Black feelings de Mo Gadarr

THE.jpg

unnamed

Oyé, oyé chers lecteurs, sortez vos liseuses, tablettes et tout accessoire vous permettant de lire un roman en numérique, car cette bombe doit absolument figurer sur votre PAL.

Cette lecture a été mon Jumanji, sitôt commencé IM-PO-SSI-BLE de la mettre en pause, je devais terminer mon roman.  J’ai été bouleversée durant toute ma lecture.  Si je devais vous résumer l’état dans lequel j’ai lu ce drame… Vous avez déjà tous vu Twilight ? Lors de la transformation de Bella, d’aspect extérieur tout va bien, mais à l’intérieur elle hurle, boue, rage.  Ca c’était moi, à la seule différence que j’ai flanché quelques fois : j’ai grincé des dents, frappé mon poing dans l’air, et pleuré.  Non, je n’ai pas pleurniché mais pleurer.  Mon oreiller s’en souvient encore !

Avant de commencer ma lecture, j’étais totalement conquise.  j’avais déjà fait de Mo un bon auteur, et cela rien qu’en regardant la couv et le choix de la phrase accroche.  Mais je devais connaitre le contenu de ce roman qui me promettait un bon ascenseur émotionnel.  Et ce fut le cas.  Mo aborde un sujet très sensible qu’est l’harcèlement scolaire.  Nos chers petites têtes blondes seront soit le bourreau ou la victime.  Vont soit nous faire passer pour de « bons » parents ou bien pour les pires au yeux de la société.  Malheureusement aujourd’hui l’harcèlement ne commence pas sur les bancs du lycée, avec la montée en puissance de toutes ces vidéos polluantes, de plus en plus de jeunes s’essaient à ses pratiques immorales.  Mais qui suis-je pour juger ? Un parent qui s’inquiète pour ses filles et qui tente du mieux qu’elle peut de faire de ses enfants – de 2 ans , il faut commencer jeunes ! – des êtres bons, et de ne pas avoir peur de mettre des mots sur ce qui est bien ou mal.  Long, long chemin me diriez-vous ! J’ai encore le temps de voir venir et pourtant tout cela me fait peur, très peur même. Le but de cette chronique n’est pas de faire un état de lieu de la situation, je laisse le soin au psy et spécialiste en la matière pour traiter de ce point.  D’ailleurs, à aucun moment Mo ne nous assomme de stats et autres. Non, je dirais même que la plume de Mo n’a pas voulu insister sur un point en particulier, de nous donner une image plus lisse ou plus méchante à l’égard de ces personnages. Mo, nous raconte une histoire, des faits dures, marquants, sans trop insister, sans excès et laisse la porte ouverte à un espoir. Oui, il y a des bons et des méchants et pourtant la redemption, le pardon ne sont pas des concepts optionnels et j’ai apprécié cette aspect de la trame. Donc je vais en rester là et revenir sur l’histoire d’Amandine Lucé.

Amandine et Chloé, ont 15 ans.  Ce sont les filles transparantes de leur lycée. Certes leur statut ne fait pas envier, mais elles s’en accommodent.  Comme tous les jeunes, elles ont leurs passions – lecture – et leur petit coup de crush à l’égard des bad boys du lycée : Mattéo Brady dans le cas d’Amandine et Xavier Garrant pour Chloé.  Après avoir été son binôme dans le cadre d’un exercice, et de quelques échanges par SMS.  Amandine et Chloé vont être invitées par Brady à une soirée privée.  Pensant – naïvement – être devenue les petites amies du duo de choc, Amandine et Chloé vont vite découvrir que leur petites escapades, va leur valoir les pires brimades de leurs condisciples et faire d’elles les souffres-douleurs de Xavier et Joanna.  Bien des années après ce drame, Amandine va recroiser le chemin de Mattéo Brady, devenu comme elle prof de français.  Amandine va se saisir de cette chance, pour mettre un point final aux calvaires subit durant son année de lycée.

Mon jumanji m’a transporté du début à la fin.  L’histoire évoluée dans le passé et le présent d’Amandine/Mandy.  On découvre sa jeunesse noircie par son année de lycée, les marques indélibiles que celles-ci ont laissé dans sa vie de femme adulte.  J’ai été ravie de voir que son parcours scolaire l’ait poussé à combattre le fléau de l’harcèlement scolaire.  Oui, j’ai eu quelques fois envie de secouer la jeune Mandy de 2001 et gifler celle de 2017.  La jeune Mandy me faisait trop enrager, son silence, sa honte m’ont consummé de l’intérieur.  Sans oublier, le discours de l’éducatrice .  La Mandy de 2017 est un nid de frustration, de rage, de haine, à son égard.    LE tout combiné a été une explosion pour mes synapses.  Je ne puis vous parler du personnage de Chloé, sans spoiliers.  Désolée.  C’est horrible ce que je vais écrire, mais l’espae d’un moment j’étais contente qu’Amandine ne soit pas seule dans cette galère, qu’une personne qui puisse vraiment la comprendre, avec sa grosse faiblesse, mais présente pour Amandine.  Mattéo n’est pas en reste, mais je me devais avant de totalement le comdamner connaître sa version de l’histoire.  Mais comme on dit :  » Tout se paie, ici bas ! ».  Seul petit point d’intérrogation : Xavier Garrant.  Je me doute des raisons de ces actes mais je pense qu’il aurait pu mettre des mots sur ces actions passées.

L’histoire est tristement belle.  Touchante.  Merci à Mo pour ce moment de lecture, d’avoir mis des mots simples sur l’un des poisons de notre société. Merci.

unnamed

Dans la vie, différentes choses ont une importance différente. L'argent, la santé, une nouvelle voiture...% (1).jpg

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Marion pour l’envoi de ce Service-Presse

 

Publicités

Endless Night de Estelle Every

THE

unnamed

Ce roman est une petite surprise ! Bon je savais que j’allais avoir affaire à une romance érotique mais l’histoire d’Auxane et Grigori à ce petit truc en plus qui m’a rendu mi-guimauve mi-impatiente du début à la fin.

Fraîchement diplômée en journalisme Auxane va devoir prouver à ses collègues et à son patron qu’elle est plus qu’une belle gueule pour cela elle va devoir saisir, obtenir le bon article et lorsque son patron va lui proposer de se rendre en Russie – à ses propres frais -avec JC afin de découvrir qui est Aleksei, elle ne s’attendait pas à découvrir l’univers du  » Secret », maison Close dédiée à l’initiation et au plaisir du sexe libre avec Grigori, Maître des lieux et de son futur plaisir.

Comme dit précédemment j’ai été prise par ma lecture.  Certes, Auxane a quelques petits défauts : c’est une teigneuse, elle refuse de se faire marcher sur les pieds, à une grande gueule qu’elle ouvre plus vite que son ombre, et pourtant le tout ensemble lui donne un certain charme.  Grigori, pour sa part m’a directement plu, mais je reste sur mes gardes car il m’a paru trop calme, on nous a présenté que la pointe de l’iceberg Grigori.  Affaire à suivre.

Estelle garde les base de l’univers BDSM et pourtant ce club libertin dédié aux plaisir et à l’initiation, sera par la force des choses, le 1er accès d’Auxane à son enquête.  Les scènes sont très bien travaillées, il y a juste ce qu’il faut de plaisir.  Mais la petite touch, est sans contexte les cours d’initiation au plaisir offert par le club, dont les cours de fellation enseigné par Valentina, la cousine diabolique d’Auxane.

Pour ce qui est de l’histoire à proprement parlé, Estelle ne nous donne pas directement une histoire d’amour entre nos protagonistes.  Ayant obtenu sa place sur cette affaire en arguant de son indépenance, Auxane va devoir trouver un boulot.  Pour cela, elle va intégrer le rang des serveuses du  » Le Secret » ou elle va faire la connaissance du Maître des Lieux :Grigori.  Le texte ne souffre – pas trop – de redondance, on reste dans un flot continu d’informations.  Trois faits m’ont fait défaut le suspense est un peu passé à la trappe, le passé familial d’Auxane, c’était un peu brouillon et j’espère qu’on aura la chance, si tome 2 il y a d’avoir plus d’informations sur le personnage de Mila, le meilleur ami d’Auxane.

En bref, un petit moment de plaisir qui doit encore être fignolé, approfondi sur certains points pour être Al dente 🙂

unnamed

it's time toCelebrate (1)

Black Riders, tome 1 – Glitter Girl de C.J Ronnie

Black Riders - tome 1 Glitter girl par [Ronnie, C j]

Informations :

  • Editeur : Hugo & Cie / La Condamine
  • Collection : New Romance
  • Nombre de pages : 470
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 30  novembre 2017
  •  Genre : Romance contemporaine, motorcycle club
  • Prix : 3.99€

Résumé :

ll a l’habitude d’aller vite, avec elle il va devoir prendre son temps !

Lorsqu’Hayley décide de quitter New-York pour la Californie, Brandon son meilleur ami, choisit de la suivre. Liés par un lourd secret, ils essayent de faire table rase du passé grâce à ce nouveau départ, mais changer d’État suffira-t-il à assurer leur sécurité ? Alors qu’Hayley tente de se concentrer sur ses études d’assistante sociale pour pouvoir venir en aide aux enfants dans le besoin, tout en découvrant les joies d’être étudiante, le destin va décider de la mettre à l’épreuve. Le mystérieux Jace fait son apparition dans sa vie et elle a bien du mal à résister à l’attraction de ce motard ténébreux. Côtoyer le monde des bikers est-il vraiment le bon choix quand on cherche à fuir les ennuis ? Et si le passé d’Hayley la rattrapait ?

Mon avis

Une très belle surprise by  Fyctia !

Une nouvelle ville, une nouvelle vie ! Tel est le nouvel objectif d’Hayley lorsqu’elle débarque avec son meilleur ami, en Californie.  Alors qu’elle avait à souhait de se concentrer sur ses études et faire table rase du passé,  Hayley va par le biais de sa nouvelle coloc pénétrer dans l’univers des Bikers et croiser le chemin de Jace aka Baker.

J’ai directement accroché à l’histoire.  Les personnages sont simples, attachants, marrants, avec une histoire, un objectif de vie et une volonté de fer ! Malgré le drame qui l’habite Hayley a su surmonter sa phobie.  Difficilement, mais elle est y arrivée.  Son personnage m’a directement plu.  Ce petit bout de femme venu tout droit de la grosse pomme, ne porte aucun préjugés sur la vie et plus particulièrement sur la vie de Jace.  Il était agréable de la voir tenir tête au Pres’, gentillement, il n’y avait pas d’excès.  Elle ne se prenait pas de haut.  C’était agréable.  Je n’ai pas trop souffert de soliloques lourds et assommant à son chef.  Tout comme H, Jace est attachant.  Je ne suis pas tombée amoureuse du personnage, il ne m’a pas mise un feu d’artifice dans le bas du ventre.  Mais il n’empêche que ces actes d’amour, étaient touchants.  Beverly dit Bev, la coloc mérite son opus, j’ai besoin de connaitre son personnage.  Après une fuite, elle revient dans la vie du club, mais il y a un trou à combler sans oublier sa possible histoire.  Mais je m’étale et j’en reste là. NO SPOILES * me frappe les doigts * .  June, June … June.  Ce personnage m’a plu, m’a fait rire et pourtant, je sens qu’il y a du potentiel à en tirer.  Derrière chaque sourire, se cache une larme.  Sans oublier le best friend de H, Brandon. LUI ! Il m’a fait badaboum … Boum … Boum !

Pour ce qui est de la trame à proprement parlé.  C’est simple, je n’ai pas su décrocher, sauf pour m’occuper de mes filles et dormir.  L’histoire est simple, l’auteure n’a pas ciblé le contact physique mais plus le relationnel.  Même si cela a crée pas mal de tension dans le chef de Jace.  L’objectif de vie de H est louable, je me suis attachée au petit Logan, avec quelques envies de meurtres !!!!!!

On découvre les membres du club.  Leur manière de fonctionner, on reste dans des info’s basique.  Pas trop de chichis ou d’extravageance dans leur acte, mais plus une volonté de montrer une autre facette d’un club.  Dixit l’illégal, place au relationnel. Again !

CJ, nous offre un très bon démarrage qui mérite amplement de passer la seconde !

Affaire à suivre 🙂

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Stéphanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Love & Darkness de Oly TL

Love & Darkness - Elle est sa drogue. Il est son obscurité par [Tl, Oly]

Informations :

  • Editeur : Hugo & Cie / La Condamine
  • Collection : New Romance
  • Nombre de pages : 515
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 26 octobre 2017
  • Genre : Romance contemporaine, amour (im)possible
  • Prix : 3.99€

Résumé :

Elle est sa drogue. Il est son obscurité.
Une romance sombre, qui ne vous laissera pas indemne

Tatoueur écorché, Jayden oublie son lourd passé les week- ends, lorsqu’il gomme ses limites avec ses frères de cœur, les BadASS. Bohème lumineuse et peintre, Milly n’oublie jamais cette vérité : l’existence est éphémère, alors autant éviter les complications. Les chemins si différents de ces deux artistes finissent cependant par se croiser. Entre ombre et lumière, secrets et blessures, réussiront-ils à s’aimer ?

Mon avis

Avant d’entamer cette lecture, j’étais tout émoustillée, ravie d’avance et je dois dire que cet opus a été une belle douche froide ! Je n’ai pas totalement compris l’objectif de l’auteur, car à trop vouloir en faire, elle s’est brûlée les ailes. On a voulu tout nous donner, mais à quel prix ?

Jayden, est membre des BadAss, pas un gang. Juste un groupe d’amis soudé et assez hétéroclyte qui passe du flic, au gynéco à l’ancien toxico.  Après une soirée normale, son chemin va croiser celui de Milly.  Une rencontre qui va le marquer au fer rouge.  Leur chemin n’était pas censé se retrouver et pourtant, un jour, Milly et son amie vont franchir les portes de son salon de tatoo.

Comme dis précédemment, l’auteur a intégré énormément d’élément à son histoire.  Nous avons droit au trio, sans être un trio car les BadAss sont assez ouvert dans leur relation.  La maladie, et pour le coup je remercie l’auteur pour ces recherches.  Le suspense – or not suspense -.  Sur ce dernier point je suis encore assez sceptique car ce qui devait être un drama, un élément moteur dans une partie de la trame, a été un peu plat.  Pas de grand rebondissement.  Je n’ai pas trépigné, comme je le voulais.  Autre élément moteur et pas des moindres : la romance.  La relation entre J & M, a été un petit méli-melo.  Je ne savais pas comment prendre cela, j’ai eu du mal à m’imprégner comme il se doit de leur relation, essentiellement car j’ai pris du temps avant de vraiment entrer dans l’histoire.  Il m’aura fallu attendre le moment ou l’histoire était vraiment ciblée sur nos héros pour enfin prendre la pleine mesure de la symbiose entre eux.  Des bagages que transportaient Jayden et de l’épée de Damoclès au-dessus de la tête de Milly, ainsi que l’unité qu’il y a entre les BadAss.

Je n’ai pas une grande connaissance du genre, mais je ne pourrais qualifier ce roman de dark romance, comme je l’entends.  Il m’a manqué le suspense, le questionnement psychologique lié à ce type de littérature.  Il y a quelques drames, oui, mais il m’a manqué LA tension.

Oly, nous offre un premier opus, qui me laisse mi-figue mi-raisin.  Je n’ai pas été transporté du début à la fin.  En tout cas comme je le voulais et m’y attendais.

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Stéphanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Superman, mon Editeur et moi d’Audrey Woodhill

Superman, mon éditeur et moi par [Woodhill, Audrey]

Informations :

  • Editeur : Hugo & Cie / La Condamine
  • Collection : Chick-Lit
  • Nombre de pages : 305
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 5 octobre 2017
  • Genre : Chick-Lit, Romance contemporaine … FanFictionDream 🙂
  • Prix : 3.99€

Résumé :

Le costume de super-héros est-il vraiment le meilleur atout pour séduire une femme ?

Lorsqu’elle décide d’écrire une fanfiction de l’acteur qui incarne le super-héros le plus célèbre des Etats-Unis, Aurore, ne se doute pas des bouleversements que cela va entraîner. Repéré par un éditeur et propulsé en tête des ventes de livres en France, puis aux Etats-Unis, le roman de cette jeune maman célibataire est en passe d’être adapté sur les écrans.

Arrivée à Los Angeles pour une tournée promotionnelle, Aurore pourrait bien vivre l’aventure la plus folle de sa vie. Sous le soleil de la Californie, son coeur se retrouve pris en étau entre un éditeur aux faux airs de James Bond, et un Superman plus sexy que jamais.

Mais qu’importent les strass et les paillettes, Aurore n’est pas du genre à se laisser impressionner par le beau-gosse qui met tout Hollywood à ses pieds. S’il pense avoir à faire à une fan de la première heure, il va vite devoir redescendre sur terre et ranger sa cape au placard !

Mon avis

Un Fucking Coup de Badaboum venu de nulle part ! Oui, j’avais ressenti pas mal de prémice durant ma lecture mais ce n’est que sur les dernières notes que mon palpitant m’a dit : « Lui ! Il nous aura bien eu! ».  J’ai tout adoré dans ma lecture, je dirais même que je me suis sentie plagié dans mes délires … Superman du dimanche héhé ! Moi, je dirais même  » Superman du Lidl », lorsque je fais reférence à quelque chose de semi-gamme !

Après avoir essuyé tellement de refus, qu’elle aurait pu ouvrir une boutique d’essuie-main, Aurore Dubois/Duboubois va enfin connaitre la consécration avec sa fanfiction  » The star and me », grandement inspiré par James Knight personnage-clé dans la saga FSOG ou dernier SuperMan ayant crevé le grand/petit écran … James what ? Qui est-ce ? Google est mon ami …

Isidore James Knight Cohn HOFWA.jpg

Libido en berne pour une durée indeterminée …

Ooohhh ça va, si on ne peut plus rire ! Mais toujours est-il que je ne vois toujours pas qui est ce James Knight qui aurait joué dans FSOG ! Oui, oui j’ai une mémoire de poisson rouge, donc je retourne sur #GooglemyFriend .. Et lààààà, vous avez le choix entre ces deux spécimens …

Résultat de recherche d'images pour "henry cavill superman"  Résultat de recherche d'images pour "jake hyde FSOG"

Alors, oui je sais ce que vous allez me dire … Mais il s’agit d’une fiction donc on peut donner le rôle que l’on veut à qui l’on veut.  L’auteure n’a pas à être TOTALEMENT raccord.  Donc, on fera avec et j’espère Audrey que tu pensais à eux, car moi je sèche grave.  Même si j’ai pris un plaisir fou à faire quelques recherches sur #GMF !

Comme dis précedemment, j’ai tout adoré dans ma lecture, les pages ont défilés, je ne me souviens pas d’un moment ou je me suis dit : « Audrey, tu fais de l’abus du plaisir.  Lâche la pression, girl. Pense à ma respiration ! ».  Non, que nenni ! Aurore m’a directement plu, du haut de ses 30 ans et une chique, maman célibataire qui va voir sa vie totalement changer, grâce à un roman.  J’ai appréicié le fait que l’auteure se voit attaquer pour sa romance pornographique … Oups … Erotique ! Les jaloux vont perdre du poids ! J’ai enragé pour elle, j’ai voulu prendre la défense d’Aurore, mais elle s’en sort trés bien toute seule, sans oublier le Brice de Nice qu’elle a offert à James. J’ai jubilé, car de nouveau on a l’impression que sous prétexte qu’un auteure fait une facfiction sur un acteur/chanteur, elle devrait automatiquement en être fan.  Ca aide, sûrement, mais je ne pense pas que cela soit indispensable.  Ca fait trop accro, limite psychopathe.

En tant normal, les trio me mettent mal à l’aise, j’aime les nombres pairs dans une relation et là pour le coup, ça ne m’a pas mise mal à l’aise.  James vit une love story avec Amanda (Lear -> OK ! Je sors !), et on sait tous que les love story à Hollywood ça dure le temps d’une saison, Barret, l’Editeur aka l’aimant à femmes aux tendances mystique et au milieu nous avons notre héroïne d’un jour : Aurore. Mais – car il y a un « mais »-, la trilogie n’a pas vraiment lieu dans cette sphère ! On découvre les amies d’Aurore et je ne dirais pas non à une sous trame entre le BodyGuard, Markus  et la mère des jumelles …. Non, je ne parle pas de moi, mais de Fani * rougis *.

Pour ce qui est de la trame, Aurore vit le rêve de toute lectrice : vivre une love story avec son héros ! Oui, oui le rêve absolu, je vous l’accorde.  On vit ses moments de doutes, ses plaisirs et sa petite crise de jalousie mal venu à mon sens, car cela fait partie du risque lorsque l’on se tape un acteur.  Mais ne vous inquiétez pas, tout est vite rentré dans l’ordre du plaisir.

Audrey, m’a offert une belle surprise et j’en redemande !

Et le mot de la fin revient à notre Présidente underground qui a résumé mon ressenti en un paragraphe

Je l’ai dévoré! Passionnante, jouissive, explosive, parfois subversive, cette histoire est la plus addictive des drogues auxquelles j’ai goûté et Dieu sait que j’en ai goûté ! Quad on la commence, impossible de s’arrêter !

Tout est dit … A VOS LISEUSES !

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Stéphanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Back Fire de Robyne Max Chavalan

Back fire par [Chavalan, Robyne max]

Informations :

  • Editeur : Hugo & Cie / La Condamine
  • Collection : New Romance
  • Nombre de pages : 320
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 28 septembre 2017
  • Genre : Romance contemporaine
  • Prix : 2.99€

Résumé :

Adversaires en affaires… Partenaires en amour ?

Entre Leila, PDG d’une entreprise d’extraction de diamants, et Adrien, héritier d’une puissante multinationale, rien ne va plus : Adrien a profité de leur liaison pour tenter de s’emparer de l’entreprise de Leila, et cela, la rousse incendiaire ne peut le lui pardonner.

Mais quand leurs meilleurs amis Savage et Richard les choisissent pour témoins de mariage et les expédient tous les deux sur une île presque déserte pour préparer les noces, ils sont forcés de cohabiter à nouveau. Admettront-ils que leur attirance est plus forte que leur ressentiment ?

Mon avis

Je n’ai absolument rien contre les femmes indépendantes, celles qui ont le Girl Power gravé dans leur sang.  Vraiment, je n’ai rien contre cela, mais Leila Michel a vraiment mis ma patience a rude épreuve. Je l’avais attendu ce dernier opus, si je puis dire.  Et même si le roman est toujours aussi bien écrit, le jeu de chaise musical des sentiments m’a rendu dingueeeuuuuhhhhh !

Leila et Adrien ont vraiment, – car il faut être deux dans une relation – soufflé le chaud et le froid de manière volontaire ou « involontaire ».  A chaque fois que j’ai eu un soupçon d’impression qu’on avançait dans la relation, un drame se faisait jour.

Si vous vous n’avez pas encore lu  » Back Fire« , je vous invite à ne pas trop tarder et surtout que dans cette chronique je risque d’un peu me lâcher ! Oups 🙂

Alors que Leila, pensait avoir découvert les manigances d’Adrien à l’encontre de sa société.  Elle va vite découvrir qu’en plus de se battre contre ses sentiments naissants à l’égard de son nouvel associé, elle va devoir mettre un terme aux agissements d’une menace à plus grande échelle.

Comme dis précédemment, j’ai bien cru mourir durant ma lecture.  Leila, a un sale caractère, j’en avais déjà eu un aperçu dans les précédents volumes, mais je ne m’attendais pas à un tel degré de tête dure ! Ouh lala, c’était puissant!  Même lorsqu’elle est censée lâcher prise ou ressent encore une certaine retenu de sa part, cette envie de garder le contrôle sur tout et tout le monde. Alors, oui je la comprend et c’est pour cela que je ne l’ai pas trop blâmé, et j’ai eu une fois envie de l’aider à étriper Adrien, mais elle doit apprendre à céder notre petite petite Leila. Attention, Adrien n’est pas mal aussi dans son genre, et pas seulement parce qu’il est censé être Dominant dans sa vie s***. Il a cette capacité à vous donner envie de l’aimer, de le chouchouter et en même temps de lui demander s’il confond sa vie à celle d’un jeu d’arcade ! En bref, la flamme -Adrien – et la mèche du baril à pétrole – Leila – et lorsque les deux entrent en contact  … Ça donnait çà !

Ah ? Oui ! vous pensiez à autre chose ? Et bien, non ! Je vous arrête tout de suite car nos héros ne s’entendaient , vraiment que sur un point : LE CONTACT PHYYSSSSIIIQUUUEEEEE ! C’était brûûûlant ^_^.  Seul bémol, le côté Dom d’Adrien n’a pas été assez exploité.

La trame était un rebondissement en continu, dixit  » le long fleuve tranquille », et bonjour la vie  » Rabomtique ».  Tout va crescendo.  Apparition d’un nouveau personnage, le commandant Mayorca.  On retrouve bien-sûr tous les personnages : Joe, Richard, Marjo, Thomas et Vincent.  J’insiste vraiment, Robyne, un petit M/M avec nos deux assistants de feu, ça serait une belle boucle * regard du chat botté *

Enfin, malgré le côté Girl Power de Leila, j’ai encore pris un petit plaisir à retrouver les personnages de Robyne, et j’ai plus que hâte de retrouver Robyne et ses possibles futurs personnages et histoires. –> PRESSSIIOONNNNN !

 

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Stéphanie pour l’envoi de ce Service-Presse

 

Photo

 

*******

Flash Back par [Max chavalan, Robyne]Fire crush - Partie 1 par [Max chavalan, Robyne]Fire Crush Partie 2 par [Chavalan, Robyne max]

Flash Back de Robyne Max Chavalan

Flash Back par [Max chavalan, Robyne]

Informations :

  • Editeur  Hugo & Cie / La Condamine
  • Collection : New Romance
  • Nombre de pages : 470
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 24 août 2017
  • Genre : Romance contemporaine
  • Prix : 3.99€

Résumé : 

Se replonger dans leur passé : la clé de leur avenir ?

Lorsque Savage Demercey, l’auteur star du moment, rencontre Richard Erria, l’étoile montante du journalisme, l’un et l’autre sont déconcertés : ils se connaissent déjà, pour avoir vécu une liaison tumultueuse cinq ans auparavant. Une liaison qui s’est terminée dans la douleur pour elle, et dans l’incompréhension pour lui.

Alors qu’ils renouent leurs liens, passé et présent s’entremêlent. Qu’est-il réellement arrivé cinq ans plus tôt ? Réussiront-ils à se pardonner ?

Mon avis

Après avoir suer avec les romans  » Fire Crush« , je pensais être quitte de Robyne, mais non elle n’en avait pas fini avec nous et encore moins avec la bande à Savage !

Je ne serais dire quel moment m’a le plus plu.  Si, un !  Avoir retrouver la plume de Robyne, j’ai encore pas mal sué.  Robyne arrive encore à nous donner juste ce qu’il faut de suspense – c’était un peu trop long pour mon coeur et mes nerfs -, d’envie, de rage de dents, de perte capillaires et d’applaudissement à la fin de notre lecture.

Si vous avez lu, Fire Crush et que vous avez – tout comme moi – survécu à Marjorie, on retrouve dans cet opus, l’une de ces BFF,  Savage Demercrey.

Savage Demercrey dit Josephine Wild est enfin, l’auteure à succès qu’elle souhaitait être.  Mais 5 ans, après avoir mis un terme à sa relation volcanique avec Raphael Erria, ils se retrouvent et Raphael n’est pas prêt à laisser repartir sa belle et elle entend bien (re)prendre sa revanche.

Il est clair que toute l’histoire repose en grande partie sur ce qui a désuni Raph et Savage.  On reprend la romance depuis le début grâce au flash back – héhé -, les débuts étaient juste too much et on comprend mieux les réticences de Savage a renoué avec son passé.  Sentiment ou pas, l’Amour-propre prime, mon cher Raphael. Mais, j’ai honte ! Oui, j’ai un peu honte, car même si j’ai lu avec attention, ces moments de retrouvailles-séparation, ce qui m’interressait plus que tout, était la sous-story : Adrien et Leila.

Résultat de recherche d'images pour "bave gif"

J’ai apprécié la superposition des histoires : Les Frères Erria en ont pris pour leurs grades mais c’était tellement jouissif.  Seul hic au tableau, je n’ai pas su m’approprier totalement le personnage de Savage, qui était une vraie sauvage.  Je l’ai trouvé trop brusque, limite aggressive.  Je n’ai pas apprécié sa manière de parler à Henry ou bien à Paul.  J’ai trouvé cela mal placé, pour le reste ça été, elle a bien tenu tête à Raph’.  Raphael pour sa part, j’ai plaidé pour sa cause, j’ai été son avocate commis d’office : Tort ou pas, il avait mon épaule pour panser sa peine.  Entre autre, on découvre les personages d’Ad et Leila, je ne vais pas m’épancher sur mon pré-amour à leur encontre, mais j’ai vraiiiiiiiiiiiiimmmmmmmmmmmmmmeeeeeeeeeeeennnnnnnnnnnnntttt hâte de lire tout ça.  Sous rôle et pas des moindres : les assistants de Raph et Leila – Henry et Vincent -, suis-je la seule à plaider pour un spinOff * regard du chat botté *. Du côté des familles, c’était un peu le calme plat avec Savage, mais la famille Erria est tellement opprésante, qu’ils ont su jouer tous les rôles.  Bizarrement, j’ai eu un petit coup au coeur pour Magali – BFF de Raph’ -, j’aurais pu la jeter en pâture aux crocodiles, mais elle m’a peiné, je ne serais dire pourquoi, mais son personnage m’a fait un peu de la peine.

En bref, Robyne nous offre encore un petit moment de plaisir intense, de l’addiction justement bien dosé, des personnages au TOP du slip kangourou … EN BREF, je recommande cette série.

Vivement la suite 🙂

 

img_5150

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Stéphanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

Fire crush - Partie 1 par [Max chavalan, Robyne]Fire Crush Partie 2 par [Chavalan, Robyne max]