Un bonheur imparfait de Colleen Hoover

Chronique (5).jpg

espace réservé au texte (1)

Putain de bordel de merde ! Colleen, m’a encore eu en plein coeur.  J’ai lu ce roman deux fois. Oui, deux fois ! La première fois, je pensais à une hallucination et la seconde n’a fait que me confirmé que cette auteure était au top of the top !

Cette histoire m’a touché, non pas seulement pour le côté sensible de la chose.  Mais parce qu’elle a fait ressortir de vieilles douleurs, que je pensais avoir oublier avec la venue de mes filles et pourtant, il a suffit d’un roman, d’une histoire pour que tous mes souvenirs me reviennent et que je me revois dans les traits et les actions de Quinn et que je réentrevois, ressens la peine qu’a été celle de mon mari #pleurepas !

Tandis qu’elle est sur le point de se marier, Quinn va découvrir que son cher fiancé, Ethan, la trompe avec Sacha, la petite amie de Graham.  Bien des mois après cette double confrontations, Quinn et Graham vont entamer une relation et se marier.  Alors qu’ils coulent des jours heureux d’apparence, le couple n’a qu’un seul souhait : fonder une vraie famille.

Je suis née.  C’est tout ce que j’aurai accompli jusqu’à ma mort.  Je reste au bord du cycle de la vie à regarder le monde tourner et je demeure au point mort.

Je ne dirais pas que j’ai été happée au fil de pages, j’ai vraiment eu cette sensation d’être Quinn, sa douleur m’a bouffé les entrailles, à chaque page, je me demandais ce qui allait m’attendre comment Colleen allait interpréter les échecs du couple, comment Colleen allait nous faire ressentir la douleur de Quinn à chaque couler de sang et test négatifs, ses silences, ses pleurs, cette façade aux yeux de la société.  Tout, tout, tout était authentique, à mes yeux.  J’en ai pleuré de satisfaction.  Oui de satisfaction, car je ne me sentais pas roulé dans la farine, pas d’excès ou d’abus, c’était vrai à mes yeux.  Cette douleur était réel.

Il se rapproche d’un pas assuré, pose une main près de ma tête, me plaque contre la porte. Et je comprends alors pourquoi je le trouve si séduisant.

C’est parce qu’avec lui je me sens séduisante. Avec sa façon de me regarder, de me parler… je ne pense pas que personne d’autre m’ait donné l’impression d’être aussi belle.

J’ai également apprécié que Colleen face évoluer la trame avec des séquences avant pour nous montrer la face bonheur du couple, ses débuts insouciants, ses souhaits, cet amour insouciant qui ne connait pas encore la face B.  J’ai honte de l’écrire, mais bien qu’ayant apprécié ces moments, ce n’était pas ma partie préféré du roman, je voulais vivre dans le moment présent, avec Quinn, garder certes ces bons moments ne pas les oublier, mais je peux vous assurer que lorsque vous souhaitez fonder une famille, vous les oublier très vite !

Outre le point de vue de Quinn, il était bon de lire, le ressenti de Graham, car un couple et un enfant ça se fait à deux ! Lorsque l’on souffre on a l’impression d’être le seul à souffrir, on reste dans sa bulle on se donne une apparence, et les petites remarques/attentions de Graham étaient bien placées.  Quant on dit que « la patience est une vertu » et bien j’y crois quand je vois le personnage de Graham.  Je ne peux qu’applaudir et me ressentir coupable #pleurepas !

Hoover m’a une fois de plus catapulté avec cette histoire sensible sur la fécondité et le souhait d’une femme, d’un couple à vouloir devenir mère, parent.  Certains pourraient penser – à tort-, qu’à force ce n’est plus un souhait mais un caprice, mais je me souviens de ce que mon mari m’a dit à l’époque et il n’y avait aucun caprice, juste un projet de vie de commun.

Pour conclure… Il n’y a pas de vrais mots de fin après une telle histoire : Ajout PAL !

espace réservé au texte (2)

Si j’étais mère, je m’émerveillerais de chaque instant de la vie de mes enfants.  Je serais reconnaissante de les voir geindre ou pleurer de soigner leurs maladies, de les entendre me répondre avec insolence.  Je chérirais chaque seconde qu’ils passeraient à la maison en été et ils me manqueraient sans cesse pendant l’école.

Quinn

Je t’aime chaque seconde de chaque jour depuis l’instant où j’ai posé les yeux sur toi.  Je t’aime plus encore maintenant que le jour où on s’est mariés.  Je t’aime, Quinn.  Merde !

Graham

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Marie et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

Si demain n’existe pas de Jennifer L. Armentrout

Chronique (2).jpg

espace réservé au texte (1)

 » Tout finira par s’arranger. »

Megan… Cody… Philip… Chris… Abby… Dary… Keith… Sebastian et Lena, de jeunes héros qui m’ont brisé les synapses !

D’aussi loin qu’elle s’en souvient Lena Wise, 17 ans, a toujours été amoureuse de son meilleur ami et voisin, Sebastian Harwell préférant jouer la carte de l’amitié Lena a toujours tu ses sentiments.  Profitant d’une brèche, Lena va laisser parler son coeur, malheureusement la vie de cette jeune ado, va basculer du jour au lendemain et ne laissera de Lena qu’un coeur brisé rempli de culpabilité.

Comme dis précédemment, j’ai tout adoré dans ma lecture, je ne suis pas une accro du YA, j’en lis de temps en temps mais connaissant la maîtrise des sujets sensibles de Jennifer, je savais que ce roman allait me percer de toute part !

Comment surmontait-on un tel drame ? La peine s’amenuisait-elle au fil des ans? Le vide que cette personne laissait finissait-il par être comblé par autre chose? Pouvait-on un jour aller de l’avant?

Bien que traversant la trame dans le regard et les ressentis de Lena, je n’ai pas eu l’impression qu’elle volait la vedette.  Du début à la fin, l’histoire suit un groupe d’amis, des jeunes ado’s avec leurs insouciances, leurs priorités, projets scolaire, les petits émois de l’amour et plus que tout le retour à la réalité, aux fatalités de la vie, aux drames pas du tout programmé pour leurs jeunes âge.  J’ai été sensible à cela, car mon regard de lectrice et plus que tout de maman s’est quelques fois questionnés sur mes agissements à leur âge, sur ce que j’aurais fait à la place d’untel ou d’untel, quel aurait été mon discours en tant que parent, comment j’aurais réagi si la société – dans ce cas bien précis de petite ville Clearbook – me pointait du doigt, l’impact des réseaux sociaux,… Je ressors de cette lecture remplit de « et si ».

Je n’ai pas plus apprécié un personnage que l’autre, ils avaient chacun leur importance au sein de la trame, par contre les petits clin d’oeil aux copines auteures n’est pas passés inaperçu – Darynda Jones -.

Enfin, un second souffle dans une vie brisée si jeune, rempli d’espoir pour de si jeunes vies… Oooohhh oui, une très très belle histoire ♥

espace réservé au texte (2)

Je savais que je ne pouvais pas recommencer de zéro. Je ne pouvais pas réécrire le milieu de mon histoire.  Tout ce que je pouvais changer, c’était demain, tant qu’il existait.

Lena Wise

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093219

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Les experts du coeur, tome 1 – Docteur ou séducteur de Max Monroe

Chronique (1).jpg

espace réservé au texte (1)

Je ne suis pas une fana de toutes ces séries sur la médecine, je pense même m’être arrêtée sur  » Urgences » et avoir vu la première saison de  » Grey’s anatomy », cette surenchère m’a gavé et quand il n’y a plus que ça à la télé, ça devient lourd et je suis PLUS que contente d’avoir NetFlix ! C’est donc, sans aucune crainte que je me suis lancée dans cette série, car contrairement à tout ce que l’on peut voir à la télé, il n’est nullement question d’opérations H24, mais la réalisation de document télé-réalité sur la vie de médecin, et qui dit télé-réalité dit télé avant la réalité !!!! On ouvre le bal avec le Dr Will Cummings, obstétricien à la clinique St-Luke aka Dr Obscène.

Will est sûr cette émission va mettre en avant son quotidien d’obstétricien, son travail, ses rapports avec ces collègues et ces patients.  Mais à la fin du premier visionnage de « Allo, docteur ? », Will est sur d’une chose, sa vie professionnelle risque de voler en éclat.  Au même moment, Melody Marco fraîchement débarqué à New-York, va être engagée comme assistante direct de Will et va vite se rendre compte que son boss est très loin de l’image de tombeur créer par la production.

J’ai directement accroché à l’histoire ou dois-je dire à la famille déjantée de Will, une mère sexologue, un père qui tente comme il peut d’être la voix de la sagesse alors qu’il est aussi déjanté que sa femme, une soeur enceinte jusqu’au yeux et un beau-frère qui ne perdent une seconde pour embêter leur (beau-)frère et les collègues de Will, Avé Marlène.  Au fil des pages on découvre effectivement le quotidien de Will vu par la télé et son travail d’obstétricien et la longue liste de ses (nouvelles) patientes… J’ai adoré le premier contact ultra intime entre Melody et Will sans oublier le coup du numéro de téléphone dans les parties intimes, un peu glauque mais marrant !  Pour ce qui est des personnages principaux, Will a tout du gendre idéal avec cette petite graine de folie – la pomme n’est pas tombée bien loin de l’arbre -.  En ce qui concerne le personnage de Melody, cette jeune femme fraîchement débarquée qui se voit offrir une belle opportunité professionnelle et l’occasion de quitter sa chambre de bonne-fitness chez sa mère va se révéler être un personnage attachante.  Elle m’a plu, elle est doublement courageuse que cela soit dans sa vie professionnelle et dans ses rapports avec la famille de Will.

Entre la découverte d’une auteure et d’une série médicale-réalité, Max a fait coup double.  Son écriture est plaisante et captivante.  J’ai vraiment hâte de voir comment la série va évoluer et plus que tout j’ai hâte de connaitre les histoires des deux médecins chefs Shepard et Raine que Will a embarqué dans cette aventure et qui l’on déjà en grippe sans même connaitre le contenu de leur reportage.

Pour conclure, même si cette lecture ne m’a pas réconcilié avec toutes les série sur le monde médical, j’ai malgré tout passé un bon moment et j’en redemande !

espace réservé au texte (2)

J’avais besoin d’aide. Je détestais me sentir comme ça.

Malheureusement pour moi, je n’avais aucune chance de trouver une issue à cet enfer.

Will a passé les portes de la réception, son attaché-case dans une main, tandis que je travaillais sur l’ordinateur dans le couloir.  A l’instant où son regard bleu et timide a croisé le mien, une vague d’émotions a déferlé en moi – la colère, la tristesse, la déception.  J’avais l’impression que le sol s’était ouvert sous mes pieds.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

La théorie du tombeur, tome 1 – Fâcheuse réputation de Lauren Layne

 

Chronique (6).jpg

espace réservé au texte (1)

BON ! Je dois avouer que j’ai commencé ce roman avec un petit ressenti : je n’aime pas qu’on force les gens ou qu’on s’immisce avec un bad forcing dans la vie des gens.

Prenez un homme, Luke Elliott, somme toute normal avec une fâcheuse tendance à abandonner ses fiancées au pied de l’autel… Cela pourrait arriver une fois, mais trois c’est le jackpot pour Jordan Carpenter, ou en tout cas pour CBC, la chaîne qui l’emploi et qui souhaite réaliser une nouvelle émission de télé-réalité dans le genre du Bachelor qu’elle baptisera :  #SerialLargueur !

Comme dis précédemment, je n’ai pas trop accroché à la première partie de ma lecture, bien que me doutant – un rien – de l’issu, j’ai été indisposée face au forcing de Jordan pour obtenir la signature en bas de page de Luke.  Quand une personne vous dit « non » c’est « non » et le côté rentre dedans m’a mise un peu mal à l’aise.  Heureusement pour elle et non pour Luke, les habitants de Lucky Hollow étaient emballés par l’idée de voir le sexy – pompier – Luke rencontre le véritable Amour.

La trame évolue essentiellement autour de nos héros qui vont se dévoiler au fil des pages, la rencontre avec les ex-fiancée, leurs histoires communes, les menus secrets et les vérités qui se font jour.  On découvre les habitants de Lucky Hollow : Tawny, Jane, Stacey, Bree, Hailey, Tim, Ryan, les collègues de Luke et mon petit chou, le collègue de Jordan, Simon.

Outre ma réticence au démarrage, j’ai eu du plaisir à retrouver la plume de Lauren, toujours dans la romance, mais avec cette sensation d’entrer dans un autre registre.  Des univers bien parallèle, mais avec cette plume agréable à lire.

Pour conclure, petite romance au démarrage incertain qui a su prendre forme et plaisir au fil des pages.

espace réservé au texte (2)

Tout ce qu’il faudra, Jordan.  Mais décroche-nous le mec.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093102

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Pour me sauver de Kalypso Caldin

Chronique (3).jpg

espace réservé au texte (1)

Je l’avoue la couverture ne paie pas de mine et si on n’est pas fan de romance bikeurlisante et bien on passe à côté et on continue son chemin ! Mais je vous arrête tout de suite, n’ayez crainte que cela soit à l’égard de la couverture, je dis ça en tant que cover reader ou sur le possible sujet de la romance, car l’histoire en elle-même en vaut le détour.

Je ne vais pas revenir sur le chapitre  » ne lis jamais les résumés », mais lorsque j’eus ce roman entre les mains, j’avais une grosse crainte car comme dis précédemment, je craque en premier sur la couverture et ici, je n’étais pas du tout emballée mais je me suis prise au jeu de commencer l’histoire et de me faire TO-TA-LE-MENT happer par nos héros et plus particulièrement par Sydney !

Alors qu’elle vient de réaménager chez son père, Ben, Sydney va jeter son dévolu – et ses blagues carambar -, sur Nojan, pas seulement pour le sex-appeal qu’il dégage mais surtout parce que Sydney a vu en Nojan Saïdi un partenaire de jeu redoutable et capable de lui procurer ce qu’elle désire pour se sentir vivre :  de la peine.

La souffrance de Nojan était immense, au point que je la sentais couler dans mes veines. Avoir mal, c’était ma came… mais là, j’étouffais.

WHAT ! WHAT ! WHAT ! Oui, oui, et re-oui, le kiffe « ultime » de Sydney et de ressentir de la douleur ! Ça peut paraître bizarre, mais derrière cette volonté de souffrance – et ses blagues carambar -, se cache une jeune femme meurtrie, blessée, que j’ai eu du plaisir à éplucher tel un oignon.  Contrairement à l’idée de base, sur notre jeune Héro, Nojam est très très trèèèèèèèèèèèèèèèèèssss loin de l’idée que l’on se fait d’un biker, il s’agit simplement d’un motard. Pas de club, quelques tatoo, quelques jeunes amis de fac, Steph et Victor et de beuverie,  Terry.  Nojam va se révéler être un personnage, voir un partenaire à la hauteur du challenge lancé par Sydney.  J’ai apprécié que dès le départ, la relation de Syd et No’ ne soient pas entravé par le sceau du secret, tout est dit, tout est – assez – clair, ce qui rend le jeu plus excitant et permet au personnage de ne pas se cacher l’un de l’autre.  Idem pour ce qui est des drames de la vie qui touchent nos héros, pas de chichis, on ne s’étire pas en longueur.  Outre nos héros, on découvre leur ami.e.s : Violette, la meilleure amie – de force – de Syd, Steph, le dessinateur, Victor, Terry, sans oublier les membres de leurs famille.

Pour un premier roman de l’auteure, je ressors séduite, par sa plume, par son histoire, par la sensibilité et les coups de folie de ses héros.  On reste dans un sujet sensible, sans être en quête de nous arracher quelques larmes.  Il y a une histoire et plus que tout, j’ai eu envie de connaitre le fin mot de l’histoire, car Kalypso maintient le suspense jusqu’au bout.

Pour conclure, malgré ma petite crainte au démarrage, j’ai pris un petit plaisir à Lexington avec Sydney et Nojan… Comme quoi, il ne faut pas – trop – se fier à une couverture !

Le mot de la fin …

Comment l’homme invisible appelle-t-il ses parents ?

espace réservé au texte (2)

Ça faisait longtemps que je n’avais pas éprouvé une telle émotion, si vive et si pure…

Peut-être que je me trompais, finalement.  Peut-être que la douleur n’était pas le seul sentiment capable de me rappeler que je vivais toujours.

Sydney

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

17634777_281977598917282_875285973353994815_n[1]

3469900_orig[1]

Until the end de Laura S. Wild

Chronique (4).jpg

espace réservé au texte (1)

Ma vie vient de basculer en enfer.

Et la mienne aussi … Je ne sais pas, si j’ai passé un bon moment ou si j’ai passé un moment de lecture simple et sans impact sur ma personne.  Je ne dirais pas que cette lecture a été totalement ennuyeuse, mais s’il s’agit d’une dark romance alors on est côté de la plaque car côté frisson ce n’était pas ça et s’il s’agit d’un romantic-suspense… Why not ! Quelque fut la volonté de Laura sur le sujet de fond de sa trame, je ressors avec cette inconnue et bien des semaines après, je me pose encore la question.

Et pourtant, l’histoire avait les ingrédients d’une dark romance.  Tandis que sa meilleure amie et son petit ami quittent la ville, Mila va se faire enlever par un duo de choc : Ben et Carter.  Ne pouvant se soumettre à accomplir sa mission, jusqu’au bout, soit tuer Mila, Carter va faire de Mila sa femme, sa prisonnière.

Jusque là tout va bien… Ou presque …

Oui presque, car le tout ensemble : la jeune femme kidnappée, le kidnappeur dont on est censé rejeter l’action et qui nous rend un rien gaga et qu’on excuse –> je parle du livre dans la vraie vie ce n’est pas ça, on est bien d’accord ! ne m’a pas mise dans cette condition de rejet, mais plus de questionnement sur le côté bipolaire de Carter et surtout sur le duo bizarre de Kidnappeur qu’on fait tout pour rendre directement sympa, en tout cas Ben, j’ai bien cru à un moment qu’ils allaient tous sortir boire un verre comme si rien ne s’était passé… Sans oublier les petites confessions de famille !

Au fil des pages, j’ai attendu le moment  » OUF », mais il n’est jamais vraiment venu.  J’ai donc poursuivi ma lecture afin de me réconforté sur le ou les commanditaires de l’enlèvement de Mila, sur l’évolution de la relation de Carter et Mila, sur les petits secrets et drame de leurs vie, mais plus du tout pour le côté frisson de la chose.

Tant pis pour moi.

espace réservé au texte (2)

Je n’ai pas de juste milieu: si je déteste, c’est jusqu’à vouloir tuer, si j’aime, c’est jusqu’à en crever et il n’y a rien entre les deux.  Et Mila … Elle me donne envie de l’aimer et je me déteste pour ça.

Carter

C’est étrange : je ne pense aucunement à m’enfuir.  D’ailleurs, si je m’en allais, où irais-je?  Je n’ai plus d’appartement, plus de famille, et Gaby est sur un autre continent, en Europe.  Si je pars maintenant, à quoi ressemblerait la vie que je retrouverais ?

Mila

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20190626084612

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Flore et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

SBC, tome 1 – Ravages et tome 2 – Corps à corps de Lori Foster

Chronique (8).jpg

espace réservé au texte (1)

– Si on m’appelle le Ravageur c’est parce que, aux yeux de certains observateurs, je me bats de façon désordonnée.

J’ai un peu honte, un rien d’honte mais ce n’est pas de ma faute, c’est ma mémoire défaillante qui ne m’a pas mis les signaux d’alarmes en amont… J’avais lu ce roman lors de sa première publication chez l’Éditeur et au vu de ma mémoire de poisson rouge, je ne m’en suis rendue compte qu’à la fin du roman.  Honte avouée, totalement pardonnée dans mon cas.  Malgré cette relecture, j’ai (re)lu le roman avec autant de plaisir : une petite romance sans prise de tête.

Bien que brillant sur les tournois de Free-Fight en tant que combattant du SBC – Suprême Battle Challenge -, Dean dit le Ravageur cache une cicatrice familiale.  Lorsque sa soeur, Camille lui demande de revenir à Harmony pour renouer les liens, Dean ne s’attendait à être autant bouleversé par sa famille et plus que tout par le sourire ravageur d’Eve Lavon.

Dans ce premier opus on découvre directement tous les personnages de la série : Eve, la meilleure amie de Camille, accessoirement petite sœur de Dean, Jacki la benjamine de la famille, Simon l’entraîneur-coach de Dean, Roger le fiancé de Camille, la tante Lorna et le combattant-ami de Dean.

Pour ce qui est de la trame, on apprend assez vite le drame familiale qu’a été la vie de Dean en tant qu’enfant, le rôle de tata Lorna, les soucis que rencontre ce trio de femmes, sa romance avec Eve.  Chaque personnage a une place importante au sein de la trame, ce qui  lui permet d’évoluer, je n’ai pas spécialement plus apprécié Eve que Camille, total ex-eaquo. Idem, du côté des hommes, mais j’espère voir le personnage de Simon évoluer.

Bien qu’étant de grands sportifs, Lori ne s’attache pas trop à cet aspect de la vie des personnages, on reste vraiment du côté famille-relation.

Dans le second opus, que je n’avais pas lu par le passé, on retrouve Simon l’entraîneur-coach de Dean.

Tandis que Simon découvre la seconde vie de sa petite amie, Bonnie, il décide d’évacuer son trop plein de rage dans le cercle. Au même moment, Dakota Dream va être sollicitée par son beau-père pour retrouver la trace de ce fils perdu en échange d’information sur sa défunte mère, Joan.  Se pensant vacciner par les hommes, Dakota va découvrir en Simon autre chose qu’un combattant.

Outre notre duo, on retrouve bien entendu les héros de la première heure, Harley le challenger de Simon, ainsi que le meilleur ami de Dakota, Barber.

Contrairement à la première histoire, j’ai trouvé que la partie suspense était un rien plus travaillée.  Simon et Dakota vont faire crépiter quelques étincelles de passion, mais j’ai surtout attendu le moment de révélation sur le lien entre nos héros.

Comme pour le tome précédent, Lori entretient la partie relationnel de nos héros sur fond de free-fight.

Pour conclure, double dose de romance sur fond de Free-fight, qui nous offre un bon petit instant break, fort agréable.

espace réservé au texte (2)

Il avait suffi qu’il pose les yeux sur elle pour qu’il comprenne qu’Eve était la femme de sa vie.  Il l’avait immédiatement désiré, mais faire l’amour avec elle n’avait pas suffit à le combler et la connaitre intimement n’avait fait qu’accroître son désir.

Conor dans  » Ravage »

–  Je le connais à peine, Barber.

– Et alors?

– Comment ça et alors?

– Tu ne sais vraiment pas ce que c’est, être amoureuse?

– En fait, je … Je ne me suis jamais sentie comme en ce moment expliquer ce… cet état dans lequel je me trouve.

– Et tu voudrais en profiter pendant que ça dure?

Si cela durait.  Simon et elle ne s’étaient pas rencontrés dans les meilleures circonstances, et quand il saurait tout sur elle, elle craignait qu’il ne s’éloigne.

Barber et Dakota dans  » Corps-à-corps »

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]