CID : Cherche Inspiration Désespérément de Léane Morton

Espace réservé au texte (3).jpg

espace réservé au texte (1)

Une petite histoire tout en douceurs qui m’a quand même fait craindre le pire !!!

Après le succès de son premier roman, Zoé craint de tomber dans l’oublie, plus que tout Zoé souffre du syndrome de la page blanche dû à un succès inattendu et une attente de fournir un meilleur roman !! En bref, Zoé est sous pression et ce n’est pas la prise d’otage de son outil de travail par ses amies qui va l’aider à souffler.

Comme dis précédemment, j’avais une petite crainte, non pas pour l’histoire à proprement parlé, mais suite aux différents rejets de Zoé face à ces amies et aux beaux yeux de Xavier.  J’ai eu l’impression qu’elle les regardait de haut et plus précisément Xavier. –> Grosse tête à 2h !!! Mais heureusement pour moi, Xavier va permettre à Zoé de faire dégonfler son petit ballon de baudruche, de retirer ses œillères, profiter de la vie, se retrouver et surtout retrouver le goût de l’écriture !

Malgré un début craintif, l’histoire se laisse lire, et apprécier.  Je suis très loin du coup de coeur , mais cela ne m’a pas empêché de savourer le moment et d’imaginer des petites suites pour Delphine, Morgane et Julie.  Je ne sais pas si l’auteure s’est inspirée de son vécu, mais il est clair qu’auteur ou pas on peut aisément comprendre le stress qui habite Zoé, mais ce n’est pas une raison pour être sèche !

En bref, un petit instant break qui plaira aux adeptes de la LéaneMania et une petite découverte pour les autres !

espace réservé au texte (2)

Je me suis plongée parfois dans son univers, il a été  plongé dans le mien.  Nous nous plaisons, je ne peux plus le nier.  L’alchimie entre nous fait virevolter des milliers de papillons au creux de mon ventre quand il est près de moi, ma peau fourmille d’anticipation et pourtant, il ne ‘est encore rien passé de sérieux entre nous.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Publicités

Comme toi de Lisa Jewell

Espace réservé au texte (10).jpg

espace réservé au texte (1)

Ton aura est tellement effacée que je n’arrive pas à en voir les nuances, Laurel.

Vous connaissez ces romans qui avant même d’être lu, vont vous retourner les synapses ? Et bien, ce thriller m’a totalement chamboulé.

10 ans après la disparition de sa fille, Ellie, Laurel n’a pas oublié.  Comment demandé à une mère d’oublier dont la fille a été enlevée, retrouvée morte bien des mois plus tard et pour lequel le/la/les coupable(s) n’a/n’ont pas été arrêté(s) d’oublier et ce n’est pas l’apparition de Floyd, et de sa jeune fille, Poppy qui ressemble étrangement à Ellie qui va l’aider à panser ses peines.

L’histoire suit un fil conducteur mélangeant passé et présent dont le suspense qui monte crescendo m’a totalement captivé, elle ne souffre d’aucune redondance et je n’ai eu qu’une hâte en connaitre l’issue et mettre un terme à mes suppositions.  Le personnage de Laurel force le respect,  je ne pense pas que mon petit coeur de maman aurait pu rester calme face à une telle apparition.  J’ai apprécié le fait que chaque protagoniste ait voix au chapitre.  C’est sur l’histoire de Lisa m’a marqué au fer rouge !!!

Pour conclure une histoire palpitante, des personnages aux milles et une facette et un suspense attrayant !!! A LIRE ^^

espace réservé au texte (2)

Laurel croise le regard de sa fille en allant s’asseoir.  Elle lui sourit.  Hanna lui fait un clin d’oeil et lui envoie un baiser.  Sa magnifique fille.  Sa fille chérie.  Laurel attrape le baiser et le porte à son coeur.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Stephanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Logo_Milady[1]

3469900_orig[1]

Californie story, tome 1 – Chaleur sur les ondes de Robin Bielman

Espace réservé au texte (2).jpg

espace réservé au texte (1)

Quand tu seras prête à effleurer mes lèvres, Knox, préviens-moi, et je promets d’effleurer les tiennes en retour.

Effectivement, il fait chaud sous le soleil de Californie … Imaginez … Chaque lundi à 10h, tout est calme au boulot et pour cause, Mateo Gallagher aka Bennett de l’émission  » Règle de jeu » s’apprête comme chaque début de semaine à disséquer sa dernière soirée. Malgré sa notoriété, Mateo tient à préserver son anonymat mais surtout il se doit de rester libre comme l’air.  Mais çà c’était avant qu’il rencontre Teague Knox.

L’histoire est toute fraîche on suit l’évolution de la relation (im)possible entre Teague et Matteo, qui doivent garder leur distance pour une raison distinct : leur emploi respectif.  Lui animateur et elle assistance de la grande organisatrice de mariage Madame Gallagher … et accessoirement mère de Mateo !!!

Les personnages sont intéressants et évoluent  tout doucement.  Pas trop de redondance dans leur discours ou de « oui/non » et la tension entre Matéo et Teague est omniprésente.  Les amis de Mateo font quelques apparitions dans la trame et je me suis – une fois encore – imaginer quelques suites avec eux.

Au travers de ce roman, j’ai découvert un auteur et une auteur à la plume facile et captivante.  Hâte de connaitre ces prochains opus qui je l’espère seront traduit par l’Editeur.

Pour conclure, une très petite surprise tant du point de vue de l’auteur, que de l’histoire.

espace réservé au texte (2)

Je n’ai jamais eu de relation platonique avec une fille à qui j’ai envie d’arracher sa culotte davantage que je n’ai envie de respirer.  Ce qui signifie que je vais certainement échouer : soit à être son ami, soit à garder mes distances.

Mateo

C’est sûr, cette amitié ne pourra que causer la perte d’un d’entre nous.

Teague

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

La cage dorée de Blanche Monah

Espace réservé au texte (9).jpg

espace réservé au texte (1)

Mon ange, je murmure tout seul, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui ait autant besoin d’aide que toi.

Comment faire pour apprécier une lecture dont le sujet est juste dégueulasse, n’ayons pas peur des mots.  L’inceste ! Qui pourrait se dire que ce type d’action est top ? Qui ? Pas moi et pourtant, Blanche a su me faire apprécier la lecture dans son ensemble, tout comme elle m’a fait rager.

Arnaud ce « père » de famille, divorcé, qui a la garde de sa fille va faire, d’elle, sa femme dès son plus jeune âge.  En plus d’abuser de sa fille, il va faire d’Heather, une soumise et la prêter à son associé, Jérôme.  On pourrait blâmer Heather de rester dans ce cercle infernal alors qu’elle est majeur mais je ne l’ai même pas juger sur ce point.  J’avais juste envie d’arracher les tripes de son père et de son fiancé.  Il lui faudra attendre son 21eme anniversaire, un stage dans une agence de photo et sa rencontre avec Phenix pour se sauver.

La trame est captivante, j’ai apprécié que Blanche ait donné un droit de paroles à tous les protagonistes.  On ne reste pas avec des « et si », ainsi que des interrogations sur les actions.  Certes Arnaud et Jérôme sont d’office à brûler sur le bûcher, mais je suis ravie d’avoir eu leur point de vue.  Je ne reviendrais pas sur celui de Simone, la mère d’Heather -> Sans commentaire.  Le seul point qui m’a fait enrager : la proposition de séance photo de Phenix.  Comment faire une telle proposition à une jeune demoiselle meurtrie dans sa chair et fraîchement libérée ? Heather, à aucun moment, durant ma lecture, je n’ai eu envie de la secouer, je l’ai trouvé courageuse et touchante.  Phenix, mise à part, la séance photo, il est intelligent et héroïque.  J’ai tout aimé dans ce petit couple.

Avant de me lancer dans cette lecture, je savais que le(s) sujet(s) abordé(s) serai(en)t dur(s), mais ZUT ! Démarrer en apprenant que l’héroïne est la victime de tel action, je vous avouerai que je savais pas si j’allais réussir à aller au bout de ma lecture, sans détruire mon livre.  Blanche tu as réussi à me faire apprécier une lecture avec un sujet ignoble.  J’ai été mal à l’aise, en colère, j’ai ris – oui oui, la maman de Phenix m’a fait rire, elle m’a fait penser à ma mère -, mais surtout j’ai gardé espoir.

Pour conclure, une trame captivante, un sujet percutant, des héros attachants, une plume limpide et touchante.  JE RECOMMANDE CETTE LECTURE LES YEUX FERMES !!!

espace réservé au texte (2)

J’ai une pensée pour Phénix, qui me demande de lui avouer mes secrets.  Comment pourrais-je ?  Comment raconter à quelqu’un ce que je vis, jour après jour?  La honte m’étoufferait avant que j’en sois arrivée à la moitié.  Néanmoins, je me réconforte en m’imaginant dans ses bras, entourée par ses bras si forts, par son odeur consolante, bien à l’abri contre lui.  Et c’est ainsi que je parviens finalement à trouver le sommeil.

Heather

J’ai éduqué Heather pour qu’elle accepte tout de moi, sans un mot de protestation, sans espérer me voir céder à ses suppliques.  Je la possède entièrement et peux faire ce que je désire de son corps.

Arnaud

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

AVT_ditions-Blanche_3133[1]

3469900_orig[1]

Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige de Juliette Bonte

espace réservé au texte (10)

espace réservé au texte (1)

Le sourire de Luke vient de passer number one des expressions les plus ravageuses que je connaisse.

Je sais que je n’ai pas une bonne mémoire, je dirais même que j’ai une mémoire de poisson rouge.  Sitôt lu, sitôt oublié… Mais il m’arrive quelques fois de voir la mémoire me revenir et lorsqu’au bout de 5 ou 6 chapitres, j’ai cette sensation de déjà-lu, je stoppe ma lecture pour entamer quelques recherches et la couperet tombe, cette lecture, oui je l’avais déjà lu dans le passé sous le titre de « Because of you« .  Je ne suis pas contre les réédition, réadaptation, rééblabla … Mais je pense que cette info aurait dû figurer quelques part. Sûrement que ce détail a été précisé que cela soit par l’auteur ou la ME et que j’ai zappé l’info, je ne suis pas une stalkeuz du net et je m’en excuse.  Malgré cet état de fait, j’ai lu le roman, pas avec l’engouement voulu et attendu, mais j’ai tenu à aller au bout de mon moment chocolat avec Luke et Allison.

La trame.  Bien qu’étant en couple depuis quelques temps avec Carl, Alison est bien la seule à vivre cette relation à 100%;  Pensant que leur cohabitation va redonner un nouveau souffle à son couple, Allison va vite se rendre compte que son couple bas de l’aile et ce n’est pas l’arrivée de Luke, le meilleur ami de Carl, qui va arranger les choses, bien au contraire.  Alison va se sentir renaître auprès de cet ami et voir naître de nouveaux sentiments.

Les personnages sont too much.  Bien que n’étant pas une fan des nombres impairs, Carl est tellement imbuvable, que j’ai excusé Alison, même si j’aurais plus voulu qu’elle arrête le massacre amoureux.  Luke, le preux chevalier, venu avec son sourire colgate et friand de bon café, est agréable.  Pas d’ultra coup de coeur, mais personnage intéressant.  On donne bien-sûr un droit de parole, à Carl.  Ainsi qu’aux personnages annexes, Darrell et Sydney.

Enfin, malgré ce déjà-lu, le roman reste plaisant à lire … En toute saison avec son cupcake et son chocolat chaud … No coffie  !!!!

Luke – Allison – Carl – Darrell – Sydney –

espace réservé au texte (2)

Je t’ai dit que je ne changerai pas, Allison, mais c’était une erreur.  Je suis prêt à devenir un autre homme, si ça peut te rendre heureuse.  Je veux que tu réalises à quel point je t’aime.  Je ferai tout ce que tu souhaites, j’attendrai le temps qu’il faudra, mais je ne te laisserai pas rester loin de moi.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie pour l’envoi de ce Service-Presse

TQBv9efT_400x400[1]

3469900_orig[1]

Music & Love, tome 2 de Alexandra Lanoix

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Je lui dévoile ce que j’ai sur le coeur, ce que je ressens, mais rien ne se passe, rien.  C’est lui, lui, lui…

La voilà « ma faim », et non ma fin.  Je sais Alexandra tu vas m’étriper … Mais c’est de ta faute, – il faut toujours un VRAI coupable -, au moment ou je me suis dit « this is it », PAF tu as relancé la machine pas spécialement pour une suite commune mais indépendante.

Alors que Stephanie a fait son choix, qu’elle pense sa vie sur des railles, le passé sentimental de Greg va les rattraper et obliger son jeune couple à faire chambre à part.  Action qui ne passera pas inaperçu aux yeux de James.

Autant j’avais quelque peu apprécié le personnage de James et je voulais vraiment voir comment il allait évoluer autant, je ne sais pas si je devais prendre ses actions comme une manière de se battre pour sa bien-aimée, pour son amour-propre ou juste pour agacer Greg.  J’avais quelques craintes en l’encontre de Greg, j’ai eu envie de le secouer, mais au final il termine la dystopie sur une bonne note.  Tout comme Greg, j’avais craint l’évolution du personnage de Stephanie, et elle a été la plus forte du lot, même dans ses phases « creuses », elle donnait cette impression de garder la tête hors de l’eau.  Une dynamique en perpétuelle mouvement.

Pour ce qui est de l’histoire à proprement parlé, j’ai passé un bon moment, Alex a fait grandir ses personnages, ce n’était pas un long fleuve tranquille, j’ai quelques fois grincé des dents et me pensant « quitte », j’ai eu cette sensation que la série pouvait encore évoluer pas indépendamment… 10 ans après que son devenu nos héros.

En bref, petit instant break agréable à lire.

espace réservé au texte (2)

C’est bien elle qui me met dans tous mes états.  Plus je la contemple derrière ce mur, plus je me rends compte que mon coeur bat toujours pour elle, alors que le sien s’affole pour un autre.  Serai-je guéri un jour de Steph Stevenson? J’en doute.

James

Plus personne ne se mettra en travers de notre chemin nous sommes plus forts que jamais et nous ne l’autoriserions plus. Je suis dans ses bras, nous faisons l’amour comme si c’était la première fois, brûlants de passion, en oubliant nos erreurs.  Il a gommé en une seule nuit les douleurs de toutes ces semaines passées.  Greg est magique, il me rend heureuse.

Steph

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’auteure pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

#14 Melbourne after dark, tome 2 – Irrésistible proposition de Stefanie London

Espace réservé au texte.jpg

espace réservé au texte (1)

Je sais que vous me prenez pour un coureur de jupons sans scrupule, mais vous vous trompez.

Je décroise tout mon corps et je découvre enfin la suite attendue : les aventures d’Imogen !

Alors que sa soeur est sur le point de convoler en juste noce, Imogen n’a qu’une quête : empêcher ce mariage ! Mais pour cela elle va devoir prouver à sa soeur, Peggy, que son futur mari, Daniel n’est pas – du tout – l’homme qui dit être et pour cela elle va se faire aider par le tombeur de ses dames, Caleb Allbrook.

Après Lainey, et les petites bribes d’informations sur Imogen, j’avais craint que l’Éditeur ne publie pas directement la suite de la série. BON ! Il est vrai que je l’espérais surtout pour ma mémoire de poisson rouge.  Comme pour le précédent cet opus se lit très vite, on suit les péripéties d’Imogen de mettre la main du son futur beau-frère en défaut et tenter de mettre un frein à ses sentiments naissant à l’égard de Caleb.

On apprend assez vite les raisons d’Imo et la volonté de Caleb de se révéler à la dame.

J’ai pris autant de plaisir avec cette lecture que la précédente, si pas plus.  Les personnages ont une certaine profondeur, la trame est fluide, agréable et le plaisir ne m’a pas lâché, une seule fois.

En bref, une petite romance sur fond de seconde chance qui a ouvert la porte à un nouveau tombeur : Jason, le bro de Caleb * petit pas de danse*.

Affaire à suivre !!! espace réservé au texte (2)

Manifestement, elle était coincée entre deux personnalités, entre l’envie de changer et le fait qu’elle ne savait pas comment s’y prendre.

espace réservé au texte (3)

 

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Editions-Harlequin[1]

3469900_orig[1]

****

41jqwuwnrbl._sx299_bo1,204,203,200_[1]