International Guy, tome 4 – Milan de Audrey Carlan

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Les femmes sont sexy, qu’elles soient institutrices, bibliothécaires, vendeuses, mère au foyer ou étudiantes.  Les femmes sont sexy, quelle que soit leur taille.  J’espère que les femmes du monde entier verront mes mannequins et trouveront leur propre version de ce qui est sexy, quel que soit leur physique.  Merci.

A défaut, d’avoir eu une mise en avant des associés de Parker, nous aurons droit à un petit Girl Power et aime-toi tel que tu es grâce au défile de lingerie toutes tailles, toutes formes de T-Bone. Mais avant tout ça revenons sur ce qui aura largement pris de la place au sein de ce petit volume : #SkyPar !

Et oui, notre cher Ellis, va devoir batailler pour rassurer Pêche.  Tout au long de ce volume, on va principalement suivre la romance de notre cher couple qui va subir la pression médiatique. Même si je regrette que la mission milanaise ait été mise de côté au profit de la relation de Parker et Skyler.  J’ai passé un bon moment avec eux… Tous ! Sophie, la famille de Parker, Bo(gart), ma hackeuse, Wendy et son compagnon, Michael Pritchard.  Sans oublier Royce qui aura été mon moment cris de joie durant cette lecture … Je m’avance mais vivement la prochaine aventure des #IG * petit bon de joie *.

A l’inverse des précédentes missions, celle-ci fut la plus courte, et je dois dire que je l’avais un peu oublié, étant donné que la trame tourne principalement sur l’idylle de Ellis.  Mais, pour le concentré a été fait : ce défilé était juste emblématique.  Le message sous-jacent, était clair. Pas besoin de chichis ou de discours interminables :

Dans l’industrie de la mode, les vêtements sont fait pour des femmes allant du 32 au 38.  Or la taille moyenne de femmes se situe entre le 40 et 44.

AMEN !

En bref, une mission assez expéditive, une romance mise à rude épreuve, un plaisir renoué … Je croise toujours mes doigts pour ENFINNNNNNNNNNN découvrir Roy et Bo !

Affaire à suivre.

unnamed

J’ai quelques idées pour mettre en valeur votre lingerie et votre volonté de valoriser les femmes, si vous êtes prêt à m’écouter.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Magali et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

****

Alexa HudsonAlexa Hudson (1)Alexa Hudson

Publicités

Baby random, tome 1 de Alexia Gaia

Alexa Hudson (5)

unnamed

On n’évite pas le destin, Célia ! Surtout quand il s’acharne et qu’il est bourré, envoie Mona dans mon dos.

PUTAIN DE BORDEL … DE BORDEL … D’ASCENSEUR ÉMOTIONNEL !! Ce roman m’a tué du début à la fin et en diagonale.  Je sors totalement conquise, traumatisé, rageuse, amoureuse, pleurnicharde de cette lecture !!!

Ce n’était pas bien partie entre Celia, Max, Roman et moi… Au bout de 2 chapitres, j’ai cru que ma rétine allait me quitter.  Les quelques petites fautes de frappes, qui ne faisaient pas très français m’ont fait craindre le pire et j’ai donc pris cette lecture par dessus la jambe.  Je n’avais plus peur de rien.  Plus rien ne pouvait m’atteindre et pourtant le pire était à venir.

Je ne suis pas une fana des chiffres impairs dans les relations sauf, si tous les protagonistes ont connaissance de l’existence des uns et des autres.  Donc, oui dans cette relation nous avons trois personnages : Celia Fowell, Max, qui est accessoirement son patron et Roman Weiss aka Mister muffin pour moi ou Monsieur Beau-Gosse-Pas-Aimable pour Celia.   Malgré ces déboires financiers, Célia ne perd pas espoir de voir le bout du tunnel.  En attendant, cette délivrance.  Celia profite chaque jour, de son rencard de 11h05, avec le sexy client mystère accro au muffin raisin, qui passe chaque jour à son travail.  Au même moment, sa grand-mère de palier, Mona, va lui proposer de se rendre pour elle à la soirée annuelle de la société Weiss, afin de récupérer un prix qui couronne toutes ces années de service à la Weiss Corp.  Ce que Celia n’avait pas prévu, croiser le chemin de son client de 11h05.

Comme dis précédemment, je ne ne suis pas une adepte des nombres impairs.   Dans ce cas de figure, il n’est nullement question d’infidélités, bien loin de nous cette pensée.  Ce qui m’a permis de profiter de cette histoire et de ne pas trop pester – sur ce point -.  Celia qui a un coup de coeur pour son client – Roman -, va vite déchanter et découvrir que derrière ce beau regard se cache un bon gros connard.  Coup d’un soir ou pas, Celia va panser son humiliation dans les bras de Max. Malgré sa volonté de taire, ce coup d’un soir,  Célia va vite être rattraper par son secret lorsqu’elle va apprendre qu’elle attend un enfant… d’un autre, soit Roman !

Les personnages.  Je sais que je ne devrais pas dire ça, mais Roman m’a fait un bon petit badaboum et pourtant il a vraiment tout du connard arrogant qui pense réellement pouvoir tout se payer grâce à son nom et son argent.  Mais que voulez-vous, Gaia a tout fait pour le rendre tendre dès le départ, orphelin, addict des plaisirs temporaire – alcool -, se cachant derrière son nom pour combler un vide, un sale caractère qu’on pré-excuse, blabla … Bref, oui j’ai craqué et pourtant je vous assure que ce n’est pas un tendre et qu’il  m’a quelques fois donné envie de lui faire passer sa carte bancaire par une autre borne !!!! Max, second mâle de l’histoire, il a, à son corps défendant le rôle du malchanceux, cinquième roue du carrosse et pourtant il va réussir à se démarquer et à endosser THE cape.  Célia, non, non, non à aucun moment je ne l’ai vu comme une c**** face à ces deux hommes, elle ne joue pas sur deux tableaux, mais n’est pas totalement franche.  Elle m’a fait sourire en première partie, enrager avec ses décisions, ses petits silence, pleurnicher sur la fin.

Je suis passée par toute les émotions possibles et vraiment, je ne m’attendais pas du tout à un tel uppercut.  Je ne sors pas K-O de ma lecture, je sors frustrée. Oui, frustrée car ce roman, je l’ai lu trop vite car je voulais passer à autre chose, car j’avais craint le pire et pour finir … Je suis toute retournée.

Du côté, de l’auteure j’en attendais « beaucoup », car même si j’avais apprécié la première série de Gaia, je n’avais pas eu THE badaboum et, pour le moment le pari est grandement réussi.  J’en veux encore !!!!

En bref des héros jeunes par l’âge, mais « grand » dans la responsabilité … Vivement la suite !

unnamed

Mona, ce type, il faudrait que tu le voies ! Il est … Enfin, tout ça, c’était exceptionnel comparé à d’habitude…

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]

Et puis soudain, tome 1 – Succomber de Laura S. Wild

Alexa Hudson (6).jpg

unnamed

Tu es toute à moi et je suis tout à toi, murmure-t-il en faisant glisser sa bouche sur mon menton.

Oui, oui, ouiiiii je l’avoue : J’ai succombé … en trois phases

Première phase, j’ai succombé …. À un ennuie total !

Amalia Gomes aka Lia qui n’est autre que l’héroïne du roman, m’a rendu chèvre.  Ces nombreuses sautes d’humeur m’ont rendu dingue, voir aussi parano qu’elle ! Amalia, Christopher aka Chris et Matthew aka Matt sont liés à la vie à la mort et l’attachement de Matt et Chris à l’égard de Lia est tellement prenant que celui-ci l’empêche de vivre.  Oui, oui de vivre ! N’ayons pas peur des mots.  Tandis que Matt et Lia participent au vernissage de leur ami, photographe, Chris, Lia va faire la connaissance de Robin.  Pensant avoir affaire à un psychopathe, Lia va tout faire pour le faire fuir.  Mais les coups de foudre étant ce qu’ils sont, elle ne pourra s’empêcher de penser à cet homme venu de nulle part et ayant réveillé en elle des sentiments nouveaux.  Alors pourquoi l’ennui total ? Car, Lia va jouer la contradiction.  Je peux comprendre le tumulte qui fait rage dans son corps, qu’elle n’a pas l’habitude de ressentir tout ça.  Que l’amitié de ces amis lui ait toujours suffit. Mais de vous à moi, je n’avais plus vu une héroïne aussi lourde depuis Kiera.

Seconde phase, j’ai succombé … A une acceptation.

Ne mettant pas fait de l’héroïne une amie, et d’être devenue aussi parano qu’elle.  J’ai suivi sa relation avec une certaine crainte.  J’avais envie que Robin, qui avait amplement mérité son award de grande patience, la secoue pour lui montrer qu’elle pouvait vivre pour Elle, et non plus à travers Chris ou Matt, voir les deux et oublier son honteux secret. Etant donné que j’étais dans une phase d’acceptation, j’ai pu découvrir un peu plus les personnages.  Chris, l’ami-coloc m’avait semblé bizarre, ce côté ultra protecteur cachait en mon sens plus que de l’amitié ou une volonté de (sur)protéger son amie.  En ce qui concerne, Matt, je l’ai directement apprécié. J’aurais pu moi aussi en faire mon meilleur ami pour la vie.  Au vu de notre démarrage difficile, je me suis habituée au moment de doute d’Amelia.  Pas toujours accepté, mais compris.  Je vous ai dit : Je suis devenu aussi parano qu’elle !!! Notre seul point commun : tolérer la petite amie de Chris.  Robin, nous dévoile un peu plus sur sa personne, sa famille, ses ambitions.  Lui a directement capté mon attention mais il ne faut pas oublier que dès le départ, je l’ai pris en pitié au vu des petites humiliations qu’il subit.

Troisième phase : Merdouille

Pensant terminer cette lecture comme elle a commencé, je ne me suis pas rendue compte, que le plaisir s’est insufflé en moi. Attention on reste encore très loin du coup de cœur.  Mais Lia, Matt, Chris et Robin auront réussi leur pari – qui pour moi était perdu d’avance -, de me donner envie de continuer la saga.  Pas seulement, parce que j’aime terminer ce que j’ai commencé, mais la fin est tellement merdouillante que je ne peux en rester là.

Pour conclure, une lecture difficile, une héroïne qui aura pris trop de temps avant de capter comme il se doit mon attention, de menus rebondissements.  Mais qui se termine malgré tout avec une envie de suite !

unnamed

Je veux faire partie de ta vie, moi aussi, et maintenant que je sais à quoi m’en tenir, je serais patient, je te le promets.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]

Les Anges, tome 4 – Renaître de Tina Ayme

Alexa Hudson (7).jpg

unnamed

Pourquoi est-ce que moi, Isaac Miles, je ne pourrais pas être avec quelqu’un qui a vécu des trucs aussi horribles, avec une sale réputation ?

This is it ! Ça y est le clap de fin d’une série tantôt encensé, tantôt maudite.  Dans les deux cas, je voulais savoir comment tout cela allait se terminer entre Mia et Isaac.

Pensant avoir mis derrière eux tout leur secret, Mia et Zac vont être vite rattrapé par ceux-ci.

Pour ce qui est de l’histoire a proprement parlé, Mia et Zac vont se rendre compte que la vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille et qu’ils ont encore pas mal de squelette dans leur placard.  Un jour on s’aime, le lendemain c’est crasse land et le surlendemain on oublie tout … BON ! ok, il s’agit d’un résumé un peu grossier de l’histoire, mais à chaque pas fait en avant la seconde d’après, nos héros découvre un fait sur l’autre.

Mia et Isaac vont s’en prendre plein la face – pour rester poli -.  Je n’ai pas approuvé chacune de leurs actions, en particulier les grandes révélations de Mia.  Il m’aura fallu du temps voire la fin de l’histoire pour ré-apprécier le personnage de Mia.  Je ne dirais pas qu’elle a grandi mais la maturité a pris du temps avant de s’insérer dans sa petite tête bien fournie.  Zac est resté fidèle à lui-même. Très colérique, très obtus.  Mémoire de poisson rouge ou pas, je n’ai pas le souvenir de l’avoir vu évoluer, et la dernière image que je vais garder de lui c’est celle d’un être colérique et rageant.

Miguel, Ashton, Junior, et , ne sont pas en reste.  Ayant participé à toutes les phases importantes de l’histoire, ils auront droit à leur end, dans les formes.  Petit moment larmoyant, révélations, drames.  Oui, nos Anges ne seront pas épargnés.

La plume magique de Tina, ne m’aura pas épargné durant toute la saga et ce end m’a autant plu, tout comme il m’a laissé une sensation de vouloir en finir.

Petit Bonus de l’auteur : Dommage, le côté larmoyant n’aura pas pris sur moi.  Je l’ai même sentie de trop, même s’il était « bon » de se dire au revoir.

Pour conclure, une fin à la hauteur de la série : ROCAMBOLESQUE !!!

unnamed

Ce n’est pas comme si je valais mieux, hein ?

Ce n’est pas comme si la mienne était meilleure !

Mais ça, ils ne pourront jamais le comprendre.  Jamais.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

International Guy ( IG), tome 2 – New-York de Audrey Carlan

Alexa Hudson (1).jpg

unnamed

Ta vie, ton travail, tout ça fait partie de toi.  Je crois que ma mission consiste à te montrer que tu es bien plus qu’une ravissante menteuse.

BON ! Ce n’est pas dans ce volume que je verrais Bo et Roy, briller par leur présence, car ils ont été plus absent ici que dans le précédent volume.

Après un séjour parisien, ou nos IG se sont fait remarquer pour leur bon travail collectif, ils vont avoir la lourde tâche de redonner goût au travail d’actrice du fantasme #1 de Parker : Skyler Paige.

Comme dans le précédent volume, Parker va directement se mettre en tâche d’aider Sky à se retrouver et à reprendre goût à la vie et à se retrouver.  Je peux comprendre qu’il est difficile lorsque vous vous trouvez face à votre fantasme de garder les mains dans le poche.  Mais il aurait pu attendre, le deuxième jour pour faire tomber la chemise !

La trame tourne essentiellement autour de Sky et Parker, Roy et Bo vous faire quelques passages éclairs, ainsi que notre petite Sophie – tiens tiens, jalouse ? … Affaire à suivre -.  Mais pas de grandes effluves de plaisir, je l’ai plus lu comme un entracte, j’attends encore le grand badaboum et surtout la mise en avant des partenaires de Parker, peut-être durant leur périple à Copenhague.

Affaire à suivre.

unnamed

Non, te retrouver toi, Sky.  Tu t’es un peu perdue en route.  Une fois que tu te seras retrouvée, ton inspiration reviendra aussi.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

********

Alexa Hudson

International Guy ( IG), tome 1 – Paris de Audrey Carlan

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Globalement, je sens que notre équipe l’a énormément aidée.

Un homme au service de ces dames ! Lorsque l’Éditeur nous a envoyé le communiqué de presse, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à une histoire de gigolo.  Voilà la bombe est lâchée et je me sens mieux.

Mais que nenni, il ne s’agit nullement d’UN homme, mais d’un trio d’homme : Parker Ellis dit dream Maker, Bo aka Lover Maker et Roy aka Money Maker co-gérant de l’agence « International Guy – IG pour les intimes -, qui propose à des femmes quelques services d’agrément dans le cadre de leur activité profesionnelle.

Dans ce premier volume, on suit le parcours des IG à Paris, ou ils doivent aider Sophie, nouvelle directrice Générale d’une grande marque de parfum, à reprendre les rênes de la firme familiale et à remettre un peu d’ordre dans ses équipes.

Étant donné, qu’il s’agit d’un petit volume, tout va très vite, aussitôt arrivé, aussitôt le beau Parker va faire tomber le petit tailleur de Sophie et succomber aux charmes.

Je ne puis me prononcer sur les personnages, car on n’a pas vraiment le temps de les connaitre, qu’ils entrent déjà en action.  Il est clair que Parker et le leader mais j’espère que l’auteure permettra à Bo et Roy de briller un temps soit peu, au sein des volumes et de ne pas juste être des figurants.

La trame se lit assez vite, entre petit cours de management/coaching, petit coup de nerf vers la fin.  Je ne me suis pas vraiment posé avec eux.

Donc on va dire affaire à suivre… A New-Yorkkkkkkkkkkkkkk 🙂

unnamed

Nous allons donc faire de ce rêve une réalité, étape par étape.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

 

Kill me, tome 3 – baby de Tina Ayme

Alexa Hudson (10).jpg

unnamed

Quand il n’y en a plus … Il y en a encore ! Après la bombe du second opus, je me devais de savoir comment Lexie allait se dépêtre de son petit mensonge.

Après avoir accusée Austin de haute trahison, il est clair que son acte – assez similaire – ne pouvait pas laisser notre bel Austin de marbre.  Et ce fut vite expéditif, autant dire que Tina nous a épargné les discussions à rallonge et a fait avancer l’histoire.

Amen et pas amen.

Amen, car on n’a pu avancer dans la trame, on a eu droit à d’autres mélodrames made in Lexie et Austin.  L’histoire n’est pas restée figé sur un sujet.  Les héros continuent à se battre entre eux, contre le monde qui ne voit pas d’un bon œil leur relation, va voir des relations se nouer et d’autres se casser. Un grand moment de stress sur la fin.  En bref, « rien de neuf dans l’univers de Lexie et Austin ».

Pas amen, car Austin a été bien brave/conciliant avec Lexie.

Dans la 1ere partie j’avais du mal avec le personnage de Lexie, elle m’a agacé à vouloir faire tourner le monde autour d’elle, son mal est supérieur, son secret doit être vite oublié, en mode « moi, moi et encore moi ».  La seconde partie du roman m’a permis de renouer un tant soit peu avec son personnage.  Comme dis précédemment, Austin est bien conciliant avec Lexie et même s’il garde son sale caractère la paternité commence enfin à s’infiltrer dans ses actes et à l’obliger à revoir ces priorités.  Sans oublier la petite mise en avant des personnages de Zara et Leo.

Tina nous offre un happy end attendu, des personnages avec un arrière-goût de déjà-lu mais ce n’est pas grave on lit quand même !!!

unnamed

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

You kill me boy Saison 1 par [Ayme, Tina]

You kill me girl Saison 2 par [Ayme, Tina]