Alain Lambin et le fantôme au crayon de Jean-Marc Dhainaut

THE (4).jpg

Note à moi-même ne plus jamais lire un roman de Jean-Marc à la nuit tombée autant vous dire que je n’ai pas dormi après avoir lu cette petite nouvelle et pourtant j’étais préparé.  Plus que préparé ! Je savais que la plume de Jean-Marc allait me détruire quelques neurones et pourtant j’ai ouvert mon roman à la nuit tombée.  Cette nouvelle ne fait que 24 pages mais j’ai eu l’impression de lire un tome de plus de 500 pages.  La partie suspense va crescendo, elle est prenante.  J’ai frissonné d’un bout à l’autre.  Si vous n’avez pas vu  » La maison bleue horizon », ce n’est pas grave, car cette nouvelle est le préquel de l’opus.  Donc, no stress.  Pour ma part, j’ai commencé par  » La maison bleue horizon ». Oui, je fais tout comme il faut !! Cette nouvelle relate en détaille les débuts d’Alan et l’enquête autour du petit garçon disparu.  Elle marque d’un sceau paranormal les débuts d’Alan en tant que medium.

Je ne vais pas trop m’étaler car la nouvelle ne fait que 24 pages, donc vous pouvez la lire aisément et découvrir par la même occasion l’univers de Jean-Marc et vous mettre l’eau à la bouche pour la suite des aventures d’Alan le médium.

Que dire de plus si ce n’est  … FONCEZ  en plus de ça la nouvelle est gratuite sur la plateforme de l’Editeur … NO EXCUSE 🙂

Lentement, il leva la tête et glissa les yeux vers le fond de la pièce. comme un pieu qui lui perforait les entrailles son sang se figea dans ses veines lorsqu’il aperçut une silhouette, debout au pied de son lit, le fixant.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièremet Joël pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

****

THE.jpg

Publicités

La maison bleu horizon de Jean-Marx Dhainaut

THE.jpg

unnamed

Ma 1ere pensée à la fin de ma lecture :  » Je ne lirais plus jamais de fantastique ! ».  Oui , j’en lirais encore même si ce n’est pas mon genre littéraire de prédilection, mais ce roman n’avait rien de fantastique, j’ai eu peur d’un bout à l’autre du roman et malgré ma grosse crainte, j’ai continué à lire cette histoire de fantôme/spiritisme car on se laisse prendre au jeu de l’enquête menée par Alan.

J’ai été transportée du début à la fin ! Soyons honnête, j’ai directement accroché à l’histoire car l’ambiance se passe en 85 – année de ma naissance – et il était intérréssant de découvrir cette année-là au travers du périple d’Alan dans cette famille de la Somme, qui va prendre contact avec le chasseur de fantôme, qui aura la lourde tâche de découvrir si les dires des Anneraux sont véridiques ou nés d’un délire collectif.  L’auteur n’a pas lésiné sur les détails.  J’ai fait mes « petites » recherches google #itsmyfriends. Malgré sa profession et son passé, le personange d’Alan m’a directement plu ! Je me suis demandée de prime-abord, ce qui pousse un individu à excercer une telle activité lucratif, j’ai beaucoup hésité sur sa santé mentale, mais j’ai vite mis de côté mes solliloques pour entrer dans la trame.

Pour en revenir à l’histoire à proprement parlé, tout est fait pour vous faire transpirer durant l’enquête que j’ai suivi d’un oeil vigilant et l’autre divaguant.  Il y a quelques petites longueurs mais pas de quoi vous faire décrocher.

En bref, la plume de Jean-Marc a été destructrice pour mes synapses, une belle surprise frissonnante, que je ne lirais plus le soir tombé !

 

unnamed

Disons que là, elle avait simplement tendu le bâton pour se faire battre.  Elle lui a ouvert une porte, il s’y est glissé.  Il ne faut plus jamais faire ça.  J’ai toujours pensé que ces petits rituels ne servaient à rien certainement pas à appeler des esprits mais ici c’est différent, ils sont déjà là.  Vous comprenez ?

Les passeurs de lumières, tome 1 – Un ange passe de Blandine P. Martin

Informations :

  • Editeur : Reines-Beaux
  • Collection : Romance
  • Nombre de pages : 298
  • Date de publication livre : 13.04.2016
  • Date de publication ebook : 30.03.2016
  • Genre : Fantastique, romance, mort
  • Prix : 4.99 – 15€

 

Résumé :

Londres, été 2014.
Simple serveuse de la meilleure sandwicherie du quartier universitaire dans lequel elle habite, Elisa Parker, 27 ans, mène une vie paisible et banale. Dotée d’un tempérament discret, la jeune femme masque son manque de confiance par un humour sarcastique qui exaspère son entourage. Un événement vient bouleverser l’ordre des choses et lui permet d’accéder à une dimension dont elle n’aurait jamais pu imaginer l’existence : entre le monde des vivants et celui des morts se trouve celui des Passeurs de Lumière.
Plus qu’une simple mission, c’est une véritable destinée qui se dessine dans son existence. Aidée par Jared, son Protecteur, elle va devoir assumer le poids de cette nouvelle responsabilité, dont beaucoup d’âmes dépendent.

 

Mon avis :

Si, vous avez déjà eu l’occasion de lire l’une ou l’autre de mes chroniques – ce qui n’a pas été le cas de l’auteure lorsqu’elle m’a contacté … Merci de solliciter une mise en avant sans se renseigner sur le prestataire ! -, je ne lis jamais les résumés des romans que je souhaite lire ou que je m’engage à lire.  Donc, avant de me lancer dans ma lecture, je n’avais aucune appréhension, j’ai vu que le roman était classé en ‘ Romance ‘ et donc je m’attendais à une simple histoire d’amour.  Hors, il s’avère que le roman n’est pas qu’une histoire d’amour entre deux personnages, non il y a une histoire.  Ça ne m’a pas dérangé en soi qu’il ait une histoire, ni le contexte – fort heureusement -, non ce qui m’a dérangé ou semblé bizarre relève du faite que l’auteure ait voulu redonner vie à ses personnages !

Je m’explique.  Elisa est une jeune demoiselle, fort timide blabla … Qui va mourir à l’aune de sa vie.  Mais Elisa bien que morte aura toujours la possibilité de côtoyer les vivants en devenant : une passeuse de Lumières.  En bref elle va permettre aux nouveaux morts d’accéder à la lumière.  Et pour cela elle va se faire aider par Jared, son protecteur.  Jusque-là rien d’anormal, et je me dis juste que le roman n’a pas été classé au bonne endroit mais qu’on aurait pu lui mettre la mention ‘fantastique’ sur la couverture, afin de mieux aiguiller le lecteur.  Mais, oui c’est de ma faute je devrais lire les résumés afin de me donner une idée, mes plus plates excuses.  Enfin… Donc, pour en revenir à ma chronique, comme dis plus haut, le faite que l’auteure veuille redonner vie à ses morts ne m’a pas dérangé car on veut garder le faite/l’idée d’être proche de ces personnages, soit mais  : Pourquoi est-ce que ces morts s’inquiètent-ils sur leur alimentation ? Pourquoi est-ce qu’ils pleurent un possible re-mort ? OK ! Je comprend, ils se sont attachés l’un à l’autre et ils ont oubliés leur état ou pas, on est tellement bien avec eux qu’on n’oublie que les personnages ne sont plus, même s’il m’a semblé fort bizarre qu’ils habitent – normalement – des habitations, oups .. L’auteure a expliqué se fait ! OK, je suis sûrement très terre-à-terre et je ne peux pas voir au-delà de la beauté blabla … Mais voilà, je suis restée calé sur ces menus détaille et puis je n’ai vu que cela.  D’un point de vue de la trame ! Car si je retire tout ces faits bizarre et improbable et bref … Et bien il y a une histoire entre Jared et Elisa, oui on l’a voit arriver à des kilomètres, cette histoire d’amour impossible ou les héros ne sont pas censé s’aimer, ou ils ne peuvent pas s’aimer de part leur responsabilité, je ne voulais pas que nos héros se fassent pincer et d’un autre côté j’en avais envie pour voir comment tout cela allait évoluer * rire sadique *.

Personnages.  Si je ne me focalise que sur leur rôle, Elisa je n’ai pas vraiment eu le temps de m’habituer à elle, j’ai apprécié qu’elle accepte assez vite sa situation et que contrairement à sa vie de vivante, je ne l’ai pas du tout trouvé timide, réservé ou autre.  Bien au contraire, comme quoi, lorsque l’on vous donne une seconde chance, vous saisissez la balle au bon !  Jared, oui bon personnage, fort énigmatique et donc je suis encore sur deux avis : A suivre pour ce qu’il est ou pour ce qu’il peut apporter à l’histoire.  A suivre.  On découvre d’autres personnages – des amis de Jared – intéressants, mais voilà j’ai l’impression qu’ils cachaient quelque chose, un passé trouble, voir des taupes au sein des passe-lumières !

Vous pensez peut-être que j’ai une dent à l’égard de l’auteure ? Et bien, je vous aurais dit non, si je n’avais pas été prise en aparté pour devoir justifier ma côte sur ‘ GoodReads’, alors qu’il n’y a que de ce superbe note sur le roman.  Navrée d’être le vilain petit canard qui baisse la côte moyenne.  Vraiment, navré d’avoir oublié que ce roman est un Service-Presse et qu’il me revient non seulement de lire le roman mais de lui donner d’office une bonne côte ! Non, Blandine je ne me mange pas de ce pain là. Je suis ravie que le roman ait plu au plus grand nombre, mais voilà,  il faut de tout.

Ma chronique aurait pu s’arrêter là, mais je me devais de clarifier ce point.

Pour conclure, même si le roman ne m’a pas touché comme il le devait et bien je lirais – peut-être – la suite, juste pour connaitre l’issue et pour mes interrogations sur les personnages et je garderais l’esprit ouvert !

Je tiens encore à remercier, Blandine pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo