Un bonheur imparfait de Colleen Hoover

Chronique (5).jpg

espace réservé au texte (1)

Putain de bordel de merde ! Colleen, m’a encore eu en plein coeur.  J’ai lu ce roman deux fois. Oui, deux fois ! La première fois, je pensais à une hallucination et la seconde n’a fait que me confirmé que cette auteure était au top of the top !

Cette histoire m’a touché, non pas seulement pour le côté sensible de la chose.  Mais parce qu’elle a fait ressortir de vieilles douleurs, que je pensais avoir oublier avec la venue de mes filles et pourtant, il a suffit d’un roman, d’une histoire pour que tous mes souvenirs me reviennent et que je me revois dans les traits et les actions de Quinn et que je réentrevois, ressens la peine qu’a été celle de mon mari #pleurepas !

Tandis qu’elle est sur le point de se marier, Quinn va découvrir que son cher fiancé, Ethan, la trompe avec Sacha, la petite amie de Graham.  Bien des mois après cette double confrontations, Quinn et Graham vont entamer une relation et se marier.  Alors qu’ils coulent des jours heureux d’apparence, le couple n’a qu’un seul souhait : fonder une vraie famille.

Je suis née.  C’est tout ce que j’aurai accompli jusqu’à ma mort.  Je reste au bord du cycle de la vie à regarder le monde tourner et je demeure au point mort.

Je ne dirais pas que j’ai été happée au fil de pages, j’ai vraiment eu cette sensation d’être Quinn, sa douleur m’a bouffé les entrailles, à chaque page, je me demandais ce qui allait m’attendre comment Colleen allait interpréter les échecs du couple, comment Colleen allait nous faire ressentir la douleur de Quinn à chaque couler de sang et test négatifs, ses silences, ses pleurs, cette façade aux yeux de la société.  Tout, tout, tout était authentique, à mes yeux.  J’en ai pleuré de satisfaction.  Oui de satisfaction, car je ne me sentais pas roulé dans la farine, pas d’excès ou d’abus, c’était vrai à mes yeux.  Cette douleur était réel.

Il se rapproche d’un pas assuré, pose une main près de ma tête, me plaque contre la porte. Et je comprends alors pourquoi je le trouve si séduisant.

C’est parce qu’avec lui je me sens séduisante. Avec sa façon de me regarder, de me parler… je ne pense pas que personne d’autre m’ait donné l’impression d’être aussi belle.

J’ai également apprécié que Colleen face évoluer la trame avec des séquences avant pour nous montrer la face bonheur du couple, ses débuts insouciants, ses souhaits, cet amour insouciant qui ne connait pas encore la face B.  J’ai honte de l’écrire, mais bien qu’ayant apprécié ces moments, ce n’était pas ma partie préféré du roman, je voulais vivre dans le moment présent, avec Quinn, garder certes ces bons moments ne pas les oublier, mais je peux vous assurer que lorsque vous souhaitez fonder une famille, vous les oublier très vite !

Outre le point de vue de Quinn, il était bon de lire, le ressenti de Graham, car un couple et un enfant ça se fait à deux ! Lorsque l’on souffre on a l’impression d’être le seul à souffrir, on reste dans sa bulle on se donne une apparence, et les petites remarques/attentions de Graham étaient bien placées.  Quant on dit que « la patience est une vertu » et bien j’y crois quand je vois le personnage de Graham.  Je ne peux qu’applaudir et me ressentir coupable #pleurepas !

Hoover m’a une fois de plus catapulté avec cette histoire sensible sur la fécondité et le souhait d’une femme, d’un couple à vouloir devenir mère, parent.  Certains pourraient penser – à tort-, qu’à force ce n’est plus un souhait mais un caprice, mais je me souviens de ce que mon mari m’a dit à l’époque et il n’y avait aucun caprice, juste un projet de vie de commun.

Pour conclure… Il n’y a pas de vrais mots de fin après une telle histoire : Ajout PAL !

espace réservé au texte (2)

Si j’étais mère, je m’émerveillerais de chaque instant de la vie de mes enfants.  Je serais reconnaissante de les voir geindre ou pleurer de soigner leurs maladies, de les entendre me répondre avec insolence.  Je chérirais chaque seconde qu’ils passeraient à la maison en été et ils me manqueraient sans cesse pendant l’école.

Quinn

Je t’aime chaque seconde de chaque jour depuis l’instant où j’ai posé les yeux sur toi.  Je t’aime plus encore maintenant que le jour où on s’est mariés.  Je t’aime, Quinn.  Merde !

Graham

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Marie et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

logo1[1]

3469900_orig[1]

Kingdom, tome 1 – King de T.M Frazier

Alexa Hudson (3).jpg

unnamed

A situation désespérée, action désespérée.

Ce n’était pas censé se passer comme ça … J’étais censée lire, prendre du plaisir et passer à autre chose … Je dis bien « passer à autre chose« , car moi et ma mémoire de poisson rouge, nous ne sommes pas censées être marqué au fer rouge par une histoire.  Ouiiiiiiiii, mais pas comme ça ! Ce n’était pas censé se passer comme ça … Je ne devais pas y laisser mon coeur, ma rate, mes poumons – en manque d’air – et une frustration ultime saupoudré par des neurones morts durant ma lecture. Et oui, sans oublier que j’ai dû endosser ma cape d’agent secret du livre.  Que d’émotions, chers lecteurs !!!

Après avoir tenté de retrouver la mémoire et sa vie d’avant, Jane Doe, qui erre dans les rues va accompagner son amie, Nikki à une soirée de biker, avec comme objectif de se trouver un homme, un toit, un peu de nourriture et si en prime il pouvait avoir un excellent déhanché du bassin, ça serait TOP ! Forte de son projet, Jane ne se doutait nullement qu’elle allait terminer prisonnière des griffes du grand caïd : Brantley King.

Je ne vais pas vous faire une chronique de superlatif, mais il est vrai que j’ai commencé ma lecture, en me demandant ce que nos héros avaient de si tentant.  Pourquoi est-ce que la rumeur parlait d’une lecture addictif, car le démarrage n’allait vraiment pas dans ce sens, mais plutôt sur du déjà-lu : une demoiselle en détresse, sauvé/enfermé par notre héros, naissance de sentiment commun – syndrome de Stockholm pour grande effarouchée – du grand classique.  Et pourtant, le côté méchant/gentil garçon de King était bien fait, sa volonté de s’offrir un ‘après’, son attachement inconditionnel pour Preppy – mon cœur – et Bear – petit ourson -, sa patience, son aura … Son Lui, en fin de compte m’ont captivé.  Oui, King a reçu la médaille d’honneur du #Gang du slip Kangourou.  A l’opposé, nous avons Jane, une jeune femme amnésique.  On a droit à quelques informations sur elle, depuis son réveil.  Je l’ai trouvé courageuse et adorable.  J’étais un peu méfiante, non pas sur sa perte de mémoire, mais sur son évolution au sein de la trame, allait-elle insuffler un vent du #GirlPower ou aurais-je droit à une plaintive , et ce fut un 3/4 de Girl Power, 1/4 de doute certes légitime face à son passé inconnu.

On découvre des personnages annexes tout aussi important : Bear, le biker et le BFF du King, Preppy … Comme j’ai hâââââââttteeuuuuhhhhh de découvrir leurs histoires * regard du chat botté à l’attention de l’Éditeur *.

Même si la trame a démarré comme une non-inconnue, l’évolution m’a prise par surprise.  J’ai tout A-DO-RE.  Je suis passée par un panel d’émotion et la manche du pull de mon mari s’en souviens encore… Oui, j’ai pleuré ! Je l’avoue.

Il est clair qu’après une telle lecture, je vais inscrire le nom de Frazier sur ma dataList #AuteurASuivre.  Une plume étonnante qui ne m’aura pas laissé de marbre … Quoi que j’étais bien scotchée !!

Pour conclure, un uppercut … Un bel uppercut !!!!!

unnamed

La plupart du temps, je ne te supporte plus.  Ma vie est déjà complexe et tu la compliques encore.  Je n’en peux plus de tes changements d’humeur.  Il faut que ça cesse.  Tu m’aimes bien puis tu veux me tuer; tu veux me baiser, tu veux que je reste avec toi, puis tu veux que je vive ma vie.  Je n’en peux plus, ça me donne le vertige.  Va-t’en ! Je ne veux plus te voir.

Je sais, mais je m’en fiche.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Black feelings de Mo Gadarr

THE.jpg

unnamed

Oyé, oyé chers lecteurs, sortez vos liseuses, tablettes et tout accessoire vous permettant de lire un roman en numérique, car cette bombe doit absolument figurer sur votre PAL.

Cette lecture a été mon Jumanji, sitôt commencé IM-PO-SSI-BLE de la mettre en pause, je devais terminer mon roman.  J’ai été bouleversée durant toute ma lecture.  Si je devais vous résumer l’état dans lequel j’ai lu ce drame… Vous avez déjà tous vu Twilight ? Lors de la transformation de Bella, d’aspect extérieur tout va bien, mais à l’intérieur elle hurle, boue, rage.  Ca c’était moi, à la seule différence que j’ai flanché quelques fois : j’ai grincé des dents, frappé mon poing dans l’air, et pleuré.  Non, je n’ai pas pleurniché mais pleurer.  Mon oreiller s’en souvient encore !

Avant de commencer ma lecture, j’étais totalement conquise.  j’avais déjà fait de Mo un bon auteur, et cela rien qu’en regardant la couv et le choix de la phrase accroche.  Mais je devais connaitre le contenu de ce roman qui me promettait un bon ascenseur émotionnel.  Et ce fut le cas.  Mo aborde un sujet très sensible qu’est l’harcèlement scolaire.  Nos chers petites têtes blondes seront soit le bourreau ou la victime.  Vont soit nous faire passer pour de « bons » parents ou bien pour les pires au yeux de la société.  Malheureusement aujourd’hui l’harcèlement ne commence pas sur les bancs du lycée, avec la montée en puissance de toutes ces vidéos polluantes, de plus en plus de jeunes s’essaient à ses pratiques immorales.  Mais qui suis-je pour juger ? Un parent qui s’inquiète pour ses filles et qui tente du mieux qu’elle peut de faire de ses enfants – de 2 ans , il faut commencer jeunes ! – des êtres bons, et de ne pas avoir peur de mettre des mots sur ce qui est bien ou mal.  Long, long chemin me diriez-vous ! J’ai encore le temps de voir venir et pourtant tout cela me fait peur, très peur même. Le but de cette chronique n’est pas de faire un état de lieu de la situation, je laisse le soin au psy et spécialiste en la matière pour traiter de ce point.  D’ailleurs, à aucun moment Mo ne nous assomme de stats et autres. Non, je dirais même que la plume de Mo n’a pas voulu insister sur un point en particulier, de nous donner une image plus lisse ou plus méchante à l’égard de ces personnages. Mo, nous raconte une histoire, des faits dures, marquants, sans trop insister, sans excès et laisse la porte ouverte à un espoir. Oui, il y a des bons et des méchants et pourtant la redemption, le pardon ne sont pas des concepts optionnels et j’ai apprécié cette aspect de la trame. Donc je vais en rester là et revenir sur l’histoire d’Amandine Lucé.

Amandine et Chloé, ont 15 ans.  Ce sont les filles transparantes de leur lycée. Certes leur statut ne fait pas envier, mais elles s’en accommodent.  Comme tous les jeunes, elles ont leurs passions – lecture – et leur petit coup de crush à l’égard des bad boys du lycée : Mattéo Brady dans le cas d’Amandine et Xavier Garrant pour Chloé.  Après avoir été son binôme dans le cadre d’un exercice, et de quelques échanges par SMS.  Amandine et Chloé vont être invitées par Brady à une soirée privée.  Pensant – naïvement – être devenue les petites amies du duo de choc, Amandine et Chloé vont vite découvrir que leur petites escapades, va leur valoir les pires brimades de leurs condisciples et faire d’elles les souffres-douleurs de Xavier et Joanna.  Bien des années après ce drame, Amandine va recroiser le chemin de Mattéo Brady, devenu comme elle prof de français.  Amandine va se saisir de cette chance, pour mettre un point final aux calvaires subit durant son année de lycée.

Mon jumanji m’a transporté du début à la fin.  L’histoire évoluée dans le passé et le présent d’Amandine/Mandy.  On découvre sa jeunesse noircie par son année de lycée, les marques indélibiles que celles-ci ont laissé dans sa vie de femme adulte.  J’ai été ravie de voir que son parcours scolaire l’ait poussé à combattre le fléau de l’harcèlement scolaire.  Oui, j’ai eu quelques fois envie de secouer la jeune Mandy de 2001 et gifler celle de 2017.  La jeune Mandy me faisait trop enrager, son silence, sa honte m’ont consummé de l’intérieur.  Sans oublier, le discours de l’éducatrice .  La Mandy de 2017 est un nid de frustration, de rage, de haine, à son égard.    LE tout combiné a été une explosion pour mes synapses.  Je ne puis vous parler du personnage de Chloé, sans spoiliers.  Désolée.  C’est horrible ce que je vais écrire, mais l’espae d’un moment j’étais contente qu’Amandine ne soit pas seule dans cette galère, qu’une personne qui puisse vraiment la comprendre, avec sa grosse faiblesse, mais présente pour Amandine.  Mattéo n’est pas en reste, mais je me devais avant de totalement le comdamner connaître sa version de l’histoire.  Mais comme on dit :  » Tout se paie, ici bas ! ».  Seul petit point d’intérrogation : Xavier Garrant.  Je me doute des raisons de ces actes mais je pense qu’il aurait pu mettre des mots sur ces actions passées.

L’histoire est tristement belle.  Touchante.  Merci à Mo pour ce moment de lecture, d’avoir mis des mots simples sur l’un des poisons de notre société. Merci.

unnamed

Dans la vie, différentes choses ont une importance différente. L'argent, la santé, une nouvelle voiture...% (1).jpg

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Marion pour l’envoi de ce Service-Presse

 

Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

THE (8).jpg

unnamed

Edward Cullen pour aller se rhabiller … Mathias est le vampire combative que toutes demoiselles devraient avoir à ses côtés.  Mais lorsque le vampire nous offre un très bon témoignagne, avec un fond d’humour sur son combat contre la maladie.  Je lève les deux pouces et je mets un 20/10 !

Au travers de cette lecture audio, dont le lecteur n’est autre que Mathias.  On revit l’un des moments forts de la vie du chanteur de Dyonysos : son combat contre la maladie.  Lorsque le mal vous ronge la moëlle osseuse, il  ne vous reste qu’une chose à faire : vous battre contre vous-même.  J’ai apprécié la manière à laquelle, l’auteur nous présente son combat.  Le phrasé second degré, ses petites métaphores étaient un vrai plaisir et pourtant, on ressent qu’au fond ce n’était pas la joie.  Qu’il y avait une crainte chaque jour et que chaque lendemain était un de plus vers la guérisson.

Outre son histoire, les petits interludes musical étaient agréable ! Bon, je vais le dire – écrire -, je ne connaissais pas du tout ce groupe avant cette lecture ! Voilà, c’est dit ! J’ai fait quelques petites recherches, mis un nom sur un visage et j’ai vu ce chanteur différemment, mais dans ma tête il restera le martien à bord du skate bord à moteur qui m’aura fait voyager au travers de son périple.

Embarquement dans 5 … 4 … 3 … 2 … 1  ! A  vous de jouer … Ou d’écouter !

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

La tresse de Laetitia Colombani


THE (7)

unnamed

Ce roman est une Ôde à tout ! Je ne serais dire ce qui a été LE plus apprécié durant cette lecture audio.  Laetitia,  m’a offert une bonne uppercut auditive avec  » La tresse ».  Trois destins, trois femmes, qui ne se connaissent pas et dont le destin sera lié.  D’une part par leur volonté de donner un autre sens à leur vie, à leur futur et d’autre part par la volonté toute simple de vouloir exister.

Alors que la société dans laquelle, elle a grandi l’oblige à rester dans sa caste, Smita va vouloir un autre demain, pour sa fille.  Tout d’abord en lui permettant d’aller à l’école comme tout les enfants de son âge.  Mais Smita va vite comprendre que le fait d’avoir la connaissance ne pourra pas permettre à sa fille d’exister normalement.  Seule issue : la fuite.  Au même moment, à l’autre bout du monde deux autres destins se joue. En Sicile, Julia va devoir reprendre les rênes de la fabrique de décoloration de cheveux de son père qui vit ses dernières heures.  Canada. Malgré une grande carrière d’associée dans un grand cabinet d’avocat, Julia mère célibataire, va devoir affronter son plus grand combat : la maladie.

Il est clair que j’ai directement accroché au combat de Smita, cette mère prête à affronter les foudres de la société bien établie pour sa fille, m’a ému aux larmes.  Je n’ai pas découvert le système des castes au travers de la plume de Laetitia.  Mais son phrasé simple pour un si lourd et long combat m’a mise en émoi.  Les destins de Julia et Sarah m’ont tout aussi plu.  J’ai eu quelques griefs à l’égard de Julia, tout ce qu’elle a dû faire dans sa vie privée pour pouvoir exister professionnellement m’a fait enrager.  Et pourtant, pourtant au 21ème siècle ce type d’action ne devrait pas – plus – me choquer.  Mais me révolter !  Même si Julia doit supporter l’avenir de sa famille et de celles des tisseuses de l’usine, son histoire d’amour n’est pas en reste.  L’auteure a un peu survolé ce sujet, je pense qu’il aurait pu être approfondi.

En ce qui concerne la narration, il est toujours intérressant d’entendre les auteurs raconté leur histoire.  Elle vit autrement, pas de jeux d’acteurs, c’est brute et beau.  En plus de nous faire voyager au quatre coins du monde, Laetitia et Rebecca et Estelle ont vraiment donné vie à chaque héroïne, une profondeur et une beauté.  Merci mesdames pour ce beau voyage.

Je ne puis que vous conseiller cette lecture pour ce quelle est : un excellent moment de lecture qui ne vous laissera pas indifférente militante ou pas, femme ou pas, le destin de ces femmes vous touchera de la pointe de votre orteils au bout de votre tresse.

Je tiens encore remericer l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

The Royals / Les Héritiers, tome 2 – Le prince brisé de Erin Watt

THE

unnamed

En temps normal, les seconds opus, je les vois comme un pont. Une transition entre deux grosses phases dans l’action. Mais je vous arrête tout de suite, ce second opus est encore plus puissant que le tome 1. Je suis sortie de ma lecture, complètement lessivée, une boule de nerf qui vacillait entre plaisir et rage.

Et pourtant, le roman commence de manière assez soft. On suit directement les évènements qui ont poussé Ella à prendre une telle décision dans sa relation avec Reed Royal. Ce qui ne devait être qu’un cas isolé, une petite tâche dans la vie du Prince va vite tourner au drama. Reed va comprendre que la boite de Pandore qui vient de s’ouvrir va souffler un vent mauvais autour des Royal que cela soit dans le Manoir ou au lycée, le Prince n’est plus et il va devoir combattre ses ennemis pour retrouver son trône, et surtout pour retrouver sa belle : Ella – #TeamElla4Ever !

Les personnages. On découvre une nouvelle facette de Reed. Bien-sûr, il est toujours aussi craquant, mais mon attention est restée focalisé sur Easton. J’ai vraiment hâte de découvrir ces démons intérieurs, les bribes d’informations n’ont fait que me consumer de l’intérieur – combustion spontanée, bonjour ! -. Les jumeaux, toujours au top ! Les petites surprises, elles sont venues du côté de Callum et Gideon -> D’ailleurs j’attends encore le remboursement pour ma petite visite chez le dentiste d’urgence, ma mâchoire souffre encore ! Sans oublier les mentes-religieuses : Brooke et Dhelia.

La plume d’Erin est montée d’un cran dans les crasses made in Lycéens. J’avais oublié à quel point les lycéens pouvaient être d’aussi sales gosses. J’ai eu plus d’une fois envie de rentrer dans mon roman afin de secouer tous ces étudiants et plus particulièrement Ella et sa garde Royal, qui se sont fait attendre. Je bouillais de rage. Oui, j’ai lu bien pire, mais toujours est-il que la petite Jordan m’a bien fait enrager. Sans oublier Daniel !
Du côté du Manoir, ce n’est pas plus rose, la grenade dégoupillé par Brooke, a laissé derrière elle des Royal sous tension. Une fois de plus, Easton, Gid et les jumeaux ne m’auront pas laissé indifférentes. A chaque fois que j’ai eu l’impression qu’on touchait le bon bout, mais un nouvel accro venait s’ajouter à la maille de fer. J’ai retenu ma respiration jusqu’au bout, j’ai eu envie de tricher dans ma lecture car je voulais savoir, je devais savoir comment tout cela allait se terminer. L’espace d’un moment j’ai eu l’impression d’avoir fait un mini marathon, Erin m’a coupé le souffle !

En bref ce roman est une vraie dynamite : du plaisir, de l’addiction, du suspense, de l’amour, des secrets … Tout, tout, tout pour vous rendre dingue !!!!!

Vivement mars, car là j’ai besoin de respirer … et de savoir !!!!!

unnamed

Je n’ai jamais vraiment eu besoin de quoi que ce soit avant qu’elle arrive.  Maintenant, je trouve ça difficile de respirer sans elle à mes côtés.

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Yoann et Magali pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

****

Les héritiers - tome 1 La princesse de papier par [Watt, Erin]

Un appartement à Paris de Guillaume Musso

Informations :

  • Éditeur : AudioLib
  • Collection : Suspense
  • Nombre de minutes : 583
  • Date de publication lecteur : 7 juin 2017
  • Genre : Suspense, enquête de police
  • Prix  : 20.60€

Résumé :

« L’art est un mensonge qui dit la vérité… » Une plongée vertigineuse dans le monde mystérieux de la création.

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante. Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler. À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires. Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

Mon avis

Peut-on dire d’un auteur qu’il est votre Muse ? Qu’il vous inspire, vous fait du bien, vous mets dans de telles bonnes ou mauvaise conditions … En bref, même si on ne peut pas le dire et bien je le pense de plus en plus en ce qui concerne Guillaume.  J’ai une fois de plus été conquise par sa plume, son histoire.  Arnaud, a su donner vie à cette belle histoire, les personnages ont eu une vie, une présence.  J’ai ressenti l’histoire comme si je la vivais de l’intérieur.  Arnaud, m’a permis de ne pas être juste une oreille attentive, mais un personnage à part entière de l’histoire.

Si vous n’avez pas encore lu/écoute le roman de Guillaume  » L’appel de l’ange », je vous invite à d’abord lire ce tome avant d’emménager dans l’appart, car Guillaume remet en avant son personnage principal : Madeline et il serait regrettable de commencer la story avec un petit paquet de spoiles et de vous choper la chute d’un roman avant l’heure !!! Vous voila prévenu.

On garde le même canevas : Un gars, une fille, une rencontre improbable qui va déboucher sur une enquête au mille et un secret.  Alors qu’ils débarquent à Paris pour soit se ressourcer dans le cas de Madeline, ou travailler sur sa futur pièce de théâtre, dans le cas de Gaspard Coutance.  Nos héros vont vite découvrir qu’ils ont loué le même pied à terre, celui d’un ancien artiste : Sean Lorenz, mort quelques années auparavant d’une crise cardiaque.  Au fur et à mesure de leur échange, Gaspard va apprendre le passé professionnel de Madeline.  En tant que seul héritier de l’artiste, Gaspard, va solliciter l’aide de Madeline afin de retrouver les dernières pièces de Sean.  Mais ce qui ne devait être qu’une quête artistique va ouvrir une autre boite de Pandore, lié au passé familial de Sean.

Guillaume m’a encore donné quelques moments de frissons, j’ai bien apprécié la mini partie ou l’auteur met en avant l’art urbain.  On a pas droit à un cours, on reste objectif, clair et surtout réaliste sur ce nouvel art qui commence de plus en plus à s’inviter dans les musées et nos habitations.  Bon ! Je suis partie prise sur ce point, donc il est clair que j’étais plus qu’attentive sur sa manière d’aborder la chose.  J’ai été ravie de retrouver le personnage de Madeline.  Je l’avais découverte dans L’appel de l’ange.  Il était intéressant de découvrir la part de femme en Madeline, ses souhaits et sa volonté d’être mère.  Une fois de plus, Guillaume m’a ému.  Ayant connu une partie du  parcours de Madeline, ça m’a fait quelques coups au bidou.  Outre cela, l’enquête est une fois de plus très bien mené par les personnages.  On a juste ce qu’il faut de suspense, d’envie et de frisson. J’en ai même pleurer de plaisir.  Mais ne nous leurrons pas, Arnaud a joué en GRANDE partie dans tout ce plaisir. Il l’a décuplé, même.  J’avais déjà eu la chance d’écouter un autre roman de celui-ci, et une fois de plus, j’ai eu de la vie et du plaisir dans mes oreilles.  Il n’y a eu aucune sur-interprétation dans les rôles, une très bonne dose de : souffrance, joie, suspense et plaisir.

Bon ! Vous l’avez compris … Je sors TOTALEMENT ravie de ma lecture audio !!!

A VOS ÉCOUTEURS !!!!!

Coeur1[1].jpg

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo