The Shakespeare Sisters, tome 2 – A la grâce de l’automne de Carrie Elks

Espace réservé au texte (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Fraîchement séparé de son richissime mari, Juliet doit patienter une année durant avant d’officialiser son divorce.  En attendant cette délivrance, elle se consacre à 100% à sa fille, Poppy et à son commerce de fleurs.  Se pensant à l’abri de tout sentiment amoureux, le coeur de Juliet ne pourra résister longtemps, à son cher et nouveau voisin, Ryan revenu dans sa ville natale, avec son fils.

Autant j’avais apprécié l’histoire de Cesca et Sam, autant ce second opus, est un level plus haut.  Des héros plus mature et surtout des héros a qui l’ont offre une seconde chance.  Outre nos héros, les petites stars du roman sont les enfants de Juliet et Ryan, car sans eux le roman n’aurait pas eu un tel démarrage et nos héros n’auraient pas aussi bien accroché !

Même si le personnage de Juliet m’a plu, j’ai pas mal pesté dans ses (in)actions à l’égard de son ex-mari.  Elle était trop calme et lui méritait quelques claques, inexcusable. Ryan l’enfant de la ville est de retour avec un fils et une vie de famille atypique et assumée. Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur leur anciennes vies.  Les soeurs Shakespeare sont encore bien présentes avec leurs lots de mystère et bonne nouvelle.

Une fois de plus, l’auteure ne met nullement en avant les rapports intimes entre ces protagonistes on reste dans le sphère du rapport humain et tout cela est fort agréable, j’ai pris le temps de voir les héros sur toutes les coutures et les parties de plaisir étaient un plus mais assez secondaires dans mon cas, il aurait pu ne pas y en avoir que cela ne m’aurait pas manqué !

Pour conclure, une deuxième lecture aussi fraîche que la précédente, des personnages attrayants avec une bonne dose de romance.

espace réservé au texte (2)

Il y les gens qui se dirigent vers un endroit meilleur et ceux qui le fuient.

Le Barman

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia/Célia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texte (6)

Publicités

#IsItLove Carter Corp, tome 1 – Gabriel de Angel Arekin

Espace réservé au texte (13).jpg

espace réservé au texte (1)

Ah, monsieur Simons, vous tombez à point nommé.  Je vous présente Ashley Styles, votre nouvelle assistante en communication.

Bon, je l’avoue pour moi l’aventure a commencé bien avant ma lecture du roman ! Alors que l’Editeur annonçait en grande pompe la sortie de la trilogie, j’ai été plus qu’intriguée par la source des romans : une appli – Is It Love, crée par Claire Zamora – dont on écrit l’histoire à chaque étape et dont on est l’héroïne * cris de joie *.  Je ne dirais pas que je suis accro à l’appli, mais cela reste un plaisir latent, auquel on accroche très vite, fan ou pas du design… Oui, le peu d’expression faciale de Gabriel est un peu troublant.

Mais que je revienne au roman.

Lorsque vous êtes foudroyé par la poisse en une matinée cela se résume en 3 étapes : (1) être à court d’essence et se battre avec un malotru qui vous fait une queue de poisson et vous pique votre place, (2) se faire arracher son sac à main et perdre une bonne partie de sa vie administrative (3) arriver en retard à son premier de travail et (4) … Petit bonus, découvrir que le malotru n’est autre que votre futur boss aka Gabriel Simons aka Berlinetta.  Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces petits facteurs vont nullement inquiéter la belle Ash et elle va tout mettre en oeuvre  pour prouver qu’elle mérite sa place !

Le roman s’est lu plus vite que je ne l’aurais cru.  On entre directement dans la Carter Corp, on l’on découvre les nouveaux collègues de Ash : le petit marrant, Matt, le taciturne Colin, la secrétaire super sympa, Lisa, le boss Gabriel et un petit aperçu de Mister Carper.

En temps normal, l’adaptation se fait du livre au film, pour ce qui est de cette lecture, le challenge est réussi, car l’auteure est restée fidèle à la trame de base, certes la partie suspense n’est pas assez développée et donne une impression de vide si vous ne connaissez pas l’appli et pour le coup, je remercie Angel d’avoir garder le suspense, peut-être que ce point sera développé dans les prochains tomes mais toujours est-il qu’il est agréable d’avoir gardé cette part de mystère et pousser le lecteur à utiliser l’appli pour connaitre le fin de l’histoire – maybe maybe -.

Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur les personnages principaux : passé, présent, futur. Craintes sur la vie et surtout sur l’amour avec un grand A.

La plume d’Angel ne m’est pas du tout inconnu et j’ai pris un plaisir à la retrouver avec cette petite adaptation !

Pour conclure, game ou roman même départ, même envie.  Un bon petit instant break !

espace réservé au texte (2)

Ash, murmure-t-il de sa voix rauque, je n’ai pas l’habitude qu’on se refuse à moi.  Je n’ai pas l’habitude que l’on me tienne tête comme tu le fais sans arrêt.  Je n’ai pas l’habitude de désirer quelqu’un comme je te désire toi.  Je ne te laisserai pas t’échapper…

Gabriel

Comme pour tout le monde.  L’attachement est forcément une source de douleur, mais tu ne peux pas vivre sans.  C’est se priver de ce qui existe de mieux dans la vie.

Ashley

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia ert Morgane pour l’envoi de e Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

#IG International Guy, tome 11 – Rio de Janeiro de Audrey Carlan

Espace réservé au texte

espace réservé au texte (1)

Non, mon Dieu, non ! S’il te plaît ! Chérie, parle-moi !

Etant donné que j’ai déjà utilisé l’acronyme  » OMG », je vais me contenter d’un autre OOOOoooooohhhhhhh Mooonnnnn Diiieeeuuuuuu !!!

Je ne me permettrais pas de dire, je le savais car j’avais un bon gros doute sur le corbeau mais il n’empêche qu’Audrey a maintenu le suspense jusqu’au bout et quel suspense !!!

Alors que le corbeau sévit toujours autour de #SkyPar, les #IG s’envolent pour Rio afin d’aider Dennis, l’ami de Paul – le frère de Parker -, à démasquer l’escroc au sein de la société familial.  Pensant à une petite affaire, Parker et ses amis vont vite se rendre compte du malaise et des secrets qui entourent la famille de Denis.

Une fois de plus l’auteure nous offre un petit chassé-croisé dans les aventures de nos #IG entre leur mission à Rio et leur quête de débusquer le corbeau, leurs vies sont encore soumis à rude épreuve.  Petit plus – rageant – dans la trame : le rejet de l’identité de Dennis par ses parents, j’ai autant pesté que Parker sur ce point.

Pour conclure, l’avant-dernier acte était aussi bon que les précédents et je ne suis pas prête à dire goodbye au #IG … Non pas prête du tout !

Et le mot de la fin …

Soyons libres

love,

Nous

espace réservé au texte (2)

On va affronter ça ensemble.  N’imagine pas le pire.  On ne sait pas grand-chose.  Concentrons-nous sur une chose : rentrer à la maison.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

***

Paris – New-York – Copenhague – Milan – San Francisco – Montréal – Londres – Berlin – Washington – Madrid

Black Riders, tome 2 – Crush Girl de CJ Ronnie

Espace réservé au texte (11).jpg

espace réservé au texte (1)

Bien qu’étant un second opus, je dois vous avouer que j’ai eu l’impression dans les premiers chapitres de commencer la série au point de départ, ma base de travail m’avait quitté ce n’est qu’au bout de 3 chapitres que j’ai pu remettre les pièces du puzzle dans le bon ordre et resituer la trame.

Alors qu’il se remet tout doucement de la prise d’otage qui l’a meurtri dans sa chair, Brandon est de retour en Californie, pour lui, ses amis, la femme qu’il aime et plus que tout pour honorer sa part du marché.

Si vous aimez la vitesse, les histoires dynamiques au rythme soutenu, ce tome – cette série – est faite pour vous.  Je n’ai pas su décrocher mon regard de mon roman.  A chaque fin de chapitre, je voulais/devais connaitre la suite des aventures de cette bande de jeunes potes enrôlés dans une guerre de gang qui arrive à son dénouement … Et quel dénouement!!!  Chaque protagoniste à voix au chapitre : Poppy le près’ est sur tout les fronts il est omniprésent et est sans contexte l’homme de l’histoire, Brandon se prend quelques claques et présente quelques facettes troublantes, Hayley et Jace sont toujours aussi soudés, Beverly – la fille du près’ – va devoir faire preuve d’une grande patience et d’une force de caractères, sans oublier les soldats du Black Riders, DannyBoy, Splinter et June, pour ne citer qu’eux.

Qui dit histoire captivante, dit plume accrocheuse.  CJ m’a offert un bon petit moment de lecture, un ascenseur émotionnel le passage du rire aux larmes, à l’étonnement et à l’envie étaient très bien dosé.  Le roman fait peur au premier abord – petit et costaud – et je n’ai rien vu passer.  Un moment saisissant !

Pour conclure, un second opus tout en vrombissement et en plaisir !

espace réservé au texte (2)

Il n’y a rien à pardonner, c’est du passé, maintenant.  Et l’essentiel, c’est de t’avoir à mes côtés.  Pour le reste, ce n’est que de la perte de temps.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

****

51pdoo8h5aL._SY346_[1]

Dark & Dangerous Love, tome 1 de Molly Night


Espace réservé au texte.png

espace réservé au texte (1)

Elle savait qu’elle ne serait jamais heureuse au palais royal. une vie dans une cage, même dorée ne valait pas la peine d’être vécue.

Après le triangle amoureux, place au carré amoureux !! C’est horrible de commencer ma chronique de cette manière, mais je n’ai eu qu’une hâte durant celle-ci, arriver au bout. Je ne suis pas une adepte de la Bit-Lit, j’ai comme pas mal de lectrices appréciées  » Twilight », mais ce n’est pas parce que j’ai apprécié le roman et le film que je vais apprécier tout ce qui à trait aux vampires. Et ce premier opus, m’a tellement fait déchanter, que je clos ma saga avec un goût amère. Je n’ai pas accroché à l’histoire, qui a été – aussi- cataloguée de dark romance, et je n’ai rien trouvé de dark.

!!! SPOILES!!! Le coup de la tentative de viol qu’on essaye de faire passer pour un petit accident, ne m’a pas donné envie de planer. Bien au contraire.  Pour moi la dark romance aborde un sujet sensible, qui en tant normal me ferait grincer des dents et qui durant ma lecture me mettrait dans une position délicate et me donnerait une envie déplacée et un rien « de plaisir », et pour le coup, je n’ai pas eu du plaisir durant ma lecture, mais pas mal de frustration.

Pour la petite histoire. Nous sommes au 25eme siècle, le monde est gouverné par les vampires, à la suite de la grande guerre de 2020. Même si la vieille famille d’Evelyn a encore un certain statut social, il n’empêche que les Blackburn, ne doivent leur salut qu’à leur longue lignée familiale – et courbette- et par le lien unissant la nièce de Jonathan Blackburn au lord Marcus. Tandis que le roi, fête son anniversaire celui, va tomber sur le charme d’Evelyn, bien qu’ayant 16 ans, le Roi va décréter qu’à sa majorité, Evelyn deviendrait sa conseillère humaine et sa compagne. Malheureusement pour le Roi, le coeur d’Evelyn bat déjà pour un autre jeune, Ethan et ne compte nullement se laisser faire.

1…2…3 … 4 Hansel ! Comme précisé plus haut, après le trio voici le quatuor amoureux : Evelyn aime Ethan … Ethan aime Evelyn … Atticus ( le Roi) aime Evelyn, mais Evelyn n’aime pas Atticus, par contre elle apprécie Hansel, le meilleur ami et conseiller du roi … qui lui aussi apprécié trooooppppppppppppppp Evelyn. Oui, mais neurones ont chauffé car je n’ai pas su en plus de l’histoire m’approprié la partie romance de la trame, car je ne l’ai pas trouvé. Je n’avais aucune base de travail sur ce point.

Tout cela m’a mené à regarder chaque personnage individuellement et me focaliser sur leurs actions, mais n’étant pas dans l’histoire, je n’étais pas avec les personnages! Evelyn est trop jeune, trop immature pour le rôle qu’on lui attribue. Je comprends sa volonté à ne pas vouloir céder et je l’en félicite. L’espace d’un moment, j’en suis venue à me dire que dans une RH, j’aurais accepté le côté farouche de l’héroïne, mais ici ça ne passait pas. Atticus, ne porte que la couronne, on a essayé de lui donner un côté tendre, mais trop vite balayé par sa rage/jalousie. Ethan et Hansel étaient les plus attachants, eux m’ont donné quelques peu envie, mais comme ils ne sont pas les « vrais » héros du romans et bien ils ont dû porter le roman, ou en tout cas m’ont porté jusqu’à la fin de ma lecture.

En bref, tout cela pour dire que je n’ai pas accroché à l’histoire et même la fin ne m’a pas donné envie de connaitre la suite des aventures d’Evelyn. Oui, je vais passer mon chemin.

espace réservé au texte (2)

Il y avait toujours une lueur d’espoir dans la vie, et même si elle était très mince, il fallait s’y raccrocher et continuer à se battre. Si vous baissez les bras, alors vous êtes sûr de ne jamais rencontrer le bonheur.

bitmoji-20181101092730

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Sugar Bowl, tome 2 – Sugar Rush de Sawyer Benett

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

Une petite suite tout en douceurs et en péripéties !

ATTENTION SPOILES !!!

Sitôt révélé … Sitôt remis en question ! Alors que le poteau rose est enfin dévoilé, Beckett va se mettre à douter sur Sela et plus particulièrement sur lui et son ami et associé.  Ne pouvant supporter d’avoir été dupé, Beckett va vite se ressaisir et mettre tout en oeuvre pour récupérer Sela et lui permettre de mettre un terme à sa quête sans y perdre de plume.

Une suite à la hauteur de mes attentes, en temps normal je crains les seconds opus et là, j’ai dévoré chaque page, ma crainte était dirigée vers Beck qui devait porter deux casquettes : l’ami/collègue et l’amant.  Au fil des pages, on suit les objectifs de Beck et Sela, la petite bombe de Beck, son passé, sans oublier la force de l’amour et la volonté entre nos héros.

En bref, une petite suite pleine de rebondissement avec une fin plus qu’alléchante … Vivement le clap de fin !!!

espace réservé au texte (2)

– Je ne peux pas lâcher l’affaire, lui dis-je doucement. J’espère qu’il entend ma détermination. Le regard perdu dans le paysage de la baie de San Francisco, il me répond : – Moi non plus. Mais j’ai besoin de temps pour réfléchir. Pour assimiler tot ça. J’ai besoin de trouver comment faire pour te venger et réussir à préserver le Sugar Bowl.

– En l’assassinant.

Je lui murmure cette proposition en sachant très bien que ce n’est pas la bonne. Même si je veux le sang de JT sur mes mains – putain, j’ai carrément envie de me baigner dans son sang –, je sais que le risque est trop grand. Je sais que mes chances de le supprimer sans éveiller de soupçon sont très minces. Je sais également que la véritable raison pour laquelle je ne peux pas le faire est que si je me fais choper, je perdrai Beck, et il est ce que j’ai de plus précieux dans la vie. Il est même plus important que mon désir de voir la tête de JT tranchée et servie sur une assiette.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

****

Espace réservé au texte (13)

The Shakespeare Sisters, tome 1 – Les promesses de l’été de Carrie Elks

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Et la promesse d’un agréable moment de lecture ! Si vous recherchez une histoire made in plaisir de la chair du début à la fin passé votre chemin.  Par contre, si vous êtes à la recherche d’une histoire, avec une petite trame, des personnages touchants, sensibles à qui l’on offre une seconde chance … de s’expliquer sous le soleil de Côme : cette histoire … et je dirais même cette saga est faite pour vous !

Après les filles du docteur March, place aux soeurs Shakespeare, pour le moment nous ne pouvons jurer du lien de parenté entre le poète et les demoiselles, mais pour ce qui est de l’amour des mots, je peux jurer du lien entre Cesca et le dramaturge.

Lac de Côme.  Ne s’étant toujours pas remis du soufflet artistique subi, à la représentation gâché de sa première pièce de théâtre, Cesca vit de petit boulot en petit boulot, jusqu’au jour ou son oncle Hugh, va lui proposer un poste de domestique dans une maison près du Lac de Côme, une manière de se ressourcer et de retrouver le goût de l’écriture.  Tout cela aurait pu être possible, avant l’arrivée inopinée de Sam Carlton, le même Sam Carlton qui bien des années auparavant à planté Cesca et son bébé artistique.

Pour ce qui est de la trame, j’ai vraiment tout apprécié, le texte est juste, aucune redondance, je me suis retrouvée face à des personnages sans langues de bois, je m’attendais à un scénario tiré en longueurs, mais les bases sont clairs entre les personnages, pas de faux-semblants ni de fausses notes, tout cela permet à l’histoire d’avancer.

Je ne peux pas retourner en arrière pour me rattraper, mais je peux me battre pour toi.  Je ferai tout mon possible pour te montrer à quel point je tiens à toi.  J’ai failli tout perdre tellement j’avais peur d’être moi-même avec toi.  A l’avenir, je veillerai à ne pas tout gâcher.  Dis-moi que tu me pardonnes.

Bouhhhhh, comment voulez-vous rester de marbre avec une telle déclaration ?

Malgré sa défection et son rôle de méchant, je n’ai eu aucune grief à l’encontre de Sam Carlton, j’ai voulu connaitre ce personnage et la raison de son départ précipité bien des années auparavant.  Je ne dirais pas que je suis tombée amoureuse, mais il entre facilement dans la catégorie #GendreIdéal.  Tout comme, Sam, le personnage de Cesca est attirant, je m’attendais à pas mal de larmoyant de son côté et elle a su me plaire.  On découvre bien entendu au travers de petit moment skype, la famille Shakespaere : Lucy, l’aînée, Juliet la seconde, Cesca et Kitty la benjamine.  Bien que vivant sur des fuseaux horaires différents, les soeurs restent très soudés et en contact.  Du côté des Carlton – veuillez m’excuser ce petit interlude, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser au Prince de Bel-Air, voilà je partage l’info -, nous avons une famille sous pression avec quelques casseroles et deux agréables petites soeurs pour Sam.

Je dois avouer que je ne connaissais pas du tout, l’auteure aucun  bruit de couloir ne met parvenu, c’était la grande inconnue et je ressors de cette lecture totalement captivée et dans l’attente de ces prochains romans.

Pour conclure une très belle histoire, un très bon démarrage, une belle découverte et du plaisir.

espace réservé au texte (2)

Je ne supporte pas de te regarder sans pouvoir te toucher.  Ni d’entendre ta voix lorsque tu t’adresses à quelqu’un d’autre qu’à moi.  Je ne supporte pas de te voir rire si ce n’est pas moi qui te rends joyeuse. Je n’en peux plus, Cesca.  Ca me tue, conclut-il dans un murmure.

Sam Carlton

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]


3469900_orig[1]