Alain Lambin et le fantôme au crayon de Jean-Marc Dhainaut

THE (4).jpg

Note à moi-même ne plus jamais lire un roman de Jean-Marc à la nuit tombée autant vous dire que je n’ai pas dormi après avoir lu cette petite nouvelle et pourtant j’étais préparé.  Plus que préparé ! Je savais que la plume de Jean-Marc allait me détruire quelques neurones et pourtant j’ai ouvert mon roman à la nuit tombée.  Cette nouvelle ne fait que 24 pages mais j’ai eu l’impression de lire un tome de plus de 500 pages.  La partie suspense va crescendo, elle est prenante.  J’ai frissonné d’un bout à l’autre.  Si vous n’avez pas vu  » La maison bleue horizon », ce n’est pas grave, car cette nouvelle est le préquel de l’opus.  Donc, no stress.  Pour ma part, j’ai commencé par  » La maison bleue horizon ». Oui, je fais tout comme il faut !! Cette nouvelle relate en détaille les débuts d’Alan et l’enquête autour du petit garçon disparu.  Elle marque d’un sceau paranormal les débuts d’Alan en tant que medium.

Je ne vais pas trop m’étaler car la nouvelle ne fait que 24 pages, donc vous pouvez la lire aisément et découvrir par la même occasion l’univers de Jean-Marc et vous mettre l’eau à la bouche pour la suite des aventures d’Alan le médium.

Que dire de plus si ce n’est  … FONCEZ  en plus de ça la nouvelle est gratuite sur la plateforme de l’Editeur … NO EXCUSE 🙂

Lentement, il leva la tête et glissa les yeux vers le fond de la pièce. comme un pieu qui lui perforait les entrailles son sang se figea dans ses veines lorsqu’il aperçut une silhouette, debout au pied de son lit, le fixant.

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièremet Joël pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

****

THE.jpg

Publicités

La maison bleu horizon de Jean-Marx Dhainaut

THE.jpg

unnamed

Ma 1ere pensée à la fin de ma lecture :  » Je ne lirais plus jamais de fantastique ! ».  Oui , j’en lirais encore même si ce n’est pas mon genre littéraire de prédilection, mais ce roman n’avait rien de fantastique, j’ai eu peur d’un bout à l’autre du roman et malgré ma grosse crainte, j’ai continué à lire cette histoire de fantôme/spiritisme car on se laisse prendre au jeu de l’enquête menée par Alan.

J’ai été transportée du début à la fin ! Soyons honnête, j’ai directement accroché à l’histoire car l’ambiance se passe en 85 – année de ma naissance – et il était intérréssant de découvrir cette année-là au travers du périple d’Alan dans cette famille de la Somme, qui va prendre contact avec le chasseur de fantôme, qui aura la lourde tâche de découvrir si les dires des Anneraux sont véridiques ou nés d’un délire collectif.  L’auteur n’a pas lésiné sur les détails.  J’ai fait mes « petites » recherches google #itsmyfriends. Malgré sa profession et son passé, le personange d’Alan m’a directement plu ! Je me suis demandée de prime-abord, ce qui pousse un individu à excercer une telle activité lucratif, j’ai beaucoup hésité sur sa santé mentale, mais j’ai vite mis de côté mes solliloques pour entrer dans la trame.

Pour en revenir à l’histoire à proprement parlé, tout est fait pour vous faire transpirer durant l’enquête que j’ai suivi d’un oeil vigilant et l’autre divaguant.  Il y a quelques petites longueurs mais pas de quoi vous faire décrocher.

En bref, la plume de Jean-Marc a été destructrice pour mes synapses, une belle surprise frissonnante, que je ne lirais plus le soir tombé !

 

unnamed

Disons que là, elle avait simplement tendu le bâton pour se faire battre.  Elle lui a ouvert une porte, il s’y est glissé.  Il ne faut plus jamais faire ça.  J’ai toujours pensé que ces petits rituels ne servaient à rien certainement pas à appeler des esprits mais ici c’est différent, ils sont déjà là.  Vous comprenez ?