The Renegades, tome 2 – Nova de Rebecca Yarros

Alexa Hudson (2).jpg

unnamed

Ma mémoire de poisson rouge a encore frappé, je savais que j’avais bien apprécié le tome sur Wilder, mais sans plus.  J’ai dû reprendre les 3 derniers chapitres pour pouvoir savourer cette suite à sa juste valeur et en fin de compte, tout est tellement bien écrit et détaillé que je n’avais même pas eu besoin de ce rappel.  Ce qui me fait dire, que dans la VO il y a surement un écart entre les deux parutions.  Pour mon plus grand bonheur.

Tandis que les Renegades, se remettent du drame qui les a secoués dans la première partie du voyage.  (Casa)Nova, va voir embarquer un fantôme du passé.  Pas n’importe quel fantôme : Rachel, celle qui a toujours su faire battre son cœur.  Nova va profiter de leur promiscuité pour (re)conquérir le cœur et la confiance de sa belle.

Dans ce second opus, on retrouve les aventures des Renegades, ces étudiants et players de l’extrême dans leur périple en bateau autour de la terre et dans leur quête de sensations fortes.

Même si, Rebecca nous présente dans le tome précédent les raisons de la rupture de Rachel et Landon.  La version complète de Rachel ne m’a pas fait apprécier Landon.  Le Girl Power en moi, voulait lapider Landon.  Larguer et planter une personne avec des responsabilités communes, c’est vraiment petit !  Et les explications n’ont pas aidé, bien au contraire !!!

On retrouve toutes la bande des Renegades, petite peine pour Rebel, hâte de lire l’opus qui lui est consacré pour enfin découvrir la femme qui évolue dans cet univers en grande partie masculin.

La trame tourne essentiellement sur la romance de Landon et Rachel, un petit rebondissement va permettre à la trame de sortir de sa léthargie et de reprendre de plus belle.

En bref, petit NA tantôt explosif, tantôt sentimental mais dans l’ensemble un petit instant break fort agréable !

A SUIVRE !!!!

unnamed

Est-ce que tu as la moindre idée de ce que ça fait, quand la personne que tu aimes sort de ta vie sans rien dire ? D’être abandonnée ? Traitée comme si tu ne méritais ni son amour, ni son temps, ni même un putain de coup de téléphone ?

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

Publicités

Méfie-toi des étoiles de Elizabeth Craft & Shea Olsen

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Je me rends compte que beaucoup de monde parle de Tate Collins, sans distinguer son prénom de son nom, comme s’il n’était pas comme nous, une personne en chair et en os, avec des défauts et des faiblesses.

Cette lecture n’est certes pas un coup de cœur.  Mais dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment d’évasion avec Tate et Charlotte.

La romance est assez classique – le style de romance qui arrive tous les jours …  -, Charlotte, jeune étudiante a planifié sa vie de A à Z, avec quelques règles bien établis dont « ne pas tomber amoureuse », mais ça c’était avant de voir Tate Collins, la star de la chanson entrer dans sa boutique de fleurs.

Cette lecture, instant break, m’a permis l’espace d’un moment de me reposer.  C’est typiquement le type de romance qui vous fait planer. Les héros sont simples : Charlotte, jeune étudiante va tout faire pour casser le passé maléfique des femmes de sa famille, mais elle va tomber amoureuse et tout ce pour quoi elle s’était battue va devenir pour une épine dans son pied.  Attention, on ne passe pas de la petite prude à une demoiselle avare.  Mais zut, on ne vit qu’une fois et son amour l’a rendu belle, et plus épanouie.  Oui, oui je peux le dire, Charlotte a retiré le bâton de son séant, pour ENFIN vivre comme une jeune demoiselle de son âge.  Tate, n’est pas du tout un badboy, il m’a fait un petit badaboum car il m’a permis de sortir de mes habitudes badboytiennes, et de me rappeler qu’un simple jeune homme pouvait vous rendre toute guimauve.

En tant que couveuse, je ne lis jamais les résumés et au vu du titre je m’attendais à un drama.  Que Nenni, ce duo d’auteures, m’a fait passer un moment fort agréable.  Très belle découverte.

A LIRE !!!!

unnamed

Je me force, à fermer les yeux.  Mais mon cerveau  est envahi de souvenirs de Tate.  Je peux encore sentir ses lèvres, sa bouche, sur la mienne, l’empressement de ses mains, le murmure de sa voix, tandis qu’il fredonnait sa chanson à mon oreille.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Devil’s Night, tome 2 – Dark Desire de Penelope Douglas

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Est-ce que je suis trop exigeante ? Est-ce que j’en demande trop dans mes lectures ? Je ne serais le dire, mais cette suite n’a pas totalement répondu à mes attentes.  Après avoir vibrer avec Michael et Erika – et Damon-, la story de Kai et Banks m’a laissé quelque peu sur ma faim.  Je n’ai pas eu l’impression de lire une dark romance.  Pas que je suis une experte, mais lorsque j’entends dark romance, les points de critères sont essentiellement de me faire aimer l’inacceptable et pour le coup, j’ai juste eu l’impression de lire un simple NA avec une petite note Roméo et Juliette.

Après avoir mis un terme – à temps – aux agissements de Damon, ces amis n’ont qu’une idée en tête le retrouver et le mettre hors d’état de nuire.  Mais pour cela, ils vont devoir faire alliance avec Banks , qui semble très proche de Damon.

Dans ce second opus, on suit principalement l’enquête autour de Damon et la romance (im)possible entre K et B.  On retrouve bien-sûr ces amis, avec une petite pointe au cœur pour Will.  La première partie de l’histoire est raconté au passé/présent.  Ces moments flash-back, nous permettent d’avoir une base de travail dans la relation des héros du jour.

On en apprend un peu plus sur Kai, ses rapports familiaux, son travail, sa vie.  En bref, lui.  Autant dans le T1 son personnage m’avait bien titillé, aussi ici sans plus. Il m’a manqué la petite étincelle.  A l’inverse, le personnage de Banks m’a directement captivé. Cette jeune demoiselle qui évolue dans un univers de mâle – dominant – et qui les tiens tous par le bout du nez.  Assez intriguant.

En bref, une histoire quelque fois intriguante, captivante, mais pas suffisante pour faire grimper ma jauge de plaisir interdit.

unnamed

Toute trace de patience dans sa voix  avait disparu.  Je reculai jusque dans un coin de la tombe, en scrutant l’espace au-dessus de moi avec angoisse.

Au secours, criai-je tandis que mes yeux se remplissaient de larmes.  S’il vous plaît…  Incapable de me contrôler davantage, je me mis à pleurer , ma respiration entrecoupée par mes sanglots.  J’explorai le coffre à tâtons pour trouver quelque chose que je pourrais utiliser comme une arme.  Un outil, un cric, n’importe quoi.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

*******

16 ways to break a heart de Lauren Strasnick

THE.jpg

unnamed

Lu en une journée … Je ne m’attendais pas du tout à une telle histoire.  J’ai été bluffée car je me suis laissée prendre au jeu des 16 lettres.  Et pourtant avec le recul, c’est une banal histoire d’amour qui finit mal, mais voilà on a envie de savoir, pourquoi entre Nath et Dan il y a eu ce petit end.

Bon, je l’avoue ce qui m’a surtout fait tenir c’est le côté un peu psycho de Nath, ces lettres m’ont mise mal à l’aise, il y avait un relent malsain derrière chaque lettre et il était intéressant d’avoir directement le point de vue de Dan après chaque lecture.  De voir comment chaque protagoniste a vécu le fait.  Sans oublier ce stress qui monte crescendo.  J’ai bien cru que Nath allait nous offrir un end à la portée de  » Liaison fatale ».

Les personnages.  Comme dis précédemment, le côté psy de Nath m’a directement attiré, et pourtant derrière phrase se cachait une part de vulnérabilité, une tristesse qui m’a un peu poussé à me dire que l’amour de Dan n’a pas suffit.  Pour sa part, Dan, je me suis directement portée comme bodyguard et au final je me retrouve le séant entre deux chaises.

Un petit instant break, intense du début à la fin ! A LIRE !!!

unnamed

C’est faux.  Je n’ai pas cessé de l’aimer. Et une part de moi l’aimera sans doute toujours. Seulement s’empêtrer dans une relation avec une personne aussi pleine de vie et de charme instable un prix. Un prix que je ne pourrais jamais assumer sans terminer à découvert.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Melissa pour l’envoi de ce Service-Presse

 

Photo

Sinners of Saint, tome 2 – Devious de L.J Shen

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

J’avais plus que palpité avec Vicious… Mais Devious a été captivant du début à la fin, je ne pense même pas qu’il ait une fin à mon plaisir.

Malgré sa relation éphémère avec Millie, le cœur de Dean a toujours été lié à Rosa, – la petite sœur de Millie -, et il compte bien rattraper toutes ces années perdues.

Même si, j’avais capté le personnage de Dean et qu’il m’avait bien fait rire – il l’a confirmé ici -, Vicious avait monopolisé toute mon attention.  Il me fallait donc cette lecture pour connaitre le personnage de Dean.  Je suis tombée amoureuse de la relation de Dean et Rosa, leur rencontre, leur patience, les débuts – un peu forcé – de leur vraie relation, les craintes liées au mal qui ronge Rosa.  J’ai été quelques peu frustré, non énervé par le comportement des parents de Rosa.  Cet enfantillage.  Attention, je comprends tout à fait leur peur, mais il y a des manières de dire les choses et là j’hésite encore entre amoindrissement et manque de volonté de reconnaitre que son enfant grandisse en tant que femme, aussi. Dean a su donner à Rosa tout ce qui lui manquait dans sa vie de femme, en l’espace de quelques semaines.

On retrouve bien entendu, la bande des FHH – Four Hot Heroes – Vicious * bave *, Jaime et sa relation, avec Melle Greene – ancienne prof de Dean – et Trent.  Sans oublier la famille de Rosa.

En bref, LJ m’a proposé une aventure faite d’addiction, de plaisir, de jouissance, d’espoir, crainte, sexe et Aaaammmoouuuurrrrrrrrrrrr !

Vivement le 3eme opus … Au vu du End, il ne peut être que HOTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT !!!

unnamed

Je ne veux pas te faire oublier.  Je veux te faire te souvenir.  Et c’est ce que je suis sur le point de faire, Rosie.

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

Clash, tome 3 – Passion dévorante de Jay Crownover

THE (1).jpg

unnamed

Ô ouiiiiiiiii, j’ai pris du plaisir avec Dash(ell) Churchill et beau-papa aka le sosie de Shemar Moore.  Oui je le confesse, c’est la seule information – importante – que mon cerveau a retenu de cette lecture.

Bon ! OK ! Je blague, mais il était important pour moi de soulever ce point qui m’a grave fait beuger durant ma lecture.  Je ne savais plus ou j’étais dans mon lit où bien blottie dans des songes pas très catholiques.  Mais pour en revenir à cette lecture.  A cette simple romance, qui m’a permis de retrouver au travers de ouï-dire les anciennes stars de la série.  Que de souvenir, de temps passé et pourtant le plaisir lui est toujours bien là.

Alors qu’elle attend toujours le Grand Amour, Dixie tente sa chance sur les sites de rencontre.  Après quelques déceptions, elle préfère abandonner.  Au même moment Church, va apprendre qu’Elma Mae, sa mamie a été victime d’un petit accident ce qui va l’obliger après 10 ans d’absence à retourner sur la terre de ces racines, Lowry.  Mais pas sans Dixie, celle pour qui son coeur bat, celle pour qui il reste encore à Denver.

Même si je m’attendais surtout à suivre un road trip tout au long de la trame, de voir l’évolution de leur relation, découvrir un peu plus nos héros.  Ce qui m’aura surtout marqué durant ma lecture est le sujet sous-jacent traité par Jay : le racisme.  On est dans le Sud profond des USA.  J’ai été faire quelques recherches sur internet et lorsque j’ai vu le nombre d’habitants de Lowry, je suis tombée sur mon séant.  Certes, on n’entre pas trop dans les détails, mais le peu m’a permis d’imaginer l’enfance de Church, la vie de son père.  Les combats auxquels ils ont dû chacun faire face.  L’histoire d’amour de ses parents.  Bref, j’ai larmouché et ragé !

Pour ce qui est de la story entre Church et Dixie, je l’ai trouvé too much,  la mise en avant de ce couple mixte est inédit, beau.  Mon palpitant a vibré avec eux.  Bien-sûr on a droit à un peu d’action.  Que serait une romance sans sa partie suspense, et port de l’armure du preux chevalier.

En bref, un bon petit clash bien addictif, qui m’a laissé toute guimauve ! Vivement juillet pour le 4ème opus 🙂

 

unnamed

Je la voulais parce qu’elle était Dixie, et que sa lumière illuminait l’obscurité qui m’entourait depuis si longtemps, mais je savais de toutes mes fibres de mon être que je ne la méritais pas.  Si je voulais ce qu’il y avait de mieux pour elle, je ne devais pas nous laisser croire une seule seconde que je pourrais la garder.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

51kshUJmXaL[1].jpg

Nous deux à l’infini de Fleur Hana

THE.jpg

unnamed

Je ne veux pas me mettre en défaut mais en temps normal, on n’attend d’une bloggeuse d’être à jour dans les parutions à venir.  Ça c’est en pratique car dans la vraie vie, il nous arrive à nous aussi de passer à côté de l’information.  Je suis passée à côté de l’info : réédition, pour cet opus.

Oui, oui je me suis déjà lynchée ne vous inquiétez pas.  Il m’aura fallu du temps mais mon cerveau – mémoire de poisson rouge – n’a pas omis de m’envoyer quelques signales et lorsque mon front est tombé, je n’ai eu de cesse de vouloir me rappeler le end de cet opus.

Dans l’ensemble, j’ai adoré retrouver les BB de Fleur, même si j’ai eu un peu de mal avec Lola, pas dans le mauvais sens mais j’avais le souvenir d’une demoiselle plus trash et ici, je l’ai trouvé un rien adoucit.  Tout comme Lola, Dante était sec dans ses actes/discours mais je lui ai trouvé un rien sec-mais-cool.

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne Lola a toujours été amoureuse de Dante, mais la conjoncture familiale l’a toujours empêché de sauter le pas.  Même lorsque sa sœur commet l’irréparable.  Bien des années après le drame, Lola se décide à sauter le pas, approcher cet ex-beau-frère et lui prouver que derrière cette grande bouche se trouve une jeune fille prête à aimer.

Comme dis précédemment, j’ai apprécié de retrouver les BB, je n’avais qu’une hâte retrouver dans mes archives les volumes de cette série mythique et m’en remettre plein la face.  Et ne pas juste baver sur les couv’ !!!

Malgré quelques petites adaptations, l’histoire se laisse lire.  Pas de redondance, un peu de rire, de rage, de plaisir, de sex machine.  0n ressent – toujours – le style particulier de Fleur.  Ce phrasé propre à l’auteure. Sa marque de fabrique, si je puis dire.  Mais voilà, étant donné que je m’attendais à découvrir une nouvelle histoire, je suis restée sur ma faim, il m’a manqué quelque chose.  Je ne ressors pas rassasier de ma lecture, j’en veux encore …. BENJI BENJI BENJIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! #TeamBenji

Donc, je prends mes petits doigts les croise, sans oublier le regard du chat botté … S’iilllllll ttteeuuuu pplllaiiiiiiiiiiiiiiiiittttttt : Les BB ❤

unnamed

Avant elle, j’arrivais assez bien à m’en tenir à mon objectif : prendre mon pied avec une nana.  Si elle le prenait elle aussi c’était tant mieux pour elle, sinon… Or, si je me souviens bien, la dernière fois qu’on s’est retrouvés tous les deux à poil, c’est elle qui était ma priorité.  Et ce n’est pas comme ça que je fonctionne.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Melissa pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo