Follow me back de A.V Geiger

Informations :

  • Editeur : Robert Laffont
  • Collection : R
  • Nombre de pages : 360
  • Date de publication livre : 8 juin 2017
  • Date de publication ebook : 8 juin 2017
  • Genre : YA, Web Story
  • Prix : 11.99 – 17€

Résumé :

Follow me. Love me. Hate me.
#EricThornObsessed
Agoraphobe, Tessa Hart ne parle à presque personne au quotidien, exception faite des réseaux sociaux où elle nourrit sa passion pour Eric Thorn, le prodige pop-rock de sa génération. Prenez-la pour une folle si vous voulez, mais il est le seul qui semble la comprendre, alors même qu’ils ne se sont jamais rencontrés…
Pris au piège entre son contrat et des fans envahissants au point de lui faire craindre pour sa vie, Eric se crée un faux compte Twitter pour troller l’un de ses plus gros followers, @Tessa♥Eric. Au lieu de ça, la relation qu’ils tissent sur Twitter dépasse vite tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Et lorsque les deux se donnent rendez-vous dans la vraie vie, ce qui aurait pu être la plus belle rencontre de tout les temps vire au cauchemar…

Mon avis

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Certes le roman a eu une très bonne pub, mais vraiment je nageais dans un flou total, malgré cela, j’ai pris un réél plaisir à suivre l’histoire de Tessa et Eric.

N’étant pas une fana de la twitosphère, – j’y vais une fois, voir 3 fois par jour pour suivre quelques statuts- , mais après une telle lecture, je me rends compte qu’il y a de la vie dans la twitosphère.  Tessa, est une jeune demoiselle qui va devoir mettre sa vie scolaire entre parenthèse, car elle souffre d’agoraphobie.  Son seul contact avec le monde extérieur, si on peut parler de contact, se fait par le biais des nombreux tweets et follow qu’elle a récolté à la suite de la publication de sa fanfiction avec le chanteur en vogue : Eric Thorn.  Ne supportant que très moyennement l’hystérie de ces fans, Eric doit en plus faire face à cette fanfiction et au meurtre d’un autre chanteur.  Ne se sentant pas écouté pour son talent, Eric va se créer un profil bis au travers duquel il va pouvoir être lui, mais qui mieux que sa meilleur fan pour endosser le rôle de tampon ?

Petit roman issue de la hotte Wattpad, A.V a su donner une note de second degré à l’adresse de 1) toutes ses fanfictions qui pullulent sur le net; 2) l’hystérie des fans; 3) l’importance des réseaux sociaux sur les rapports humains.  J’ai beaucoup apprécié le rapport du Eric normal qui ne se fait pas du tout ovationner et la publication tablette de chocolat qui elle fait exploser les #RT.  Je ne suis pas une adepte du genre, mais je me suis laissée prendre au jeu car je voulais savoir comment tout cela allait se terminer, et puis soyons honnête, le début du roman m’a interpellé, cet interrogatoire de police, le sujet abordé durant ces entretiens, ne pas savoir ce qui est arrivé aux protagonistes ne pouvait que me mettre à l’aise et titiller comme il se doit ma curiosité.

Les personnages.  Eric était au top, dans ses différents rôles.  Tessa – sérieux encore ce prénom !!!???? -, tout comme Eric, m’a directement plu, dommage qu’on n’ait pas eu droit à quelques extraits de sa fanfiction ! Mais bon, son amour pour Thor était plus que suffisant.  Outre, nos héros, ont découvre #MET, je ne savais vraiment pas sur quel pied danser avec elle, elle m’a mise mal à l’aise et a éveillé ma curiosité, les enquêteurs, le staff d’Eric et la mère de Tessa.

L’histoire est très bien écrite, aucune redondance, un texte soutenu toujours dans l’action.  Je n’ai vraiment pas eu l’impression de suivre une Teenagers, une fan oui, mais encore sur ce point, on n’était pas dans l’excès. OUF !!!

En bref, très bon démarrage … Car oui la fin était tellement surprenante, j’ai dû relire le chapitre au moins 2 fois pour être sur d’avoir compris ce sursaut … Maintenant, il ne me reste plus qu’à attendre la suite !!!

img_5150

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

 

 

 

Toi + Moi + Lui de Tijan

Informations :

  • Éditeur : Hugo & Cie
  • Collection : New Way
  • Nombre de pages : 430
  • Date de publication livre : 11 mai 2017
  • Date de publication ebook : 11 mai 2017
  • Genre : YA, romance contemporaine
  • Prix : 9.99 – 17€

Résumé :

Summer Stolz est amoureuse de Kevin Matthews depuis le collège. Qui ne le serait pas ? Toutes les filles du campus en sont folles, et il reste rarement célibataire très longtemps…

Alors, quand une liaison naît entre leurs père et mère respectifs, et que Summer se retrouve en cohabitation avec son coup de coeur 24 heures/24, la situation prend un tournant… épicé.

Mais c’était sans compter sur sa rencontre avec le mystérieux Caden Banks. Un jeune homme rebelle, insoumis, dangereux… mais, surtout, terriblement sexy. Summer va alors devoir répondre à son coeur : peut-il battre pour deux garçons à la fois ?

Mon avis

Alors que j’étais totalement plongée dans ma lecture, j’ai eu un doute sur le genre littéraire : YA ! Pourquoi ?

Alors qu’elle se remet de la disparition de sa mère, Summer et son père vont emménager avec sa nouvelle femme, qui n’est autre que la maman du beau et séduisant Kevin Matthews.  Malgré leur nouveau lien de parenté, Summer ne pourra faire abstraction de ses sentiments pour celui-ci.  4 ans après cette fusion, Summer est toujours aussi éprise de son frère.  Pensant que son emménagement dans la même université que Kevin, va enfin aboutir à une vraie relation entre eux, Summer va faire la connaissance de Caden Banks.

Comme dis précédemment, j’ai eu un peu de mal avec le classement littéraire.  Lorsque l’on me parle YA, j’imagine directement des ado’s entre 14 et 17 ans.  Pour le coup, les héros ont entre 18 et 20 ans et sont à l’unif’. Certes, la story de Summer et Kevin commence quelques années plutôt, mais on aborde pas totalement et dans le fond cette partie de leur vie.  On la survole et donc sur base de ces éléments, je me demande pourquoi un tel classement ? Heureusement, pour moi, j’ai des amies du livre qui m’ont donné une justification, et après coup … Je comprend ce choix de classement.

Pour en revenir à la story.  Summer m’a directement plu, ses faces Dr Jekyll et Mister Hyde m’ont donné une bonne bouffé de plaisir.  Elle est barrée, droite dans ses bottes, avec ce zeste de fleure bleue.  Un très bon et beau mélange.  Kevin, est un sale gosse, chiant, râleur et pourtant au travers de ses actes on ressent sa tristesse.  J’ai pris mon temps pour vraiment et totalement apprécier et m’approprier ce personnage. Tout comme Summer, j’ai directement accroché au personnage de   Caden,  il est franc, dur et tendre comme le chocolat milka.  On a envie de le décortiquer dans toutes sa longueur.

Pour ce qui est du triangle amoureux : Oui et non.  Oui, car chaque personnage connait l’importance des uns et des autres.  Son implication dans la vie de Summer.  On ressent une bonne pression dans la 1ere partie de l’histoire, avec un creux qui nous permet de voir évoluer Summer et Cash, d’ou le non.  Et revenir à la charge en recréant cette ambiguïté et semer ce qu’il faut de doute dans les actes de nos jeunes héros.  Outre, notre trio d’enfer ont découvre leurs amis, membre de frater, sans oublier les frères de Banks.

J’avais eu de très bon échos de Tijan – grâce à mon encyclopédie du livre – et j’ai découvert une auteure, qui m’a fait du bien.  Elle nous offre une belle histoire, ou les rapports humains priment sur les relations intimes – Oui, oui il vient de LA le choix du YA … Voilààààààààààààààààààààààà ! J’ai tout dit -.  Les relations entre les personnages sont fortes, belles et vous donne quelques remous dans le bas du bidon !

Enfin, très belle découverte, littéraire, auteure, que je vous recommande sans plus tarder !

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Marion et Déborah pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

The Field Party, tome 2 – Sous la lumière d’Abbi Glines

Informations :

  • Editeur : Hugo & Cie
  • Collection : New Way
  • Nombre de pages : 360
  • Date de publication livre : 13 avril 2017
  • Date de publication ebook : 13 avril 2017
  • Genre : YA, drame familial, espoir, lycéen, amour de jeunesse
  • Prix : 9.99 – 17€

Résumé :

Willa ne peut effacer les mauvais choix qu’elle a faits par le passé. Des erreurs qui lui ont fait perdre ses deux meilleurs amis et sans doute son premier amour.

Brady et Gunner font tous deux partie de l’équipe de football de la petite ville de Lawson, en Alabama. Au fil du temps, Gunner se montre plus compréhensif avec Willa, tandis que Brady ne veut plus entendre parler d’elle.
Alors que des secrets inavoués remontent à la surface, les coeurs se brisent et se guérissent. Même si elle risque de perdre ses amis pour toujours, Willa acceptera-t-elle de mettre la vérité sous la lumière ?

Mon avis

  • Ma vie est trop nulle, mais je vais te faire une promesse : mon cœur est à toi jusqu’au jour de ma mort.  Ca fait un peu cliché, mais c’est sincère.  Je ne serai jamais heureux sans toi.  C’est toi, mon bonheur.

Comment ne voulez-vous pas tomber -raide – amoureuse, de Gunner Lawton après une telle déclaration d’amour ?

Avant de commencer ma lecture, je trépignais de connaitre la story entre Gunner et Riley … En tout cas de savoir comment, Abbi allait faire évoluer ces deux-là au vu des informations éparses fournie à la fin du tome 1 ! Je sais que je n’ai pas une grande mémoire à la fin d’une lecture, mais j’étais sûr à 1000% que le nom de Willa n’avait JAMAIS été associé à Gunner.  Non, il s’agissait bien de Riley.  Donc, qui est cette Willa surgit de nulle part et qui a l’intention de tenir le 1er rôle dans cet opus?

Après un drame qui aura secoué sa jeune vie, Willa Aymes est de retour à Lawton, auprès de sa Nonna, mais à une condition : Ne pas approcher les garçons.  Mais comment faire lorsque vos amis d’enfance : Gunner et Brady ont grandi, qu’ils sont devenus super populaire, super tombant et qu’ils ne voient plus en vous la gamine de la cabane?  Pire, que vous voyez en eux de superbe jeunes hommes.  Willa va devoir choisir entre la seule personne qui croit – encore – en elle, ou se laisser-aller à une love story.

Comme dis précédemment, je n’avais pas du tout imaginer le scénario avec Willa. Je m’étais fait tout un patatraque de la trame et puis POUF ! Abbi, nous a tiré dans une autre direction avec le trio : Gunner, Willa et Brady.  L’histoire est raconté du point de vue de ces trois amis d’enfance.  Même si Gunner et Brady ont continué à vivre à Lawton la venue de Willa va réveiller de vieux sentiments dans le chef de nos amis.   Un petit combat de coq va se jouer entre les amis – en général – face à cette chair fraîche. J’ai trouvé ça mignon et tellement vrai.  Sans oublier, le point d’orge qui va (ré)unir Gunner et Willa : la famille, en tout cas les drames liés à leurs familles respectives.

Dans le précédent opus, l’auteure avait mis en avant la mort d’un proche, un parent. Ici, Abbi met en exergue l’exclusion familiale : bâtard, vilain petit canard,…

On a juste envie de frapper ces parents. Bon ! Là, c’est la maman qui parle, mais je n’en démords pas : Comment peut-on faire (res)sentir cela à SON enfant ? Oui, ça existe ce type de parents, ce n’est pas juste une fiction !!!

On pourrait trouver cela cliché de voir que l’auteure aborde cette thématique entre deux classes sociales différentes : gosse de riche et fille de classe moyenne.  Cela ne m’a pas dérangé, car on est tellement focalisé sur le ressenti de Willa et Gunner, qu’on oublié très vite leur statut social. Bien-sûr au milieu de cette histoire, se trouve un 3eme personnage : Brady, le cousin de Maya.  Je m’étais fait une idée du personnage, et le découvrir ici, m’a révélé un pan de sa personnalité : Je l’ai trouvé lâche.  Lâche face à ses sentiments, lâche face à sa copine.  Il est présent tout en étant spectateur des évènements.  J’ai eu envie de le secouer, mais au moment ou je pensais l’avoir perdu, j’ai vu se profiler un nouveau script pour lui, avec l’ennemie des Lawton… Oui, oui je suis encore entrain de faire tout un patraque, mais je ne vais pas trop m’épancher sur ce point.

Abbi, comme toujours nous offre un sujet sensible, mais contrairement à la story de Maya, celle-ci était plus dans le ressenti.  On ne nous raconte pas une histoire, on nous l’a fait ressentir.  On souffre avec Gunner.  On a envie que tout s’arrête, qu’on puisse le laisser aller de l’avant et profiter de sa vie de jeune lycéen avec tout ce que cela comporte et de l’autre côté on nous montre, une jeune demoiselle  qui a vécu sa vie de jeune lycéenne et qui ne demande juste qu’à oublier pour avancer.  Paradoxe, quand tu nous tiens ^_^

Pour conclure, roman moins larmoyant, mais intense, fort, triste de part sa thématique et la justesse à laquelle celle-ci est abordée … DONC A LIRE !!!!!!!!!!!

NB : Vivement août pour connaitre la suite des aventures de nos jeunes lycéens de Lawton… Oui, oui je sais en VO mais je gage – et prie beaucoup, beaucoup le Dieu du livre – pour une sortie VF sous le sapin * regard du chat botté *.

Coeur1[1].jpg

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Marion et Déborah pour l’envoi – express – de ce Btf Service-Presse ❤

Photo

****

Normal(e) de Lisa Williamson

normal-e--914405-264-432[1]

Informations :

  • Éditeur : Hachette Romans
  • Collection : Hors-séries
  • Nombre de pages : 350
  • Date de publication livre : 29 mars 2017
  • Date de publication ebook : 29 mars 2017
  • Genre : YA, transgenre
  • Prix : 11.99 – 16.90€

Résumé :

« La voilà, l’occasion pour moi de tout déballer.
Cinq petits mots : Je. Veux. Être. Une. Fille. Une phrase qui refuse de sortir. Qui me réduit au silence. Maman s’attend certainement à ce que je lui dise que je suis gay. Il y a sans doute des mois qu’elle se prépare à cette conversation. Sauf qu’elle et papa ont tout interprété de travers.
Je ne suis pas gay. Je suis juste une fille coincée dans un corps de mec. »

Mon avis

Je pense que c’est la 1ere fois que je lis un roman qui traite du transgenre.  Et j’ai adoré la story de David Piper.

David Piper a toujours su au fond de lui que quelque-chose n’allait pas et à 8 ans lorsqu’il a su mettre des mots sur son mal, il n’a eu qu’une obsession : récupérer son corps, son corps de fille.  Même s’il a les parents les plus ouverts du monde, David n’arrive pas à leur dire ce qu’il souhaite et vit, sa vie de fille, cachée.  Au même moment au lycée un nouvel étudiant va faire son entrée, Leo Denton de Cloverdale.  David et Leo n’était pas censé se rencontrer, issue de deux monde différents, ils vont par la force des choses devenir amis.

Comme dis précédemment, j’ai pas mal apprécié ma lecture qui était une 1ere dans la thématique.  J’ai apprécié que l’auteure n’utilise pas son roman pour jouer à la donneuse de leçon. Non, on suit tout d’abord le parcours un peu simple, je dois dire de David dans son établissement, un peu huppé.  Même s’il est la tête de turc d’Harry et d’autres élèves car il a eu le malheur de dire à 8 ans, qu’il souhaitait être une fille.  Je trouve qu’il s’en sort bien.  Une pression est faite sur lui, mais pas de quoi en arriver à un horrible drame.  Et là, de nouveau j’ai apprécié ma lecture, car le but n’est pas de nous donner un roman dramatique mais juste de nous montrer un fait de société.  Certains pourraient dire que le combat d’un transgenre est beaucoup plus dure, à faire accepter par la société et qu’ici tout semble cool,  mais de nouveau on n’est pas là pour brandir un glaive, mais raconter une histoire.  A chacun – auteur – de lui donner son degré de sensiblerie et de drama.

Pour ce qui est de la trame de l’histoire, je ne vais pas trop insister.  Au début du roman, je n’ai pas bien compris l’arrivée de Leo, car je m’attendais à un roman totalement centré sur David et pour le coup, le chassé-croisé entre nos héros est très bien fait ficelé.  Leur vision/combat est juste beau, pour de jeunes lycéens.  Je les ai trouvé fort.  Sans oublier leurs amis.  On découvre la famille de Léo : sœurs et maman.  Mais ce que j’attendais par dessus tout, c’est sans contexte la réaction des parents de David.  Je ne voulais pas quelque chose de trop dure, ou de trop cool, mais une vrai réaction.  Et là, la maman qui est en moi c’est posé la question : comment je réagirais dans le même cas ?

Lisa nous offre un très bon roman, rempli d’amour, d’espoir, de stress, de rire, courage et d’envie.  Je vous le recommande !!!!

Coeur1[1].jpg

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalley pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

 

 

Le dernier jour de ma vie ( Before I hall) de Lauren Oliver

Informations :

  • Éditeur : Hachette Romans
  • Collection : Jeunesse
  • Nombre de pages : 480
  • Date de publication livre : 29 mars 2017
  • Date de publication ebook : 29 mars 2017
  • Genre : drame, mort, YA
  • Prix : 12.99 – 18€

Résumé :

Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait donc dû être un jour parfait dans une vie parfaite. Pourtant ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Ou le premier ?

Mon avis

Le roman avait si bien commencé, mais il s’est passé quelque chose en cours de chemin et j’ai totalement décroché et je n’attendais qu’une chose l’issue finale !

Avant de commencer ma lecture, j’étais super heureuse, car la couverture m’a plu et je dois avouer que pour une fois j’ai lu le résumé – en diagonale -.  Donc, on ne peut pas dire que j’étais craintif, non je savais ou j’allais, mais je ne savais pas que l’auteure allait m’en mener là : A lourdeur Land !

Samantha et ses amies, que j’ai directement associé au groupe d’amies vu dans la série de Sarah Shépard  » Les Menteuses« , m’avaient plu – durant les 2 premiers chapitres -, mais l’excès de débauche m’a fait lever les yeux aux ciels quelques fois  : on fume, on sort, on prend les gens de haut. PPf! C’est un peu lourd surtout si, on doit supporter cela durant tout un roman.  Ça aurait pu passer, mais bizarrement là, ça ne clopait pas.  Je sais qu’elles sont jeunes, mais ce cliché m’a un peu refroidi, premier signe de décrochage, mais j’ai tenu bon car je voulais tellement voir comment les personnages allaient évoluer.  Et puis paf c’est le drame, un accident de voiture et Samantha meurt … ou pas.  On va revivre son dernier jour sous plusieurs scénarios, ça prend du temps.  Samantha évolue à chaque jour, à chaque chapitre.  Je vois bien là ou l’auteure veut nous emmener mais on est à la moitié du roman, et ça prend du temps, tout est lent et j’ai décroché.  Je n’attends qu’une chose le happy End, pour me dire : YES, je l’ai lu !

Alors, tout n’est pas mauvais dans ce roman, car la fin nous offre quand même une belle surprise.  Non, parce qu’il s’agit de la fin – mauvaise langue -, mais parce qu’il y a une belle fin, malgré tout !

Pour un 1er roman de l’auteure, je ne sors pas totalement convaincu de ma lecture, mais je ne vais pas tirer des plans sur la comète et me lancer dans un autre roman, afin de me faire une idée plus large sur la plume de Lauren.

Pour celles et ceux qui seraient intéresse le roman a été adapté en movie … Peut-être qu’en visionnant le tout, mon avis sur le roman changera … A voir 😉

CHECK HERE !

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalley pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

 

A la place du coeur, saison 2 d’Arnaud Cathrine

Informations :

  • Editeur : Robert Laffont
  • Collection : R
  • Nombre de pages : 306
  • Date de publication livre : 23 mars 2017
  • Date de publication ebook : 23 mars 2017
  • Genre : Drame, espoir, YA
  • Prix : 10.99 – 16.50€

Résumé :

Cette saison est celle de l’éprouvant retour de Caumes à la vie. Il est raconté par son cousin, Niels, depuis la côte Atlantique : tout un été à tenter de sortir Caumes de sa torpeur muette et rageuse. Puis c’est Esther qui prend la parole : elle dont Caumes s’est peu à peu éloigné ; elle dont l’amour ne lâche pas ; elle qui, faute de pouvoir tourner la page, s’est persuadée qu’un après était possible dans ses bras. Mais ces jeunes adultes sont aussi les enfants de novembre, les enfants du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge. La vie n’a pas fini d’être mise à l’épreuve. La vie n’a pas fini d’être à réinventer.

Mon avis

Quand il n’y en a plus … Il y en a encore …

Je me doutais bien que l’auteur allait revenir sur le drame de novembre.  Je ne dis pas cela en faisant passer l’auteur pour un profiteur/opportuniste, mais si l’on parle de l’un on ne pouvait pas passer à côté de l’autre. Mais avant d’être – encore – touché par le drame, on va suivre Caumes et ses amis dans leur après.

184 jours après le drame qui a fait éclater sa vie, Caumes vit toujours dans sa bulle.  Il a beau « donner le change », rien n’y fait.  Il n’arrive pas à oublier.  Alors qu’il va passer son été en famille, Niels va avoir la lourde tâche d’être celui qui va redonner vie à Caumes, mais pour cela Caumes va devoir d’abord dire au revoir à sa douleur.

Dans le précédent tome, nous n’avons pas eu le temps de connaitre de nous imprégner des personnages, le drame a été le moteur de la trame.  Dans cet opus, j’ai apprécié que l’auteur mette d’abord en avant les personnages.  On va d’abord suivre Caumes, au travers du regard de Niels.  Bon ! Je le dis, j’ai tout d’abord penser que cet opus allait mettre en avant de nouveaux personnages, j’ai d’abord pesté contre l’auteur car je ne pouvais pas rester avec une ENORME coquille-vide et pour le coup, j’en ai voulu à ma mémoire de poisson rouge.  Ce n’est pas comme si, je venais de fermer le tome 1 * sifflement*.  Le démarrage est un peu lent, car on suit étape par étape la procession de Caumes, l’auteur n’en fait pas trop, il ne tire pas sur la corde du larmoyant.  J’ai apprécié cela.  Dans la seconde partie du roman, on retrouve Esther, à Paris.  J’en attendais énormément de ce personnage, qui n’a pas sa langue dans sa poche.  Je voulais découvrir la jeune fille, derrière ses prises de position. J’ai été servie et ravie. On retrouve enfin une demoiselle de 18 ans avec tout ce que cela comporte.  Malgré sa peine, elle reste digne, forte, sensible et n’a pas peur – nullement – de pleurer.  Tu m’as conquise Esther.  Le chassé-croisé entre nos héros est très bien ficelé, on les voit évoluer ensemble et séparément.  On découvre le petit secret de Caumes, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire et d’imaginer Arnaud à la place de Caumes.  Mais voilà le drame va encore toucher nos amis, ce drame va encore plus rapprocher nos amis.  Je ne vais pas revenir sur le drame, car j’en frissonne encore.  Comme pour le 6 janvier, je sais ou j’étais, dans mon lit entrain de parler  » Lectures Communes « , j’étais entrain de dire au revoir/Bonne nuit à mes amies et puis l’info est passée sur facebook.  J’ai rallumé la télé – LCI – et je n’ai plus décroché.  J’entendais les sirènes parisiennes en échos dans mon living.  Je me souviens avoir juré, mettre demandé si on allait nous laisser tranquille.  J’ai craint pour mes filles, je les ai regardé dormir.  J’ai pensé à ma famille en France, à mes amis.  J’ai été ravie d’avoir un sms dans l’heure, de voir toutes les notifications sur Facebook, « en sécurité », mais derrière ses notifications, sont apparus les premiers noms des victimes, les photos.  Les familles qui demandaient à partager un max.

Le roman est une fois de plus bien écrit, dans un langage familier, pas de redondance.  Les mots sont simple et fort en même temps, et pourtant ce sont des ados qui parlent.  Mon seul regret vient du faite que je reste encore dans l’attente du procès pour Hakim.

Enfin …  J’ai frissonné de la pointe de mes cheveux frisés à la pointe de mes orteils. Merci encore Anraud pour ce moment triste et beau à la fois ❤️❤️❤️

NB : Saison 3 !!!??? Je ne suis pas sur de tenir, le 1er chapitre … Que nous préparez-vous Arnaud ??? 🙂 🙂

Coeur1[1].jpg

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NG pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

 

 

 

A la place du coeur, saison 1 de Arnaud Cathrine

Informations :

  • Éditeur : Robert Laffont
  • Collection : R
  • Nombre de pages : 252
  • Date de publication livre : 1er septembre 2016
  • Date de publication ebook : 1er septembre 2016
  • Genre : Drame, YA, Amour
  • Prix : 10.99 – 16€

Résumé :

Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.
Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l’effroi.

Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un  » plus si affinités « …
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la  » première fois « . Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes…

Mon avis

Je ne sais pas si c’était  » le bon moment » pour lire ce roman … Mais entre la commémoration des attentats de Bruxelles et ce roman, mon cœur , mes pensées, rien n’a été épargné, je suis sortie de ma lecture vidée.

Je vous épargne le dictionnaire des superlatifs pour désigner ce roman … ÉMOUVANT ! Personne n’a pu passer à côté de la semaine du 6 janvier 2015… C’est impossible, on se souvient tous de cette semaine de douleurs ou que l’on soit dans le monde.  Pour ma part, j’étais au boulot et l’une de mes collègues m’a parlé d’un drame à Paris, sans entrer dans les détails, je n’ai pas allumé la radio.  Je me suis directement connectée à facebook : le résumé de ce que l’on trouve sur le net ! Et, je n’ai plus décroché, à chaque MAJ de la page, une nouvelle information est venu me percuter.  Paris est à 2h30 de Bruxelles, et pourtant tout cela me paraissait loin et proche.  Au travers du regard de Caumes et de ses amis, j’ai ressenti la tension qui m’avait habité durant cette semaine. Mais au-delà du drame, Arnaud nous offre un zeste d’amour, d’humour.  Oui, j’ai osé sourire grâce à Caumes.

L’issue est certes connue, mais il était intéressant de revoir cela au travers du regard d’un jeune qui habite aux portes de la capitale.  Caumes et ses amis ont 17 ans, la vie devant eux. Alors qu’il rencontre – enfin – l’Amour et tout ce que cela comporte, Caumes va se réveiller avec des images de Paris frappé par une tuerie sans nom.

TIC TAC …

Comme dis précédemment, roman bouleversant, avec une note d’espoir, teinté d’amertume, de rage,  de souhait, d’amour … En bref : il y a de tout !

J’ai apprécié le petit clin d’œil – mais tellement vrai -, si je puis dire sur le 11 septembre.  Ou étiez-vous le 11 septembre ? Moi, j’avais fini les cours plutôt, je m’installais devant la télé avec mon assiette de frite, j’ai allumé le poste et je me souviens encore mettre dit : « Zut, j’ai raté les feux de l’amour, maintenant il y a le téléfilm sur TF1 ! ».  Ce n’est qu’en voyant le présentateur que j’ai compris que ce que je regardais était vrai et en direct ! Après, tout cela m’a paru réelle et faux en même : Oui, c’était mon téléfilm du jour.  Le débat qui s’en est suivi m’a tellement fait penser à celui que j’ai eu aussi, au même âge.  Les discours étaient identiques mais 16 ans plus tard, qu’est-ce qui a réellement changé ? Je me suis rendue compte  au travers de ce roman, que certaines mentalités avaient évolué mais pas dans spécialement dans le bon.  On nous bourre d’informations, et pour finir on ne sait plus ce qui est vrai ou pas et tout cela devient normal.  Je me suis demandée ou j’en étais moi-même.  En bref, j’ai pas mal cogité.  J’ai eu envie de hurler au monde entier, contre les injustices que subissaient Hakim.  J’en ai voulu à tous les personnages, même si j’ai fait un give me five à Caumes et Esther.

Les personnages.  Esther m’a plu directement, dans ses discours, acte, mais derrière ce côté Girl Power, j’ai envie de découvrir la jeune fille, donc j’attends de voir.  Caumes, en tant qu’héro se doit d’être neutre, mais il m’a bien fait rire avec ses parents et ses nombreux soliloques.  Kevin, Ballard, ont auraient pu/dû les sauver de leurs bêtises … Pfff ! Quel gâchis !! Mais, voilà on ne pouvait pas nous donner que du bon – malgré la thématique du roman -, des jeunes pleins de vies, on devait tout voir, tout entendre car cela fait parti de la réalité, masquer ces faits seraient nous mentir.  Swann ? KESAKO ? J’espère que le second opus, nous donnera plus d’info sur, le frère de Caumes.  Les familles de Caumes et Esther.

Bon ! Je ne vais pas insister ce roman est bien écrit, un phrasé simple, fort, pure, dur, troublant … Donc, jetez-vous dessus … Sans retenu, ni parachute ! Bonne lecture ❤

Coeur1[1].jpg