Companyof Killers, tome 1 – A la recherche de Sarai de J.A Redmerski

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Je suis prise au piège dans les bras d’un tueur impitoyable, mais c’est là que je veux être.

En un mot : Une tuerie … En quatre : Ou est la suite ? Très belle surprise, une trame dramatique, sur fond de dark romance : Sarai et Victor m’ont captivé !

9 ans.  9 ans que Sarai, vit enfermé dans la tour dorée du trafiquant Javier, jusqu’au jour ou un américain, va venir s’entretenir avec celui-ci.  Sarai, y verra une porte de sortie, sa porte de sortie vers la liberté, et (re)trouver sa vie d’avant.  Ce que Sarai, n’avait pas imaginé c’est que son sauveur n’a rien du prince charmant et a tout l’attirail du parfait tueur en série.

Dès le départ, on entre dans le vif du sujet.  Sarai était une enfant, lorsqu’elle fut vendue au trafiquant, Javier.  Elle a très vite compris que pour survivre, elle devait se plier aux exigences de son bourreau.  Malgré sa captivité, Sarai ne perdra jamais de vue son objectif : fuir.  Même si elle se doute que l’Américain, n’est pas tendre – de part ses liens avec Javier -, elle ne pourra passer à côté de sa chance et va vite découvrir que son nouvel allié, est un tueur à gage.

Victor.  Victor. Victor.  Ce personnage a directement capté mon attention.  Son côté sombre, méchant, taciturne qui n’en touche pas une et pourtant, me l’ont rendu séduisant.  Oui, oui il n’y a que dans les films et les dark romance qu’on est atteinte du syndrome de Stockholm.  Mais j’assume complètement mon envoûtement pour Victor.  Sarai est une femme, non pas une jeune femme ou fille, car elle a grandi trop vite.  Elle est forte, elle a du caractère, du bagou et même dans la misère de sa vie et des obstacles elle arrive à garder la tête hors de l’eau et à trouver ses priorités.  Je ne lui ai pas trouvé un seul défaut, j’ai craint pour elle, mais à aucun moment, je n’ai eu de doutes sur sa force physique et mentale de tueuse.

Je ne vais pas trop revenir sur la trame, J.A nous offre une belle histoire sur fond de dark romance.  L’évolution des personnages est très bien faite.  Un vrai mélange de plaisir, de stress, d’addiction et de AGAIN !

Vivement le second opus et découvrir … Izabel !

unnamed

Je n’aurais jamais cru me trouver un jour dans la position de ces pauvres filles que l’on voit dans les films d’horreur, celles qui se réfugient en courant dans une maison où les attend un plus grand danger que celui qu’elles fuient, ou qui trébuchent en s’enfuyant dans les bois.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

Publicités

Rider in the dark de Sara June

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Avant de commencer ma lecture, ma première réflexion a été de me dire :  » Encore une histoire de biker ! ».  Mais contrairement, à mon adage  » je ne lis jamais les résumés », une force mystique m’a poussé à regarder le résumé et rien que la phrase accroche, avait joué son rôle.   » Il est un biker.  Craint par tout le pays.(…) ».  WHAT A F***** ! Mais qu’a fait cet homme pour être craint par tout un pays ? Rien que pour CA, je me devais de plonger dans la story de Hush et Lily.

Fraîchement débarquée à Hedonas, Lily qui bosse au restaurant de Shirley, va croiser le chemin de Hush et de ses frères les Dark Soldiers. Malgré son mantra, elle ne peut continuer à rester insensible aux charmes de Hush.  Biker ou pas, Lily compte profiter de chaque moment avec celui-ci avant d’être rattrapée par son passé.

Contrairement à ce qui a été écrit par l’Éditeur, je vous rassure Hush n’est pas craint par tout un pays – on parle quand même des USA, ce n’est pas rien -, mais de quelques régions, ou sont implantés les chapitres des Dark Soldiers.  Autre fait qui m’a plus qu’étonné : j’ai lu cette histoire en une soirée/nuit.  Oui, je me suis laissée prendre au jeu de Hush et Lily. L’histoire est un déjà-lu : une jeune demoiselle en détresse qui va tout quitter pour aller s’enterrer dans un coin perdu et qui va réussir à attirer et à faire plier le beau biker – écorché par la vie -.  Un passé désastreux de part et d’autre, un drame, une histoire d’amour, des tattoos, des coup de chaleurs, … Bref, rien de neuf sous le soleil et pourtant on se laisse prendre au jeu, car il ne suffit pas juste d’avoir tous les ingrédients encore faut-il apporter la juste dose.  Et même si le roman n’est pas un coup de coeur, ou un bon coup de slip kangourou, j’ai été captivée comme il se doit.  Pas trop de redondances, une trame en perpétuel mouvement qui peut – effectivement – à quelques moments vous faire faire les yeux ronds !!!!!

Outre nos héros, on découvre les frères de Hush les Dark Soldiers : Kill, Patch, Tips, Scott, Mace et Connor le Préz(s).  Dee, accessoirement la sœur de Patch et fille du Préz(s).  Tous les personnages sont très bien mis en avant, pas de second rôle.  Mais je croise les doigts pour que Patch, Dee et Kill aient leur petite histoire * mon cerveau bouillonne *.  Sara, n’omet aucun détail -standard – quant à la vie du club.

En bref … La suite c’est pour today ou demain … Suis pas gourmande, juste que je me suis laissée prendre à mon propre piège et que maintenant je suis stimulée par les biker d’Hedonas !!!

Again 🙂

unnamed

Je te désire, j’ai envie de te découvrir, te côtoyer, précise-t-il.  Et même si le plus raisonnable serait de te tenir loin de moi et loin du club, je n’en suis pas capable.  Si ça fait de moi un putain d’égoïste.  Un lâche … Et bien soit !

3469900_orig[1]

Game on, tome 1 de Elisa Houot-Hope

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Que dire … Que dire … ?

Pour ce qui est de cette lecture, autant je l’ai apprécié pour sa thématique.  Arielle Collins, est une jeune étudiante qui va perdre ses parents de manière prématurée lors d’un accident de voiture.  Tandis qu’elle entame un nouveau chapitre dans sa vie à Chicago – auprès d’une tante dont elle n’a jamais entendu parler -, elle va faire la connaissance de Matt, fraîchement débarquer – lui aussi-, qui lui aussi cache un lourd secret lié à notre héroïne.

Comme dis précédemment, Elisa, nous propose un bon petit YA, dont certains passages me faisaient plus penser à un NA.  Les personnages sont intéressants, pas trop redondant.  Arielle est un bon personnage, elle sait ce qu’elle veut et surtout ne se laisse pas marcher sur les pieds.  La dualité à laquelle elle doit faire face est bien décrite.  Même si je dois dire que je sui ravie de ne pas avoir trop vu le côté bad girl, cela aurait en mon sens fait trop cliché !  Tout comme, Arielle, le personnage de Matt était attrayant, une petite dualité entre passé-présent et futur.  Le poids de sa responsabilité est énorme, et il est clair que je ne souhaiterais pas être à sa place, et j’ai hâte de voir comment il va rebondir car pour le coup notre cher ami est encore trop dans le déni !  Des personnages secondaires bien marrants dans leur style : Tyler et Phoebe.  Affaire à suivre !

Ce qui n’a pas été dans cette lecture, les copier-coller.  Non, pas juste revenir sur un détail, mais faire tout simplement un copier-coller de paragraphe  » en mode je ne vais pas me prendre la tête, je le remets là ».  Les fautes de noms,  d’inattention – le cousin qui devient le frère et redevient le cousin !!! -.  Il y a eu en mon sens un manque de relecture.  Attention, je peux comprendre qu’à force de regarder le même texte on ne voit plus la différence, mais là c’était trop flagrant que pour passer à côté !

Enfin, petite surprise de part son sujet de fond, qui je l’espère sera un peu plus développer dans le chef des sentiments de nos héros – et plus particulièrement pour notre ami, Matt -, petite déception pour les quelques fautes.  Mais dans l’ensemble, petit instant break fort sympathique !

Affaire à suivre !!!

unnamed

Ma vie s’est arrêtée en même temps que la leur.  Le monde que je connaissais vient d’être complètement bousculé, tout ce en quoi j’ai toujours cru s’écroule autour de moi.  Et je ne suis pas sûre de mon rôle à jouer dans cette nouvelle réalité.

3469900_orig[1]

La belle et le soldat de Katy Regnery

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Cette lecture tombait à pic ! Mes filles ayant un amour débordant du dessin-animé de Disney, maman devait se procurer la version « adulte ».  Entendons-nous bien, adulte ne signifie nullement érotique dans ce cas, mais une version à destination de maman !

Alors qu’elle vient de perdre son poste de journaliste d’investigation, Savannah, retourne se ressourcer auprès des siens.  Se pensant fini, elle va recevoir l’appel d’une journaliste qui va lui proposer de revenir sur le devant de la scène.  Pour cela, Savannah, va devoir faire un article en lien avec le 4 juillet.  Quoi de mieux qu’un ancien jeune soldat, Asher Lee, vivant en reclus dans son manoir.

J’ai directement accroché aux personnages, Savannah, cette jeune journaliste qui s’est fait avoir par cette source proche, va voir dans cette opportunité une manière de faire un pied-de-nez à tout ceux qui lui ont gâché sa vie professionnelle.  Oui, je n’étais pas d’accord sur le fait qu’elle usé de sa relation intime à des fins professionnelles, que j’ai attendu la révélation, mais cela ne m’a pas -trop- empêché de garder une bonne image de son personnage.  Asher, m’a touché, ému, du début à la fin.  Cet ancien soldat, qui s’est battu pour une nation et des valeurs qui doit vivre caché, car ces blessures – de guerre- et son sale caractère font tâche dans la petite ville de Danvers.

Etant dans une phase « conte de fée », avec mes filles, les similitudes entre le conte de Disney et le roman de Katy, m’ont directement frappé.  Mais, si vous avez vu ou lit l’histoire de  » La Belle et la Bête », vous les verrez aussi.  Inspiration au pas, Kate se permet de petites folies, qui permettent à la trame de garder cette part de modernité, et de romance contemporaine d’aujourd’hui.

Pour conclure, une trés très belle histoire d’amour, de seconde chance, d’espoir, dramatique et palpitante !

A LIRE !!!!!!!!!

unnamed

Ça fait partie de toi.  Et je fais partie de toi.  Alors il est temps que ces deux parties se rencontrent.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïwenn pour l’envoi de ce Service-Presse

6C4wiiS4_400x400[1]

3469900_orig[1]

Ensemble, maintenant pour toujours de Émily Blaine

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Avec cette lecture, j’ai appris quelque chose : toujours lire la note de l’auteur !

ARF !!!!!!!!!!!!!!! Avant de me plonger comme il se doit dans ma lecture, j’ai eu cette sensation de deja-lu.  C’était horrible, car les personnages me parlaient et je ne savais pas dire d’ou ! Heureusement, pour moi, je suis amie avec l’auteure et j’ai eu ma confirmation que cet opus est la suite de  » Toi, moi, maintenant ou jamais ». Après cela, autant vous dire que j’étais A FOND dans l’histoire de Théo et Summer.

Théo et Summer se connaissent depuis l’adolescence, ils n’ont aucun secret l’un pour l’autre.  Ils s’aiment et pourtant, jamais, ils ne vont jamais sauter le pas.  Tandis qu’ils sont tous les deux à des tournants dans leurs vies professionnelles, Theo va saisir sa chance, quitte à tout perdre.

Dès que la sensation de « dejà-vu », fut balayé, j’ai savouré ma lecture, Summer et Théo et me suis rappelé que Théodore Montgomery m’avait marqué au fer rouge.  Mais ici, il m’a planté une flèche en plein coeur, tel Cupidon.  Je suis tombée amoureuse, de ce grand corps malade.  Il était sensible, tendre, fort, et amourreuuuxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx.  Summer est une écorché de la vie, elle s’est battue toute sa vie pour ne plus être la victime de son passé.  Elle est forte et fragile.  Je les ai trouvé complémentaire.  Leur symbiose professionnelle était plaisante à lire, et leur corps-à-corps un régal pour l’imagination -.  Heureusement pour moi, j’étais déjà dans mon lit !!!!!

Qui dit suite, dis retrouvaille avec la bande d’amis : Charlotte, Jeremiah, David et Gemma.  Non, je ne dirais rien même sous la torture ! ARFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF UNE SUITE, Em’, pleeasseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee tu ne peux pas nous laisser comme ça ! Pense à toutes ces lectrices en manque, au bord du précipice en plein  » et si », t’en que je suis dans les demandes, un petit bonus * regard du chat botté*.

Oui, vous l’avez compris la plume captivante de la Harlequineuse Emily aura gagné son pari : je sors conquise de ce tour de piste.  L’histoire est tantôt bouleversante, tantôt joyeuse.  Un juste mélange saupoudrer d’amour, d’addiction, de plaisir et de seconde chance.  En bref … Un régal que je vous prescrit mes chers patients 🙂

unnamed

Je ne peux pas t’offrir ce que tu veux, Théo. Je… notre amitié compte pour moi. Elle compte plus que tout. Je ne veux pas détruire ça, et encore moins te détruire, toi.

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie pour l’envoi de ce Service-Presse

TQBv9efT_400x400[1]

3469900_orig[1]

*****

51WNX0PZpuL._SX299_BO1,204,203,200_[1].jpg

Clash, tome 4 – Passion irrésistible de Jay Crownover

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Etre chez soi, c’est être au bon endroit avec les bonnes personnes.

This is it ! Voilà cet officiel, je vais dire au revoir aux séries  » Marked Men » et  » Clash ». Et quoi de mieux que deux êtres écorchés par la vie pour se quitter avec la larmouchette et ce dicton  » on n’a tous droit d’être aimer ».

Tandis que Poppy, se remet de son kidnapping et agression subit par son ex-mari. Salem, Rowdy et tous leurs amis n’ont qu’un but : lui redonner goût à la vie.  Et, pour cela, Poppy va devoir affronter le monde extérieur.  Même si sa vie se résume à ces quatre murs, son chemin va croiser celui du garagiste des MM, Hudson Wheeler.

Au vu du passé sentimental de Poppy, je vous avouerais que je m’attendais à pas mal de dialogue en longueurs, de remise en question, de « oui/non », en bref, à d’énorme discours inutile.  Mais Poppy, m’a complètement eu pour le coup, ou vu de ses rentre-dedans, l’espace d’un moment j’ai complètement oublié qu’elle avait été le souffre-douleurs de son ex-mari et bien avant cela, d’un père tyrannique. Que nenni, elle est rentre dedans, elle se bat contre elle, pour elle, et pour cette relation à venir.  Je l’ai trouvé touchante, sensible, belle, adorable.  Hudson, n’est pas en reste, lui aussi doit se battre contre ses démons.  Un passé sentimental qui a prit fin subitement, et qui va le laisser amorphe, jusqu’au jour ou il va rencontrer Poppy.

On retrouve les anciens personnages au travers d’un paragraphe, qui m’a fait un petit badaboum.  J’avais oublié certains personnages, certaines rencontres, la force de frappe des héroïnes #GirlPower.  Comme une envie de tout reprendre à zéro !

Pour ce qui est de la trame, on suit principalement le parcours de nos héros, leur combat respectifs.  Quelques petits rebondissements, un bon petit moment de rage, de stress, colmater par l’espoir et l’amour de nos héros.

Pour conclure, on quitte la plume magique de Jay, sur un bel happy end.

JE RECOMMANDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!

 

unnamed

Il se montrait tendre mais il était clair qu’il avait décidé de m’embrasser d’une manière inoubliable.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie pour l’envoi de ce Service-Presse

TQBv9efT_400x400[1].jpg

Photo

*******

51kshUJmXaL[1]51ogAnNPW-L._SY346_[1]5197wtp4NoL._SY346_[1]

Les jumeaux de Westwood : The Sphinx de Phoenix B. Asher

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

J’ai eu beau faire, retourner l’histoire dans tous les sens : ça n’a pas du tout été.  En fait, si, au 3/4, j’ai commencé à prendre un certain plaisir.  Mais voilà, j’ai plus levé les yeux aux ciels, fait des gros yeux que de vraiment m’imprégner de l’histoire des jumeaux Westwood.  Oui, la lecture est un moment d’évasion, mais pour le coup l’évasion s’est vraiment barrée !

En tant que #coverGirl, je vous avouerais que je m’attendais !!! Attention Spoiles  !!!! à une trame allant dans le sens de la relation des frères Royals.  Au vu de la couverture, je ne pensais – vraiment – pas me tromper -.

En plus d’être frères Zachariel et Gabriel, sont des jumeaux monozygotes.  N’ayant jamais été séparé, Zach et Gabriel, vont après une séance de plaisir à trois, se lancer dans le monde du plaisir totalement dédiés aux femmes avec le Sphinx.

Premier couac : Le jeune âge de nos héros.  25 ans.  Jusque-là rien d’alarmant, sauf que cela fait 7 ans qu’ils tiennent le Sphinx.  Je veux bien que certaines ascensions sont fulgurantes.  Mais en 7 ans pas un seul contrôle du fisc, sur ces rentrées d’argent, ou clients mystères.  Bon, je ne vais pas m’étaler, car nous avons droit à une « explication », mais toujours est-il que ce fait m’a directement fait décrocher.

Second couac : Le Sphinx.  Bien qu’étant dédié aux femmes, l’ambiance du lieu ne m’a pas transporté.  Je l’ai plus vu comme une boite de nuit, que comme un club de charme.

Troisième couac : les personnages.  Zach, Gabriel, les héros et frères.  Du côté de la gente féminine, nous avons Billie, l’amie/associée/partenaire/collègue de Zach et Gabriel et Grace, la camarade de classe de Gabriel.  Car oui en plus d’être co-gérant d’un club de charme, Gabriel est un brillant étudiant.  Je n’ai pas pu m’empêcher de penser au super-héros à la double vie.  Grace, qui a été LA SEULE a capté mon attention.  Elle aurait mérité un tome plus dévoilé sur sa vie, et ses activités annexes.  Le sujet sous-jacent méritait d’être plus développé, mais on aurait pu perdre un peu plus le lecteur, voir l’embrouiller ! Dommage.

Quatrième couac : La trame.  Il fallait s’y attendre.  Si, je n’ai accroché à rien ce n’est pas la trame qui allait changer les choses.  Pas de «  grands » rebondissements, si ce n’est dans la vie de Grace, voir Zach.  En bref, on suit des héros qui ont réussi dans le monde du plaisir et qui vont se rendre compte que ce n’est pas une vie.

Malgré tout le bon travail de rédaction de l’auteur, son histoire ne m’a pas conquise, il y a eu quelques fautes de logique, le plaisir m’a manqué durant une grande partie de ma lecture.

Tant pis !

unnamed

Gabriel, il est trop tard.  Je suis déjà dépendante de ce job.  Pour une raison qui m’est propre et dont je ne suis pas prête à parler pour le moment.

Grace

Je sais que tout n’est pas réglé, que notre relation est imparfaite.  Mais je n’ai absolument aucun doute sur les sentiments que je lui porte.

Zach

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]