A la place du coeur, saison 2 d’Arnaud Cathrine

Informations :

  • Editeur : Robert Laffont
  • Collection : R
  • Nombre de pages : 306
  • Date de publication livre : 23 mars 2017
  • Date de publication ebook : 23 mars 2017
  • Genre : Drame, espoir, YA
  • Prix : 10.99 – 16.50€

Résumé :

Cette saison est celle de l’éprouvant retour de Caumes à la vie. Il est raconté par son cousin, Niels, depuis la côte Atlantique : tout un été à tenter de sortir Caumes de sa torpeur muette et rageuse. Puis c’est Esther qui prend la parole : elle dont Caumes s’est peu à peu éloigné ; elle dont l’amour ne lâche pas ; elle qui, faute de pouvoir tourner la page, s’est persuadée qu’un après était possible dans ses bras. Mais ces jeunes adultes sont aussi les enfants de novembre, les enfants du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge. La vie n’a pas fini d’être mise à l’épreuve. La vie n’a pas fini d’être à réinventer.

Mon avis

Quand il n’y en a plus … Il y en a encore …

Je me doutais bien que l’auteur allait revenir sur le drame de novembre.  Je ne dis pas cela en faisant passer l’auteur pour un profiteur/opportuniste, mais si l’on parle de l’un on ne pouvait pas passer à côté de l’autre. Mais avant d’être – encore – touché par le drame, on va suivre Caumes et ses amis dans leur après.

184 jours après le drame qui a fait éclater sa vie, Caumes vit toujours dans sa bulle.  Il a beau « donner le change », rien n’y fait.  Il n’arrive pas à oublier.  Alors qu’il va passer son été en famille, Niels va avoir la lourde tâche d’être celui qui va redonner vie à Caumes, mais pour cela Caumes va devoir d’abord dire au revoir à sa douleur.

Dans le précédent tome, nous n’avons pas eu le temps de connaitre de nous imprégner des personnages, le drame a été le moteur de la trame.  Dans cet opus, j’ai apprécié que l’auteur mette d’abord en avant les personnages.  On va d’abord suivre Caumes, au travers du regard de Niels.  Bon ! Je le dis, j’ai tout d’abord penser que cet opus allait mettre en avant de nouveaux personnages, j’ai d’abord pesté contre l’auteur car je ne pouvais pas rester avec une ENORME coquille-vide et pour le coup, j’en ai voulu à ma mémoire de poisson rouge.  Ce n’est pas comme si, je venais de fermer le tome 1 * sifflement*.  Le démarrage est un peu lent, car on suit étape par étape la procession de Caumes, l’auteur n’en fait pas trop, il ne tire pas sur la corde du larmoyant.  J’ai apprécié cela.  Dans la seconde partie du roman, on retrouve Esther, à Paris.  J’en attendais énormément de ce personnage, qui n’a pas sa langue dans sa poche.  Je voulais découvrir la jeune fille, derrière ses prises de position. J’ai été servie et ravie. On retrouve enfin une demoiselle de 18 ans avec tout ce que cela comporte.  Malgré sa peine, elle reste digne, forte, sensible et n’a pas peur – nullement – de pleurer.  Tu m’as conquise Esther.  Le chassé-croisé entre nos héros est très bien ficelé, on les voit évoluer ensemble et séparément.  On découvre le petit secret de Caumes, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire et d’imaginer Arnaud à la place de Caumes.  Mais voilà le drame va encore toucher nos amis, ce drame va encore plus rapprocher nos amis.  Je ne vais pas revenir sur le drame, car j’en frissonne encore.  Comme pour le 6 janvier, je sais ou j’étais, dans mon lit entrain de parler  » Lectures Communes « , j’étais entrain de dire au revoir/Bonne nuit à mes amies et puis l’info est passée sur facebook.  J’ai rallumé la télé – LCI – et je n’ai plus décroché.  J’entendais les sirènes parisiennes en échos dans mon living.  Je me souviens avoir juré, mettre demandé si on allait nous laisser tranquille.  J’ai craint pour mes filles, je les ai regardé dormir.  J’ai pensé à ma famille en France, à mes amis.  J’ai été ravie d’avoir un sms dans l’heure, de voir toutes les notifications sur Facebook, « en sécurité », mais derrière ses notifications, sont apparus les premiers noms des victimes, les photos.  Les familles qui demandaient à partager un max.

Le roman est une fois de plus bien écrit, dans un langage familier, pas de redondance.  Les mots sont simple et fort en même temps, et pourtant ce sont des ados qui parlent.  Mon seul regret vient du faite que je reste encore dans l’attente du procès pour Hakim.

Enfin …  J’ai frissonné de la pointe de mes cheveux frisés à la pointe de mes orteils. Merci encore Anraud pour ce moment triste et beau à la fois ❤️❤️❤️

NB : Saison 3 !!!??? Je ne suis pas sur de tenir, le 1er chapitre … Que nous préparez-vous Arnaud ??? 🙂 🙂

Coeur1[1].jpg

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NG pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

 

 

 

A la place du coeur, saison 1 de Arnaud Cathrine

Informations :

  • Éditeur : Robert Laffont
  • Collection : R
  • Nombre de pages : 252
  • Date de publication livre : 1er septembre 2016
  • Date de publication ebook : 1er septembre 2016
  • Genre : Drame, YA, Amour
  • Prix : 10.99 – 16€

Résumé :

Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.
Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l’effroi.

Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un  » plus si affinités « …
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la  » première fois « . Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes…

Mon avis

Je ne sais pas si c’était  » le bon moment » pour lire ce roman … Mais entre la commémoration des attentats de Bruxelles et ce roman, mon cœur , mes pensées, rien n’a été épargné, je suis sortie de ma lecture vidée.

Je vous épargne le dictionnaire des superlatifs pour désigner ce roman … ÉMOUVANT ! Personne n’a pu passer à côté de la semaine du 6 janvier 2015… C’est impossible, on se souvient tous de cette semaine de douleurs ou que l’on soit dans le monde.  Pour ma part, j’étais au boulot et l’une de mes collègues m’a parlé d’un drame à Paris, sans entrer dans les détails, je n’ai pas allumé la radio.  Je me suis directement connectée à facebook : le résumé de ce que l’on trouve sur le net ! Et, je n’ai plus décroché, à chaque MAJ de la page, une nouvelle information est venu me percuter.  Paris est à 2h30 de Bruxelles, et pourtant tout cela me paraissait loin et proche.  Au travers du regard de Caumes et de ses amis, j’ai ressenti la tension qui m’avait habité durant cette semaine. Mais au-delà du drame, Arnaud nous offre un zeste d’amour, d’humour.  Oui, j’ai osé sourire grâce à Caumes.

L’issue est certes connue, mais il était intéressant de revoir cela au travers du regard d’un jeune qui habite aux portes de la capitale.  Caumes et ses amis ont 17 ans, la vie devant eux. Alors qu’il rencontre – enfin – l’Amour et tout ce que cela comporte, Caumes va se réveiller avec des images de Paris frappé par une tuerie sans nom.

TIC TAC …

Comme dis précédemment, roman bouleversant, avec une note d’espoir, teinté d’amertume, de rage,  de souhait, d’amour … En bref : il y a de tout !

J’ai apprécié le petit clin d’œil – mais tellement vrai -, si je puis dire sur le 11 septembre.  Ou étiez-vous le 11 septembre ? Moi, j’avais fini les cours plutôt, je m’installais devant la télé avec mon assiette de frite, j’ai allumé le poste et je me souviens encore mettre dit : « Zut, j’ai raté les feux de l’amour, maintenant il y a le téléfilm sur TF1 ! ».  Ce n’est qu’en voyant le présentateur que j’ai compris que ce que je regardais était vrai et en direct ! Après, tout cela m’a paru réelle et faux en même : Oui, c’était mon téléfilm du jour.  Le débat qui s’en est suivi m’a tellement fait penser à celui que j’ai eu aussi, au même âge.  Les discours étaient identiques mais 16 ans plus tard, qu’est-ce qui a réellement changé ? Je me suis rendue compte  au travers de ce roman, que certaines mentalités avaient évolué mais pas dans spécialement dans le bon.  On nous bourre d’informations, et pour finir on ne sait plus ce qui est vrai ou pas et tout cela devient normal.  Je me suis demandée ou j’en étais moi-même.  En bref, j’ai pas mal cogité.  J’ai eu envie de hurler au monde entier, contre les injustices que subissaient Hakim.  J’en ai voulu à tous les personnages, même si j’ai fait un give me five à Caumes et Esther.

Les personnages.  Esther m’a plu directement, dans ses discours, acte, mais derrière ce côté Girl Power, j’ai envie de découvrir la jeune fille, donc j’attends de voir.  Caumes, en tant qu’héro se doit d’être neutre, mais il m’a bien fait rire avec ses parents et ses nombreux soliloques.  Kevin, Ballard, ont auraient pu/dû les sauver de leurs bêtises … Pfff ! Quel gâchis !! Mais, voilà on ne pouvait pas nous donner que du bon – malgré la thématique du roman -, des jeunes pleins de vies, on devait tout voir, tout entendre car cela fait parti de la réalité, masquer ces faits seraient nous mentir.  Swann ? KESAKO ? J’espère que le second opus, nous donnera plus d’info sur, le frère de Caumes.  Les familles de Caumes et Esther.

Bon ! Je ne vais pas insister ce roman est bien écrit, un phrasé simple, fort, pure, dur, troublant … Donc, jetez-vous dessus … Sans retenu, ni parachute ! Bonne lecture ❤

Coeur1[1].jpg