La Société, tome 5.5 – Un conte d’auteurs de Angela Behelle

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

J’ai honte ! Vraiment.  Mais qui sont ces personnages ? Qui sont Yann Le Breuil et Emi ? J’ai eu beau chercher dans ma mémoire de poisson rouge, et j’en suis venue à la conclusion qu’il s’agissait de nouveaux personnages.  Sorry, Angela mais je n’ai pas été marquée du sceau Le Breuil !

Enfin … Dans cette nouvelle on découvre la relation parfaite de Yann, auteur à succès de la ME de Peyriac.

Alors qu’il était censé passé un weekend vie de couple, Yann va découvrir coup sur coup, les petites manigances de son agent et plus que tout que sa relation parfaite – du vendredi au lundi – est loin d’être le fleuve tranquille qu’il imaginait.

Si je retire le côté « ou suis-je ? Qui êtes-vous ? » et bien, je me suis un peu ennuyée et ce n’est pas faute d’avoir apporter un rien de suspense dans la quête de Yann à retrouver sa bien-aimée, sans oublier les scènes de plaisirs intense entre nos héros.  Non, j’ai lu cette nouvelle sans plus.  Pas de grandes envolées, pas de marques au fer rouge.  Rien, je n’irais pas jusqu’à dire que j’étais soulagée à la fin, mais j’étais proche de cet état.

Bien-sûr cette petite parenthèse ne remet nullement en doute mon appréciation de l’univers de  » La Société » ou de l’auteure.  C’était juste juste pas pour moi.

Tant pis !

espace réservé au texte (2)

– Où est Émi ?

— Je n’en sais rien. Ça fait des mois qu’on ne l’a pas vue. Elle soutient mon regard avec effronterie. Elle est de son côté, pas du mien.

— Estimes-tu aussi que j’ai déconné ? l’interrogé-je néanmoins.

— Il ne m’appartient pas d’émettre de jugement. Je ne suis qu’un rouage de l’organisation.

— Toi et moi, on se connaît depuis pas mal de temps. Alors, je te le demande en tant qu’ami.

— En tant qu’amie, je te réponds qu’il est utile de se poser de temps en temps les bonnes questions et de se remettre en cause. Le bonheur ne s’acquiert jamais définitivement, Yann. Il se cultive au quotidien.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20190626084612

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

***

T1.5 –  T2T3 T4 T5 

La Société, tome 1.5 – L’Alpha de l’Oméga de Angela Behelle

Alexa Hudson (3).jpg

unnamed

Je pense que nous venons de lui soumettre un défi qu’elle aura à cœur de relever, ne serait-ce que pour oublier un peu le décès tout récent de son mari.

Rhoooo comme cette nouvelle m’a fait du bien.  Comme cette nouvelle a remis mes petits warning en place.  Pourquoi ? Pour la simple et unique raison que je me suis rappelée à mon bon souvenir que je n’ai jamais fini la saga. A l’époque j’avais pris l’excuse d’attendre tous les volumes pour m’y mettre et maintenant je n’ai qu’une hâte retourner dans les coulisses de  » La Société ».  Mais avant, tout cela, rien de tel qu’une petite nouvelle avec nos héros fard : Alexis et Mickaëlla.

Cette nouvelle revient principalement sur les événements passés avant-pendant-et après la rencontre de Alexis et Mick et raconté par notre cher héros.  Quel plaisir de voir- dans ma tête-, de lire les rapports harmonieux entre Alexis et son père, l’évolution des sentiments d’Alexis et l’emprise de Mick sur sa vie.

6 ans après avoir donné vie à  » La Société », Angela nous démontre que cette série n’a pas pris une seule ride.  J’ai encore pris énormément de plaisir à retrouver son beau phrasé.  Malgré ma longue pause, je me rends compte que mon addiction pour  » La Société » ne s’est pas tari, bien au contraire, elle a explosé en moi et je n’ai qu’une hâte : Tout reprendre à zéro !!!!

Enfin, une nouvelle qui réjouira et réveillera de bons vieux souvenirs aux adeptes de  » La Société ».

unnamed

Mickaëlla est mon oasis en plein désert, mon Eden sur terre.  Je ne me sens jamais plus vivant que lorsque je me fonds dans son corps doux et chaud.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

****

T1T2T3T4T5 

La Société, tome 5 – L’inspiration d’Emeraude d’Angela Behelle

Informations :

  • Éditeur : J’ai lu ( pour Elle)
  • Collection : Best
  • Nombre de pages : 281
  • Date de publication livre : 17 juin 2015
  • Date de publication ebook : 17 juin 2015
  • Genre : Romance contemporaine, érotique, groupe secret
  • Prix : 5.49 – 6.90€

Résumé :

Quand le directeur des Éditions Peyriac est insatisfait d’un manuscrit, il n’hésite pas à employer les grands moyens pour insuffler à son auteur une inspiration nouvelle. C’est ainsi qu’Emmanuelle Travel, alias Émeraude pour ceux qui connaissent ses récits coquins, rencontre Yann Le Breuil. Cet écrivain séduisant et talentueux lui servira de guide pour franchir les portes de L’Écarlate, un établissement dont le seul mot d’ordre est le plaisir.
Entre eux, c’est la rencontre entre clarté et ténèbres, l’association improbable de deux plumes affûtées. Mais s’ils prennent un goût inavouable à cette recherche de la jouissance et d’idées neuves, seront-ils prêts à aller au-delà du jeu ?

Mon avis

… Behelle : C’est toujours un succès !

J’ai une fois de plus apprécié ma lecture.  Attention, pas toute ma lecture car au début, j’ai bien cru que j’allais fouetter Emmanuelle dit Angela oups, Émeraude.  Oui, oui ce roman est une autobiographie.  L’espace d’un instant, j’ai oublié que ce roman était une réédition, j’ai eu la sensation qu’Angie me parlait directement.  Voyez-vous dans mes précédentes chroniques, j’ai souvent relevé le fait qu’on accédait pas assez à la Société, mais qu’est-ce que la Société en fin de compte ? Un lieu ? Des personnes ? Voir les deux ? Est-ce que l’un peut vivre, sans l’autre ? C’est comme l’histoire de l’œuf et la poule -> qui revient quelques fois dans l’histoire.  Enfin. Angie, j’ai compris, tu écris des histoires bouillante, car je n’ai pas envie de dire sexuelles, mais surtout tu donnes vie à des personnages, car sans eux ton histoire n’aurait plus lieu d’être et donc autant regarder un film porno, si on ne veut que du sexe … J’AI COMPRIS !!! Je ne me plaindrais plus.  Et c’est vrai, ce roman m’a rappelé que si on veut du sexe à tout bout de champ, sans histoire, sans blabla … Et bien, mate un porno !!! Donc, après cette petite tape, je reprend ma lecture et làààààà PAF ! Je découvre parcimonie qu’Emmanuelle, n’a pas l’air très renseigné sur les pratiques qu’elle décrit dans ces romans !!! GGRRRRRRRRRR !!! Angie, KESAKO ! Mon cerveau qui surchauffe de partout, pense directement à cette « auteure », qui a écrit des romans érotiques « juste pour payer ses factures ».  Et, je me dis :  » Non, Angie ! Qu’est-ce que je t’ai fait ? Emmanuelle, t’as intérêt à te (re)prendre en main, ou je le fais ! ».  Mais Yannnnnnnnnnnn, aka Yanounet – rien que pour moi -, débarque sur son fidèle destrier et arrive à mettre des mots sur mes colères.  Il est juste franc, beau, drôle, et dans le coup.  Lui !

Bon ! Vous l’avez compris, j’ai passé un début de lecture, pas très très cool.  Mais dès que tout s’emboite.  Non, pas comme ça.  Esprit mal tourné !! Et bien, j’ai retrouvé Angie : Il faut savoir marcher, avant de courir !!! J’ai savouré ma lecture, le mystère qui plane autour de la Société est encore bien présent, même si une infime partie de l’histoire se passe à l’Écarlate – puis-je considérer qu’on avance d’un pas VERS/DANS la Société, hihi -> Oui, je ne lâcherais !.

Je ne reviendrais pas sur le personnage d’Emeraude, car on pourrait penser que j’ai une dentier contre elle. Non, loin de moi, mon enfant. Yann Le Breuil, écrivain adulé, par ses pairs/fans n’a jamais caché son penchant pour le plaisir.  On passe trop facilement d’homme à femmes, à homme pour une seule femme.  C’était le but, mais j’aurais aimé plus d’hésitation de sa part.  On retrouve bien-sûr tout nos amis des précédents tomes, à l’exception de Mickaella et Alexis.  Are you OK ?

Je ne vais pas revenir sur la plume magique, qui malgré un bon grincement du dentier, d’Angie.  Et je ne vais retenir qu’une chose : BTF time !!!!

Enfin, petite MAJ de l’auteure, agréable moment et surtout … Surtout : NICE ❤

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Photo

*******

Couverture de La Société, Tome 1 : Qui de nous deux ?

La Société, tome 4 – La gardienne de l’Omega d’Angela Behelle

Informations :

  • Éditeur : J’ai lu (pour Elle)
  • Collection :
  • Nombre de pages : 288
  • Date de publication livre : 3 décembre 2014
  • Date de publication ebook : 3 décembre 2014
  • Genre : Groupe secret, romance contemporaine, erotisme-tique
  • Prix : … – 6.99€

Résumé :

Que peut signifier une réunion extraordinaire au domicile de Paul Peyriac? Qu’est-il de si important qui justifie le retour précipité de Jacques Duivel à Paris? Quelque chose de suffisamment grave pour que le conseil d’administration de la Société fasse appel à celle que l’on surnomme « la gardienne de l’oméga ».
Lou-Anne Mesnil est le bras armé de notre mystérieuse organisation. Discrète, efficace, elle a toujours un coup d’avance et se trouve là où on ne l’attend pas. Personne n’a jamais réussi à franchir les barrières soigneusement érigées autour d’elle… mais il faut croire qu’il y a un début à tout!

Mon avis

Encore un succès !

C’est fou comme un simple détail peut donner naissance à une histoire … Une partie de moi se doutait bien que la Société était géré de manière visible et invisible et la part invisible ne m’avait pas tant intéressée car les héros ont réussi à accaparer une grande partie de mes neurones et cet opus qui met en avant  » La Gardienne de l’Omega », va rétablir les forces en place.

Toute entrée dans la Société est filtrée, analysée par les soins de Mary-Lou.  Jusqu’au jour ou l’on a découvert qu’un concurrent direct se servait auprès des clients de la Société.  Acte qui met en péril la Société et met en exergue l’existence d’une fuite – bien informé – sur celle-ci.

Je me rends compte au fur et à mesure de ma progression au sein de l’histoire qu’il n’y a rien de BDSM.  Oui, les membres de la Société sont des aventuriers du plaisirs charnels, mais à aucun moment il n’est dit nommément que la Société est un club BDSM.  Non, il s’agit juste de membre très select qui s’assume et c’est ce qui me plait.  Outre cela, ce qui m’attache un peu plus à la trame, vient du faite que les parties charnels laissent la place à de petites histoires histoire d’amour.  Ces deux derniers tomes étaient plus à classer dans le genre romance contemporaine.  Rien à voir avec l’idée de l’érotisme.  Oui, dans le sud de notre corps ça chauffe encore – beaucoup -, mais j’ai plus eu de papillons dans le bidon que de fuite.

Donc, je me demande à quel moment on va – vraiment – intégré la Société ? On a vu les boss, on nous a raconté l’histoire de la Société, ainsi que la vie des membres les plus influents.  Dans cet opus on met en avant Mary-Lou la taupe de la Société qui va devoir infiltré « l’ennemi ».  Mais voilàààààààà, je veux retrouver le plaisir du 1er opus… Non, il n’y aura plus de Michaella et Duivel, mais je veux quand même frissonner comme dans le tome.  Gageons que la suite soit à la hauteur de ces prédécesseurs.

Attention, j’insiste sur ce point : Ce tome aussi était bien, la romance est bien présente, blabla … Mais, j’ai vraiment envie d’ENTRER – physiquement – dans la Société.

Affaire à suivre 🙂

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Photo

*****

CHRONIQUE T1 – T2T3

 

La Société, tome 3 – A votre service de Angela Behelle

Informations :

  • Éditeur : J’ai lu ( pour Elle)
  • Collection : xxx
  • Nombre de pages : 257
  • Date de publication livre : 7 mai 2014
  • Date de publication ebook : 7 mai 2014
  • Genre : Groupe secret, érotique, érotisme
  • Prix : … – 6.50€

 

Résumé :

Les jeunes femmes d’aujourd’hui croient-elles encore aux contes de fées ?
C’est peu probable pour ce qui concerne Pascaline Villers.
A vingt-six ans, celle que tout le monde surnomme Cali a cessé de rêver au prince charmant. Elle se contente d’un job pas franchement à la hauteur de ses espérances dans un hôtel parisien poussiéreux et tue le temps comme elle le peut.
Aussi, quand sa meilleure amie, la pétillante et dévergondée Daphné lui propose de la remplacer incognito comme serveuse dans une partie fine donnée par un notable libertin et membre de La Société, elle y voit une excellent occasion de se distraire tout en arrondissant substantiellement sa fin de mois.
Pascaline va alors découvrir à ses dépens qu’on ne badine pas avec les règles strictes de l’organisation secrète et qu’on ne défie pas Alexis Duivel sans en payer chèrement les conséquences.
Acculée par le troublant vice-président de la Société à honorer sa dette et défendre la cause de son amie, la loyale Cali s’attend à tout sauf à trouver beaucoup d’intérêt et de plaisir dans le travail d’un genre très très particulier qui s’impose à elle, et pourtant…

Mon avis

Bizarrement, j’ai trouvé ce tome plus axé sur la romance que sur le plaisir de la chair.  Je m’explique ! Roman classé dans la catégorie érotique on s’attend à (rece)voir quelques coups de fouet, de cintre, blabla … Mais ici l’amour a eu une place prépondérante au sein de la trame.  Pascaline dit Cali, est une jeune fille bien sous tout rapport, ayant une sexualité ‘no tabou’.  Après une nuit de passion, son amie Daphné – membre de la Société -, va lui proposer d’intervertir de leur place afin que Cali puisse « tirer son coup ».  Grossière erreur et manquement au règle de « La Société », Cali va devoir éponger sa dette en devenant la gouvernante de Daniel Sitrange, membre de la Société en mission dans la capitale.  Même si, Alexis * bavouille bavouille * n’est pas très à l’aise avec cet arrangement, c’est le seul qu’il ait trouvé pour punir la curiosité de Cali et les méfaits de Daphné.

 J’ai trouvé les personnages plus construits.  Chacun ayant un but, un objectif.  D’un coté Cali, qui malgré son jeune âge désire rencontrer the prince charmant, et de l’autre Daniel qui va apprendre que l’argent ça ne vous tient pas au chaud dans votre lit. On retrouve bien-sur, Alexis * re-bavouille *, dans le rôle du Président, Michaella reste fidèle à elle-même dans le rôle de la bonne épouse/conseillère de nouvelle recrue.  Même, si je me doute bien que chaque tome, met en avant de nouveaux personnages je n’aurai pas dit non pour quelques informations sur Mina et Peyrac.  Autre personnage marquant dans ses actes, Valdmur, le responsable de l’hôtel ou séjourne Daniel.  Il m’a bien fait rire !

Je ne vais pas m’étendre sur la plume au combien puissante, d’Angie.  Tout est encore subtil, bien écrit.  Jusqu’à présent, j’ai eu l’impression qu’on survolait La Société, et l’erreur de Daphné met en exergue que la routine bien huilée à quelques failles, on aurait pu mieux entrer dans brèche, mettre quelques espions.  Donc, j’attends de voir comment Angie va faire avancer sa troupe, ses pions.  Mais piano, j’ai encore en bouche la saveur de Peyrac !!!

Pour conclure, très bon tome – pour le moment c’est un sans faute – et j’espère que les tomes à venir seront tout aussi succulent et romanesque.  FAITES L’AMOUR, PAS LA GUERRE … DU SLIP ^_^

Résultat de recherche d'images pour "coup de coeur"

Photo

********

 

UN CLIC … UNE CHRONIQUE

T1

T2

La Société, tome 2 – Mission Azerty de Angela Behelle

Informations :

  • Editeur : J’ai lu ( pour Elle)
  • Collection :
  • Nombre de pages : 315
  • Date de publication livre : 22 janvier 2014
  • Date de publication ebook : 22 janvier 2014
  • Genre : Romance contemporaine, suspense, erotique, groupe secret
  • Prix : 6.50€

 

Résumé :

La Société, son réseau souterrain, ses codes, ses membres mystérieux et fortunés… Que savons-nous d’elle exactement ?
En suivant les pas d’une audacieuse journaliste, vous en découvrez un peu plus sur les origines de cette organisation clandestine qui a pourtant pignon sur rue.

En acceptant de travailler pour Paul Peyriac, un éditeur en retraite aussi machiavélique que touchant, la jeune et séduisante Mina va vous entraîner au cœur du système.

Sur le savoureux chemin qui la conduira à s’accomplir pleinement, la demoiselle bénéficie d’un appui de taille.

Qui mieux que Mickaëlla Duivel peut comprendre ce qui lui arrive et lui apporter son aide ?

Dans « Qui de nous deux ? », le premier opus de cette série, vous aviez quitté la jolie veuve d’Henri Valmur à quelques jours de son mariage avec Alexis Duivel, vous la retrouverez un peu ici, dans une autre mission au service de La Société.

Mon avis

J’ai honte ! Je me suis promise de lire chaque mois un tome de cette saga, car après avoir sauté l’étape ‘inadmissible de la relation prof-élève’.  Je me suis laissée embarquer dans un tourbillon de plaisir et de chaleur corporelle ! Heureusement, pour moi depuis ‘ Au bonheur de ces dames’, je sais que je ne dois absolument pas lire un roman d’Angie avant un rendez-vous chez le médecin, il risquerait de me mettre au repos. Oui, oui ma température corporelle est encore montée de quelques centigrades, et on a frôlé la montée des eaux … Je ne précise pas le type d’eau héhé !

Second opus, encore plus vibrant, que le précédent … A ce rythme-là, je vais souffrir d’une combustion spontanée! Angie, calme-toi.

Mina est une jeune étudiante en journalisme et lorsqu’elle décroche un job en tant que secrétaire particulière du grand Editeur Paul Peyrac.  Elle ne s’attendait pas – et moi aussi – à une telle proposition : Tout faire pour ramener le petit-fils au bercail, afin qu’il reprenne les rênes de la maison d’Edition.

Je le dis tout de go : J’ai vraiment gardé l’esprit ouvert dans ce second opus.  Car j’avais imaginé une tout autre romance – en mode Anna Nicole Smith Story -, et je me suis dit Angie va jouer avec nos préjugés, le quand dira-t-on, blabla… Et j’ai voulu me montrer plus forte qu’elle.  En lisant, en savourant le roman ! Et, c’est elle qui m’a prise par surprise.  J’ai ju-bi-lé du début à la fin, en passant par une diagonale et en terminant par un grand 8 de frissons.  Angie, ta plume est sublime, un savant mélange de tout : plaisir, rire, joie, sensualité, suspense, logique, pas d’excès dans le rapport de tes personnages.  Tout est beau subtil, et très très bien écrit.  Je plussoie de tout !

Si vous ne souffrez pas comme moi de la « mémoire de poisson rouge », vous n’êtes pas sans savoir que Peyrac, n’est pas un petit personnage sorti du chapeau d’Angie.  Non, il s’agit d’un membre fondateur de « La Société ».  On découvre au travers de ces récits, son implication, son héritage au sein de La Société et surtout le rôle de sa chère épouse.  Je ne verrais plus les bureaux de la même manière * rougis *.  Philippe, le petit-fils prodigue m’a intrigué au début, ensuite je ne voulais qu’une chose que Mina réussisse, mais j’avais peur pour elle, et pour le rôle qui allait lui incomber après sa mission.  Mais, sometimes, je ferais mieux d’attendre avant de partir dans tous les sens … On parle d’Angie, la plume destructrice de petite culotte à fleur ! NO COMMENT ! Un final .. NO CO-MME-NT !!!

Bien-sûr on retrouve Mickaella, sporadiquement. Qui d’autres qu’elle pour aiguiller au mieux Mina ?   Ces apparitions étaient toujours bien calculé, et toujours aussi fin et sublime.

Et donc, c’est avec un plaisir immense, que je vais me jeter dans le 3eme opus.  Par contre j’espère qu’on en sera plus sur la société.  On connait le but; le fondement, les fillières parrallèles.  Mais je voudrais voyager avec « de petits personnages ».  Les petites fourmilles du réseau.  Croisons les doigts !

Affaire à suivre.

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Photo

*****

UN CLIC … UNE CHRONIQUE