Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

THE (8).jpg

unnamed

Edward Cullen pour aller se rhabiller … Mathias est le vampire combative que toutes demoiselles devraient avoir à ses côtés.  Mais lorsque le vampire nous offre un très bon témoignagne, avec un fond d’humour sur son combat contre la maladie.  Je lève les deux pouces et je mets un 20/10 !

Au travers de cette lecture audio, dont le lecteur n’est autre que Mathias.  On revit l’un des moments forts de la vie du chanteur de Dyonysos : son combat contre la maladie.  Lorsque le mal vous ronge la moëlle osseuse, il  ne vous reste qu’une chose à faire : vous battre contre vous-même.  J’ai apprécié la manière à laquelle, l’auteur nous présente son combat.  Le phrasé second degré, ses petites métaphores étaient un vrai plaisir et pourtant, on ressent qu’au fond ce n’était pas la joie.  Qu’il y avait une crainte chaque jour et que chaque lendemain était un de plus vers la guérisson.

Outre son histoire, les petits interludes musical étaient agréable ! Bon, je vais le dire – écrire -, je ne connaissais pas du tout ce groupe avant cette lecture ! Voilà, c’est dit ! J’ai fait quelques petites recherches, mis un nom sur un visage et j’ai vu ce chanteur différemment, mais dans ma tête il restera le martien à bord du skate bord à moteur qui m’aura fait voyager au travers de son périple.

Embarquement dans 5 … 4 … 3 … 2 … 1  ! A  vous de jouer … Ou d’écouter !

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

Breaking my heart de Alfreda Enwy

Breaking My Heart (HQN) par [Enwy, Alfreda]

Informations :

  • Editeur : Harlequin France
  • Collection : HQN
  • Nombre de pages : 306
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 5 avril 2017
  • Genre : Romance contemporaine
  • Prix : 4.99€

Résumé :

Elle a renoncé à l’amour ; il refuse de renoncer à elle

Professeur d’art à l’université, Conrad enchaîne les aventures sans lendemain. À 32 ans, il est en pleine remise en question : il aimerait trouver sa muse, celle qui rallumera chez lui la flamme créatrice, celle auprès de laquelle il se réveillera chaque matin. Quand il rencontre Samantha, il tombe instantanément sous son charme. Cette femme le subjugue, le fascine, et il devine qu’il lui plaît ; pourquoi s’obstine-t-elle alors à le repousser ?
Depuis ce diagnostic qui a bouleversé sa vie, Samantha n’est plus la même. Si sa maladie l’a forcée à reprendre sa vie en main et à revoir ses priorités, ses cicatrices lui rappellent sans cesse la trahison de son propre corps ; un corps qui est devenu un étranger. Et si elle-même ne parvient pas à s’accepter, comment un homme pourrait-il l’aimer ?

Mon avis

 » Niark, Niark, Niark,… ».  A chaque fois que j’ai lu ce mot, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à un troll, voir Gollum.

Bon ! Ca c’est fait.  Je peux entrer dans le vif du sujet : ma chronique ! Je n’allais pas passer mon temps à pester sur ce mot ! Oui il est bien présent, mais à côté de cela, Alfreda nous offre une belle story.

Quel changement ! Ceci est mon second roman de l’auteure, et bizarrement mon cerveau associe l’auteure à une NAtteeuuzzzz.  Lorsque j’ai commencé cette lecture, j’ai été agréablement surprise de découvrir que les héros étaient un homme et une femme d’une trentaine d’années.  Allions-nous suivre de vrais adultes, où des djeunes ?

Alors, qu’il quitte son cours, Conrad va découvrir sa voiture complètement défoncé sur le parking de l’université, mais coup de chance ou pas, la tamponneuse a laissé ses coordonnées et est prête à régler la facture.  Tandis qu’il s’apprête à retrouver Samantha, Conrad va avoir un coup au cœur et oublier ce qu’il l’a emmené au café au profit d’un souhait tout neuf : Conquérir Samantha.

Comme dis précédemment, ce roman est très très loin de  » Infinite Chaos ».  La trame de fond, est la maladie, plus précisément le cancer qui ronge Samantha dans sa chair.  J’ai trouvé les mots d’Alfreda simple, on n’est pas dans la quête du coup de cœur larmoyant.  On suit les différents combats de Samantha : contre la maladie, personnel et ses sentiments naissants.  Mais que serait une romance sans un killer … Conraaadddddddddddddddddddd ! Rien que ton nom et je fonds ! J’ai trouvé le personnage de Conrad : attachant ou a attaché – dans mon lit -.  Ça fait du bien de retrouver un homme qui s’assume et qui n’a pas peur d’aimer, même pour un laps de temps défini.

A côté de cela, on découvre les  BFF de de nos héros, pour Samantha, il s’agit de la Bohémienne.  Pas de réel interaction avec celle-ci mais elle est présente par le biais de sa correspondance avec Samantha.  Petit bémol sur ce point, j’ai regretté que l’auteure nous offre des échanges de mails sans dates.  Cela nous permets de voir l’évolution de la trame, il n’y a rien  » de plus  » frustrant de lire qu’on s’excuse de ne répondre que maintenant.  Mais QUAND ? 2 jours, 5 jours, ou 10 jours après avoir reçu le courriel ! GGRRRRRRRR !!!  Du côté de Murray,  c’est son BFF de Conrad, Henry. j’ai des vu de dinguuuuuuuuuuuuuueeeeuuhhhhh sur ces deux-là affaire à suivre de très très très près.

Sinon, à part me plaindre – et faire trémousser Alfreda … Ça t’apprendra à utiliser mon nom pour l’un de tes personnages … Tu croyais que je n’allais pas remarquer que la cousine collante était une dédicace, non maiche -.  J’ai apprécié ma lecture, douce, quelques moments papillons dans le bidous, une menu tension dans le chef de Samantha, je ne lui en ai pas trop voulu car je l’ai comprise.

Enfin, agréable moment – encore – avec la plume posée d’Alfreda … Mais s’il te plllaaaiiiiiiiiittttttt donne-nous vite des nouvelles de B & H ❤

Petit instant break, que je recommande … Off course 😉

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Mélanie et NG pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo