International Guy #IG, tome 5 – San Francisco de Audrey Carlan

Alexa Hudson (20).jpg

unnamed

Si c’est la bonne, tout est possible.

Maiiiisssssssss NON ! La star du jour ou en tout cas de ce volume, c’était Royce Sterling pourquoi est-ce que Parker ne peut pas comprendre ça ?! GRRRR !!!

Tandis que tout leur réussi, Dream et Money Maker débarquent à San Francisco, afin d’appuyer Rochelle Renner PDG de sa boite de finance, à se trouver un mari, un père de famille, un homme à trimbaler à quelques cocktails et qui ne lui fasse pas d’ombre… En bref une potiche ! Malgré toutes ces conditions, Royce ne pourra taire son attirance pour Chellie.  Heureusement, qu’il peut compter sur Parker pour le remettre sur le droit chemin de leur mission.

Je n’ai absolument rien contre Parker, vraiment mon petit Gosling est bien agréable à suivre, mais je m’attendais vraiment à une autre belle histoire comme pour celle avec Pêche.  Sur ce point, j’ai un peu boudé.  Mais la trame était tellement captivante, ce petit chassé-croisé entre la mission de Parker et Royce et la vie sentimentale de Parker et Skylar, m’ont permis d’atténuer ma bouderie.

On découvre enfin un autre héros : Royce Sterling.  Si vous avez un penchant pour les beaux blacks, Royce est fait pour vous ! Non, je déconne, il est prit par moi ! Bosseur, gendre idéal, fils à maman, grand frère, sex machine.  Il a tout pour lui et pourtant, il lui manque le plus important … MOI ! Non, je blague – ou pas – une femme rien que pour lui.  J’ai eu envie de le dorloter et Parker l’a fait pour moi.  Merci.  On entrouvre un peu plus la porte de Wendy et Michael, grâce à quelques petites révélations ! Eux ils me plaisent vraiment – SpinOff ? -.

En bref, un petit séjour à San Francisco, fort agréable, une petite mise en avant d’un #IG, un plaisir qui ne se tarit pas et comme une envie de découvrir la belle ville de Montréal !!!

Vivement la suite 🙂

unnamed

Si j’avais une chance d’avoir une femme et des enfants, ce serait tout pour moi.  Rien ne pourrait rompre ce lien sacré.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

****

Alexa HudsonAlexa Hudson (1)Alexa HudsonAlexa Hudson (1)

Publicités

Et puis, soudain, tome 2 – lutter de Laura S. Wild

Alexa Hudson (16).jpg

unnamed

Comment peut-on se faire autant de mal en s’aimant si fort ? C’est peut-être ça notre problème, finalement. On s’aime bien trop.

Est-ce qu’on peut tout reprendre à zéro ? Est-ce que cet opus peut-être le tome 1 !? Oui ? Non? C’est pas grave car je vous annonce officiellement ma réconciliation avec Lia.  On était en froid ? Je n’en ai plus trop le souvenir … Arf, mémoire de poisson rouge, sometimes ça fait du bien !

Mais pour en revenir à cette lecture, j’ai tout A-DO-RE ! Oui, la persévérance a du bon.

Après avoir découvert les agissements de Robin, Lia a mis un terme à sa relation, mais pas à ses sentiments.  Non, je ne la blâme pas, notre petite Lia il est toujours difficile d’oublier son premier amour.  Le temps passant Lia, se rend compte que pour avancer dans la vie ou en tout cas retrouver sa vie d’avant Robin, elle n’a plus le choix, elle doit affronter le geôlier de son cœur.

Autant dans le précédent opus la main mise de Matt et surtout Chris était bien présente, dans cet opus, tous les personnages ont voix au chapitre : Matt, Chris, Nina, Taylor, Stella, et le petit nouveau Hugo.  Il n’y a pas de second rôle. Tous les personnages voudront mettre leur grain de sel dans la relation de Robin et Lia que cela soit en tant que protecteur/soutien ou en tant que petit diable sur l’épaule gauche.  Mais les sentiments étant ce qu’ils sont.  L’évolution de Lia était intense, j’ai même craint qu’elle se prenne un TGV dans la face tellement tout allait vite pour elle.  Et puis soudain .. Le mi mi … LE miracle s’est produit, Lia et moi on s’est fait un tatoo #4Ever sur la paume gauche.  Après le choc et la mâchoire décroché, j’étais un peu sur la défensive à l’égard de Robin.  Et pourtant j’étais sa première avocate et la douche froide m’a laissé quelques bleus sur les neurones.  On découvre un nouveau Robin, toujours aussi possessif, axé sur la reconquête et quelques fois déconfit – face à ses soeurs -.

Dans cet opus, tous les personnages de Laura auront pris en maturité, chacun à leur façon, ils sortiront de cette trame avec un uppercut … Et moi aussi !

En bref … Il me faut le troisième opus, car là je me sens un peu coincé dans ma frustration ! Vivement la suite ^_^

unnamed

Je serais toujours là.  Chaque fois que tu auras besoin de moi, que tu le dises ou non.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]


3469900_orig[1]

Alexa Hudson (6)

Le Grand Nord, tome 1 – Amertume de Sarina Bowen

Alexa Hudson (8).jpg

unnamed

Audrey est belle à mourir.  Elle est comme les papillons que je vois virevolter dans la prairie, ils sont lus beaux que tous les autres pollinisateurs.

Ce petit détour dans le Vermont a été captivant ! J’avais déjà eu l’occasion de me laisser transporter par la plume de Sarina, et la découvrir en solo était encore plus jouissif !

 » Rome ne s’est pas fait en, un jour » ! », et pour obtenir le fameux sésame qui lui permettra d’ouvrir le resto de ses rêves, Audrey va devoir retrousser ses manches et permettre à son employeur – tortionnaire – de signer quelques contrats avec des agriculteurs locaux.  Mais à peine arrivé, Audrey va croiser le chemin de son ancien coup d’un soir, Griffin le quaterback devenu agriculteur et grand producteur de cidre.  Malgré le plaisir qu’elle a de retrouver cet ancien ami, Audrey ne perdra pas de vu son objectif et ses ambitions risqueront de lui coûter cher.

Comme dis précédemment, j’en attendais beaucoup de cette lecture, après la découverte à quatre mains, cette immersion dans l’univers exclusif de Sarina était plus qu’attendu et je dois dire que j’ai vraiment pris du plaisir à voir tout ses personnages évoluer.  Audrey, est une jeune demoiselle, fille unique, elle va devoir batailler dur dans sa vie professionnelle et familiale pour démontrer – et se prouver – qu’elle peut être une personne de confiance et une jeune femme adulte. Je l’ai senti fragile, volontaire, un peu naïve, sentimentale, amoureuse.  Un vrai livre ouvert, elle m’a donné envie de l’épauler et de la secouer face à son boss de la BPG.  Griffin, m’a rendu guimauve.  Ce n’est pas the sex-symbol mais ces actions, son amour du travail, de sa famille, sa présence, son aura … me l’ont rendu HOT HOT !   On découvre la faille de Shipley : la mère, les frères et soeur, Jude le nouveau collègue, Zac, l’ami et collègue de toujours.  Du côté d’Audrey, on découvre une mère froide avec des idées sur les relations humaines hors de ma conception des relations homme-femme !

Pour ce qui est de la trame, on suit le projet d’expansion de Griff’ qui verra dans la proposition d’Audrey, une aubaine pour se faire connaitre du grand public.  La volonté d’Audrey d’exister par elle-même, les accro’s de la vie, sa relation avec Griff’ et la famille de celui-ci.  Sans oublier l’éveil du papillon.  Une trame simple, quelques petits remous mais pas de gros drames ! Le texte ne souffre pas trop de redondances, quelques petites longueurs mais rien qui n’entrave le tempo de lecture.  ouf ^_^

En bref …. Une petit romance sous les pommiers du Vermont 🙂

unnamed

Le désir que j’éprouve pour toi me fait me rendre compte que je suis très seul.  Que j’ai peut-être besoin de plus dans ma vie que quatorze heures de travail manuel et un lit dans un dortoir.  J’ai besoin de toi dans mon lit.  J’ai besoin de toi dans ma cuisine…

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

Dirty Duet, tome 1 – Dirty Rich Men de Laurelin Paige

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Rien à faire, il y avait des hommes faits pour un avenir radieux et des hommes faits pour les cochonneries immédiates.

Et puis, il y a moi qui suis morte d’une combustion spontanée … Une combustion venue de nulle part.  Même si le roman n’est pas un coup de coeur, l’addiction, le plaisir, les bouffées de chaleurs auront été mes compagnons de route durant toute ma lecture !

Sabrina Lind, Donovan Kincaid et Weston King … m’ont fait saliver du début à la fin. Et pourtant, je dois vous avouer que j’ai eu une petite peur … 3 personnages, 3 héros … Ça fait un de trop … ARFFFFF !!!

Mais n’ayez crainte, chers lecteurs, oui il y a bien 3 héros, mais dans les faits nous avons droit à un duo avec le spectre du tiers ! OUF ! Les meubles sont sauvés.

La trame.  Harvard, le rêve d’une vie, ou en tout cas celui de Sabrina, 17 ans, qui intègre la prestigieuse université.  Mi-timide et mi-téméraire, Sabrina va se laisser tenter à participer aux soirées proposées au donjon par le duo King-Kincaid.  Bien qu’attirée par Weston, c’est à Donovan, qu’elle va tout donner.  10 ans après cette rencontre, qui aura marqué au fer rouge sa vie intime, Sabrina va être recruter par Weston dans sa filiale new-yorkaise ou elle va devoir cohabiter/travailler avec Weston et Donovan.

Comme dis précédemment, j’ai nourris une petite crainte quant à la relation à venir entre nos héros.  Fort heureusement, pour moi, Sabrina, ou en tout cas les sentiments de Sabrina n’auront pas jouer à la girouette.  Sabrina est une jeune femme timide, attachante, passionnée et qui n’a pas peur de ses sentiments.  Tout m’a intéressée en elle.  Donovan, je ne sais toujours pas si je dois me prosterner à ces pieds ou le gifler.  Un pas en avant … Retour à la case prison la seconde d’après.  Il m’a frustré, captivé, chauffée, plu, agacé, m’a offert quelques badaboum … Sans oublier la civilisation de papillons dans le bas ventre.  Bien qu’étant là – présent – depuis le début, Weston, ne m’aura pas tant marqué.  J’attends encore de voir comment son personnage va évoluer.  Je n’ai pas de grief à son encontre, mais je me garde un droit d’avis sur celui-ci.

Après une petite déception, lors de ma dernière lecture de Laurelin Paige, je dirais que cette lecture m’a renoué avec l’auteure.  J’ai retrouvé La Laurelin de  » Fixed », voir de  » Love en Direct ».  L’écriture était fluide, sensuelle, rempli de tension, de passion, de plaisir, de frustration, de questionnement, d’envie… En bref, j’ai pris du plaisir à lire ce roman.

En bref … Une lecture passionnante, des personnages captivants.   Des retrouvailles – entre l’auteure et moi héhé -, le tout saupoudré d’un ravissement intégral.

unnamed

Je n’avais pas besoin d’un Weston pour me protéger.  Je n’avais aucun besoin de quelqu’un derrière qui me cacher.  Je pouvais prendre mes décisions toute seule et, en même temps, apprendre une ou deux choses à Donovan sur la façon de traiter les femmes, si jamais il décidait d’avoir une relation romantique.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Magali et Olivia pour l’envoi de ce Service-Presse

 

fe70d-blanche[1]

3469900_orig[1]

International Guy, tome 4 – Milan de Audrey Carlan

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Les femmes sont sexy, qu’elles soient institutrices, bibliothécaires, vendeuses, mère au foyer ou étudiantes.  Les femmes sont sexy, quelle que soit leur taille.  J’espère que les femmes du monde entier verront mes mannequins et trouveront leur propre version de ce qui est sexy, quel que soit leur physique.  Merci.

A défaut, d’avoir eu une mise en avant des associés de Parker, nous aurons droit à un petit Girl Power et aime-toi tel que tu es grâce au défile de lingerie toutes tailles, toutes formes de T-Bone. Mais avant tout ça revenons sur ce qui aura largement pris de la place au sein de ce petit volume : #SkyPar !

Et oui, notre cher Ellis, va devoir batailler pour rassurer Pêche.  Tout au long de ce volume, on va principalement suivre la romance de notre cher couple qui va subir la pression médiatique. Même si je regrette que la mission milanaise ait été mise de côté au profit de la relation de Parker et Skyler.  J’ai passé un bon moment avec eux… Tous ! Sophie, la famille de Parker, Bo(gart), ma hackeuse, Wendy et son compagnon, Michael Pritchard.  Sans oublier Royce qui aura été mon moment cris de joie durant cette lecture … Je m’avance mais vivement la prochaine aventure des #IG * petit bon de joie *.

A l’inverse des précédentes missions, celle-ci fut la plus courte, et je dois dire que je l’avais un peu oublié, étant donné que la trame tourne principalement sur l’idylle de Ellis.  Mais, pour le concentré a été fait : ce défilé était juste emblématique.  Le message sous-jacent, était clair. Pas besoin de chichis ou de discours interminables :

Dans l’industrie de la mode, les vêtements sont fait pour des femmes allant du 32 au 38.  Or la taille moyenne de femmes se situe entre le 40 et 44.

AMEN !

En bref, une mission assez expéditive, une romance mise à rude épreuve, un plaisir renoué … Je croise toujours mes doigts pour ENFINNNNNNNNNNN découvrir Roy et Bo !

Affaire à suivre.

unnamed

J’ai quelques idées pour mettre en valeur votre lingerie et votre volonté de valoriser les femmes, si vous êtes prêt à m’écouter.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Magali et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

****

Alexa HudsonAlexa Hudson (1)Alexa Hudson

Baby random, tome 1 de Alexia Gaia

Alexa Hudson (5)

unnamed

On n’évite pas le destin, Célia ! Surtout quand il s’acharne et qu’il est bourré, envoie Mona dans mon dos.

PUTAIN DE BORDEL … DE BORDEL … D’ASCENSEUR ÉMOTIONNEL !! Ce roman m’a tué du début à la fin et en diagonale.  Je sors totalement conquise, traumatisé, rageuse, amoureuse, pleurnicharde de cette lecture !!!

Ce n’était pas bien partie entre Celia, Max, Roman et moi… Au bout de 2 chapitres, j’ai cru que ma rétine allait me quitter.  Les quelques petites fautes de frappes, qui ne faisaient pas très français m’ont fait craindre le pire et j’ai donc pris cette lecture par dessus la jambe.  Je n’avais plus peur de rien.  Plus rien ne pouvait m’atteindre et pourtant le pire était à venir.

Je ne suis pas une fana des chiffres impairs dans les relations sauf, si tous les protagonistes ont connaissance de l’existence des uns et des autres.  Donc, oui dans cette relation nous avons trois personnages : Celia Fowell, Max, qui est accessoirement son patron et Roman Weiss aka Mister muffin pour moi ou Monsieur Beau-Gosse-Pas-Aimable pour Celia.   Malgré ces déboires financiers, Célia ne perd pas espoir de voir le bout du tunnel.  En attendant, cette délivrance.  Celia profite chaque jour, de son rencard de 11h05, avec le sexy client mystère accro au muffin raisin, qui passe chaque jour à son travail.  Au même moment, sa grand-mère de palier, Mona, va lui proposer de se rendre pour elle à la soirée annuelle de la société Weiss, afin de récupérer un prix qui couronne toutes ces années de service à la Weiss Corp.  Ce que Celia n’avait pas prévu, croiser le chemin de son client de 11h05.

Comme dis précédemment, je ne ne suis pas une adepte des nombres impairs.   Dans ce cas de figure, il n’est nullement question d’infidélités, bien loin de nous cette pensée.  Ce qui m’a permis de profiter de cette histoire et de ne pas trop pester – sur ce point -.  Celia qui a un coup de coeur pour son client – Roman -, va vite déchanter et découvrir que derrière ce beau regard se cache un bon gros connard.  Coup d’un soir ou pas, Celia va panser son humiliation dans les bras de Max. Malgré sa volonté de taire, ce coup d’un soir,  Célia va vite être rattraper par son secret lorsqu’elle va apprendre qu’elle attend un enfant… d’un autre, soit Roman !

Les personnages.  Je sais que je ne devrais pas dire ça, mais Roman m’a fait un bon petit badaboum et pourtant il a vraiment tout du connard arrogant qui pense réellement pouvoir tout se payer grâce à son nom et son argent.  Mais que voulez-vous, Gaia a tout fait pour le rendre tendre dès le départ, orphelin, addict des plaisirs temporaire – alcool -, se cachant derrière son nom pour combler un vide, un sale caractère qu’on pré-excuse, blabla … Bref, oui j’ai craqué et pourtant je vous assure que ce n’est pas un tendre et qu’il  m’a quelques fois donné envie de lui faire passer sa carte bancaire par une autre borne !!!! Max, second mâle de l’histoire, il a, à son corps défendant le rôle du malchanceux, cinquième roue du carrosse et pourtant il va réussir à se démarquer et à endosser THE cape.  Célia, non, non, non à aucun moment je ne l’ai vu comme une c**** face à ces deux hommes, elle ne joue pas sur deux tableaux, mais n’est pas totalement franche.  Elle m’a fait sourire en première partie, enrager avec ses décisions, ses petits silence, pleurnicher sur la fin.

Je suis passée par toute les émotions possibles et vraiment, je ne m’attendais pas du tout à un tel uppercut.  Je ne sors pas K-O de ma lecture, je sors frustrée. Oui, frustrée car ce roman, je l’ai lu trop vite car je voulais passer à autre chose, car j’avais craint le pire et pour finir … Je suis toute retournée.

Du côté, de l’auteure j’en attendais « beaucoup », car même si j’avais apprécié la première série de Gaia, je n’avais pas eu THE badaboum et, pour le moment le pari est grandement réussi.  J’en veux encore !!!!

En bref des héros jeunes par l’âge, mais « grand » dans la responsabilité … Vivement la suite !

unnamed

Mona, ce type, il faudrait que tu le voies ! Il est … Enfin, tout ça, c’était exceptionnel comparé à d’habitude…

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]

Et puis soudain, tome 1 – Succomber de Laura S. Wild

Alexa Hudson (6).jpg

unnamed

Tu es toute à moi et je suis tout à toi, murmure-t-il en faisant glisser sa bouche sur mon menton.

Oui, oui, ouiiiii je l’avoue : J’ai succombé … en trois phases

Première phase, j’ai succombé …. À un ennuie total !

Amalia Gomes aka Lia qui n’est autre que l’héroïne du roman, m’a rendu chèvre.  Ces nombreuses sautes d’humeur m’ont rendu dingue, voir aussi parano qu’elle ! Amalia, Christopher aka Chris et Matthew aka Matt sont liés à la vie à la mort et l’attachement de Matt et Chris à l’égard de Lia est tellement prenant que celui-ci l’empêche de vivre.  Oui, oui de vivre ! N’ayons pas peur des mots.  Tandis que Matt et Lia participent au vernissage de leur ami, photographe, Chris, Lia va faire la connaissance de Robin.  Pensant avoir affaire à un psychopathe, Lia va tout faire pour le faire fuir.  Mais les coups de foudre étant ce qu’ils sont, elle ne pourra s’empêcher de penser à cet homme venu de nulle part et ayant réveillé en elle des sentiments nouveaux.  Alors pourquoi l’ennui total ? Car, Lia va jouer la contradiction.  Je peux comprendre le tumulte qui fait rage dans son corps, qu’elle n’a pas l’habitude de ressentir tout ça.  Que l’amitié de ces amis lui ait toujours suffit. Mais de vous à moi, je n’avais plus vu une héroïne aussi lourde depuis Kiera.

Seconde phase, j’ai succombé … A une acceptation.

Ne mettant pas fait de l’héroïne une amie, et d’être devenue aussi parano qu’elle.  J’ai suivi sa relation avec une certaine crainte.  J’avais envie que Robin, qui avait amplement mérité son award de grande patience, la secoue pour lui montrer qu’elle pouvait vivre pour Elle, et non plus à travers Chris ou Matt, voir les deux et oublier son honteux secret. Etant donné que j’étais dans une phase d’acceptation, j’ai pu découvrir un peu plus les personnages.  Chris, l’ami-coloc m’avait semblé bizarre, ce côté ultra protecteur cachait en mon sens plus que de l’amitié ou une volonté de (sur)protéger son amie.  En ce qui concerne, Matt, je l’ai directement apprécié. J’aurais pu moi aussi en faire mon meilleur ami pour la vie.  Au vu de notre démarrage difficile, je me suis habituée au moment de doute d’Amelia.  Pas toujours accepté, mais compris.  Je vous ai dit : Je suis devenu aussi parano qu’elle !!! Notre seul point commun : tolérer la petite amie de Chris.  Robin, nous dévoile un peu plus sur sa personne, sa famille, ses ambitions.  Lui a directement capté mon attention mais il ne faut pas oublier que dès le départ, je l’ai pris en pitié au vu des petites humiliations qu’il subit.

Troisième phase : Merdouille

Pensant terminer cette lecture comme elle a commencé, je ne me suis pas rendue compte, que le plaisir s’est insufflé en moi. Attention on reste encore très loin du coup de cœur.  Mais Lia, Matt, Chris et Robin auront réussi leur pari – qui pour moi était perdu d’avance -, de me donner envie de continuer la saga.  Pas seulement, parce que j’aime terminer ce que j’ai commencé, mais la fin est tellement merdouillante que je ne peux en rester là.

Pour conclure, une lecture difficile, une héroïne qui aura pris trop de temps avant de capter comme il se doit mon attention, de menus rebondissements.  Mais qui se termine malgré tout avec une envie de suite !

unnamed

Je veux faire partie de ta vie, moi aussi, et maintenant que je sais à quoi m’en tenir, je serais patient, je te le promets.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]