Et puis soudain, tome 3 – Sombrer de Laura S. Wild

Alexa Hudson (10).jpg

unnamed

#TeamTaylor ! Oui, voilà, je le dis mon amitié fraîchement acquise avec Lia s’est détériorée durant cette lecture et pour être franche ce n’est pas spécialement contre elle que j’en ai … Mais contre ces amis fidèleeeeeeeeeeeeeeeeeuuuhhhhhhhhhhhhh !

C’est sympa l’amitié, vraiment mais s’il y a bien une chose que je déteste c’est le  » 10 contre 1″.  Tu peux être la personne la plus meurtrie dans la galaxie je ne supporte pas qu’un groupe d’individus s’acharne sur une personne.  Mais ça dépend du cas, entendons-nous bien.  Lorsque l’on se dit « amis », on doit pouvoir tout accepter de l’autre et lorsque la pauvre Taylor apprend coup sur coup que son drame est lié directement à Lia, qu’elle s’exprime et que personne, j’écris bien PERSONNE ne la soutien, pire on l’enfonce, je trouve cela E-COEU-RANT !!! Que cela soit Lia, Rob, Matt, Hugo ils ont tous eu le temps de laisser décanter, pas elle.  Comprenez sa peine!  Aaahhhh ouiiiiiiiiii, j’oubliais on ne peut pas mélanger les peines, à chacune son drame.  Oui, oui je suis retournée, sans oublier le fait que je n’ai pas compris pourquoi Hugo dirige l’enquête… J’ai toujours entendu dire que lorsque l’on est directement concerné – Maria -, et bien on devait faire un pas de côté. Oui, cette petite étincelle m’a montré les quelques failles de cette lecture.  En temps normal, j’y aurais juste pensée et je serais passée à côté.  Mais bizarrement, là, je n’ai pas envie de laisser passer.

Ce que Lia veut, Lia l’obtient toujours.

Non, ce n’est pas moi qui l’ai dit.

Cette opus tourne principalement autour de l’enquête sur l’accident de voiture.  J’ai soupçonné chaque personnage, j’avais un grand doute et suis fière de mon instinct d’enquêtrice du livre.  Même si certains passages m’ont fait enragé et ont un peu alourdi ma lecture, dans l’ensemble le roman se laisse lire, les pages ont défilés avec leur petite dose soit de plaisir, de rancune et de doute.  Je regrette qu’on ait pas trop insisté sur la douleur rencontré par chaque personnage.  Que le mal de Matt ait été survolé, Maria a été un peu « oublié », Chris reste Chris, Nina a fait quelques apparitions remarquées, Stefan s’est affirmé.  Mais dans le fond rien n’est ressorti … Tout tournait autour de Lia.  Bon OKKKKKKKKK ! J’arrête, mais ce n’est que vérité : ses états d’âmes avant toute chose

En bref … Une lecture dynamique, mais qui m’aura malgré tout laissé un goût amer.

Le mot de la fin …

Peu importe la situation, Lia pourra toujours compter sur nous trois pour se sentir mieux.

unnamed

Nous ne vivrons plus jamais l’un sans l’autre et nous ne referons pas notre vie.  Avec personne.  C’est nous deux et rien d’autre.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

*************

Alexa Hudson (6)Alexa Hudson (16)

 

Publicités

Passionnels rendez-vous, partie 2 de Beth Kery

Alexa Hudson (1)

unnamed

J’ai hâte de voir le visage de M. Fall lorsqu’il posera les yeux sur vous.

Je n’ai jamais caché mon amour des romans d’amour, mais bizarrement dans cette suite – même si agréable à lire-, je n’ai pas tiré tant de plaisir à lire les parties fines entre Alice et Dylan.  La cause : le mystère autour d’Alice.  Ouiiiiiiiiiiiiiiii ! On nous balance une mini bombe et puis plus rien, une bonne partie du roman tourne principalement autour de la romance  – corps à corps – naissante entre nos héros, alors que j’étais dans l’attente de la face intrigue de l’histoire.

Du côté du camp Durand, les choses évoluent tout doucement, les personnages annexes prennent de la place, mais je reste encore dans l’attente du  » grand #Badaboum ».

En bref, une petite suite, qui n’a pas manqué de plaisir charnel, mais qui a pris du temps avant de me redonner envie …

Affaire à suivre !

unnamed

Je vais te punir un peu.  Je vais te demander de me faire confiance pour me laisser prendre les choses en main, et je vais te procurer beaucoup de plaisir.  Ça ressemble à de la torture à tes yeux ?

Dylan Fall

Qu’est-ce qui cloche chez moi ?  Je suis forte. Je dois sortir d’ici.  Cet endroit me rend faible.  Cette maison, cette saloperie de domaine, c’est ma kryptonite personnelle…

Alice

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Alexa Hudson

Invincible de Jane Harvey-Berrick & Stuart Reardon

Alexa Hudson (14).jpg

unnamed

Les champions croient en eux.

Fiction ou biographie ? Je ne suis pas contre le fait, que les auteurs ont un esprit bien fourni pour ce qui est de créer des histoires, de donner vies à des choses spectaculaires.  Mais ce roman m’a surprise du début à la fin et même si on me prouve par A + B qu’il s’agit d’une fiction, je resterais toujours persuader qu’il contient 4/4 de réalité.

Après avoir joué tant d’années en seconde division, Nick a enfin signé avec un grand club.  Alors qu’il est sur le point de savourer ce nouveau challenge, Nick se blesse.  Craignant de voir tout s’effondrer Nick va bûcher double avec le Dr Anna Scott. Mais de fil en aiguille, Nick va trouver plus qu’une épaule auprès d’Anna.

Comme dis précédemment, cette lecture m’a captivé.  Nick, ce jeune joueur, fraîchement fiancé à Molly, est un petit bonbon acidulé pour les neurones.  En tant normal, je ne suis pas une adepte des nombres impairs, mais Molly ne s’étant pas rendu agréable, je ne l’ai pas considéré comme (in)dispensable et ces actes m’ont donné raison.  Anna, est une jeune femme intelligente, avec un côté pile  » doux/sensible » et face  » forte/courageuse ».

Au fil des pages on découvre d’autres personnages : Trish la soeur de Nick, Eddie Jones, Steve Jewell, le mentor d’Anna, Gary Scott, le père d’Anna, et la meilleure assistante de l’univers … Moi, Belinda. Si je vous assure que j’ai un rôle plus qu’important au sein de la trame, Stu et Jane ont même essayé de « me » remplacer avec Brendan, mais Belinda stay Belinda !

Comme tout un chacun, je connais Stu, – oui oui nous sommes intimes – via ses comptes de RS.  Non, si je dois être honnête avec vous, c’est Mylène du blog  » Les lectures de Mylène », qui nous a présenté.  Je n’ai pas spécialement fait de recherches sur Stu, et j’ai été agréablement surprise d’apprendre au travers de cette lecture que Stu est un ancien rugbyman.  Comment ne voulez-vous pas que ma parano atteigne son point 2.0 avec une telle info.  A l’inverse, Jane ne met pas inconnue, et j’ai encore eu du plaisir à me laisser transporter par sa belle plume – autobiographique * rougis * -. Une trame en perpétuel mouvement qui m’a bouleversé.

En bref, une très belle romance, des personnages addictifs et un bon coup de ravissement.

unnamed

J’ai touché le fond après tout ce qui m’est arrivé, la blessure, les opérations, le procès, j’avais besoin de quelque chose pour moi, quelque chose qui me prouve que j’en ai réchappé et que j’en suis ressorti plus fort.

Nick

Quand ton monde s’écroule… Quand tous prétendent que tu es fini… Quand ton esprit est en miettes… Je me lèverai… Je reviendrai… Et je serai invaincu.

Anna

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Insaisissable, tome 2 – Ne m’échappe pas de Tahereh Mafi

Alexa Hudson (23).jpg

unnamed

La mort la mort la mort est partout.

Après une bonne présentation, dans ce second opus on entre un peu plus dans le vif du sujet : la rébellion.

Après avoir fuit la basse de Warner grâce à Adam et Kenji, Juliette va intégrer le Point Oméga dirigé par Castle.  Pensant être la seule – avec Adam -,  à être dotée de pouvoir surnaturel, Juliette va découvrir qu’en plus d’être dans la base des renégats, la plupart des pensionnaires sont dotés de pouvoirs, tels les jumelles.  Tandis qu’ils se préparent à la guerre, Warner va revenir dans la vie de Juliette et va semer la confusion, dans sa vie et dans ses sentiments.

Je ne sais plus que penser de Warner : gentil ou méchant ou un peu des deux ? Il avait déjà créer pas mal de confusion dans ma tête et cette lecture ne m’a pas aidé, j’ai essayé d’être sur mes gardes tout en lui laissant le bénéfice du doute et je sors de cette lecture encore plus confuse sur celui-ci. Pour sa part, Adam était présent sans être présent.  De son côté, Juliette est passé d’inactive à très active : entraînements, maîtrise de son pouvoir, et surtout grand chamboulement sentimental.  Je ne peux nullement parler de tromperie, car notre trio ne s’est jamais juré fidélité, on reste dans la naissance de sentiments fort et confus.  Donc affaire à suivre sur ce point.

La trame avance tout doucement, il y a eu quelques petites longueurs, un peu de rebondissements, mais on reste principalement ciblé sur la relation entre Warner et Juliette.

En bref, Tahereh nous offre une petite suite tantôt douce, tantôt remplit d’ardeur.  Vivement la suite !!

unnamed

Je te veux dit-il.  Je veux tout de toi. Je te veux en long et en large, et que tu reprennes ton souffle, et que tu te languisses de moi comme je me languis de toi.

Warner

Je tombe en morceaux et m’écroule dans son coeur, et je suis un désastre.

Juliette

3469900_orig[1]

Alexa Hudson (21)Alexa Hudson (22)

International Guy #IG – tome 6 – Montréal de Audrey Carlan

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Détends-toi, mec.  On viendra à bout de cette histoire.

OMG ! Mais vraiment Ooohhh Myyyyyyyyyy Goodddddddddddddd ! Mais, qu’est-ce qui s’est passé ? J’ai dû relire le coeur et la fin du volume au moins deux fois pour en revenir toujours à la même chose : OMG ! Ce voyage à Montréal, était trop, de trop et vraiment trop ! Entre un démarrage sous tension et une fin sous ultra tension, autant vous dire que j’ai pris mon pied !

Tandis que Parker se remet tout doucement de sa nouvelle déconvenue sentimentale, il s’envole avec les membres du #IG vers Montréal, pour venir en aide à Alexis Stanton, jeune informaticienne qui voit ces dernières avancées se vendre au plus offrant.

Ça c’était pour la partie mission, car il ne faut pas oublier que les IG se sont des faiseurs de bonheurs ( – makerman ).  Pour l’autre partie, la plus prenante, et bien on retrouve un Parker totalement déphasé en doute avec lui-même, avec les autres, sur ses capacités et qualités … Je ne suis pas sa 1ere fan, entendons-nous bien mais cela ne m’a pas empêché d’avoir une petite peine pour celui-ci.  Mon attention, a encore été attirée par Wendy, la Pénélope du #IG, on en apprend un peu plus sur elle,  j’ai eu envie d’arracher les cheveux de Bo pour avoir coupé Wendy dans son histoire.

Le volume s’est lu trop vite, j’ai juste eu le temps de démarrer mes onomatopées qu’il était fini.   Il est clair qu’Audrey – on peut se tutoyer, maintenant – est montée en puissance avec ce volume.  Le côté humain, sensible, soudés des personnages a bien été mis en avant.  Mais, mais car il y a un mais … A quand la story de Bo ? Royce a eu son heure de gloire … Place à Bo.  Donc affaire à suivre dans tous les cas.

Pour conclure, un voyage qui ne m’aura pas fait voir du pays, mais permis de prendre un petit ascenseur émotionnel !

unnamed

Honnêtement, je ne sais pas.  tout ce que je sais, c’est que je souffre.  C’est comme s’il y avait un trou béant dans mes tripes qui refuse de se refermer et dont elle est responsable.  Je n’ai pas le souvenir d’avoir été dans cet état avec Kayla.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia, Olivia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

3469900_orig[1]

*****

Alexa HudsonAlexa Hudson (1)Alexa Hudson (1)Alexa HudsonAlexa Hudson (20)

Sinners of Saint, tome 4 – Furious de LJ Shen

Alexa Hudson (15).jpg

unnamed

Nous étions comme deux pièces d’un puzzle complexe qui n’avaient qu’un emplacement possible : l’une à côté de l’autre.

This is it ! Voilà c’est la fin des haricots et d’une superbe série.  Même si Bane n’est pas un FFH à proprement parlé, il n’en reste pas moins un ami de Vicious.

Tandis que les FFH vivent leurs vies loin de , Roman Protsenko aka Bane, va profiter de cette liberté pour prendre possession des lieux en développant le commerce du surf, mais pour cela il va avoir besoin de sous.  Après un refus du Baron, il va solliciter l’aide de Darren Morgansen qui n’émettra qu’une condition : faire éclore la vie sociale de sa taciturne de belle-fille, Jesse Carter.

Pour ce dernier tour de piste, LJ met en avant Bane, le meilleur ami d’Edie.  N’étant pas une adepte des résumés, je n’avais pas vraiment prêté attention à ce personnage, dans le précédent tome et, j’ai eu un peu de mal à le resituer. Il avait beau se donner un air de bad boy, je ne lui ai pas trouvé une once de badboyIsme en lui. Il est à croquer, too much, fort.  Son personnage m’a vraiment plu, il n’y avait rien à retirer tout était bon en lui, même si au début j’avais eu une petite crainte face à l’agression de Jesse, naissance d’ambiguïté.

Malgré le drame qu’est sa vie, depuis son agression, Jesse est une jeune fille, forte.  Elle m’a fait rire, sourire, douter, rendu amoureuse d’elle et de sa relation, à aucun moment, je ne l’ai vu s’apitoyer sur son sort bien au contraire, son mal est sa force.

Du côté des familles, nous avons la mère célibataire de Bane qui a dû fuir son pays et la famille destroy de Jesse : Pam, la mère absente et Darren, le beau-père soumis… Heureusement, Jesse à Shadow, son chien.

Comme pour les précédents opus, j’ai passé un excellent moment.  Certes les FFH ont une force d’attraction, qu’ils font la série, mais Bane qui n’est pas un FFH nous prouve que toute l’addiction autour de cette série est en grande partie dû à la superbe plume de LJ.  Chaque personne dégage THE vibration, nous donne juste ce qu’il faut d’envie et de plaisir.

Un end en total apothéose !

Pour conclure … Une romance sensible, atomique et totalement miu caliente !

Et le mot de la fin …

Vous ne pouvez pas avoir peur de l’amour, ma chère.  Ce serait comme craindre la mort.  L’amour est comme la mort.  C’est inévitable.

Bane aka Roman Protsenko – Shadow ( chien) – Wren ( collègue) – Jesse Carter – Pam – Baron Spencer  » Vicious » – Emery – Darren Morgansen

unnamed

La solitude était une vieille amie dont la compagnie me convenait parfaitement.

 

J’étais une pute, au sens biblique du terme, et on me considérait comme aussi loyal et digne de confiance qu’un camé à l’héro.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

TQBv9efT_400x400[1]

3469900_orig[1]

****

couv69485352[1]couv20255538[1]Alexa Hudson

Dollars, tome 1 – Pennies de Pepper Winters

Alexa Hudson (12).jpg

unnamed

J’avais envie de hurler.  De crier.  De parler.  De lui montrer que j’étais humaine et qu’il ne pouvait pas me commander.

Bon … Bon … Boonnnnnnnnnnnnnnnn ! Where’s the romance ? Non, je ne veux pas être défaitiste, mais de vous à moi, ce roman à beaucoup manqué de romance : il était VRAIMENT dark ! J’ai été quelques peu mal à l’aise face au drame de Pimlico.  Cette jeune demoiselle, kidnappée lors d’une soirée de famille, vendue à Maître A aka Alrik Asbjörn et qui va subir durant 2 longues années les sévices de son tortionnaire.  Jusqu’au jour, ou Elder, va pénétrer dans l’antre du diable.

On entre directement dans le vif du sujet,  le kidnapping laisse vite la place au drame de Pimlico au travers de sa correspondance avec Personne.  Elle décrit en partie son drame au sein du manoir de Maître A.  Au fil des pages, on ressent la dégradation des sévices, le courage de Pimlico.  Il m’est arrivé de lire une lettre pour Personne en diagonale.  Même s’il s’agit d’une fiction, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que des femmes dans le monde ont réellement vécu cela.  Cela m’a mise un mal à l’aise.

Bien que mettant en scène trois personnages, soit Pimlico, Elder et Maître A.  L’histoire est principalement racontée par Pimlico.  Je ne sais que penser d’Elder.  N’ayant pas vu le côté romance, mais plus soumission – Maître A – et prépa’ soumission – Elder -, je me réserve un droit d’avis sur celui-ci.

Pepper, nous présente un univers très sombre, qui m’a vraiment mise mal à l’aise, plu et qui mérite d’être développé.  Je ne ressors pas de cette lecture amoureuse des personnages.  En temps normal, le méchant, exécrable se fait – directement – apprécier, ce qui met le lecteur dans une situation inconvenante. Je n’ai pas du tout ressenti cette sensation de gêne durant ma lecture, je l’ai même attendu.  Donc, j’espère voir pondre cette phase, et qui devra par la même occasion faire naître le côté  » romance » de l’histoire.

Enfin, roman plus sombre que romanesque, qui mérite sa suite !

unnamed

Il m’avait arraché plus de réponses sans paroles que maître A en deux ans.  Une compréhension mutuelle nous reliait, une alchimie réunissait nos similitudes.  Que discernions-nous donc l’un chez l’autre ? D’où me venait le sentiment de le connaitre…

Pimlico

Ce fichu lien entre nous s’affirma davantage.  Elle cessa de respirer, me scruta. Le sort qu’elle m’avait jeté se fit plus brûlant, plus intense, plus puissant.

Elder

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Stephanie pour l’envoi de ce Service-Presse

milady-romance[1]

3469900_orig[1]