Will you play ? de Alicia Garnier

Espace réservé au texte (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Peindre me permet de rentrer en moi, comme une sorte de médiation.  Cela m’a toujours apaisée.  Durant ce processus, je sens un changement s’opérer.  J’ai la certitude que dorénavant  je ne me laisserai plus jamais aller à des sentiments pareils envers Garrett.  C’était stupide et je dois l’accepter.

Une lecture instant break comme j’aime à les appeler ! Pas trop de chichis, une trame dynamique, pas trop de redondance, des personnages simples qui pourraient être vos amis dans votre vie ou celle que vous souhaitez avoir !

La trame est un petit déja-lu.  Dawn et Garrett aka #DaRe sont amis depuis leur plus tendre enfance.  Arrivé à l’âge adulte, leur amitié n’a pas pris une ride, mais ça c’était avant que Dawn se mette en couple avec Josh.  Ne désirant pas perdre son amie/son âme-soeur, Garrett va tenter en dernier recours de rendre jalouse cette dernière et qui mieux que le fruit défendu, qu’est Claire la collègue de Dawn,  pour réveiller la bête.

J’aurais tendance à penser, que si Dawn ne s’était pas officiellement mise en couple avec Josh, jamais Garrett ne serait sorti de son placard #Friend4Ever.  En plus de voir la naissance de sentiments nouveaux entre les héros, on découvre leurs vies, leurs ambitions/passions.  On grandi avec eux, on suit leur choix de vie et leur décision ultime.

Bien que Garrett soit un personnage intéressant, son frère Derek était mi-intriguant mi-agaçant, une envie de connaitre un peu plus son personnage tout en ayant la sensation que tout a été dit. Dilemme.  Les familles ne sont pas en reste et les petits amis respectifs : Josh et Claire.

Attention spoiles ! Bon, je vais me faire l’avocate du diable et de l’incompréhension mais Claire m’a fait un petit pincement au coeur dès le départ les dés sont pipés pour elle, mais elle s’accroche, donc je ne lui en veux pas de s’être battue, mais elle aurait pu y mettre des formes !

Sinon à part, ça, la plume d’Alicia est délicate, pas du tout lourde.  Ne connaissant pas sa chaine Youtube, je me suis lancée à l’aveugle et je ne regrette nullement ce moment lecture.

Pour conclure, une petite romance tout en douceur et en plaisir !

espace réservé au texte (2)

Comment avons-nous pu nous mettre dans un tel guêpier ? Qu’est-ce qui diffère de nos précédentes relations ? Une multitude de questions me traversent l’esprit, je me sens sur le point de casser quelque chose chez moi.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce roman

TQBv9efT_400x400[1]

3469900_orig[1]

Publicités

The Ivy Chronicles, tome 2 – Supplices de Sophie Jordan

Espace réservé au texte (2)

espace réservé au texte (1)

Je sais que tu fais de gros efforts pour me tenir à l’écart, mais ça ne fonctionne pas. Tu m’as dans la peau. Et je t’ai dans la mienne. Je le sais. (Il m’adressa un regard dur, le temps de laisser ses paroles infiltrer mon esprit.) Et je te connais. Je vois clair en toi.

Tout d’abord petit coup de proute, à l’égard de l’éditeur : Tous les lecteurs et toutes les lectrices ne suivent pas les sorties littéraires, certain(e)s lisent par curiosité, en fonction de leur humeur du moment, donc omettre de mentionner clairement que cet opus est un tome 2 est pour moi un crime, car on laisse un vide dans la chronologie des lectures.  Certes ce roman met en avant de nouveaux personnages, mais si vous ne le savez pas -même pour vous -, on retrouve dans cette lecture Emerson, la BFF de Pepper … Donc un personnage vu dans le tome 1!  Voilà pour la petite info.

Emerson n’a que faire des sentiments amoureux, elle ne demande qu’une chose : être satisfaite et passer au suivant.  Tandis qu’elle profite d’une soirée avec ces amies, son regard va être happé par Shawn, personnage intriguant qui va bousculer son mantra.

Après la story de Pepper, je n’avais qu’une hâte connaître les amies de Pepper, et c’est chose faite avec cette lecture ! Emerson, est une jeune fille en apparence forte bien dans sa tête et dans ses actes, mais au fil des pages, j’ai découvert une demoiselle sensible qui fanfaronne comme un coq, sauf face à Shawn, ce biker venu de nulle part tel un preux chevalier et qui va se retrouver être plus sensible qu’il n’y paraît.

La trame. Bien que mettant en avant un bikeur, je vous arrête tout de suite les fana du genre, on ne file nullement sur la route 66, n’est pas biker qui veut l’être!  Il y a des codes et des uses et ici on est très loin de tout ça, on reste vraiment sur le personnage en tant que tel.  Le fond est tantôt sensible, tantôt marrant un bon petit mixte qui permet à l’histoire de ne pas rester figée.  On retrouve les héros de la première heure, un voile est encore levé du côté de Georgia et on découvre le personnage de sulfureux de Suzanne * petit bond *.

Je ne dirais pas que ce second opus est plus attrayant que le précédent, car les personnages sont dotés de personnalité totalement différentes, mais le côté coeur tendre de Shawn m’a plus conquise que Reece !

Sophie a encore des petites merveilles sur ce point, je dois bien lui laisser cela !

Pour conclure, petite suite fort captivante, des personnages aux caractères fort à l’extérieur et tendre à l’intérieur, une trame captivante et comme une envie de suite !!!

Et le mot de la fin …

Tu sais comment on m’appelait, chez les Marines ? (Je secouai la tête et il répondit d’une voix grave et profonde qui fit naître des frissons sur ma peau.) Le Faucon. Parce que je savais décrypter les gens, évaluer les situations en un clin d’œil. Appelle ça comme tu veux. Le sens de la rue. L’instinct. J’ai ce don.

espace réservé au texte (2)

Il avait tout gâché. Je ne pouvais même plus envisager d’aller avec un autre garçon. Mon cœur n’avait plus de place que pour lui. Je m’agrippai à la colonne du porche et mon regard se perdit dans la rue silencieuse. Je devais absolument me sortir Shaw de la tête. Et pour ça… peut-être fallait-il simplement que je satisfasse ma curiosité et que j’assouvisse pleinement mes désirs. Ensuite, je pourrais l’oublier pour de bon.

Aimer, c’était perdre le contrôle. Et je ne perdais jamais le contrôle. J’en donnais seulement l’impression – en sortant avec des types différents chaque semaine – mais j’étais toujours parfaitement consciente de mes actes. Lucide à chaque étape.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce roman

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

*****

Espace réservé au texte (3)

Sugar Bowl, tome 2 – Sugar Rush de Sawyer Benett

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

Une petite suite tout en douceurs et en péripéties !

ATTENTION SPOILES !!!

Sitôt révélé … Sitôt remis en question ! Alors que le poteau rose est enfin dévoilé, Beckett va se mettre à douter sur Sela et plus particulièrement sur lui et son ami et associé.  Ne pouvant supporter d’avoir été dupé, Beckett va vite se ressaisir et mettre tout en oeuvre pour récupérer Sela et lui permettre de mettre un terme à sa quête sans y perdre de plume.

Une suite à la hauteur de mes attentes, en temps normal je crains les seconds opus et là, j’ai dévoré chaque page, ma crainte était dirigée vers Beck qui devait porter deux casquettes : l’ami/collègue et l’amant.  Au fil des pages, on suit les objectifs de Beck et Sela, la petite bombe de Beck, son passé, sans oublier la force de l’amour et la volonté entre nos héros.

En bref, une petite suite pleine de rebondissement avec une fin plus qu’alléchante … Vivement le clap de fin !!!

espace réservé au texte (2)

– Je ne peux pas lâcher l’affaire, lui dis-je doucement. J’espère qu’il entend ma détermination. Le regard perdu dans le paysage de la baie de San Francisco, il me répond : – Moi non plus. Mais j’ai besoin de temps pour réfléchir. Pour assimiler tot ça. J’ai besoin de trouver comment faire pour te venger et réussir à préserver le Sugar Bowl.

– En l’assassinant.

Je lui murmure cette proposition en sachant très bien que ce n’est pas la bonne. Même si je veux le sang de JT sur mes mains – putain, j’ai carrément envie de me baigner dans son sang –, je sais que le risque est trop grand. Je sais que mes chances de le supprimer sans éveiller de soupçon sont très minces. Je sais également que la véritable raison pour laquelle je ne peux pas le faire est que si je me fais choper, je perdrai Beck, et il est ce que j’ai de plus précieux dans la vie. Il est même plus important que mon désir de voir la tête de JT tranchée et servie sur une assiette.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

****

Espace réservé au texte (13)

The Shakespeare Sisters, tome 1 – Les promesses de l’été de Carrie Elks

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Et la promesse d’un agréable moment de lecture ! Si vous recherchez une histoire made in plaisir de la chair du début à la fin passé votre chemin.  Par contre, si vous êtes à la recherche d’une histoire, avec une petite trame, des personnages touchants, sensibles à qui l’on offre une seconde chance … de s’expliquer sous le soleil de Côme : cette histoire … et je dirais même cette saga est faite pour vous !

Après les filles du docteur March, place aux soeurs Shakespeare, pour le moment nous ne pouvons jurer du lien de parenté entre le poète et les demoiselles, mais pour ce qui est de l’amour des mots, je peux jurer du lien entre Cesca et le dramaturge.

Lac de Côme.  Ne s’étant toujours pas remis du soufflet artistique subi, à la représentation gâché de sa première pièce de théâtre, Cesca vit de petit boulot en petit boulot, jusqu’au jour ou son oncle Hugh, va lui proposer un poste de domestique dans une maison près du Lac de Côme, une manière de se ressourcer et de retrouver le goût de l’écriture.  Tout cela aurait pu être possible, avant l’arrivée inopinée de Sam Carlton, le même Sam Carlton qui bien des années auparavant à planté Cesca et son bébé artistique.

Pour ce qui est de la trame, j’ai vraiment tout apprécié, le texte est juste, aucune redondance, je me suis retrouvée face à des personnages sans langues de bois, je m’attendais à un scénario tiré en longueurs, mais les bases sont clairs entre les personnages, pas de faux-semblants ni de fausses notes, tout cela permet à l’histoire d’avancer.

Je ne peux pas retourner en arrière pour me rattraper, mais je peux me battre pour toi.  Je ferai tout mon possible pour te montrer à quel point je tiens à toi.  J’ai failli tout perdre tellement j’avais peur d’être moi-même avec toi.  A l’avenir, je veillerai à ne pas tout gâcher.  Dis-moi que tu me pardonnes.

Bouhhhhh, comment voulez-vous rester de marbre avec une telle déclaration ?

Malgré sa défection et son rôle de méchant, je n’ai eu aucune grief à l’encontre de Sam Carlton, j’ai voulu connaitre ce personnage et la raison de son départ précipité bien des années auparavant.  Je ne dirais pas que je suis tombée amoureuse, mais il entre facilement dans la catégorie #GendreIdéal.  Tout comme, Sam, le personnage de Cesca est attirant, je m’attendais à pas mal de larmoyant de son côté et elle a su me plaire.  On découvre bien entendu au travers de petit moment skype, la famille Shakespaere : Lucy, l’aînée, Juliet la seconde, Cesca et Kitty la benjamine.  Bien que vivant sur des fuseaux horaires différents, les soeurs restent très soudés et en contact.  Du côté des Carlton – veuillez m’excuser ce petit interlude, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser au Prince de Bel-Air, voilà je partage l’info -, nous avons une famille sous pression avec quelques casseroles et deux agréables petites soeurs pour Sam.

Je dois avouer que je ne connaissais pas du tout, l’auteure aucun  bruit de couloir ne met parvenu, c’était la grande inconnue et je ressors de cette lecture totalement captivée et dans l’attente de ces prochains romans.

Pour conclure une très belle histoire, un très bon démarrage, une belle découverte et du plaisir.

espace réservé au texte (2)

Je ne supporte pas de te regarder sans pouvoir te toucher.  Ni d’entendre ta voix lorsque tu t’adresses à quelqu’un d’autre qu’à moi.  Je ne supporte pas de te voir rire si ce n’est pas moi qui te rends joyeuse. Je n’en peux plus, Cesca.  Ca me tue, conclut-il dans un murmure.

Sam Carlton

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]


3469900_orig[1]

#IG International Guy, tome 10 – Madrid de Audrey Carlan

Espace réservé au texte (8)

espace réservé au texte (1)

Quand est-ce que ce sera fini?

OMG ! Just … O-M-G ! Vous ai-je déjà dit à quel point cette série monte en puissance !? Non? Oui? Peu importe, ce volume m’a rendu aphone, mon cris est resté bloqué dans ma gorge, mon souffle s’est coupé et je n’ai qu’une hâte lire la suite des aventures de Parker and co.

Alors que nos amis se remettent tout doucement de leur dernier drame, que chaque protagoniste tente de retrouver une vie normale, malgré le corbeau qui s’immisce dans la vie de #SkyPar, les #IG avec l’aide de Skyler s’envolent pour Madrid pour aider une futur star en herbe.

Pour ce qui est de la trame, la partie mission a vite été bouclé. J’ai apprécié les interventions de Skyler à l’égard de la star en herbe.  Elle est agréable ne se prend pas la tête et surtout ne joue pas à la diva.  Le suspense autour du corbeau est toujours omniprésent, j’ai quelques doutes sur celui-ci mais j’attends la suite avant de fanfaronner sur ce point.  On retrouve bien entendu, toute la bande des #IG, et l’amour dégoulinant entre #SkyPar

En bref, un petit séjour madrilène qui n’aura pas été de tout repos pour nos héros !

Et le mot  de la fin …

 

Est-ce que cette personne en aura assez, un jour ?

A quoi dont-on s’attendre, maintenant ?

espace réservé au texte (2)

– Je t’aime tellement, Sky. Je n’ose même pas imaginer… Sa voix se met à trembler et il ne termine pas sa phrase. Je me dégage de son étreinte pour m’asseoir sur ses genoux et le tenir dans mes bras.

– Je t’aime aussi. Plus que je ne le pensais possible, je chuchote en appuyant ma tête contre la sienne. On va s’en sortir. La vie va forcément nous lancer des défis, mais pour l’instant, cela n’a fait que nous rendre plus forts. Ce sera toujours comme ça, tu verras.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093107

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Célia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

****

Paris –  CopenhagueNY MontréalLondresSan Francisco MilanBerlinWashington DC

Où que tu sois, tome 2 – Je t’attendrais de Danielle Giusiano

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

Zoe Sevan Jeff karine tommy

Je croyais quoi, en fait ? Que ce putain de retour serait facile ? Quel con ! J’ai toujours su que je devais me tenir loin d’ici, que les souvenirs qui étaient supportables ailleurs deviendraient nocifs une fois que je serais sur place. Pourquoi j’ai accepté l’offre de Jeff ?

C’est hardcore ce que je vais écrire, mais c’est le premier ressenti que j’ai eu à la fin de ma lecture :   » le tome 2 m’aurait amplement suffit « .  Voilà, je l’ai dit et je me sens mieux !

ATTENTION SPOILES !!!

2 ans après le drame qui a failli lui coûter la vie, Angel, oui oui, j’ai dû mal à lui donner un prénom, est de retour à Aix-en-Provence, pour sa santé mentale, mais surtout pour retrouver la voix et la jeune fille qui a été là pour lui alors qu’il était dans le coma.  Bien qu’ayant décidé de mettre un terme à cette histoire impossible, Zoe n’arrive pas à oublier Angel.  Ne pouvant se faire à l’idée que tout est terminé avant même d’avoir réellement commencé, Angel va tout faire pour conquérir son Ange.

Comme dis précédemment, j’ai plus apprécié cette lecture que la précédente.  Peut-on considérer que je pars sur une bonne note ? Oui.  La trame est dynamique, il y a de l’action, de l’envie, de la passion, on en apprend un peu plus sur Zoé, sur cette jeune demoiselle aux épaules très large, avec une force de frappe.  BON ! Il est vrai que quelques fois j’ai eu envie de la secouer et de lui rappeler qu’elle devait profiter de la vie et de cette chance, mais d’un autre côté je comprenais ses réticences à sauter le pas ! Après les soliloques d’Angel… Place à la parole et aux actions ! On découvre quelques personnages annexes : Jeff, l’oncle de Angel, Tommy le petit frère de Zoé et Karine.

Oui, je ne suis toujours pas en amour, mais un simple et bon #badaboum peut vous mettre la patate et c’est tout ce que je retiens.   Danielle m’a eu avec son histoire … Angélique ^^.

Pour conclure, une histoire qui avait commencé sur pas mal de questionnement, et qui se termine sur une bonne note !

espace réservé au texte (2)

J’ai l’impression que je suis devenue incapable de m’attacher ou de m’engager dans une relation… alors, tu sais, je crois que je peux faire un trait sur l’amour.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093049

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Espace réservé au texte (4)

(Only) Trick de Jewel E. Ann

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

Je ne m’arrêterai pas tant que je n’aurai pas senti ton âme prendre ma dernière respiration.

Il est clair qu’après une telle lecture, je ne verrais plus les écureuils de la même manière !!!

5 ans après le drame qui l’a rendu amnésique, Trick qui ne souhaite plus entrer en contact la gente féminine à moins que cela ait un rapport avec sa vie professionnelle, va croiser le chemin de la belle infirmière, Darby. En dépit de l'(im)possible rapprochement entre nos héros, les sentiments vont facilement trouver leur place dans leur relation.

Ayant lu, juste avant une histoire avec la même trame de départ, j’ai commencé ma lecture en me posant quelques questions sur l’ambiguïté sexuelle de Trick.  Outre ce détail, si je puis dire, le personnage de Trick en lui-même est assez intriguant, 5 ans d’amnésie, aucune émission « perdue de recherche » à son égard.  Rien, nada.  Mais au fil des pages, l’amnésie se dévoile petit à petit.  Du côté du rôle féminin, nous avons Darby Carmichael, qui m’a directement plu, son soliloque de départ, me promettait un bon moment en sa compagnie et elle n’a pas failli.  Bien au contraire mon attachement à son encontre est partie croissant au fil de ma lecture.  On découvre quelques personnages annexes, la grand-mère de Darby qui m’a fait penser à la mamy de Vic dans la Boum, Tamsen et son frère les alliés de Trick, ainsi que Rachel et son époux.

Seconde lecture de cette auteure, et je ressors encore avec un nid de papillon dans le bidou et des étoiles pleins les yeux.  Certes, il y a eu de petites longueurs autour du passé de Trick, mais pas de quoi plomber une lecture.  On reste dans du raisonnable.

En bref … une lecture touchante, captivante et qui ne s’achève nullement sur une amnésie !

Le mot de la fin …

 Je ne m’aimerai jamais si je le hais, et je ne me haïrai jamais si je l’aime.  Il n’y a donc qu’un seul choix : l’aimer

espace réservé au texte (2)

… Tu m’as choisie.  Chaque fois que je retiens mon souffle… espérant, priant, ayant besoin que tu me choisisses… tu le fais.  Tu m’as choisie et la dernière fois que quelqu’un m’a choisie, c’était le jour de ma naissance… et puis elle est morte.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïween pour l’envoi de ce Service-Presse

6C4wiiS4_400x400[1]

3469900_orig[1]