Monsters in the dark, tome 1 – Larmes de misère de Pepper Winters

THE (2)

unnamed

C’EST DE LA BOMBE !!!!! Alors je vous rassure, j’ai déjà lu plus hardcore pour mes neurones dans le genre dark romance.  Mais les personnages et surtout le cas atypique de esclave – Tess pour les intimes -, était intéressant, captivant et le sujet si intelligemment posé que j’ai plus cogité sur cela que sur sa captivité en elle-même. Sans oublier la petite parano que j’ai crée dès les premiers actes posés – sur l’enlèvement de celle-ci – .

Malgré ce qu’elle considère comme un handicape dans sa vie sexuelle, Tess, est une jeune fille épanouie et amoureuse de Brax.  Afin de fêter comme il se doit leur rencontre, celui-ci l’emmène sur les plages du Mexique.  Après une petite virée, nos amoureux vont se désaltérer, mais tout ne se passe pas comme prévue : Tess est enlevée, vendue et donnée en cadeau à Q.  Tess est une soumise par nature, mais ce n’est pas une raison pour se laisser soumettre par son nouveau Maître, elle va se battre et tout faire pour retrouver sa liberté.

Comme dis précédemment, j’ai déjà lu des romans dark, tels Penelope Douglas, Anna Zaïres, qui m’ont chamboulés du début à la fin.  Non, pas que Pepper a loupé le coche, mais j’ai commencé cette lecture avec une sensation de déjà-lu et donc je n’étais plus très attentive à l’histoire en elle-même, mais plus dans l’attente de la chute et de me dire  » je le savais ».  Femme de peu de fois, que je suis !!! Que nenni, Pepper a su remonter la pente avec ce petit sujet sous-jacent : soumission et captivité.  Autant au début j’ai eu l’impression que cette facette de l’héroïne était mise en avant pour excuser le fait qu’elle allait s’emboiter avec son bourreau, dans son Manoir français.  Mais on se rend compte que le sujet est tellement bien abordé, que celui-ci coupe la chique aux préjugés : Ce n’est pas parce que je suis une soumise, que j’accepte de me faire enlever et utiliser comme bon leur/lui semble.  Ne pas oublier que le vrai maitre dans ce type de relation est la soumise et esclave, malgré ses penchants et sa captivité l’a bien fait ressentir.  Une femme est née durant cette captivité, et la dualité qui se jouait en elle-même était encore une fois très bien représentée.  Pour cela, je dis chapeau Win’ – on peut se tutoyer maintenant – .

Q., Q., Q., Qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq ! Bourreau atypique.  Je suis directement tombée sur le charme de ce personnage, et non pas directement par son fait, mais par celui de sa gouvernante.  Une vrai tentation avant même de le connaitre, je portais déjà haut l’étendard de son fort, oups Manoir.

Malgré un démarrage un peu confus, Pepper a su me donner envie, me captiver, me donner des frissons, de bonnes grosses pulsations cardiaques, de la rage, du plaisir.  Dommage que le roman se lisse si vite, il lui manquait quelques chapitres pour que je puisse exulter comme il le fallait !!! Gourmande que je suis !!!!

Vivement juillet pour connaitre la suite des aventures de Q et Tess.

unnamed

Bon

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Publicités

Too late de Colleen Hoover

THE (2).jpg

Même si d’un point de vue général j’ai apprécié ma lecture j’ai malgré tout deux petits regrets : une grosse coquille-vide sur la fin et l’etirement de celle-ci.

Certes le suspense allait crescendo mais ça devenait trop long. Et je craignais vraiment que ce qui avait été un  badaboum devienne patatraf !

Alors qu’elle se bat pour ces études et récolter un max d’argent pour fuir son petit ami, Sloan va voir débarquer deux nouveaux hommes de main :  et Carter avec qui elle aura eu un brève entretien lors de son cours d’espagnol.

Comme dis précédemment, j’ai vraiment eu du plaisir d’une part à retrouver la plume de Colleen et d’autre part … Ben, it’s Colleen.  Mais, la vrai fin s’est fait attendre.

Les personnages.  Sloan, est une jeune demoiselle qui va devoir subir les différents assauts de son petit ami, petit-chef d’un réseau de drogue universitaire.  J’ai directement accroché à son personnage et surtout à son courage, car je ne pense pas que j’aurai pu supporter un quart de la pression subi par Asa, aide financière ou pas.  Asa, je l’ai directement catalogué dans la zone « infréquentable », et pourtant, malgré tout ses défauts il m’a quand même fait de la peine.  Carter, en tant que héros était un bon personnage, pas un ultra coup de cœur mais agréable à suivre.  Il avait cette facilité de parole et pourtant ces actes n’étaient pas toujours juste ou en accord avec ce que l’on attendait réellement de lui.

La trame qui ait raconté par tous les héros, comprenez Sloan, Carter et Asa était un très bon chassé-croisé.  Il était agréable d’avoir directement le point de vue de chaque protagoniste, ce qui a permis à l’histoire de garder un rythme soutenu et de faire monter le suspense sentimental à chaque chapitre.  Certes,  Sloan est en couple avec Asa et a eu par la force des choses un coup de cœur pour Carter, ce qui en temps normal aurait dû m’irriter – pas fan des trio -, ne m’a pas du tout mise mal à l’aise.  Même si l’histoire tourne principalement autour l’ambiguïté de la/les relation(s) de nos héros, nous avons quand même droit à une partie suspense/enquête avec un bon démarrage, mais voilà la fin n’a pas pris comme elle le devait.

Enfin, malgré un petit soucis de longueur, la plume magique de Colleen aura réussi son pari : me transporter !

Mais la beauté physique n’a rien à voir avec l’amour. Il ne naît pas de l’attirance qu’on ressent l’un pour l’autre. L’amour ne naît pas des rires qu’on partage. L’amour ne naît même pas de ce qu’on peut avoir en commun. De toute façon l’amour ne se définit pas plus qu’il ne se trouve d’une manière ou d’une autre, dans le bonheur qu’il apporte.

L’amour continue Carter d’une voix un peu plus forte, l’amour ne se trouve pas. Il vous trouve.

L’amour vous trouve dans le Pardon à la fin d’une dispute. L’amour vous trouve dans l’empathie que vous ressentez pour quelqu’un d’autre l’amour vous trouve dans les bras que quelqu’un vous offre après une tragédie. l’amour vous trouve dans la fête après avoir vaincu une maladie l’amour vous trouve dans le désespoir après avoir été vaincu par une maladie.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Celia et Magalie pour l’envoie ce Service-Presse

Photo

Sous ta peau, tome 3 – Pure de Scarlett Cole

THE

unnamed

Le problème lorsqu’il y a trop de mois entre deux parutions, le plaisir s’estompe.  Mais lorsque l’on ajoute en plus une mémoire de poisson rouge, on a juste envie de s’arracher les cheveux.  Je savais que cette série était agréable à lire, sinon je ne me serais pas plonger dans cet opus.  Mais j’avais complètement, si pas totalement oublié le nom des précédents héros et les personnages de Pixie et Dred.  Il m’aura fallu 3 voir 4 chapitres pour – un temps soit peu – me resituer dans la trame.

Tandis qu’elle pensait son passé derrière elle, Pixie va voir ressurgir un fantôme du passé.  Au même moment, Dred qui va mettre la seconde dans sa relation avec Pixie, va devoir assumer des responsabilités d’adulte avant l’heure.

Oui, j’ai vraiment eu du mal à me remettre dans l’histoire, et ce n’est pas la narration à la 3eme personne qui m’aura aidé bien au contraire.  Ayant abandonné tout espoir de comprendre le lien entre les personnages, j’ai focalisé mon attention sur la relation naissante entre les héros et leurs déboires.  Même si le personnage de Pixie est intéressant, femme forte avec un poids sur les épaules tel Atlas, je n’ai pas pu m’attacher comme il le fallait avec celle-ci et pourtant j’ai trouvé son histoire plus intense que le menu secret de Dred. Dred pour sa part, ne m’a pas fait the badaboum, bon personnage mais sans plus.  Seule sa description physique aura eu un impact sur mes synapses, sinon.  Rien, de rien.

On retrouve bien-sûr les héros de la 1ere heure, et je me suis pas mal plantée entre Dred et Drea * regard vers le haut *, ce qui l’espace d’un moment m’a fait dire que j’avais loupé un M/M sans le vouloir !!!!!!

Pour ce qui est de l’histoire à proprement parlé.  Outre le début difficile, la narration à la 3eme personne – tout ce que j’aime !!!! -, des héros qui ont eu du mal à capté totalement mon attention.  Il y a malgré tout quelques petits rebondissements, avec juste ce qu’il faut de sexe, de plaisir et pas trop de redondance.

En bref … le roman se laisse lire à condition de n’avoir rien oublié !!! Tant pis pour moi !!

unnamed

 

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalley France pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

Sous ta peau T1

Sous ta peau T2

 

 

La marche de la honte, tome 1 – Slade de Victoria Ashley

THE.jpg

unnamed

Sometimes la persevérance paie ! Et je dois dire, que je suis contente d’avoir tenu le coup, car de vous à moi, j’ai failli abandonner ma lecture pour cause d’abus  » de jeter de fleur » ou dû à un excès de PomPomperie.  Je n’ai plus l’habitude de ces romans ou le héros ne fait que parler durant l’acte.  Du gars, qui se sent « obligé » de dire tout ce qu’il va faire – et tenir 30 secondes -.  C’est lourd.  Crotte, je n’ai pas besoin de savoir ce que tu vas faire, mais que tu le fasses donc trêves de blabla et ACTION MAN !!!!

Oui, vraiment c’était agaçant, mais j’attendais vraiment le moment ou Aspen allait demander à Slade de la mettre en veilleuse.  Donc autant vous dire que ça n’a directement accroché entre le héros et moi et ce même s’il possède the body !

Slade est stripteaseur avec extra au Walking Shame, chaque cliente doit quitter le club satisfaite que cela soit par ses soins particuliers pour par celui de l’un de ses acolytes : Cale et Hemy .  Jusqu’au jour ou Aspen – ami d’enfance de Cale – débarque au bar, et dans sa vie.

L’histoire est un déjà-vu.  Une demoiselle qui quitte tout afin de se retrouver et qui tombe dans le filet du beau gosse tombeur de ses dames.  Il me faudra attendre la seconde partie du roman, pour non seulement subir un décrochage de la mâchoire et découvrir, voir Slade sous un autre œil, mais bon cela n’empêche qu’il a la langue bien pendu * rougis *.  Tout comme Slade, Aspen m’a saisi, certes elle n’a pas the big secret, à l’inverse de Slade mais j’ai vraiment cru que l’espace d’un moment la confiance si fraichement acquise par nos héros venait de voler en éclat.  Même si notre duo a bien terminé cet opus, étant donné que j’ai pas mal levé les yeux durant une grande partie de ma lecture, j’en est profité pour me focalisé sur un temps soit peu sur les amis de Slade et j’espère que le prochain opus sera sur Cale, ce stripteaseur aux actes bien bizarre, voir au cœur scellé par un amour passé * danse de la joie *.  Du côté de Hemy, je verrais bien la story se diriger vers un M/M ou M/M/F … Affaire à suivre de très très trèsssssssssssss près !!!

Enfin, malgré un début difficile, je regrette qu’une fois que la machine se soit mise en route d’avoir dû dire au revoir à nos protagonistes.  En espérant que les prochains opus garderont cette dynamique, si durement acquise.

Affaire à suivre.

 

unnamed

Tout ce que je sais, c’est que vous ne venez pas au Walk of shame à moins que vous ne cherchiez à satisfaire vos fantasmes les plus sombres et les plus sauvages.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalleyFrance et plus particulièrement Maiïween pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo

 

La Sélection, tome 1 – La Sélection de Kiera Cass

THE (1).jpg

unnamed

Booonnnnnnnnnnnnnnnnnn ! OK ! Je l’avoue, je l’avais lu il y a quelques mois en format papier, et grâce à ma mémoire de poisson rouge, je ne me suis rendue compte de ce fait qu’au bout de 4 ou 5 chapitres.  Plus précisément lorsque la trame me faisait étrangement penser à la série  » Hunger Games ».

300 ans après la destruction des Etats-Unis d’Amérique, l’état renaît  grâce à la famille royale, sous le nouveau nom d’Iléa, finit l’unification du peuple, celui-ci s’est vu divisé avec la mise en place de caste sociale.  America Singer, est une 5 soit la classe artistique d’Iléa, malgré son statut, son cœur bat pour 6.  Jusqu’au jour ou elle va s’inscrire à la Sélection, pour – peut-être- devenir l’épouse du prince régnant, Maxon et la future reine d’Iléa.

Comme dis précédemment, j’avais déjà lu le roman, mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire le lien avec la série  » Hunger Games ».  Que cela soit dans le choix d’époque, caste sociale, sans oublier le côté  » Real-TV ».  La seule grosse différence, dans la Sélection, les jeunes demoiselles ne se battent pas pour leur survie mais pour atteindre le trône royale d’Iléa.

J’ai directement accroché au personnage d’América. Cette jeune demoiselle qui va voir sa vie changer de tout au tout et se découvrir un allié, un ami en la personne de Maxon.  Son histoire d’amour avortée avec Aspen ne m’a tant ému, car je ne l’ai pas directement vécu.  Ce qui m’a permis d’espérer la voir tomber directement dans les bras de Maxon.

L’histoire en elle-même se laisse, lire/écouter.  America et 34 autres jeunes filles vont participer à la Sélection.  Nous avons à la garce/arriviste – caste 2 -, la bonne copine – caste 3 – et les suiveuses.  Je n’ai pas pu m’empêcher de rapprocher leur quête à Kho-Lanta ! Malgré les alliances, il n’y aura qu’une seule gagnante ! Maxon, futur roi d’Iléa est un personnage intéressant mais j’attends de voir comment son personnage va évoluer dans la série, avant de vraiment me prononcer sur celui-ci.  Aspen, l’ex petit-ami d’America aura une place à part entière dans la trame et l’histoire amoutié entre le prince et la prétendante.  Le côté suspense viendra des Renegades cette partie de la population qui rejette la famille royale pour d’obscure raison.  Affaire à suivre aussi de ce côté-là.

Bien-sûr qui dit roman audio, dit lectrice en la personne de Claire Tefnin.  Première lecture avec Claire et j’en redemande.  Elle a su donner vie à chaque personnage.  Une narration claire, un très bon jeu de rôle.  Elle a su insufler ce qu’il fallait de suspense sans excès.  Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une roman destiné à un jeune public et donc il est important que la narration soit le plus claire et le plus captivant possible et pour le coup le challenge est amplement réussi.  Hâte de l’écouter dans les autres romans et, voir dans un autre univers.

Enfin très bon démarrage que cela soit du côté de la lecture, grâce à la plume de Kiera et à notre petite lectrice.

Vivement le 16 mai pour le second opus … Pssttt pour les gift vous savez quoi m’offrir !!!!

unnamed

Je dois coûte que coûte trouver un moyen de l’éjecter du palais.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

 

16 ways to break a heart de Lauren Strasnick

THE.jpg

unnamed

Lu en une journée … Je ne m’attendais pas du tout à une telle histoire.  J’ai été bluffée car je me suis laissée prendre au jeu des 16 lettres.  Et pourtant avec le recul, c’est une banal histoire d’amour qui finit mal, mais voilà on a envie de savoir, pourquoi entre Nath et Dan il y a eu ce petit end.

Bon, je l’avoue ce qui m’a surtout fait tenir c’est le côté un peu psycho de Nath, ces lettres m’ont mise mal à l’aise, il y avait un relent malsain derrière chaque lettre et il était intéressant d’avoir directement le point de vue de Dan après chaque lecture.  De voir comment chaque protagoniste a vécu le fait.  Sans oublier ce stress qui monte crescendo.  J’ai bien cru que Nath allait nous offrir un end à la portée de  » Liaison fatale ».

Les personnages.  Comme dis précédemment, le côté psy de Nath m’a directement attiré, et pourtant derrière phrase se cachait une part de vulnérabilité, une tristesse qui m’a un peu poussé à me dire que l’amour de Dan n’a pas suffit.  Pour sa part, Dan, je me suis directement portée comme bodyguard et au final je me retrouve le séant entre deux chaises.

Un petit instant break, intense du début à la fin ! A LIRE !!!

unnamed

C’est faux.  Je n’ai pas cessé de l’aimer. Et une part de moi l’aimera sans doute toujours. Seulement s’empêtrer dans une relation avec une personne aussi pleine de vie et de charme instable un prix. Un prix que je ne pourrais jamais assumer sans terminer à découvert.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Melissa pour l’envoi de ce Service-Presse

 

Photo

Rush de Emma Scott

THE (1).jpg

unnamed

Ôooooooohhhhhhh la belle histoire d’amour.  Ce n’est pas un nid de papillons qui s’est niché dans mon bidou mais une population de papillons.  J’ai tout adoré dans ma lecture cette romance était juste too much, toute belle.  Simple mais belle !

La trame est somme toute classique, une jeune demoiselle, Charlotte, brillante étudiante va voir sa vie bousculer du jour au lendemain.  Un an après le drame, Charlotte n’arrive toujours pas à jouer de son violon et ce n’est pas sa précarité financière qui va lui permettre de souffler.  Jusqu’au jour ou son chemin va croiser celui de Lucien Caron qui va lui proposer un poste d’assistante particulière pour Noah Lake, jeune journaliste de sport extrême devenu aveugle à la suite d’un accident.

Ôoooohh oui, j’ai a-do-ré ma lecture d’un bout à l’autre.  Les personnages sont captivants.  J’ai directement accroché au duo : Noah et Charlotte.  Charlotte est l’archi-type de la jeune étudiante et pourtant, elle a ce petit quelque chose qui me l’a rendu différente.  Noah est un très bon personnage, un peu grincheux et agréable de le voir sortir de sa coquille et de faire son deuil de sa vie d’avant.

Le texte ne souffre d’aucune répétition, malgré son côté un peu calme, car Emma s’est vraiment focalisée sur le côté relationnel, et nous montrer que la cécité de Noah ne peut être un frein à l’amour.  Bien au contraire.  Je vous épargne la description de ses petits ébats * devient rouge pivoine *.

En bref …. Petit instant break fort fort agréable et une très belle surprise du début à la fin.

unnamed

Du Rush.  De l’adrénaline.  Ce frisson que vous ressentez quand vous effleurez la mort, comme si la vie ne tenait qu’à un fil.  Je n’étais pas fasciné par la mort, mais j’aimais la narguer.  Quand je sautais d’un avion, ou que je skiais sur des pistes diamant noir … je ressentais cette peur incroyable.  Cette frayeur insoutenable que vous éprouvez quand votre cœur se serre et que vous êtes sur le point de tout perdre.  Parce que c’est seulement quand vous êtes dans ce stade que vous réalisez l’importance de ce que vous avez.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalleyFrance et plus particulièrement Maïwen pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo