est très courte, et pourtant très intense.  Elle se situe directement, les évènements après que Gabe ait raccompagné Sandra à la fin de la soirée de nouvel an du personnel.  Le petit blanc est enfin complété.  Il était intérressant de découvrir l’homme derrière son costume, et son appartenance au team Everly… Encore une bonne raison de lover Gabe.  Sandra est un bon personnage, timide, avec un rien de sex-appeal.  Mais le personnage qui m’aura marqué n’est autre que l’assitant de Gabe : Preston ! Le coup des popcorn, j’ai tellement ris !

En bref, un concentré de plaisir !

unnamed

Everly est une vraie petite conspiratrice; c’est officiel, elle me plaît.  Si je dois choisir entre Everly et Sawyer, je suis dans la Team Everly.

Photo

****

THE (5)THE (11)

Wrong, tome 2 – Right de Jana Aston

THE (11)

 

unnamed

Et bien je dois dire que je ne l’ai pas vu venir cet opus, car le personnage de (B)Everly est un peu passé à la trappe.  Ce n’est pas faute d’avoir lu son histoire d’amour avec son prof.  Mais, je n’étais pas du tout focalisée sur elle.  Bon ! Je l’avoue, je l’ai directement catalogué, mise dans une case et je suis passée à autre chose.  Et, après avoir refermé mon roman, la 1ere chose que j’ai fait c’est me mettre une tapette sur la main, car j’ai totalement adoré le personnage complètement frappé d’Everly.

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne Everly a toujours été amoureuse du meilleur ami de son frère, même s’il ne le sait pas encore, Finn et elle sont fait pour être ensemble.  Même s’il ne capte pas encore bien tous les petits messages d’Everly, un jour tout ce travail va payer.  Mais c’était sans connaitre la tenacité de Sawyer qui va lui aussi tout faire pour lui prouver qu’EUX sont fait pour être ensemble.

Comme dis précédemment, j’ai bien apprécié ma lecture, je dirais même plus adoré que la précédente.  Et pourtant l’histoire a commencé d’une manière assez décousue et j’ai craint de me retrouver noyer dans une histoire sans queue ni tête, mais dès que tous les éléments s’emboitent, on file au travers des pages.  C’est simple, j’ai lu le roman en un jour ! C’est vous dire.  Le duo Sawyer/Everly est juste à point.  Deux têtes de mules qui courent vers un objectif contraire et qui vont finir par se retrouver, assez vite certes mais ce n’est pas grave, c’est la magie de la romance « on ne tire pas sur la corde, merci ».

Everly pourrait être la bonne copine, elle a de l’humour, zéro filtre et m’a plu du début à la fin.  Tout comme Everly le personnage de Sawyer m’a ravi.  en bref un duo de choc ! En outre, je  ne sais pas si c’est un sujet qui tient à coeur à Jana, mais une fois de plus nos héros présente une petite différence d’âge au compteur.  Détail à suivre de près.  On retrouve bien-sûr les héros de la 1ere heure, car on assiste à quelques échanges entre les tomes – DONC OUI IL S’AGIT BIEN D’UNE SUITE … NO SPOILES ! – ce qui m’a permis de revoir les débats sous un autre oeil.

Par ailleurs, l’auteure a encore su me donner juste ce qu’il faut de plaisir charnelles et d’addiction +1 !

Enfin, petite romance d’aujourd’hui avec un bon mélange, entre sexe, plaisir, humour, histoire et addiction !

 

unnamed

Malgré tout, je ne peux ignorer cette alchimie.  Il ne mentait pas à ce sujet, il y a bel et bien quelque chose entre nous.  Toutefois, ce n’est pas parce qu’on est attiré par une personne qu’il faut passer à l’acte.  L’enfer est pavé d’hommes séduisants pleins de sex-appeal qui ressemblent à des mannequins.

Ou quelque chose dans le genre.

******

THE (5)

Wrong, tome 1 – Wrong de Jana Aston

THE (5)

unnamed

Avant de terminer l’année, j’avais besoin d’une histoire sans prise de tête, juste un BOB pour passer le cap de 2018 et je dois dire que j’ai passé un moment assez agréable avec Luke et  Sophie.

L’histoire est assez basique. Sophie, jeune étudiante et serveuse au Sers-moi fort, reçoit chaque mardi la visite du beau ténébreux, Luke.  Alors qu’elle se sent prête à donner sa petite fleure à son petit ami, Mike, Sophie va pour la première fois de sa vie consulter un gynécologue, qui ne sera d’autre que le beau Luke.

Je n’ai pas du tout était indisposée face à la situation médecin-patiente, qui je dois dire n’a duré que le temps d’un chapitre.  Par contre, il était intérréssant de voir toutes les mise en garde de Luke face aux différentes maladies que l’on peut contracter durant un rapport sexuel.  J’ai apprécié le côté réalité des choses.

Sophie, est jeune, fraîche, marrante, et assume complètement sa petite tocade à l’encontre de Luke.  Dixit la petite vierge qui prend 10 plombes avant de sortir de sa coquille.  Sophie, est passée de no vie sexuelle à petite cochonne.  Luke, est un bon personnage.  La différence d’âge entre nos héros est vite abordée, mais de nouveau je n’ai rien ressenti de pesant durant ma lecture.  Luke a eu une vie avant de rencontrer Sophie, et ce fait va venir donner un petit punch à la trame.  Mais, j’ai plus eu la sensation d’une coquille-vide, car on aborde un sujet sans trop y toucher.

Du côté des personnages annexes, on découvre assez vite le drame familial de Sophie.  Là, ou j’ai une fois de plus eu la sensation de coquille-vide, vient du côté de la famille de Luke.  On nous présente des parents avares, aigris, impolis, mais on ne connait pas vraiment la raison, sauf pour la mère.

En ce qui concerne l’attraction sexuelle entre nos héros, il n’y a pas photo elle est bien là ! Je n’ai pas eu de grosses chaleures, car j’ai trouvé certaines scènes un peu cliché – la fessée -, mais dans l’ensemble c’était bien dosé.

Enfin, malgré quelques petit couacs durant ma lecture, dans l’ensemble j’ai passé un bon moment avec Luke et Sophie et j’ai très bien passé le cap de 2018 !

 

unnamed

– Mon anus reviendra à sa taille normale ? dis-je en montrant son sexe d’un mouvement de la tête.  Elle est très grosse.  Est-ce que je vais faire caca pareil après ça ?