Où que tu sois, tome 2 – Je t’attendrais de Danielle Giusiano

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

Zoe Sevan Jeff karine tommy

Je croyais quoi, en fait ? Que ce putain de retour serait facile ? Quel con ! J’ai toujours su que je devais me tenir loin d’ici, que les souvenirs qui étaient supportables ailleurs deviendraient nocifs une fois que je serais sur place. Pourquoi j’ai accepté l’offre de Jeff ?

C’est hardcore ce que je vais écrire, mais c’est le premier ressenti que j’ai eu à la fin de ma lecture :   » le tome 2 m’aurait amplement suffit « .  Voilà, je l’ai dit et je me sens mieux !

ATTENTION SPOILES !!!

2 ans après le drame qui a failli lui coûter la vie, Angel, oui oui, j’ai dû mal à lui donner un prénom, est de retour à Aix-en-Provence, pour sa santé mentale, mais surtout pour retrouver la voix et la jeune fille qui a été là pour lui alors qu’il était dans le coma.  Bien qu’ayant décidé de mettre un terme à cette histoire impossible, Zoe n’arrive pas à oublier Angel.  Ne pouvant se faire à l’idée que tout est terminé avant même d’avoir réellement commencé, Angel va tout faire pour conquérir son Ange.

Comme dis précédemment, j’ai plus apprécié cette lecture que la précédente.  Peut-on considérer que je pars sur une bonne note ? Oui.  La trame est dynamique, il y a de l’action, de l’envie, de la passion, on en apprend un peu plus sur Zoé, sur cette jeune demoiselle aux épaules très large, avec une force de frappe.  BON ! Il est vrai que quelques fois j’ai eu envie de la secouer et de lui rappeler qu’elle devait profiter de la vie et de cette chance, mais d’un autre côté je comprenais ses réticences à sauter le pas ! Après les soliloques d’Angel… Place à la parole et aux actions ! On découvre quelques personnages annexes : Jeff, l’oncle de Angel, Tommy le petit frère de Zoé et Karine.

Oui, je ne suis toujours pas en amour, mais un simple et bon #badaboum peut vous mettre la patate et c’est tout ce que je retiens.   Danielle m’a eu avec son histoire … Angélique ^^.

Pour conclure, une histoire qui avait commencé sur pas mal de questionnement, et qui se termine sur une bonne note !

espace réservé au texte (2)

J’ai l’impression que je suis devenue incapable de m’attacher ou de m’engager dans une relation… alors, tu sais, je crois que je peux faire un trait sur l’amour.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093049

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Espace réservé au texte (4)

Publicités

Ou que tu sois – Je t’entendrais tome 1 de Danielle Guisiano

Espace réservé au texte (4)

espace réservé au texte (1)

Ouvrez-moi, bordel, ouvrez la porte !

Alors qu’elle assiste à un accident de voiture, Zoe voit renaître ses fantômes du passé.  Ne pouvant supporter que la victime, sans aucune identité,  se retrouve seul dans son lit d’hôpital, elle va s’imposer au sein du corps hospitalier et apporter chaque jour du réconfort, à Angel.

Non, je ne suis pas tombée en amour de cette lecture, toujours est-il que l’histoire est intéressante, de petites fausses notes mais pas de quoi plomber une lecture.  J’ai été quelques indisposée avec le « pass » accordé à Zoé, mais son aide était tellement la bienvenue que je suis passée outre ce petit détail.  Bien que jeune, la vie n’a pas été agréable avec Zoé, elle est forte mais j’en attends encore un peu plus, j’ai hâte de voir comment son personnage va évoluer.  Pour ce qui est d’Angel, bien qu’étant dans le coma, il aura voix au chapitre, il sera présent, ce qui permettra à la trame de ne pas rester figer sur un seul personnage.  Nos héros vont se dévoiler au fil des pages, tantôt de manière sensible, tantôt de manière confuse, mais je reste dans l’attente de les découvrir en dehors de cette situation inédite, de cet attachement à sens unique tout en étant partagé.

Pour conclure, même si j’ai pris du plaisir à retrouver Danielle, j’ai hâte de connaitre l’issue à cette histoire moderne.

espace réservé au texte (2)

Je m’en fous d’être emprisonnée, si c’est par toi, je consens à tous les sacrifices.

Zoe

J’ai eu le temps de réfléchir. Isolé, seul face à moi-même, j’ai pu mettre à plat toutes les ornières de ma vie.

Angel

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi du roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Paris by night Robyne Max Chavalan

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

La compréhension mène à la déception.  La déception à l’amertume, l’amertume à la vengeance.  Et ce n’est jamais vraiment beau.

Définitivement pas bon.  Autant j’ai apprécié ma lecture, autant je lui ai trouvé quelques fois quelques longueurs dans les actions de L’Homme.

Malgré la normalité de sa soirée au cabaret, Circee est plus qu’impatiente de monter sur scène, non pas pour l’excitation de danser, mais de danser pour L’Homme.

Tout d’abord j’ai eu du mal avec le petit nom donné à cet inconnu l’Homme avec un H majuscule qui fait référence à l’homme et la femme.  Même si cela m’a mise un peu mal à l’aise, je n’en ai pas eu pour autant de l’urticaire, j’ai compris la volonté de Robyne de vouloir démarquer son personnage, mais il n’empêche que cela aurait pu être fait différemment, une écriture en italique.

Pour ce qui est de la trame, on apprend assez vite que les héros ont un passé commun, mais notre homme n’est pas aussi ouvert qu’il voudrait le montrer.  Tout est bien calculé dans ces actions, il y avait quelques longueurs, un peu de redondance et quelques envies de secouer Paris qui souffrait un peu d’un déni (in)volontaire.  Je ne suis pas tombée en amour face au personnage de Paris, mais elle est reste commode et facile.  Pour ce qui est de l’Homm, cela a été un rien plus difficile, il a pris du temps à se dévoiler et moi à m’approprier le personnage.  Mais rien de bien dramatique, par contre les personnages qui ont capté toutes mon attention sont leurs amis, David et Lola – suite ? -.

En bref, malgré un début nominatif un peu difficile, quelques longueurs, un suspense qui a pris un rien de temps à se dévoiler la tram se laisse lire.

espace réservé au texte (2)

Toi, Paris, tu es une fleur d’innocence dans une enveloppe d’inconvenance. Tu t’es épanouie dans l’adversité.  C’est ce qui fait qu’à mes yeux tu es si spéciale…

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]

Sugar Bowl, tome 1 – Sugar Daddy de Sawyer Bennett

Espace réservé au texte (13).jpg

espace réservé au texte (1)

Infiltrer.

Tuer.

Recommencer.

Garde ton objectif en vue, Sela.

Je ne vais pas revenir sur le couplet je ne lis jamais les résumés.  Mais avant même de me lancer dans cette série je savais que j’allais y laisser des plumes : (1) la triple cover qui est un très bon choix de la ME (2) le sujet #SugarDadddy, ces jeunes demoiselles qui moyennant une petite rétribution accompagnent des hommes en âge d’être leur papa … Même si on ne parle pas directement de sexe, il est clair que cela est plus qu’attendu par le Daddy (3) l’auteure … Of course ! Mais revenons-en à la story.

Je vais faire payer à Jonathon Townsend tout ce qu’il m’a fait subir.

Alors qu’elle vient de fêter ses 16 ans, Sela Halstead  va être droguée et violée.  Alors qu’elle vit au jour le jour, sans oublier le drame de sa vie, Sela va découvrir que son violeur coule des jours heureux et qu’il est à la tête du  » Sugar Bowl » une société de service et d’accompagnement de  » Sugar Babies ».  N’écoutant que son courage et son envie de vengeance, Sela va saisir cette opportunité pour approcher Jonathon Townsend et le tuer.  Bien qu’ayant un plan défini, Sela va se retrouver face à un pépin de taille : Beck North, l’associé et ami de Jonathon.

Au vu du sujet – et du titre … à juste titre !!! -, je m’attendais à suivre une énième histoire d’étudiante  » sugar babies », qui allait réussir, par je ne sais quel miracle à faire flancher le grand milliardaire.  Que nenni.  Le prologue un peu décousu et ô combien intriguant m’a directement mise dans l’ambiance.  Je m’attendais à trouver une jeune femme fracassée et faible, mais Sela est une guerrière.  Je ne lui ai trouvé aucune fausse note.  Bien qu’ayant un rôle de chevalier (in)volontaire, je ne sais que penser du personnage de Beck, j’ai envie de croire à la face gentil garçon qu’il présente et pourtant une part de moi, reste sur la défensif.  Je vais attendre le second opus avant de donner mon avis sur celui-ci.  Jonathon, oui JonaTHON a un droit de parole et une bonne description sur l’ordure qu’il est jusqu’à la moelle, donc autant vous dire que j’ai hâte de le voir manger les pissenlits par la racine !!!

Bien qu’ayant un objectif précis, la trame tourne principalement autour de Beck et Sela.  Pas que je n’ai pas apprécié mais j’attendais plus d’inquisitions dans le chef de Sela, tout cela a pris un peu de temps et moi je souffrais d’une combustion.

J’avais découvert la plume de Sawyer par le plus grand des hasard et j’avais regretté à l’époque que sa série ne soit plus traduit et ce retour, si je puis dire, me fait plaisir.  Sawyer aborde sans trop entrer dans les détails un double sujet : le viol et les sugar Daddy.  Gageons pour que les opus à venir soit un peu plus fourni sur ces points.

Enfin, très très trèssssssssssssssss bon démarrage, une histoire captivante, des héros qui ne demandent qu’à évoluer, une love story en gestation et une plaisir qui ne demande qu’éclore.

Affaire à suivre ^_^

espace réservé au texte (2)

Je réfléchis un instant à ce que j’ai, sur ma relation avec Beck.  Il m’a donné tellement plus que de l’argent pour payer mes études.  Il m’a aussi donné plaisir et respect.  Il m’a donné de l’amour-propre.  Beck a fait en sorte que je ne me considère pas comme une victime.  Sans ce poids sur mes épaules, je dois me demander en quoi j’ai besoin de me venger.  Et que se passerait-il si je laissais là ma colère et ma rage pour ouvrir l’espace laissé libre à Beck North?

espace réservé au texte (3)

 

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

#IG International Guy, tome 9 – Washington D.C de Audrey Carlan

Espace réservé au texte (4).jpg

espace réservé au texte (1)

Kendra – Parker – Royce – Bo – Skyler

La beauté est à l’intérieur.

Je pense … Non, j’en suis sûr les #IG montent en intensité.  Que cela soit dans leur business ou dans leurs histoires de coeur.  A chaque opus, ils arrivent à me donner la banane et à grandir en maturité.

Tandis que Parker retrouve les joies de la vie de couple, les #IG vont s’envoler pour Washignton DC afin de collaborer avec une société pharmaceutique qui souhaite déposer une loi controversée.  Au vu des différents intervenants dans cette mission, Parker va s’associer à Kendra, avocate réputée et accessoirement la briseuse du coeur de Royce.

Comme dis précédemment, les #IG grimpent dans l’échelle du business, après les têtes couronnées, ils s’attaquent à la politique et au lobby pharmaceutique.  Je n’aurais pas dit non à quelques chapitres supplémentaires. Mais bon, il faut garder le même nombre de chapitres et ne pas s’étirer. Cette lecture était vraiment intéressante, j’ai retrouvé ma Wendy, gardez un oeil grand ouvert sur Annie, découvert un pan du passé de Royce, ainsi qu’un nouveau membre du #IG, sans oublier l’ombre du corbeau autour du couple #SkyPar.

Pour conclure, une petite voyage tout en suspense, rage, avec ce rien de romance et de plaisir.  Vivement le voyage Madrilène.

 espace réservé au texte (2)

Soyons malins et limitons les risques autant que possible.  Toutefois, si on veut dormir tranquilles, on doit écouter notre conscience.  Et moi, je veux pouvoir continuer à dormir comme un bébé.  Or, ce sera impossible si je sais que le côté sombre de l’humanité est en train de gagner du terrain.  Entre leurs menaces de chantage et la cruauté contre les animaux, on ne peut pas rester les bras croisés.  Quelqu’un doit agir, et International Guy ne vaut rien si on ne donne pas l’exemple.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

****

T1T2T3T4T5T6 T7T8 

Orion, tome 1 – Ainsi soient les étoiles de Battista Tarantini

Espace réservé au texte (4).jpg

Espace réservé au texte (1).jpg

Le compte à rebours n’en finit pas de se prolonger, je n’aspire qu’à être libérée pour lancer mon corps dans la bataille; celle quotidienne, qui nous tient tous, ici.

Comment bien commencer l’année et surtout comment passer le reste de l’année? Terminer ce roman et te demander si une nouvelle lecture va te faire oublier toutes les sensations ressenties durant ce pas de deux.

Australie.  Orion mon bel Orion, toi l’astre français venu en quête de trouver ta Perséphone, celle que tu feras naître et qui sera ton dernier élan.  Je me serais bien dévouée mais j’étais prise cette semaine-là, donc j’ai laissé la place à la première de classe, Léonie dit Léo, jeune et pure danseuse.

Comme dis précédemment, cette lecture a été un régal et m’a ouvert l’appétit pour l’année à venir.  Les pages ont défilés et les cernes se sont creuses.  On suit le parcours de Léo en tant que danseuse dans son rôle de Nikiya, ses douleurs … Avez-vous déjà vu les pieds d’une danseuse étoile ? Je n’ai pas pu m’empêcher à chaque pas de deux, de tendre mon pied de m’élancer vers mon antidouleur virtuel.  J’ai eu mal à la cuisse comme Léo, mal au corps et pourtant j’ai continué à vibrer à travers elle, mon endorphine était à son paroxysme !

Je dois vous l’avouer, j’avais quelques craintes sur le personnage de Léo, cette jeune demoiselle qui touche enfin au succès après tant d’années de dur labeur, m’a donné envie de la secouer dans le premier quart, faire de son nez face au grand Orion.  Zut, ce n’est pas – un peu – ce à quoi tu aspires, danser pour les plus Grands ? Mais au fil des pages, j’ai découvert une demoiselle en pleine quête sur sa vie, ses ambitions et l’emprise d’Orion sur ses neurones … Et les miens en passant.  Pour ce qui est d’Orion, je suis tombée en amour face à son personnage, il dégage une aura de badboy et pourtant il est tout doux, tout sensible, too much … Un milky way … Je parle du chocolat pas de l’astre !!  Il m’a fait du bien, comme il m’a fait du mal, j’ai directement essayé de comprendre pourquoi il voulait faire de Léo, son étoile : vengeance ou vrai coup de coeur à son égard. Arf, nous ne sommes quand janvier, et j’ai déjà tué mon capitale neurone ^_^.

Je vais la déconstruire pour qu’elle incarne et vive au lieu de subir.  Je connais seulement le nom de l’épreuve dans laquelle je vais nous plonger : ivresse.  Celle des profondeurs.

En ce qui concerne, l’auteure, je voudrais tout d’abord comprendre cet amour du sport … Pilote, joueur de tennis et maintenant danseur étoile.  Certes, on a eu un militaire et un cuisto mais, je me demande à quelle sauce on sera encore mangé ! Je n’avais pas été totalement fan de la première série de l’auteure, et je ne regrette pas d’avoir continué à lire ses textes.  J’ai pris du plaisir, je ne suis pas une danseuse étoile et pourtant j’ai eu l’impression d’être sur la scène avec mon tutu et mes chaussons de pointe … Non, je déconne moi j’avais mes boots d’intérieur dédié à la gloire d’Orion * regard rêveur *.

En bref, premier opus captivant, des personnages agréables avec un fond et des formes et des étoiles plein le dos !!! Vivement Tokyo.

Espace réservé au texte (2).jpg

Je veux la première de la classe annonce-t-il, avec conviction.  La précision de ses gestes.  La perfection de ses pirouettes, son endurance.  Je veux tout ça, sans pour autant l’enfermer dans un énième carcan.  Je ne crée pas des prisons, mais des espaces de liberté.  Celle que nous allons conquérir, ensemble.

Espace réservé au texte (3).jpg

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

International Guy #IG, tome 8 – Berlin de Audrey Carlan

Alexa Hudson (4).jpg

unnamed

A New-York, il n’y a pas l’homme que j’aime.

Après un périple tout doux à Londres.  Les #IG sont de retours pour une mission berlinoise.

Alors que les #IG restent dans l’attente du grand retour de Wendy, Parker et son équipe s’envole pour Berlin, afin d’appuyer Monika, PDG de OhM Motors à concevoir une nouvelle campagne pour ses nouveaux véhicules.

J’ai envie de dire : « On reprend les mêmes et on recommence ! », sauf que pour cette mission spéciale, nos IG vont être aidé par le grand magna et adepte de BDSM : le fiancé de Wendy, Michael aka Mick pour les intimes.  Oui, on commence à devenir une grande famille qui s’entraident … Mais à quel prix ? #EVG bonjour !!!!

Même si cet opus met une fois de plus les IG dans l’action, la star est sans contexte : Michael.  On découvre un pan de sa vie professionnelle et surtout un pan sur son passé de Dom. Repos ou pas repos, Wendy reste attentive aux activités des #IG et avance dans les préparatifs de sa grande fête.  Bo et Royce aiment les sandwichs, Skyler découvre la vie d’une star en ville et l’ombre du suspense continue à planer sur #SkyPar.

Bien que restant sur le même tempo, cette nouvelle histoire était encore bien agréable.  Les personnages évoluent ensemble et séparément.  Chaque nouvelle aventure apporte son lot de surprise et de découverte – humaine -.

Pour conclure, un petit périple captivant, des personnages toujours aux poils, une trame simple et entraînante et un suspense qui mérite d’éclore !

Et le mot de la fin…

Contente que tu sois rentrée.  J’ai hâte de te voir bientôt.

Vivement Washington ^_^

unnamed

L’argent doit servir à obtenir ce que l’on veut et à rendre la vie plus facile, pas à la contrôler ni la compliquer.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

****

IG 1 IG 2IG 3 IG 4 IG 5 IG 6IG 7