The Royals / Les Héritiers, tome 5 – Le royaume en danger de Erin Watt

Alexa Hudson.jpg

unnamed

J’ai eu peur ! Oui, oui, j’ai eu très peur après la fin tragique du tome précédent, j’ai vraiment craint, pas trop sur le drame que rencontre – encore – la famille Royals, mais plus sur le fait d’être un rien plus désenchanté par mon attachement pour Easton. Et pour le coup, mon ammouuurrrrr pour celui-ci a fait comme le phénix : il est revenu à la vie !!!

Alors que les Royals traversent encore une tragédie, Easton va devoir jongler entre sa famille et l’amnésie d’Hartley.

Comme dis précédemment, j’avais nourri quelques craintes, qui furent balayé au bout d’un chapitre.  Le roman commence directement après les évènements tragiques du tome 4 et ils sont directement suivi par le drame personnel d’Hartley.

Je me suis un peu agacée, en première partie, je n’ai plus le temps avec les discussions de gamines et lorsque Felicity se joue d’Hartley, je ne savais pas qui je devais gifler en premier la victime ou la menteuse ?  C’était gros comme une montagne et voir Hartley mordre à l’hameçon était vraiment agaçant.  Du côté d’Easton, je n’ai pas retrouvé l’Easton du début, non j’ai retrouvé un nouvel homme, pas un jeune homme, mais un homme qui a dû prendre quelques responsabilités d’adulte, se battre pour son histoire d’amour, se battre pour sa famille.  Et tout cela en moins de 5 minutes, et dire que papa pensait qu’en lui coupant les vivre il deviendrait plus mature… Un bon choc, et c’est parti !

Les Royals sont de nouveaux mis sur la sellette.  Autant dans le premier drame qui les a touchés, je les avais trouvés fort soudés, ici pour le coup c’était Easton contre Tous ! De furtive apparition des autres membres de la famille. BIG BIG Up à l’attention de Sawyer.   La famille d’Hartley n’est pas en reste, on va avancer dans les soupçons autour de son père.  On aura droit bien-sûr à un bon rebondissement et un bon choc.   On voit que les auteures ont voulu avec cet opus mettre un point « final » à cette série … Mais chhuuuttttt un nouvel opus vient d’être publié. Gageons pour voir très très vite l’adaptation VF.

En bref, très bon « end », qui m’a offert un très bel aperçu du personnage d’Easton, un roman toujours aussi bien écrit, des personnages toujours aussi attachants, sans oublier la bonne dose de plaisir.

unnamed

Quand j’essaie de presser sur cette boîte noire dans laquelle est enfermé mon passé, il y a cette impression de mort.  C’est comme si j’étais au milieu du désert, avec personne autour de moi, et qu’il n’y a jamais eu personne.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

******

Les héritiers – tome 1 La princesse de papierLes héritiers – tome 2 Le prince briséLes héritiers – tome 3 La prison dorée

Les héritiers - tome 4 Le prince déchu par [Watt, Erin]
Publicités

Le rythme, tome 1 – Esclave du rythme de Jane Harvey-Berrick

THE (3).jpg

unnamed

Quand Maïween, nous a proposé cette lecture, je n’ai pas attendu plus de 2 jours avant de plonger dans l’ambiance enivrante de « Rythme ».  En tant que couveuse, je n’avais pas du tout capté qu’en arrière-plan nous avions l’image d’un couple uni dans la danse. Le visage en détresse mis en avant plan a capté toute mon attention. Rhooooo et dire que je prône l’amour de la couverture ! J’ai découvert cette auteure grâce à sa série « Cœur à vif » et même si l’histoire était passionnante, celle d’Ash et Laney m’a fait l’effet d’un uppercut.  Ne vous inquiétez pas je n’ai jamais reçu un uppercut à proprement parlé, mais ne lisant jamais les résumés, j’ai été scotché par le drame de Laney et Ash.

Alors qu’il quitte sa Slovénie natale, pour les planches de Las Vegas, Ash va vite découvrir que derrière les fastes liés à l’American dream se cache un autre rêve moins reluisant et plus contraignant.  Jusqu’au jour ou il va croiser le chemin de Laney, une simple cliente de la boite de nuit ou il travaille, elle va devenir sa bouée de secours dans le grand naufrage de sa vie.

TOUT … TOUT … TOUT est bon dans cette romance, qui a été un vrai ascenseur émotionnel. A chaque chapitre, j’ai bien cru que mon cœur allait me quitter.  J’ai suffoqué de plaisir, la passion entre nos héros était belle.  Mais ce qui a prédominé est sans contexte le drame personnel que vit Ash et qui a de facto un impact sur la vie de Laney.  Entre l’envie de balancer ma lisette et celle de voir mon cœur exploser, je me tâte encore sur ma décision.

Laney est très loin du personnage classique, sa petite particularité – que je n’ai pas directement saisi -, aurait pu être un handicap.  Bien au contraire, elle est sa force.  Elle m’a directement plu, j’ai tout apprécié chez elle.  Son courage, sa patience, son amour, son petit trait de caractère, sa force.  La femme qu’elle est. Tout comme Laney, le personnage d’Ash m’a marqué pas seulement pour son amour de la danse, mais pour son courage face au drame qu’il vit.  Sa douleur m’a touché au plus haut point. Oui il m’est arrivée de me dire qu’il était trop brusque avec Laney, mais on se rend vite compte que c’est sa manière d’extérioriser son mal, sa douleur.  Jane a réussi à me faire ressentir chaque étape.  C’était intense du début à la fin.

Je vais vous épargner le paragraphe sur la trame … INTENSE et quelques fois douce saupoudré d’espoir, d’amour et d’envie.  Oui, en mode guimauve !

En bref … Un coup de cœur bien mérité !

unnamed

En vérité, j’avais beaucoup aimé ce baiser.  Et si je me laissais aller à le reconnaître, j’étais sur une pente savonneuse.  Dans un premier temps, j’avais essayé  de me convaincre que l’attirance que je ressentais était superficielle  et ne reposait que sur sa beauté naturelle et exotique.  Puis, je m’étais dit que c’était plutôt l’intensité dramatique de notre rencontre et la sensation du danger que nous avions affronté ensemble, le fait que nous ayons survécu à tout cela.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Maïween et NetGalley France pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo

 

Méfie-toi des étoiles de Elizabeth Craft & Shea Olsen

Alexa Hudson.jpg

unnamed

Je me rends compte que beaucoup de monde parle de Tate Collins, sans distinguer son prénom de son nom, comme s’il n’était pas comme nous, une personne en chair et en os, avec des défauts et des faiblesses.

Cette lecture n’est certes pas un coup de cœur.  Mais dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment d’évasion avec Tate et Charlotte.

La romance est assez classique – le style de romance qui arrive tous les jours …  -, Charlotte, jeune étudiante a planifié sa vie de A à Z, avec quelques règles bien établis dont « ne pas tomber amoureuse », mais ça c’était avant de voir Tate Collins, la star de la chanson entrer dans sa boutique de fleurs.

Cette lecture, instant break, m’a permis l’espace d’un moment de me reposer.  C’est typiquement le type de romance qui vous fait planer. Les héros sont simples : Charlotte, jeune étudiante va tout faire pour casser le passé maléfique des femmes de sa famille, mais elle va tomber amoureuse et tout ce pour quoi elle s’était battue va devenir pour une épine dans son pied.  Attention, on ne passe pas de la petite prude à une demoiselle avare.  Mais zut, on ne vit qu’une fois et son amour l’a rendu belle, et plus épanouie.  Oui, oui je peux le dire, Charlotte a retiré le bâton de son séant, pour ENFIN vivre comme une jeune demoiselle de son âge.  Tate, n’est pas du tout un badboy, il m’a fait un petit badaboum car il m’a permis de sortir de mes habitudes badboytiennes, et de me rappeler qu’un simple jeune homme pouvait vous rendre toute guimauve.

En tant que couveuse, je ne lis jamais les résumés et au vu du titre je m’attendais à un drama.  Que Nenni, ce duo d’auteures, m’a fait passer un moment fort agréable.  Très belle découverte.

A LIRE !!!!

unnamed

Je me force, à fermer les yeux.  Mais mon cerveau  est envahi de souvenirs de Tate.  Je peux encore sentir ses lèvres, sa bouche, sur la mienne, l’empressement de ses mains, le murmure de sa voix, tandis qu’il fredonnait sa chanson à mon oreille.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Melanie pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Destins brisés de Marine Chaparro

THE (1).jpg

unnamed

Cela faisait quelques temps que je n’avais plus lu un YA aussi passionnant, et pourtant si on retire tout le(s) drame(s), la trame est assez simple…. Mais pourquoi faire simple lorsque l’on peut briser des cœurs en passant !?

Depuis les décès des membres de sa famille, Jade vit de famille d’accueil en famille d’accueil. Sa seule constante, sa meilleure amie Pauline.  Jusqu’au jour ou elle intègre la famille de Sasha.

Pour ce qui est de la trame, les personnages ne sont pas des inconnus.  Sasha et Jade avaient déjà eu l’occasion de se rencontrer l’été précédent son arrivée dans la famille.  Autre petit plus, même si Jade est blasée de tout ces voyages en famille d’accueil, je ne l’ai pas spécialement trouvé trop dur avec Sasha.  Oui, il y a eu que quelques prises de bec mais dans l’ensemble, nos héros étaient en total symbiose, pas trop de chichis, oui-non.  De ce côté-là, l’auteure a sauvé les meubles.

On découvre la vie de nos héros et on se rend compte, assez vite que le plus malheur dans l’histoire n’est pas spécialement celui que l’on croit.  Je ne serais dire quel personnage a le plus captivé mon attention, l’un n’allait pas sans l’autre. L’auteure a su m’offrir une histoire simple et pourtant intense dans le fond.  Un très bon mélange qui s’est laissé lire et apprécier à sa juste valeur.

On découvre la famille de Sasha, un père imbuvable, une mère trop patience – avec son mari -, et un petit frère too much.  Du côté de Jade, outre sa meilleure amie, on apprend l’existence d’un oncle avare.  Les amis de lycée de Sasha et Jade, avec Cynthia dans le rôle de la peste.  Si ça ne tenait qu’à moi son personnage aurait pris la tangente depuis belle lurette, Sasha a été bien trop gentil avec elle.

Marine, nous offre une histoire simple et pourtant … Pourtant elle m’a touché, ses mots simples m’ont ému, pas aux larmes, je vous rassure mais le récit d’amour et le combat de nos jeunes héros ont eu un impact sur mon palpitant.

Belle histoire !

unnamed

Beaucoup de choses ne pourront jamais s’arranger.  Quoi qu’on fasse des événements dan la vie ne s’effaceront jamais .  Tu saurais ça si tu faisais un  peu moins attention à ta petite vie parfaite et que tu t’intéressais un peu plus à la réalité.  Parce que la réalité ça craint.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalley France pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Monsters in the dark, tome 1 – Larmes de misère de Pepper Winters

THE (2)

unnamed

C’EST DE LA BOMBE !!!!! Alors je vous rassure, j’ai déjà lu plus hardcore pour mes neurones dans le genre dark romance.  Mais les personnages et surtout le cas atypique de esclave – Tess pour les intimes -, était intéressant, captivant et le sujet si intelligemment posé que j’ai plus cogité sur cela que sur sa captivité en elle-même. Sans oublier la petite parano que j’ai crée dès les premiers actes posés – sur l’enlèvement de celle-ci – .

Malgré ce qu’elle considère comme un handicape dans sa vie sexuelle, Tess, est une jeune fille épanouie et amoureuse de Brax.  Afin de fêter comme il se doit leur rencontre, celui-ci l’emmène sur les plages du Mexique.  Après une petite virée, nos amoureux vont se désaltérer, mais tout ne se passe pas comme prévue : Tess est enlevée, vendue et donnée en cadeau à Q.  Tess est une soumise par nature, mais ce n’est pas une raison pour se laisser soumettre par son nouveau Maître, elle va se battre et tout faire pour retrouver sa liberté.

Comme dis précédemment, j’ai déjà lu des romans dark, tels Penelope Douglas, Anna Zaïres, qui m’ont chamboulés du début à la fin.  Non, pas que Pepper a loupé le coche, mais j’ai commencé cette lecture avec une sensation de déjà-lu et donc je n’étais plus très attentive à l’histoire en elle-même, mais plus dans l’attente de la chute et de me dire  » je le savais ».  Femme de peu de fois, que je suis !!! Que nenni, Pepper a su remonter la pente avec ce petit sujet sous-jacent : soumission et captivité.  Autant au début j’ai eu l’impression que cette facette de l’héroïne était mise en avant pour excuser le fait qu’elle allait s’emboiter avec son bourreau, dans son Manoir français.  Mais on se rend compte que le sujet est tellement bien abordé, que celui-ci coupe la chique aux préjugés : Ce n’est pas parce que je suis une soumise, que j’accepte de me faire enlever et utiliser comme bon leur/lui semble.  Ne pas oublier que le vrai maitre dans ce type de relation est la soumise et esclave, malgré ses penchants et sa captivité l’a bien fait ressentir.  Une femme est née durant cette captivité, et la dualité qui se jouait en elle-même était encore une fois très bien représentée.  Pour cela, je dis chapeau Win’ – on peut se tutoyer maintenant – .

Q., Q., Q., Qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq ! Bourreau atypique.  Je suis directement tombée sur le charme de ce personnage, et non pas directement par son fait, mais par celui de sa gouvernante.  Une vrai tentation avant même de le connaitre, je portais déjà haut l’étendard de son fort, oups Manoir.

Malgré un démarrage un peu confus, Pepper a su me donner envie, me captiver, me donner des frissons, de bonnes grosses pulsations cardiaques, de la rage, du plaisir.  Dommage que le roman se lisse si vite, il lui manquait quelques chapitres pour que je puisse exulter comme il le fallait !!! Gourmande que je suis !!!!

Vivement juillet pour connaitre la suite des aventures de Q et Tess.

unnamed

Bon

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalleyFrance pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Mis à l’essai, tome 1 – Le sportif et l’introvertie de L.H Cosway & Penny Reid

THE (2).jpg

unnamed

Aaahhh je les aime ces histoires d’amour venu de nulle part.  Certes la thématique a déjà été vu, utiliser.  Mais on s’en fiche car le plus important est de ressortir avec la banane au visage et l’envie de continuer la romance.

Dans la vie de tous les jours, Annie bosse dans une agence de stars, comprenez que son boulot consiste à faire de nos bad boy des gendres idéals.  A nettoyer derrière eux si vous préférez !  On pourrait penser qu’Annie dégage un sex-appeal de OUF, et marche tous les jours avec des Lamboutin.  Que nenni. Annie préférerait se couper les doigts de pieds plutôt que de sociabiliser, voir de subir le contact humain.  Non, Annie préfère les interactions virtuelles au travers de son blog : Une Cyber Espionne – UCE pour les intimes –  une blogueuse tendance qui s’amuse – en tout bien tout honneur, avec un humour second degré – à mettre en exergue le petit détail qui pourrait tuer une carrière avant de commencer.  Jusqu’au jour ou elle va devoir redorer le blason du rugbyman venu tout droit de son Irlande natal : Ronan Fitzpatrick.  L’homme a qui elle venait de tailler un costard pour tout l’hiver.

Même si la thématique a déjà été travaillée, j’ai pris un plaisir fou à suivre les péripéties de Ronan et Annie.  Ronan m’a directement plu, il faut dire que ces premiers mots m’ont directement mis la banane.  BON … Ce n’est pas tout, je l’avoue le côté irlandais … Highlander – vous la ressentez la rime, non ? Ce n’est pas grave – moi ça me rend toute chose !!!!! Ronan n’a pas du tout sa langue dans sa poche/bouche.  Il est franc, direct, un peu cachottier mais dans l’ensemble il reste un bon personnage qui a su tenir sa place au sein de la trame.  Annie aka UCE n’a pas pris du temps à se faire apprécier car sa double vie était captivante, je n’avais qu’une hâte la voir s’accepter dans la vraie vie.  On découvre la famille de Ronan ou plus précisément les femmes de sa vie – en moi réunis … Sorry, mais je ne pouvais pas vous laisser partir sans une note musicale – même si la vie de Ronan était bien, je n’ai qu’une hâte à la fin de ma lecture, découvrir la suite … Surtout si elle cible, Luce Fitzpatrick, la sista de R.

En mon sens, L.H et Penny ont réussi leur roman à quatre mains. Avant cette lecture, je ne connaissais la bibliographie des auteures que via le bouche-à-oreille, maintenant je n’ai qu’une impatience – encore une … c’est trop vous ne croyez pas -, les lire séparément.

Enfin, petit moment de lecture fort agréable et qui mérite une suite très très très … VITEEEEUUUHHHHH !!!

unnamed

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et NetGalley France pour l’envoi de ce Service-Presse

L’image contient peut-être : texte

Photo

Je te vois de Clare Mackintosh

THE.jpg

unnamed

Comment voulez-vous que je reprenne le train/bus/métro après une telle lecture?  J’en ai bavé, je ne savais plus si je devais abandonner ma lecture ou demander à faire du télé-travail ! C’est fou comme ce roman a mis en exergue mes fautes.  Tout comme l’héroïne, je monte toujours dans le même wagon, je m’installe à la même place. Vive les TOC !

Bref … Je sors TO-TA-LE-MENT chamboulée de ma lecture.

Ce serait faut de dire que, je n’ai jamais lu un roman policier aussi prenant. Même si j’ai tout savouré d’un bout à l’autre, il m’a malgré tout manqué quelque chose : ma veilleuse !!!

Lorsque Zoé découvre que son image a été utilisée pour une annonce, elle ne s’attendait pas à ce que ces démarches pour faire retirer son image, ouvre la boite à Pandore à un dossier, une enquête encore plus répercutante, que cela soit pour elle ou pour sa famille.

Clare, ne nous épargne rien, à chaque chapitre le suspense est plus intense que le précédent.  J’ai douté de tout le monde : de l’ex-mari aux enquêteurs … Même Zoé est passée au grille ! C’est vous dire le peu de confiance que j’avais en nos héros.

Mais que serait un roman audio sans un lecteur/trice … Je vous promets d’être le plus objectif – possible -, mais quel plaisir, quel plaiiiiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssssssssssssssssssiiirrrrrrrrrrrrr de retrouver la belle voix de Marcha.  #TeamMarcha4Ever.  Bon, je l’avoue avant même de commencer ma lecture, j’étais pré-conquise car je savais que Marcha allait lui donner vie, voir plus !  Son jeu de rôle était encore excellent.  Par contre les interludes, étaient un rien trop flippant, tu aurais pu lever le pied !!!!!!

Comme pas mal d’entre vous j’ai découvert l’univers de Clare avec  » Te laisser partir ».  L’auteure utilise encore l’univers familial pour son intrigue.  Et ça fonctionne, Again !!!! L’enquête policière est très bien menée par l’agent Kelly Swift,  qui n’est pas une oie blanche dans la profession et voit dans cette enquête une manière de redorer son blason.

En bref … Un régal auditif – Avé Marcha – qui m’a troublé et offert juste ce qu’il faut de parano !!!

unnamed

Vous trouvez que je vais trop loin c’est assez grave de risquer la vie de femmes que je n’ai jamais rencontré d’après vous? Mais là c’est trop, comment puis-je risquer la vie de quelqu’un qui est censé compter pour moi ? Il faut que vous compreniez une chose  Cathy mérite ce qui lui arrive, elle a toujours été comme ça.  Elle a toujours monopolisé l’attention, braillé pour se faire entendre pour se faire remarquer, pour être aimée sans se soucier de ce que les autres pouvaient ressentir.  Elle n’arrêtait pas de parler sans jamais écouter .  Voilà, maintenant son voeux s’est réalisé, elle est la vedette.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo