Sex doll de Danielle Thiéry

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Chaque chose en sont temps !  Avant de me lancer dans cette lecture, je dois dire que j’ai été plus qu’attirée par la couverture sexy sans être vulgaire ou lourde, second point qui a attiré mon attention : l’auteure.  Depuis quelques temps je fais une fixette sur cette auteure et tant qu’à faire entre les rééditions et la nouveauté, cela me permettrait de voir comment sa plume à évoluer.

Je dois avouer que j’ai pris du temps à entrer dans l’histoire car j’ai eu cette sensation qu’il me manquait des morceaux du puzzle du passé de l’enquêtrice Marion.

Alors qu’elle doit enquêter sur une série de meurtres ou le tueur s’amuse à laisser des indices auprès des proches de Marion, au même moment dans un club privé proposant des prostituées siliconés, une poupée est retrouvée totalement ravagé.  Ce qui ne devait être que deux enquêtes opposées vont vite trouver un point commun : Doctor X.

La trame démarre sur les chapeaux de roues, on ne se situe pas bien, l’auteure crée une situation de malaise et fait tout doucement retomber la pression ou la laisse sous-jacente, ce qui était mon cas.  On suit deux enquêtes en parallèle, et il faudra attendre le cœur de l’histoire pour retrouver le turbo, les frissons, et la psychologie folle de la trame.

Bien qu’ayant trouvé quelques petites longueurs et n’ayant pas saisi tous les rapports entre Marion et la face suspense – oui je dois retourner faire un petit tour du côté de la bibliographie de l’auteure -, il était intéressant de lire son approche psychologique autour de la prostitution. Attention rien de redondant une simple approche basique de la chose.

On découvre les collègues de Marion, ses proches.  De nouveau de leur côté, j’ai eu cette sensation qu’il me manquait quelques éléments sur eux pour être totalement dans l’ambiance.

Pour un second roman de l’auteure, je ressors mi-figue, mi-raisin. Bien que les enquêtes étaient bien détaillés bien accrochantes, cette sensation de manque d’information m’a un peu déstabilisé : Je dois absolument compléter le tableau Marion and co !

Pour conclure, une enquête atypique, une totale découverte pour moi et qui ravivera surement les fans de la première heure… Pour ma part, je me lance dans une autre enquête : alourdir ma PAL !

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Gilles Paris pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

Publicités

Le premier miracle de Gilles Legardinier

Informations :

  • Éditeur : Flammarion
  • Collection :
  • Nombre de pages : 544
  • Date de publication livre : 5 octobre 2016
  • Date de publication ebook : 5 octobre 2016
  • Genre : Suspense, humour
  • Prix : 14.99 – 19.90€

Résumé :

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire… Avec ce nouveau roman, Gilles Legardinier allie pour la première fois tous les talents qui ont fait de lui un exceptionnel auteur de best-sellers. Aventure, intrigue fascinante et humour nous entraînent aux confins des mystères de la science et de l’Histoire.

Mon avis

Je ne vais pas vous faire de sérénade, ni de feux d’artifice.  Mais ça n’a pas totalement été entre ma lecture et moi.

Je n’avais jamais eu la chance de lire un roman de Gilles.  J’ai pas mal entendu parler de cet auteur – en bien – et je dois vous avouer que j’étais plus que ravie lorsque j’ai reçu ce roman.  Mais voilà je n’ai pas su m’attacher à l’histoire, à l’intrigue, l’humour était bien présent mais pas de quoi se casser une côte.

A côté de cela, j’ai pris du temps pour lire le roman, je l’avais commencé avant les fêtes. Je l’ai mis en stand by, car pas du tout concentré en pensant que l’esprit de Noël avait pris possession de moi.  Mais voilà malgré mes bonnes volonté et résolution, je n’ai pas su faire un avec ma lecture.

Dommage, car j’en attendais énormément et pour finir la seule chose que j’ai attendu c’est la fin de ma lecture.

Tant pis 😦

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Gilles Paris pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo