The Shakespeare Sisters, tome 2 – A la grâce de l’automne de Carrie Elks

Espace réservé au texte (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Fraîchement séparé de son richissime mari, Juliet doit patienter une année durant avant d’officialiser son divorce.  En attendant cette délivrance, elle se consacre à 100% à sa fille, Poppy et à son commerce de fleurs.  Se pensant à l’abri de tout sentiment amoureux, le coeur de Juliet ne pourra résister longtemps, à son cher et nouveau voisin, Ryan revenu dans sa ville natale, avec son fils.

Autant j’avais apprécié l’histoire de Cesca et Sam, autant ce second opus, est un level plus haut.  Des héros plus mature et surtout des héros a qui l’ont offre une seconde chance.  Outre nos héros, les petites stars du roman sont les enfants de Juliet et Ryan, car sans eux le roman n’aurait pas eu un tel démarrage et nos héros n’auraient pas aussi bien accroché !

Même si le personnage de Juliet m’a plu, j’ai pas mal pesté dans ses (in)actions à l’égard de son ex-mari.  Elle était trop calme et lui méritait quelques claques, inexcusable. Ryan l’enfant de la ville est de retour avec un fils et une vie de famille atypique et assumée. Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur leur anciennes vies.  Les soeurs Shakespeare sont encore bien présentes avec leurs lots de mystère et bonne nouvelle.

Une fois de plus, l’auteure ne met nullement en avant les rapports intimes entre ces protagonistes on reste dans le sphère du rapport humain et tout cela est fort agréable, j’ai pris le temps de voir les héros sur toutes les coutures et les parties de plaisir étaient un plus mais assez secondaires dans mon cas, il aurait pu ne pas y en avoir que cela ne m’aurait pas manqué !

Pour conclure, une deuxième lecture aussi fraîche que la précédente, des personnages attrayants avec une bonne dose de romance.

espace réservé au texte (2)

Il y les gens qui se dirigent vers un endroit meilleur et ceux qui le fuient.

Le Barman

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia/Célia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texte (6)

Publicités

The Shakespeare Sisters, tome 1 – Les promesses de l’été de Carrie Elks

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Et la promesse d’un agréable moment de lecture ! Si vous recherchez une histoire made in plaisir de la chair du début à la fin passé votre chemin.  Par contre, si vous êtes à la recherche d’une histoire, avec une petite trame, des personnages touchants, sensibles à qui l’on offre une seconde chance … de s’expliquer sous le soleil de Côme : cette histoire … et je dirais même cette saga est faite pour vous !

Après les filles du docteur March, place aux soeurs Shakespeare, pour le moment nous ne pouvons jurer du lien de parenté entre le poète et les demoiselles, mais pour ce qui est de l’amour des mots, je peux jurer du lien entre Cesca et le dramaturge.

Lac de Côme.  Ne s’étant toujours pas remis du soufflet artistique subi, à la représentation gâché de sa première pièce de théâtre, Cesca vit de petit boulot en petit boulot, jusqu’au jour ou son oncle Hugh, va lui proposer un poste de domestique dans une maison près du Lac de Côme, une manière de se ressourcer et de retrouver le goût de l’écriture.  Tout cela aurait pu être possible, avant l’arrivée inopinée de Sam Carlton, le même Sam Carlton qui bien des années auparavant à planté Cesca et son bébé artistique.

Pour ce qui est de la trame, j’ai vraiment tout apprécié, le texte est juste, aucune redondance, je me suis retrouvée face à des personnages sans langues de bois, je m’attendais à un scénario tiré en longueurs, mais les bases sont clairs entre les personnages, pas de faux-semblants ni de fausses notes, tout cela permet à l’histoire d’avancer.

Je ne peux pas retourner en arrière pour me rattraper, mais je peux me battre pour toi.  Je ferai tout mon possible pour te montrer à quel point je tiens à toi.  J’ai failli tout perdre tellement j’avais peur d’être moi-même avec toi.  A l’avenir, je veillerai à ne pas tout gâcher.  Dis-moi que tu me pardonnes.

Bouhhhhh, comment voulez-vous rester de marbre avec une telle déclaration ?

Malgré sa défection et son rôle de méchant, je n’ai eu aucune grief à l’encontre de Sam Carlton, j’ai voulu connaitre ce personnage et la raison de son départ précipité bien des années auparavant.  Je ne dirais pas que je suis tombée amoureuse, mais il entre facilement dans la catégorie #GendreIdéal.  Tout comme, Sam, le personnage de Cesca est attirant, je m’attendais à pas mal de larmoyant de son côté et elle a su me plaire.  On découvre bien entendu au travers de petit moment skype, la famille Shakespaere : Lucy, l’aînée, Juliet la seconde, Cesca et Kitty la benjamine.  Bien que vivant sur des fuseaux horaires différents, les soeurs restent très soudés et en contact.  Du côté des Carlton – veuillez m’excuser ce petit interlude, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser au Prince de Bel-Air, voilà je partage l’info -, nous avons une famille sous pression avec quelques casseroles et deux agréables petites soeurs pour Sam.

Je dois avouer que je ne connaissais pas du tout, l’auteure aucun  bruit de couloir ne met parvenu, c’était la grande inconnue et je ressors de cette lecture totalement captivée et dans l’attente de ces prochains romans.

Pour conclure une très belle histoire, un très bon démarrage, une belle découverte et du plaisir.

espace réservé au texte (2)

Je ne supporte pas de te regarder sans pouvoir te toucher.  Ni d’entendre ta voix lorsque tu t’adresses à quelqu’un d’autre qu’à moi.  Je ne supporte pas de te voir rire si ce n’est pas moi qui te rends joyeuse. Je n’en peux plus, Cesca.  Ca me tue, conclut-il dans un murmure.

Sam Carlton

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]


3469900_orig[1]