A la dérive de Jane Devreaux

Espace réservé au texte (2).jpg

espace réservé au texte (1)

Une fois de plus j’aime le fait de ne jamais lire un résumé, de me fier à la cover et à l’auteur.e surtout si c’est un.e auteur.e qui m’avait prise par surprise dans le passé et qui m’avait fait découvrir des personnages blessés par la vie et pourtant porteur d’espoir.  Et  » A la dérive », ne déroge pas à cette règle : Jane a encore pondu une petite pépite.

Dans cette histoire, on retrouve Lea, une jeune femme qui n’a qu’un seul but : être en contact avec Adam, hospitalisé dans un centre psychiatrique. Alors qu’elle touche au but, elle va devoir tenir compagnie à un dernier patient, Alex.  Ce qui ne devait être qu’un petit détour, va vite se révéler porteur de seconde chance pour nos héros.

Lorsque l’on débute un roman sans en connaitre la thématique, on entame sa lecture en tâtonnant.  On s’approprie vraiment l’histoire. Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà lu des histoires se déroulant dans un centre fermé et/ou psychiatrique.  Je n’ai pas été mal à l’aise bien au contraire, cela a crée une petite ambiance, très loin d’être malsain, le confinement a joué avec ma curiosité.

Pour cette lecture, j’ai directement été happée par Léa, cette jeune femme prête à tout pour être au plus près d’Adam.  J’ai apprécié l’ambiguïté que Jane fait planer dans la relation entre Léa et Adam.  On découvre assez vite que Léa a dû faire certains choix pour rester vivante. Je n’ai rien contre les badboy mais quel plaisir de retrouver un coeur – corps – écorché qui n’entre pas du tout dans ce cadre.  Alex m’a touché du début à la fin.  Un jeune homme meurtri par la vie qui doit porter sa croix et qui retrouve auprès de Léa de l’espoir, de l’envie et de la vie.  Comme pour Léa, il mûrit au fil des pages, mais garde toujours cette petite crainte sur lui et ce qu’il a été. #Badaboum.  Des personnages annexes, viennent prendre part à la trame : Joris et Charlotte les amis de Léa, la famille d’Alex, son jeune frère, son beau-père et sa mère, je n’ai pas spécialement eu de grief à l’égard de celle-ci mais je lui ai aurais bien fait un bon croche-pied !

Pour conclure : Une très belle surprise tant sur le fond que sur la forme avec des personnages attachants.  A LIRE SANS MODÉRATION !

espace réservé au texte (2)

– Ma sweet hand, je suis à toi. Moi, ce n’est pas grand-chose, mais je n’ai rien de mieux. Je ne peux pas t’offrir ma vie, je suis condamné, je ne peux pas te donner mon âme, je l’ai déjà vendue, il ne me reste que mon corps et il t’appartient. Tu es libre, je te demande juste d’adoucir ma peine en attendant de trouver celui qui te rendra heureuse.

Axel

Tu ne le sais peut-être pas, mais la vie est bien plus belle avec toi et pas uniquement parce que tu m’as rendu ma liberté. Avec toi, je n’ai plus besoin de faire semblant d’aller bien ou d’être heureuse, d’être quelqu’un de gentil ou de compréhensif, je peux être moi sans avoir la désagréable impression que ce n’est pas suffisant. Tu ne le vois pas, mais je me retrouve dans ta douleur, je te comprends.

Léa

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Marion et Marie pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Publicités

On comptera les étoiles de Fleur Hana

Espace réservé au texte (3).jpg

espace réservé au texte (1)

Je sais qu’il ne m’abandonnera pas, parce que je ne me suis jamais sentie aussi aimée… Lui et moi, c’était écrit dans le ciel, comme une prophétie.

Je dois vous avouer que j’avais une crainte quant à ma lecture, par sur le fond ou la forme car Fleur est une auteure à la plume attachante. Non j’avais craint que l’univers YA lui fasse défaut et l’histoire de Sam et Lia est tellement touchante que je lève mes pouces et mes orteils !

Tout les opposes et pourtant Samuel et Amélia, deux lycéens, vont au détour d’un couloir entamer les premiers pas d’une belle amitié.  Tantôt douce, tantôt marrante, tantôt sensible et surtout belle.  Au fil des pages on suit ces ado’s au travers de leur relation.  On  évolue avec eux.  L’un ne va pas sans l’autre, ils sont le Yin et le Yang.  J’ai apprécié que Fleur profite de ces personnages pour pousser le trait sans excès, il garde cette part de maturité « avant l’âge ».  Samuel est un jeune homme compréhensif, patient.  Là ou Lia nous rappellera combien il est parfois dure d’être une jeune fille en quête de réponse.  Et dire que j’ai des jumelles. Aïe caramba !!!!  Du côté des familles, j’ai pas mal ris avec la famille de Samuel, ils entretiennent de si bons et beaux rapports.  Le type de parents que nous aurions voulu avoir et que nous souhaiterions être.

L’histoire est très bien écrite, Fleur m’a fait vibrer. Chaque mot est joliment posé et plus particulièrement la partie mettant en avant Loki… Pour cela, je dis  » one point ».  Même les yeux fermés on ressent la FleurTouch, cet humour piquant, ces petites vérités sur la vie sans entrer dans un cliché redondant.  Non, juste ce qu’il faut.  C’était parfait.

Pour conclure, je ressors de cette lecture les étoiles pleins les yeux mi-riant mi-larmouchant.  Une tuerie que je recommande sans hésiter !!!!

espace réservé au texte (2)

Jamais je ne cesse de lui sourire, de cette manière rassurante qui, je l’espère, fonctionne au moins un peu. Je ne veux pas que sa peur soit liée à moi, au mal qu’elle pourrait craindre que je lui fasse. Au contraire, j’ai envie de la protéger de ce qui la rend si taciturne, aujourd’hui. C’est pour ça que nous sommes ici, et même si ça n’est pas un succès total, ça l’est assez pour m’encourager.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Agents et associés, tome 1 – Premier contact de Layla Reyne

Espace réservé au texte (4).jpg

espace réservé au texte (1)

Quelle belle surprise et quel choc ! Mais plus que tout : Quel choc ! Je vous épargne la partie « je ne lis pas les résumés » et au vu de la cover et du titre, je m’attendais à une romantic suspense et nullement à découvrir que les héros qui ouvraient le bal est un couple M/M et là je me pose la question du choix de collection, – habituellement les romans M/M sont dispo soit sous la collection #exclusif ou illicit – mais je me laisse le soin de lire et peut-être que je trouverais la réponse à ma question.

Huit mois après l’accident qui a coûté la vie à son mari, Gabe et à son co-équipier – mari de sa cheffe et belle-soeur Mel -, Tom Crane, Aidan Talley est de retour au FBI. Il n’a jamais cru à la thèse du simple accident de la route et lorsque Mel va lui proposer de s’associer à Jameson – Jamie – Walker hacker au sein du FBI afin de décrypter les mystères lié à ce drame, Aidan va tout mettre en oeuvre pour retrouver le ou les coupable(s), mais il n’avait pas prévu de mener une bataille à l’égard de ses sentiments pour son nouveau co-équipier, Jamie.

Je dois vous avouer que j’ai commencé ma lecture à minuit et ne m’attendant pas à un M/M j’ai dû m’y reprendre à trois fois pour capter que le personnage qui ouvre le bal est homosexuel et plus que tout veuf après dix ans de relation. L’auteure nous fait directement entrer dans le vif du sujet : le mystère autour de l’accident qui a laissé Melanie Cruz et Aidan, veufs et sans vrais réponses. Aidan, va vite reprendre ses marques, il est clair que cette enquête revêt d’une grande importance pour celui-ci, mais sa collaboration avec l’ancien joueur de basket-ball sera une autre source de tension. Un très bon chassé-croisé, je ne serais dire ce que j’attendais le plus entre la découverte des informations dans la clé USB ou la relation intime de nos héros. La pression va crescendo, il m’était impossible de lâcher mon livre, la plume de Layla est un vrai bonbon, elle a su mélanger comme il se doit romance et enquête policière.

Pour ce qui est des personnages, j’ai directement eu un petit attachement l’encontre de Mel et Aidan qui ont perdu leur tendre moitié, lors du terrible accident. Aidan aka Irish est un homme – 42 ans -, il s’est toujours battu dans sa vie et cette relation était la cerise sur le gâteau, on ressent très bien le lien fort entre lui et Mel. Si suite il y a j’espère qu’il aura un opus consacré à celle-ci car elle joue en mon sens un rôle-clé dans l’enquête – oui j’aime ça développer des théories de dingue quand je lis un roman-. Du côté du gamin, Jameson Walker aka Wishkey, il n’a jamais vraiment caché son orientation sexuelle et son attirance pour son nouvel coéquipier. Bien qu’Aidan ait plus d’expérience sur le terrain, j’ai trouvé que Jamie était l’homme de la situation, dans toutes les phases de l’enquête et de sa relation avec Irish. Un duo captivant. Outre notre trio, au fil des pages on découvre d’autres acteurs-clés à l’enquête, ce qui permet à la trame de garder une certaine dynamique et zéro redondance.

Je suis tombée raide dingounette de l’histoire dans son ensemble, et encore plus de Irish et Whiskey … Je plussoie et ne peut que vous recommander cette série … Oui, oui j’ai fait mes petites recherches et l’Éditeur a prévu la publication prochaine des deux prochains romans …

Pour conclure … Une enquête élégamment ficelée, des personnages captivants, un agréable moment de lecture et une recommandation à ajouter sur vos PAL !!

espace réservé au texte (2)

– Que ferais-tu si tu avais déjà perdu l’amour de ta vie et que tu tombais sur une seconde chance de vivre quelque chose – peut-être l’amour, tu n’es encore sûr de rien – mais qu’avant que tu puisses te faire à cette idée cette seconde chance manque de t’être arrachée ?

Aidan Talley

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

Insaisissable, S2, tome 2 – Provoque-moi de Tahereh Mafi

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

WAOUW ! Et bien je me serais attendue à énormément de choses mais pas à autant d’action, de révélations et un saut de la troisième corde ou d’un avion sans parachute si vous préférez !

Dans cet opus on retrouve Juliette, Warner et leurs compagnons de route.  Mais l’histoire est essentiellement tournée sur le personnage de Nazeera – et Kenji -, cette jeune demoiselle qui rejoins la jeune élite avec une hotte rempli de révélations ce qui permettra à la trame de prendre un nouveau virage.

J’ai une fois de plus été transportée par l’univers de Tahereh.  Les personnages ont encore pris en maturité.  Je m’attache un peu plus à Warner, un personnage qui éclot de plus en plus.  Juliette est toujours aussi habile et aguerrie.  Kenji le petit comique  nous dévoile une nouvelle facette.  J’avais quelques appréhension à l’égard de Nazeera et bien qu’ayant aperçu son personnage, je garde cette sensation que tout n’a pas été dit… Oui grosse parano !

Comme écrit précédemment, la trame est riche en péripéties, à chaque chapitre on en apprend un peu plus sur le Rétablissement et ses actions, et la contre-attaque de nos héros.

Enfin, très bon moment de lecture que j’ai savouré du début à la fin !

Vivement la suite ^^

espace réservé au texte (2)– Je sais que, pour vous, les enfants des Commandants suprêmes sont un ramassis de psychopathes sans foi ni loi, heureux d’être les robots militaires que leurs parents ont voulu qu’ils soient, mais rien n’est jamais aussi simple. Nos parents sont des fous dangereux déterminés à dominer le monde ; ça, c’est vrai. Mais ce que personne ne semble comprendre, c’est que nos parents ont choisi d’être des fous dangereux. Nous, en revanche, nous avons été contraints de l’être. Et ce n’est pas parce que nous avons été entraînés à être des mercenaires que ça nous plaît. Aucun d’entre nous n’a choisi sa vie. Aucun de nous n’a été initié de gaieté de cœur à la torture avant même de savoir conduire. Et il n’est pas aberrant de penser que, parfois, même les individus les plus abjects peuvent chercher une issue à leur propre noirceur.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

20100628104007!michellafon[1]

3469900_orig[1]

****

alexa hudson (2)

Mount Serie, tome 2 – La Reine de pique de Meghan March

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Pourquoi doit-il être qui il est ?

Après le Roi place à la Reine … Mais plus que tout je vais demander une intervention pour mon petit coeur. Ne mettant pas encore remise de mes émotions post-découverte-précoupdecoeur, voilà que Meg – on peut se tutoyer maintenant -, remet le couvert avec cette bombe atomique qui a envoyé valser mes neurones vers une autre galaxie !

Pour la première fois je ne trouve pas mes mots pour vous résumer cet opus car le moindre mot et je vous assure que ce n’est pas faute d’avoir essayé m’oblige à laisser un big spoiles et pour moi il n’ y a rien de plus horrible qu’un spoiles qui vous donne un double uppercut ! Sorry, vraiment.

Dans ce second opus on revient directement après les découvertes de Keira. Une fois de plus les actions vont crescendo, je me suis demandée comment notre belle allait s’en sortir et plus que tout comment Lachlan allait faire revenir sa belle sans passer pour un homme des cavernes !

Je ne me suis jamais autorisé à désirer quelqu’un ainsi. Je dirige un empire, mais je suis parvenu à rester au sommet parce que je n’ai jamais montré la moindre faiblesse. Elle est une faiblesse uniquement si je l’autorise à en être une, et cette connerie s’arrête dès cet instant.

Une fois de plus la trame m’a captivé, je ne serais dire si j’ai passé un meilleur moment avec cette lecture ou la précédente. Le plaisir ne m’a pas quitté à un seul moment. J’ai trouvé que le personnage de Keira bien que n’étant pas une gamine, a pris de la maturité en quelques chapitres, sa force de caractère est montée d’un cran. Les sentiments entre nos héros évoluent, on se dirige vers une vraie relation et non plus sur un fait acté par une convention !  Du côté de Lachlan, le voile tombe d’un cran, il ne nous dévoile pas tout mais cette mise en bouche est un pur délice !!!!  Outre notre duo, on retrouve quelques personnages annexes : V et J sans oublier l’invité mystère !

La plume de Meghan reste soutenue, pas de redondance. Du plaisir pur jus !

Pour conclure, un second opus : captivant, plaisant et sentimentalement plus développé ! I liked !

espace réservé au texte (2)

Comme un toxico en manque qui attend son prochain shoot, chaque fois que je suis avec elle, je recherche à atteindre les mêmes sommets. Sauf que la différence entre Keira et la drogue, c’est que chaque fois c’est meilleur.

Lachlan

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Flore et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texte (5)

The Ivy Chronicles, tome 3 – Délices de Sophie Jordan

Espace réservé au texte (5).jpg

espace réservé au texte (1)

AAMMMOOOUUURRRRRRRR ! L’opus de Georgia est celui que j’attendais depuis le début donc autant vous dire que j’ai fait un triple saut périlleux quand j’ai lu que le héros du jour n’est autre que Logan, le jeune frère de Reece – le petit ami de Pepper -, qui apparaît brièvement dans les précédentes lectures.

Alors qu’elle se remet tout doucement de sa rupture après quatre ans de relation.  Georgia va entamer u nouveau chapitre dans sa vie et le premier acte sera de s’émanciper et se prouver à elle-même qu’elle n’est nullement la fille ennuyeuse décrite par son ex et pour cela, rien de mieux qu’une petite nuit de débauche aux soirées interdites organisée par l’un des étudiants du campus, mais avant même de passer le cap du baptême, le projet de Georgia va être tué dans l’oeuf par Logan qui va s’avérer être un très bon prof pour les grandes découvertes !

La trame.  On rentre directement dans le vif du sujet, après une rencontre embarrassante et un baiser troublant, Georgia va avoir à l’égard de son beau-frère par amitié des sentiments troubles, mais plus que tout Georgia va devoir se battre face à la  » différence » d’âge entre eux – euuuhhhhh il ne faut pas déconner ce n’est plus du tout un gamin -.  Je n’oserais pas dire que les personnages évolues, car la gifle va surtout se faire du côté de Georgia qui en plus de ses sentiments, doit se battre contre une emprise maternelle sur sa vie.

L’histoire est bien ficelée, je me suis un peu plus attachée aux personnages, surtout qu’on les quitte sans vraiment les quitter – Samantha ?????? -.  Le plaisir est omniprésent, mon nid de papillons a pas mal travailler durant la lecture.  Sophie  m’a encore offert un très bon moment de lecture.

Pour conclure, une plume captivante, un couple inattendu, une romance tout en douceur = plaisir diffus !

espace réservé au texte (2)

– Qu’est-ce que tu fais ? murmurai-je.

– J’écris mon nom.

Je distinguai alors le tracé des lettres.  Son nom écrit sur ma peau.  L-O-G-A-N.  Comme s’il venait de poser son empreinte sur moi, qu’il me revendiquait.  Et ça collait avec ce que je ressentais à ce moment précis.

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

****

Espace réservé au texte (3)Espace réservé au texte (2)

MacCoy, tome 1 – L’Ogre et le Chardon

Espace réservé au texte.jpg

espace réservé au texte (1)

C’est à elle de décider si elle te suit ou non. Nous sommes au XXI e siècle, MacCoy. Même si tu l’as revendiquée et qu’elle t’appartient, cette femme reste un être humain. Pas un objet. Le monde a évolué, l’Ogre. Il est temps de t’adapter à la nouvelle condition féminine.

Avant de me plonger dans cette lecture je dois avouer que j’étais plus qu’émoustillée : une romance historique ou RH dans l’univers de la New Romance, est-ce que l’auteure allait nous pondre une vrai RH ou une tentative de RH et le couperet est tombé au bout du troisième chapitre : Cette Romance historique des temps moderne est une romance historique pure jus !

Je m’explique ….

Je ne vais pas revenir sur le couplet, je ne lis jamais les résumés et mon emballement à me lancer dans l’aventure à la suite des nombreux retours positifs autour de cette histoire.  Mais quel ne fut pas mon étonnement lorsqu’au bout de quelques paragraphes, je découvre la mention d’un avion ! Un avion, mais mais  » Houston, I’ve a problem ! », ce roman est censé se passer entre le 15ème et le 18ème siècle, pas au 21ème, qu’est-ce qui se passe ? Me serais-je laissée berné par la cover ? Mais j’ai tenu bon et je ne regrette nullement cela.

Dix ans après la disparition de son père et dix ans qu’elle fuit son passé/son identité, Phèdre Duval aka Ed’ débarque en Écosse afin d’honorer la dernière volonté de celui-ci, mais plus que tout pour mettre de la distance entre elle et son tortionnaire.  Sitôt installée chez les Bains- Elia, Sean et le fils, Callum -sa famille d’accueil, Ed’ va se mettre en quête d’un emploi à  » The Unicorn », le bar tenu par Lachlan O’Connor dit l’Irlandais. Alors qu’elle tend à garder un voile sur son passage écossais, Ed’ va se retrouver au cœur d’une lutte clanique et découvrir que derrière l’image de l’Écosse du 21ème siècle se cache une Écosse encore dicté par les codes et les uses des Highlands des siècles dernier. Ne pouvant la laisser en liberté et devant la protéger des clans, Caleb le chef du clan MacCoy va faire d’Ed sa pupille involontaire ou elle va découvrir un petit clan au grand secret.

Oui, je le dis avec un grand OUI ! Si vous omettez l’avion et tous les outils de la technologie moderne, ce roman est une RH pure jus.  j’ai été totalement captivée par tous les aspects et tous le respect qu’Alexis a tenu à mettre/garder pour son histoire.

Au fil des pages on entre dans les affres des Highlands avec les luttes des clans : Mac Kenzie, Campbell, Douglas, Fraser, MacDonald, Sutherland et mon préféré de tout l’univers * yeux qui brillent* celui … des MacLoed !!!!

Les MacCoy est certes un petit clan au regard de celui des Campbell qui fait partie des Sept, mais cela ne l’empêche nullement de détenir sa garde – secrète – : Dyclan/Limier, Ewen/Bouclier, Duncan/Glaive, Brahn/Serpent, Roy/Ange, Caleb le Chef dit l’Ogre

On voyage sur différentes îles écossaises, celle des Mac Coy, l’île de Inchkeith – Linne Foirthe -île de Skye ou se trouve le domaine des MacLoed et le château de Dunvegan, Inveraray le domaine du Duc d’Argyll, Henry Campbell, la suisse écossaise  » Edimbourg » ou se trouve le bar de l’Irlandais avec son coin VVIP, seule zone neutre ou les clans peuvent se retrouvent sans risquer d’être retrouvé mort dans la seconde.

Au fil des pages je me demandais ou l’auteur allait mener son histoire, impossible de lâcher ma lecture à chaque fin de chapitre, j’étais dans la totale impossibilité de mettre un temps de pause.  Le suspense autour du tortionnaire de Ed’, le secret de Caleb, la trame en elle-même, la découverte et plus que tout  le plaisir, auront été mes compagnons durant ce petit périple.

Pour conclure … Vous devez le lire pour le croire, si on m’avait dit qu’une telle histoire était possible, je n’y aurais pas cru car la RH est ma romance de prédilection et ce petit coup de fouet m’a transporté ! Je le recommande.

Et le mot de la fin…

Il est des sentiments que l’on ne maîtrise pas, milady. Loués sont ceux qui réussissent à résister… et bien tristes, ceux qui ne cèdent pas à la tentation.

Duncan MacCoy

espace réservé au texte (2)

— Et avec elles… c’est pareil ?

— Pareil que quoi ?

— Que dans le placard. Je marque une pause avant d’ajouter :

— Avec moi. Un frisson parcourt Caleb, ses muscles se tendent.

— Et comment était-ce, dans ce placard ? me demande-t-il avec douceur.

Mon esprit me ramène à ce moment, en quête du mot approprié.

— Passionné, finis-je par lâcher. Il le répète du bout des lèvres tout en se penchant en arrière, appuyé sur ses coudes.

— Non, dit-il. C’est différent.

— Comment ?

— Ce n’est pas « passionné ».

— Qu’est-ce que ça signifie ? Qu’est-ce qui n’est pas pareil ? Caleb m’observe, ses yeux s’attardant sur ma lèvre fendue.

— Tout. Mon cœur rate un battement. — Et que contient ce « tout » ?

Le pouce de MacCoy vient caresser ma blessure. Je me laisse faire, hypnotisée par son contact, que je devrais pourtant repousser.

— Je n’ai pas l’impression de perdre mon monde lorsqu’on m’annonce qu’elles ont frôlé la mort.

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

logo-bttm[1]

3469900_orig[1]