Until the end de Laura S. Wild

Chronique (4).jpg

espace réservé au texte (1)

Ma vie vient de basculer en enfer.

Et la mienne aussi … Je ne sais pas, si j’ai passé un bon moment ou si j’ai passé un moment de lecture simple et sans impact sur ma personne.  Je ne dirais pas que cette lecture a été totalement ennuyeuse, mais s’il s’agit d’une dark romance alors on est côté de la plaque car côté frisson ce n’était pas ça et s’il s’agit d’un romantic-suspense… Why not ! Quelque fut la volonté de Laura sur le sujet de fond de sa trame, je ressors avec cette inconnue et bien des semaines après, je me pose encore la question.

Et pourtant, l’histoire avait les ingrédients d’une dark romance.  Tandis que sa meilleure amie et son petit ami quittent la ville, Mila va se faire enlever par un duo de choc : Ben et Carter.  Ne pouvant se soumettre à accomplir sa mission, jusqu’au bout, soit tuer Mila, Carter va faire de Mila sa femme, sa prisonnière.

Jusque là tout va bien… Ou presque …

Oui presque, car le tout ensemble : la jeune femme kidnappée, le kidnappeur dont on est censé rejeter l’action et qui nous rend un rien gaga et qu’on excuse –> je parle du livre dans la vraie vie ce n’est pas ça, on est bien d’accord ! ne m’a pas mise dans cette condition de rejet, mais plus de questionnement sur le côté bipolaire de Carter et surtout sur le duo bizarre de Kidnappeur qu’on fait tout pour rendre directement sympa, en tout cas Ben, j’ai bien cru à un moment qu’ils allaient tous sortir boire un verre comme si rien ne s’était passé… Sans oublier les petites confessions de famille !

Au fil des pages, j’ai attendu le moment  » OUF », mais il n’est jamais vraiment venu.  J’ai donc poursuivi ma lecture afin de me réconforté sur le ou les commanditaires de l’enlèvement de Mila, sur l’évolution de la relation de Carter et Mila, sur les petits secrets et drame de leurs vie, mais plus du tout pour le côté frisson de la chose.

Tant pis pour moi.

espace réservé au texte (2)

Je n’ai pas de juste milieu: si je déteste, c’est jusqu’à vouloir tuer, si j’aime, c’est jusqu’à en crever et il n’y a rien entre les deux.  Et Mila … Elle me donne envie de l’aimer et je me déteste pour ça.

Carter

C’est étrange : je ne pense aucunement à m’enfuir.  D’ailleurs, si je m’en allais, où irais-je?  Je n’ai plus d’appartement, plus de famille, et Gaby est sur un autre continent, en Europe.  Si je pars maintenant, à quoi ressemblerait la vie que je retrouverais ?

Mila

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20190626084612

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Flore et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

#21 Protection rapprochée de Zara Cox

Espace réservé au texte (1)

espace réservé au texte (1)

– Vous ne m’avez pas demandé comment je vous avais trouvé pour régler mon problème, monsieur Steele.

Alors qu’elle est sur le point de présenter son nouveau projet, Lily est la cible d’un corbeau.  Ne pouvant perdre ce qu’elle a de plus cher, elle va entrer en contact avec le bodyguard Steele.

L’histoire se construit au fil des pages, on entre directement dans l’ambiance du corbeau qui sévit dans la vie de Lily.  Malgré le sentiment d’urgence et de protection qui habite nos héros, une brèche s’ouvre pour laisser la place à la passion.  Il faut dire que Steele ne va pas avec le dos de la cuillère lorsqu’il veut quelque chose.

Bien qu’ayant passé un bon moment, je dois vous avouer que je n’avais qu’une hâte connaitre l’identité du persécuteur cette attente était mi-désagréable mi-agréable.

Pour conclure, une petite romance-suspense qui se lit très vite et se laisse apprécié jusqu’au dernier mot.

espace réservé au texte (2)

 

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Editions-Harlequin[1]

3469900_orig[1]

Confessions d’une ex de Lynda Curnyn

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Je suis très loin du coeur avec cette lecture, mais il était agréable de suivre le parcours d’Emma.  Fraîchement célibataire, après deux ans de relation avec Tony, Emma va réapprendre à vivre pour elle, mais comment faire quand votre boulot tourne autour de l’amour et plus particulièrement du mariage !

Au fil des pages on suit Emma dans son boulot, ainsi que son ami, Jade.  Emma est une demoiselle fort intéressante qui évolue au fil des pages et de ses péripéties.  Bien qu’agréable dans l’ensemble l’histoire a quelques fois souffert de redondances.

Outre l’histoire au travers de cette histoire, j’ai découvert une auteure, je ne suis pas spécialement tombée en amour pour sa plume, bien que fort agréable mais elle a manqué quelques fois d’étincelle.  Le pari est mi-réussi.

Enfin un petit périple sur la quête d’amour qui aura manqué quelques fois à son sujet.

espace réservé au texte (2)

– Dis-moi, Jade, pourquoi ne sommes-nous pas encore mariées ?

– Parce que nous sommes des femmes fortes !

Ce genre de réponse commence à m’agacer.

– Ça veut dire quoi, exactement ? Que j’ai une tête blindée qui me permet de résister aux coups ?

– Mais de quoi parles-tu ?

– Peut-être que nous ne regardons pas assez autour de nous.

– Oh, en ce qui me concerne, je regarde … et on me regarde.

– Ah, je vois… Alors comment ça va avec Ted la Terreur ?

J’entends un long soupir au bout du fil.

– Je crois qu’il est entrain de devenir Ted le Lâcheur.

– Quoi ?

Elle soupire.

– Il n’a pas appelé.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Editions-Harlequin[1]

3469900_orig[1]

 

Agents et associés, tome 1 – Premier contact de Layla Reyne

Espace réservé au texte (4).jpg

espace réservé au texte (1)

Quelle belle surprise et quel choc ! Mais plus que tout : Quel choc ! Je vous épargne la partie « je ne lis pas les résumés » et au vu de la cover et du titre, je m’attendais à une romantic suspense et nullement à découvrir que les héros qui ouvraient le bal est un couple M/M et là je me pose la question du choix de collection, – habituellement les romans M/M sont dispo soit sous la collection #exclusif ou illicit – mais je me laisse le soin de lire et peut-être que je trouverais la réponse à ma question.

Huit mois après l’accident qui a coûté la vie à son mari, Gabe et à son co-équipier – mari de sa cheffe et belle-soeur Mel -, Tom Crane, Aidan Talley est de retour au FBI. Il n’a jamais cru à la thèse du simple accident de la route et lorsque Mel va lui proposer de s’associer à Jameson – Jamie – Walker hacker au sein du FBI afin de décrypter les mystères lié à ce drame, Aidan va tout mettre en oeuvre pour retrouver le ou les coupable(s), mais il n’avait pas prévu de mener une bataille à l’égard de ses sentiments pour son nouveau co-équipier, Jamie.

Je dois vous avouer que j’ai commencé ma lecture à minuit et ne m’attendant pas à un M/M j’ai dû m’y reprendre à trois fois pour capter que le personnage qui ouvre le bal est homosexuel et plus que tout veuf après dix ans de relation. L’auteure nous fait directement entrer dans le vif du sujet : le mystère autour de l’accident qui a laissé Melanie Cruz et Aidan, veufs et sans vrais réponses. Aidan, va vite reprendre ses marques, il est clair que cette enquête revêt d’une grande importance pour celui-ci, mais sa collaboration avec l’ancien joueur de basket-ball sera une autre source de tension. Un très bon chassé-croisé, je ne serais dire ce que j’attendais le plus entre la découverte des informations dans la clé USB ou la relation intime de nos héros. La pression va crescendo, il m’était impossible de lâcher mon livre, la plume de Layla est un vrai bonbon, elle a su mélanger comme il se doit romance et enquête policière.

Pour ce qui est des personnages, j’ai directement eu un petit attachement l’encontre de Mel et Aidan qui ont perdu leur tendre moitié, lors du terrible accident. Aidan aka Irish est un homme – 42 ans -, il s’est toujours battu dans sa vie et cette relation était la cerise sur le gâteau, on ressent très bien le lien fort entre lui et Mel. Si suite il y a j’espère qu’il aura un opus consacré à celle-ci car elle joue en mon sens un rôle-clé dans l’enquête – oui j’aime ça développer des théories de dingue quand je lis un roman-. Du côté du gamin, Jameson Walker aka Wishkey, il n’a jamais vraiment caché son orientation sexuelle et son attirance pour son nouvel coéquipier. Bien qu’Aidan ait plus d’expérience sur le terrain, j’ai trouvé que Jamie était l’homme de la situation, dans toutes les phases de l’enquête et de sa relation avec Irish. Un duo captivant. Outre notre trio, au fil des pages on découvre d’autres acteurs-clés à l’enquête, ce qui permet à la trame de garder une certaine dynamique et zéro redondance.

Je suis tombée raide dingounette de l’histoire dans son ensemble, et encore plus de Irish et Whiskey … Je plussoie et ne peut que vous recommander cette série … Oui, oui j’ai fait mes petites recherches et l’Éditeur a prévu la publication prochaine des deux prochains romans …

Pour conclure … Une enquête élégamment ficelée, des personnages captivants, un agréable moment de lecture et une recommandation à ajouter sur vos PAL !!

espace réservé au texte (2)

– Que ferais-tu si tu avais déjà perdu l’amour de ta vie et que tu tombais sur une seconde chance de vivre quelque chose – peut-être l’amour, tu n’es encore sûr de rien – mais qu’avant que tu puisses te faire à cette idée cette seconde chance manque de t’être arrachée ?

Aidan Talley

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Sugar Bowl, tome 3 – Sugar Free de Sawyer Bennett

Espace réservé au texte (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Ce n’est pas parce que j’ai fait tout ça au nom de l’amour que ça fait de moi quelqu’un de bien.

Je pensais avoir tout lu et ce ‘end’ était bien au-dessus de tout côté suspense, jusqu’au bout j’ai craint le pire pour Beck et Sela.

⇒ Attention si vous n’avez pas lu les précédents tomes, je vous invite à vous plongez dans l’aventure de la SugarDaddy à la plus courte carrière .. Sans déconnez évitez le spoiles et plongez vous dans les romans.

Alors qu’un nouveau jour se lève, Sela va devoir faire face à son dernier acte, désireuse d’assumer la pleine mesure de ses actions, l’enquête va prendre un autre tournant en faisant de Beck le principal suspect.

Comme dis précédemment, ce dernier opus était riche en suspense. On suit l’enquête de police et plus particulièrement l’enquête sur – ou contre – Beck, à chaque étape un élément fait de lui le coupable idéal. Nos héros vont devoir se battre et faire face à la suite de preuves (ir)réfutable.

L’histoire est totalement captivante, j’exaltais à chaque moment-clé, mais plus que tout, je craignais pour Beck. Sawyer a maintenu le suspense jusqu’au bout. Je voyais les pages défilés et aucune issue pour la fin, j’en suis arrivée à suffoquer et à vouloir lire la fin pour abréger ma souffrance mentale.

La star du roman est sans conteste, Beck, il assume son rôle de petit ami-chevalier blanc. Son courage un peu fou était admiratif. J’ai eu quelques fois envie de secouer, gifler Sela. Son dernier acte m’avait agacé au plus haut, point  » vouloir jouer en solo » et son silence ne m’a pas aidé dans la première partie de ma lecture. Heureusement elle est revenue vers de bien bonne disposition.

Sawyer a bien fait évoluer ses jeunes héros, il n’y avait aucune fausse note, dans leur jeux, un rien de redondance dans cette volonté de taire certaines choses, mais dans l’ensemble le roman est un réel plaisir et un très bel happy end.

Pour conclure, un dernier opus plein de tension, de suspense et de plaisir qui est plus que nécessaire si vous avez englouti les précédents opus.

espace réservé au texte (2)

Sela, il n’y a personne en ce monde que j’aime plus que toi. Vraiment personne. Je ne me prends pas la tête à me demander pourquoi tu as fait irruption dans ma vie, ou à analyser les circonstances merdiques de notre rencontre. C’était le destin, putain. Comme s’il y avait eu cet énorme puzzle juste devant moi… le puzzle d’une vie parfois simple, mais à laquelle il manquait quelque chose. Je ne m’en étais pas rendu compte, mais il manquait des pièces. Je ne m’en suis aperçu que quand tu es arrivée et toutes les pièces ont commencé à prendre leur place.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093049

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texte (13)Espace réservé au texte (7)

Paris by night Robyne Max Chavalan

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

La compréhension mène à la déception.  La déception à l’amertume, l’amertume à la vengeance.  Et ce n’est jamais vraiment beau.

Définitivement pas bon.  Autant j’ai apprécié ma lecture, autant je lui ai trouvé quelques fois quelques longueurs dans les actions de L’Homme.

Malgré la normalité de sa soirée au cabaret, Circee est plus qu’impatiente de monter sur scène, non pas pour l’excitation de danser, mais de danser pour L’Homme.

Tout d’abord j’ai eu du mal avec le petit nom donné à cet inconnu l’Homme avec un H majuscule qui fait référence à l’homme et la femme.  Même si cela m’a mise un peu mal à l’aise, je n’en ai pas eu pour autant de l’urticaire, j’ai compris la volonté de Robyne de vouloir démarquer son personnage, mais il n’empêche que cela aurait pu être fait différemment, une écriture en italique.

Pour ce qui est de la trame, on apprend assez vite que les héros ont un passé commun, mais notre homme n’est pas aussi ouvert qu’il voudrait le montrer.  Tout est bien calculé dans ces actions, il y avait quelques longueurs, un peu de redondance et quelques envies de secouer Paris qui souffrait un peu d’un déni (in)volontaire.  Je ne suis pas tombée en amour face au personnage de Paris, mais elle est reste commode et facile.  Pour ce qui est de l’Homm, cela a été un rien plus difficile, il a pris du temps à se dévoiler et moi à m’approprier le personnage.  Mais rien de bien dramatique, par contre les personnages qui ont capté toutes mon attention sont leurs amis, David et Lola – suite ? -.

En bref, malgré un début nominatif un peu difficile, quelques longueurs, un suspense qui a pris un rien de temps à se dévoiler la tram se laisse lire.

espace réservé au texte (2)

Toi, Paris, tu es une fleur d’innocence dans une enveloppe d’inconvenance. Tu t’es épanouie dans l’adversité.  C’est ce qui fait qu’à mes yeux tu es si spéciale…

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]

La Styliste, tome 2 – Fashion Ambition de Rosie Nixon

Alexa Hudson (4).jpg

unnamed

Amber, fonce ! C’est la chance d’une vie !

J’ai essayé vraiment … J’ai essayé mais je n’ai pas du tout accroché à l’histoire d’Amber, cette jeune demoiselle qui va tout quitter pour accompagner son petit ami dans la grande pomme. Par amour ou par crainte de le perdre définitivement … A voir.

Au fil des pages, on découvre l’immersion d’Amber, son ascension et surtout son souhait de garder intact sa relation avec Rob.  Malgré une bonne base de travail pour passer un bon moment à la FashionWeek de notre héroïne, je n’ai pas su m’approprier l’histoire, les personnages sans oublier sa grande copine Vicky, qui était un peu agaçante sur les bords.

En faisant mes petites recherches, j’ai découvert qu’il s’agit d’un second opus, mais je n’ai pas du tout eu l’impression de manquer d’une partie de l’histoire et donc cet opus peut être lu en mon sens, seul.  Sans inquiétude.

Pour ce qui est de la trame, j’ai ressenti pas mal de longueurs, j’ai traîné ma lecture en longueur et à chaque reprise j’attendais le petit moment de sursaut, ce qui allait me dire  » tu as bien fait de tenir le coup ».  Mais non, les frasques de la mode ne m’ont pas ébloui comme il l’aurait dû.

Tant pis.

unnamed

Comment moi, Amber Green, ai-je réussi à mettre le grappin sur un type aussi merveilleux, adorable et génial ? Et si New-York le changeait ? Ou me changeait ? Et si emménager ensemble n’était pas une bonne idée ? Ou s’il en rencontrait une autre ?  On se lançait dans une telle aventure ensemble.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]