La fille, tome 2 – de l’océan de Alexis Aubenque

Chronique (7).jpg

espace réservé au texte (1)

Je vais vraiment finir par croire que le monstre du Loch Ness existe et qu’il a infesté les eaux de Santa Barbara.

Bien des années après la fille de la plage, on retrouve nos jeunes héros.  Ils ont tous grandis, avancés dans leur vie personnelle et privée.  Jason est devenu, garde-côté, Keith, journaliste et la belle Sandy est rentrée dans les forces de l’ordre. Mais lorsqu’un nouveau drame vient secouer cette paisible ville côtière, le destin de nos jeunes amis sera de nouveau secoué.

Dans ce second voyage aquatique, Jason, va sauver de la noyade une jeune artiste, Vicky Lance, au même moment son ami Keith va suivre le parcours d’une mère-célibataire dans son activité professionnelle : strip-teaseuse.  Du côté de Sandy, la découverte d’un corps au bord d’une falaise va également donner naissance à une grande enquête, mais au fil des pages on découvre le lien tenu entre ces faits divers.  Nos héros ont bien grandis certains sont restés et d’autre comme Nathan se sont envolés pour Los Angeles.

Je dois avouer que j’ai eu un peu mal au démarrage, je ne situais plus qui était qui.  J’avais laissé des ados et paf je me retrouvais avec des adultes.   Mais dès que le train s’est remis sur les rails, ce fut un réel plaisir, le chassé-croisé dans les enquêtes étaient bien ficelés, je ne dirais pas que je suis sortie totalement addict mais il est clair que les drames se jouant dans les eaux – troubles – de Santa Barbara ne m’auront pas laissé de marbre.  Alexis tient le lecture en alerte du début à la fin, chaque mot est agréablement bien posé. #Spoiles

La fin m’a tellement prise par surprise, m’a tellement retourné les synapses que je n’ai pas pu m’empêcher de me demander comment je réagirais dans ce type de situation.  Autant vous dire, que je sors mi-indemne de cette lecture.

Pour conclure un thriller captivant qui plaira aux lecteurs.trices de la première heure !!!

#ALire

espace réservé au texte (2)

m

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia et Jessica pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

****

Alexa Hudson (2)

MacCoy, tome 2 – L’Ours et le Taureau de Alexiane Thill

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

On ne gouverne pas avec son coeur, mais avec sa raison, tenté-je de me répéter.

Vous ai-je déjà dit à quel point cette lecture m’a transporté… Etant donné qu’il s’agit d’un second opus, en mon sens on peut belle et bien parler d’une série que j’espère aussi longue que les Nora Roberts!

Que se passe-t-il de bon dans les Highlands de l’Ecosse moderne ? ÉNORMÉMENT de choses, et je ne sais par laquelle commencer sans spoiles, navré sans divulgâcher votre attente ou votre plaisir et mettre tout en oeuvre pour attiser votre curiosité ! Donc si vous avez lu le précédent tome, je vais essayer pour vous d’être le plus vague possible pour ajouter de l’acide sur votre attente et pour les autres vous risquez de ne pas comprendre mon charabia !

Deux mois après la grande révélation, Ed’ a décidé d’endosser son rôle au sein de son clan, bien que vivant recluse parmi les siens, Ed’ n’a pas oublié la traîtrise dont elle fut la victime et pour mettre un terme à ce supplice, elle va accepter l’offre d’alliance temporaire des ennemis des MacCoy.  Mais avant même de mettre en place son plan, son tuteur va venir s’installer dans son domaine, pour lui rappeler que malgré son rôle de cheffe elle reste sa pupille et qu’il lui ai donc impossible de porter atteinte à sa personne et de faire tout ce qui lui dit, comme d’épouser le fils du Duc d’Argyll.

L’histoire commence directement après la découverte de Ed’, elle apprend son rôle de  » je rase les murs et évite mes sujets », autant j’ai eu envie de la secouer autant je comprends sa position. Débarquer après son père, le poids de la double trahison sur ses épaules, tenter de se faire respecter … A juste 24 ans on lui en demande beaucoup dans un timing fort serré ! Elle va se battre contre elle, contre les autres et plus que tout contre ses sentiments à l’égard de Caleb.  En ce qui concerne Caleb, on en apprend un peu plus sur lui et ses lourds secrets, je suis tombée un rien plus gaga de ce personnage.  Il reste une force brute, même avec sa petite armée qui m’a une fois de plus saisi et scotché. Bien que mettant principalement en scène deux clans, on retrouve les héros de la première heure, ceux qui ont donné naissance à cette histoire.  Caleb se dévoile, ses démons sont derrière lui.  J’avais déjà eu quelques attachements à son encontre et ce second opus m’a réconforté sur le petit Ours qu’il est.  Phèdre est définitivement la star du roman elle le porte à bout de bras, son évolution est en totale adéquation avec la jeune meurtri qu’elle est. La Garde des MacCoy se fait encore remarquer.  On découvre un peu plus le clan de Phèdre, j’ai encore quelques doutes sur Callum, j’espère que les tomes – oui oui LES tomes – suivants seront me rassurer ou confirmer ma parano à son encontre.  Oui, j’aime ça me torturer les neurones !

Une fois de plus Alexiane a respecté l’ambiance d’une romance historique, je dirais même : aucune fausse note de ce côté-là tu peux dormir sur tes deux oreilles – je ne sais pas comment tu vas réellement concrétiser cet exploit, mais tu comprends l’idée -, j’ai encore été transportée, captivée et ai été culbutée par le plaisir.  Again, Miss ♥♥♥

Pour conclure … Un second opus tout en plaisir, suspense qui fera plus que plaisir aux lecteurs.trices de la première heure !!!

Et le mot de la fin… Qui crée un doute suspensif

Je ne peux pas concevoir que Phèdre disparaisse avant moi.  C’est grâce à elle que mon monde continue de tourner.  Elle a redonné un sens à mon existence.  Désormais, je vis pour elle.

espace réservé au texte (2)

 – Ne me regarde pas comme ça, murmuré-je.

Mes yeux sont explosés, striés de veinules rouge sang.  Gonflés comme si j’avais pleuré.  Mais je ne sais plus ce que c’est… Je ne sais plus comment faire.

Ai-je encore des larmes?  Moi, le chef MacCoy?  Ai-je encore le droit d’en verser?

–  Ne me regarde pas comme ça… J’ai fait ce que j’ai pu.  Je ne suis pas un héros.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

17634777_281977598917282_875285973353994815_n[1]

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texteEspace réservé au texte (1)

Pendergast, tome 14 – Tempête blanche de Preston & Child

Espace réservé au texte (9).jpg

espace réservé au texte (1)

Je pense sincèrement que mon fusible horreur a déraillé car voyez-vous, je suis la Présidente du comité des peureuse, et avant même de commencer ma lecture je savais que j’allais lire que d’un oeil, sauter quelques paragraphes mais il faut savoir vaincre ses peurs et  » Tempête blanche », m’a fait frissonner juste comme il fallait.

J’ai directement accroché à l’histoire, Corry, jeune étudiante qui doit présenter sa thèse va vouloir étudier le cas de prospecteurs retrouvés mort et enterré dans le cimetière de Roaring Fork. Mais sitôt arrivé, Corrie va recevoir un refus d’investigation, qu’elle va contourner et qui l’obligera à appeler à l’aide l’inspecteur Pendergast pour l’aider à se dépêtre des autorités locales et de la matrone de la ville, Betty Brown Kermode et plus que tout pour découvrir ce qui s’est réellement passé dans ce petit coin reclus de la civilisation.

Bien qu’étant captivante, je n’ai pas lu le roman d’une traite, j’ai fait quelques pauses lorsque je ressentais que la trame commençait à s’étirer et ne voulant perdre mon plaisir je me mettais en pause. 4 en tout, c’est pas la mer à boire ! Au fil des pages, j’ai découvert un inspecteur avec de l’expérience, du bagou qui a su être à la proue du chassé-croisé dans enquêtes. Corrie qui est à l’origine de l’histoire m’a directement plu, je ne l’ai pas trouvé agaçante, elle a du mordant. On découvre des personnages annexe : le chef de police et le clan Kermode et l’invité de marque Sherlock Holmes.

Je ne connaissais pas du tout ce duo d’auteur et après cette lecture, la première chose que j’ai fait, a été de recherches des livres audio sur leur bibliographie et plus particulièrement sur l’inspecteur Pendergast.

Pour conclure, très bon thriller mélangeant passé et présent, des personnages captivants, un Inspecteur attrayant et une plume qui vous garde en haleine du début à la fin !

espace réservé au texte (2)

… Oups ! J’ai comme qui dirait oublié de trouver un extrait marquant :/

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092936

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

588px-Logo_J'ai_lu_2016[1]

3469900_orig[1]

Sex doll de Danielle Thiéry

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Chaque chose en sont temps !  Avant de me lancer dans cette lecture, je dois dire que j’ai été plus qu’attirée par la couverture sexy sans être vulgaire ou lourde, second point qui a attiré mon attention : l’auteure.  Depuis quelques temps je fais une fixette sur cette auteure et tant qu’à faire entre les rééditions et la nouveauté, cela me permettrait de voir comment sa plume à évoluer.

Je dois avouer que j’ai pris du temps à entrer dans l’histoire car j’ai eu cette sensation qu’il me manquait des morceaux du puzzle du passé de l’enquêtrice Marion.

Alors qu’elle doit enquêter sur une série de meurtres ou le tueur s’amuse à laisser des indices auprès des proches de Marion, au même moment dans un club privé proposant des prostituées siliconés, une poupée est retrouvée totalement ravagé.  Ce qui ne devait être que deux enquêtes opposées vont vite trouver un point commun : Doctor X.

La trame démarre sur les chapeaux de roues, on ne se situe pas bien, l’auteure crée une situation de malaise et fait tout doucement retomber la pression ou la laisse sous-jacente, ce qui était mon cas.  On suit deux enquêtes en parallèle, et il faudra attendre le cœur de l’histoire pour retrouver le turbo, les frissons, et la psychologie folle de la trame.

Bien qu’ayant trouvé quelques petites longueurs et n’ayant pas saisi tous les rapports entre Marion et la face suspense – oui je dois retourner faire un petit tour du côté de la bibliographie de l’auteure -, il était intéressant de lire son approche psychologique autour de la prostitution. Attention rien de redondant une simple approche basique de la chose.

On découvre les collègues de Marion, ses proches.  De nouveau de leur côté, j’ai eu cette sensation qu’il me manquait quelques éléments sur eux pour être totalement dans l’ambiance.

Pour un second roman de l’auteure, je ressors mi-figue, mi-raisin. Bien que les enquêtes étaient bien détaillés bien accrochantes, cette sensation de manque d’information m’a un peu déstabilisé : Je dois absolument compléter le tableau Marion and co !

Pour conclure, une enquête atypique, une totale découverte pour moi et qui ravivera surement les fans de la première heure… Pour ma part, je me lance dans une autre enquête : alourdir ma PAL !

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Gilles Paris pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

Killing Kate de Alex Lake

Espace réservé au texte (4).jpg

espace réservé au texte (1)

Avant-Propos : Après cette lecture, j’ai été vérifier que personne dans mon village ne me ressemblait !

WAOUW quel suspense, rien que d’écrire ces mots je revis toute l’histoire de Kate Armstrong.

Elle en est sûre, la prochaine victime ça sera elle et pour cause, toutes les victimes ont un point commun : leur ressemblance. Et lorsqu’elle sera agressée à son tour, le doute ne sera plus permis, Kate est la prochaine victime du serial killer qui sévit dans les rues Stockton Heath.

Cette lecture m’a directement captivé et pourtant je ne suis pas une mordue de thriller, mais l’histoire de Kate est tellement bien ficelée que n’importe qui aurait pu endosser son rôle, n’importe qui sauf moi ! Présidente du comité des peureuses. On se trouve toujours un air de ressemble à un autre individu, mais ici le doute n’était pas permis et plus que tout la question était de savoir pourquoi toutes ses femmes n’ayant aucun lien personnel étaient retrouvées mortes. J’ai savouré chaque page, le suspense va crescendo, d’un côté on suit l’enquête et de l’autre on suit le combat de Kate à vouloir rester en vie et à vivre normalement. Mon coeur a eu quelques ratés et je voyais ces pages s’amenuiser et le point final qui ne pointait pas le bout de son nez, oui la plume de l’auteure nous tient en haleine jusqu’au bout, j’ai bien cru mourir.  Alex m’a offert un moment haletant et plaisant.  Avec le recul, je n’aurais pas dit à quelques chapitres supplémentaires, histoire de tester ma résistance à la lecture à un oeil !

Pour conclure, une très belle surprise, un thriller palpitant avec des personnages captivants qui attirera les adeptes du genre !

espace réservé au texte (2)

Sitôt qu’elle passait devant un recoin sombre, elle en scrutait les profondeurs pour s’assurer qu’aucune voiture n’ensortirait. Il n’y en eut pas. Elle se gara devant la maison. Heureusement, la place face à sa porte d’entrée était libre, aussi n’eut-elle pas besoin de marcher. Elle ouvrit la porte et fut dans l’entrée. Et se rendit compte que quelqu’un l’observait. Elle ne savait pas d’où lui venait cette certitude, mais cela ne faisait aucun doute. Elle avait lu quelque part que la sensation d’être observée provenait du fait que votre inconscient percevait des indices qui échappaient à votre conscient. Ça ressemblait à un sixième sens, une capacité paranormale ou télépathique, mais il n’en était rien. L’esprit appréhendait simplement une quantité d’informations beaucoup trop importante à gérer à un niveau conscient, et quand cette information était de l’ordre de la menace, elle se faisait connaître en produisant un picotement sur la nuque qui disait : Tu n’es pas toute seule.

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

588px-Logo_J'ai_lu_2016[1].png

3469900_orig[1]

Comme toi de Lisa Jewell

Espace réservé au texte (10).jpg

espace réservé au texte (1)

Ton aura est tellement effacée que je n’arrive pas à en voir les nuances, Laurel.

Vous connaissez ces romans qui avant même d’être lu, vont vous retourner les synapses ? Et bien, ce thriller m’a totalement chamboulé.

10 ans après la disparition de sa fille, Ellie, Laurel n’a pas oublié.  Comment demandé à une mère d’oublier dont la fille a été enlevée, retrouvée morte bien des mois plus tard et pour lequel le/la/les coupable(s) n’a/n’ont pas été arrêté(s) d’oublier et ce n’est pas l’apparition de Floyd, et de sa jeune fille, Poppy qui ressemble étrangement à Ellie qui va l’aider à panser ses peines.

L’histoire suit un fil conducteur mélangeant passé et présent dont le suspense qui monte crescendo m’a totalement captivé, elle ne souffre d’aucune redondance et je n’ai eu qu’une hâte en connaitre l’issue et mettre un terme à mes suppositions.  Le personnage de Laurel force le respect,  je ne pense pas que mon petit coeur de maman aurait pu rester calme face à une telle apparition.  J’ai apprécié le fait que chaque protagoniste ait voix au chapitre.  C’est sur l’histoire de Lisa m’a marqué au fer rouge !!!

Pour conclure une histoire palpitante, des personnages aux milles et une facette et un suspense attrayant !!! A LIRE ^^

espace réservé au texte (2)

Laurel croise le regard de sa fille en allant s’asseoir.  Elle lui sourit.  Hanna lui fait un clin d’oeil et lui envoie un baiser.  Sa magnifique fille.  Sa fille chérie.  Laurel attrape le baiser et le porte à son coeur.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Stephanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Logo_Milady[1]

3469900_orig[1]

Les fantômes du passé, tome 1 – Amnésie de Cambria Herbert

Alexa Hudson (8).jpg

unnamed

Tu es convaincu qu’une légende entoure ce lac, hein ? me demande Eddie, en ouvrant la boîte contenant les beignets.

Avant de me lancer dans cette lecture, je savais par avance que la trame allait me plaire. Non, pas seulement pour une question d’auteur ou d’Editeur, mais pour l’ensemble :  Une couverture attrayante, un titre interrogatif, une auteure que j’avais découvert dans un tout autre registre et que j’ai eu l’impression de découvrir pour la première fois avec l’histoire d’Amnésie.  Cette jeune demoiselle retrouvé sur le bord du lac par Eddie.  Cette jeune demoiselle qui a tout oublié d’elle et qui se rend compte au fil des jours qu’elle ne s’est pas retrouvé là par hasard, que le mal la guette et qu’elle ne trouvera de réponse qu’auprès de ce mal.

Même si Amnésie est plus que bien entouré par ses nouveaux amis, Mary Beth, Ellen et Eddie.  Elle aurait pu faire l’histoire, à elle toute seule.  La présence d’Eddie est indispensable car il l’a sauvé.  Il garde sa place d’ami et de protecteur.  J’ai ressenti la naissance de sentiments, mais tout cela m’était secondaire.  Je voulais savoir comment tout cela allait se terminer et surtout comment tout cela avait commencer.

Le suspense va crescendo, je dois dire qu’au vu du démarrage pour moi tout le monde était suspect.  Je me suis fait un  » qui est-ce? » version lecture, j’ai éliminé ma menace au profit d’une autre menace : l’inconnu qui m’a tenu en haleine.  Sans oublier l’intrigue née autour du lac.

L’histoire est belle et triste en même temps. J’ai vraiment pris « mon pied » et j’attends avec impatience la suite.

unnamed

Quoi que tu découvres, cela n’aura pas d’importance.  Tu es à moi pour toujours.

Je tiens encore à remercier NetGalleyFrance, l’Éditeur et plus particulièrement Joanna pour l’envoi de ce Service-Presse

285693-332592c35f4e44a4a5e4be7ec1234e46[1].png

3469900_orig[1]

Passionnels rendez-vous, partie 1 de Beth Kery

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Elle s’apprêtait à pénétrer dans la demeure de Dylan Fall.

Bon, je ne sais pas dans quel pot classé cette lecture : romantic suspense suite à l’agresseur ou soft erotic.  Sur ce point je me tâte encore et je laisse le soin au second volume de m’aiguiller sur ce point.

Pour ce qui est de l’histoire à proprement parlé, celle-ci fut assez agréable.  Malgré son statut d’enfant de Little Paradise, Alice n’a eu qu’un objectif dans sa vie : tirer son épingle du jeu.  Lorsqu’elle rejoint le camp Durand pour parfaire ses connaissances et éventuellement intégrer les rangs de la boite, elle était très loin de se douter qu’en plus d’encadrer une bande de jeunes à difficultés elle allait à la nuit tombée rejoindre le lit de son boss, l’énigmatique Dylan Fall.

Dans cette première partie, Beth nous fait découvrir les principaux personnages : Alice, Dylan.  Les membres du camps, Tory, Dave et Kuvi ainsi que le collègue de Dylan, Sebastian.  On ressent l’importance de chaque personnage.  Mais celui qui aura attiré mon attention, est sans contexte Sebastian, j’ai hâte de voir comment il va évoluer au sein de la trame.

Outre la romance, le passé commun entre Alice et Dylan, nous avons droit à un petit moment de suspense qui mérite d’être développé dans le prochain volume.

Je ne dirais pas que je suis en amour face à la plume de Beth, mais elle a toujours su capter mon attention comme il fallait.  Un juste dosage, entre plaisir, sexualité, intrigue, et addiction.  Mais j’en attends encore pas mal de cette série.

Pour conclure, très bon démarrage, qui mérite un bon développement que cela soit du point de vue de l’intrigue, des personnages, et du plaisir.

Affaire à suivre !!!

unnamed

Elle se tourna vers lui.  Il l’observait fixement.  Une étrange sensation l’envahit, comme une porte qui s’ouvrait dans sa poitrine.  Elle avait l’envie absurde et étonnamment forte de se noyer plus profondément dans ses yeux noirs et brillants… de sentir ses bras se refermer autour d’elle.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Companyof Killers, tome 1 – A la recherche de Sarai de J.A Redmerski

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Je suis prise au piège dans les bras d’un tueur impitoyable, mais c’est là que je veux être.

En un mot : Une tuerie … En quatre : Ou est la suite ? Très belle surprise, une trame dramatique, sur fond de dark romance : Sarai et Victor m’ont captivé !

9 ans.  9 ans que Sarai, vit enfermé dans la tour dorée du trafiquant Javier, jusqu’au jour ou un américain, va venir s’entretenir avec celui-ci.  Sarai, y verra une porte de sortie, sa porte de sortie vers la liberté, et (re)trouver sa vie d’avant.  Ce que Sarai, n’avait pas imaginé c’est que son sauveur n’a rien du prince charmant et a tout l’attirail du parfait tueur en série.

Dès le départ, on entre dans le vif du sujet.  Sarai était une enfant, lorsqu’elle fut vendue au trafiquant, Javier.  Elle a très vite compris que pour survivre, elle devait se plier aux exigences de son bourreau.  Malgré sa captivité, Sarai ne perdra jamais de vue son objectif : fuir.  Même si elle se doute que l’Américain, n’est pas tendre – de part ses liens avec Javier -, elle ne pourra passer à côté de sa chance et va vite découvrir que son nouvel allié, est un tueur à gage.

Victor.  Victor. Victor.  Ce personnage a directement capté mon attention.  Son côté sombre, méchant, taciturne qui n’en touche pas une et pourtant, me l’ont rendu séduisant.  Oui, oui il n’y a que dans les films et les dark romance qu’on est atteinte du syndrome de Stockholm.  Mais j’assume complètement mon envoûtement pour Victor.  Sarai est une femme, non pas une jeune femme ou fille, car elle a grandi trop vite.  Elle est forte, elle a du caractère, du bagou et même dans la misère de sa vie et des obstacles elle arrive à garder la tête hors de l’eau et à trouver ses priorités.  Je ne lui ai pas trouvé un seul défaut, j’ai craint pour elle, mais à aucun moment, je n’ai eu de doutes sur sa force physique et mentale de tueuse.

Je ne vais pas trop revenir sur la trame, J.A nous offre une belle histoire sur fond de dark romance.  L’évolution des personnages est très bien faite.  Un vrai mélange de plaisir, de stress, d’addiction et de AGAIN !

Vivement le second opus et découvrir … Izabel !

unnamed

Je n’aurais jamais cru me trouver un jour dans la position de ces pauvres filles que l’on voit dans les films d’horreur, celles qui se réfugient en courant dans une maison où les attend un plus grand danger que celui qu’elles fuient, ou qui trébuchent en s’enfuyant dans les bois.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

Âme obscure, tome 1 de Aleksandr Voinov

Alexa Hudson.jpg

unnamed

L’initiative te revient.  Fais-en bon usage.

Un volume ? De plaisir ? Ou bien de torture ?   Je craque ! Je n’ai rien compris au moment où j’atteignais le point culminant de l’implosion ma lecture toucha à sa fin.  Donc autant vous dire que je suis UL-TRA frustrée.

Italie.  Alors qu’il attend son tour, pour dire au revoir au Vieux bouc, Stefano Marino, – mafieux de la branche new-yorkaise -, va voir ses sentiments de mâle troublé par l’arrivée de Silvio Spadaro, le second et héritier de Gianbattista Falchi, autre roi de la pègre italienne.  Malgré, ce trouble, Stefano ne peut oublier ces obligations et la guerre de territoire qu’il doit mener contre les Russes et pour arriver au bout de cette lutte – et garder intact sa réputation et celle de ces aïeuls -, il va solliciter l’aide de Battista et se faire aider de Silvio.

Même si un jour, j’y avais pensé – c’est une manière d’entamer la conversation-, jamais je n’aurais cru lire un roman M/M sur fond de mafia.  Le côté ultra macho, ne peut laisser de place à cette orientation sexuelle, sauf pour terminer en tant que chèvre.  L’auteur aborde la relation de Silvio et Battista, tout doucement, la différence d’âge entre les héros ne m’a pas dérangé.  Jusqu’au moment où j’ai découvert le terme d’éphébophile.  En ce qui concerne, Silvio, il n’a aucun souci avec son orientation sexuelle, car il a réussi à se faire respecter et craindre en tant qu’homme par ses semblables.  Ce qui oblige les mauvaises langues à le laisser tranquille.  De son côté Stefano, est en pleine dualité entre ce qu’il connait – en temps qu’époux – et ce qu’il découvre de lui.  On gratte encore l’iceberg, mais je garde bon espoir pour la suite.

Heureusement, pour mes nerfs – LOL -, il y a une intrigue autour des mafias italienne et russe.  Une première ébauche qui mérite d’être développée afin de donner une petite touch supplémentaire dans la relation de nos héros.  Par contre, j’ai quand même eu un petit coup à mon « mafiaDream ».  Je les pensais plus résistants – aux coups – les mafieux. Tant pis.

En(fin), premier volume plus que captivant.  J’espère que la suite me permettra de faire exploser mon ballon de baudruche, car lààààààààààààààààà je suffoque !!!!!

unnamed

Spadaro lui tenait toujours la main et Stefano se rendit compte qu’il commençait à transpirer.  Ce n’était pas de la peur.  Mais cet homme était tellement intense.  Il n’était pas bizarre ni fou.  C’était un jeu mental, une guerre psychologique.  Le métier de tueur.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïween pour l’envoi de ce Service-Presse

6C4wiiS4_400x400[1]

3469900_orig[1]