Le marchand de sable de Alexia Gaia

Espace réservé au texte (4).jpg

espace réservé au texte (1)

Je ferai ce qu’il faut pour qu’elle me revienne.

Je ne serais définitivement pas comment vous décrire le plaisir que j’ai eu à lire l’histoire de Mane et Nott.

Voilà plusieurs nuits que Nott ne dort plus, non pas à cause de soucis personnels mais suite à l’apparition d’un être étrange qui s’invite chaque nuit dans ses rêves.  Un être étrange et intriguant.  Mais lorsque Nott croise le chemin de cet astre dans la vraie vie, elle va découvrir que son monde n’est pas celui qu’elle pensait être.

Comme dis précédemment, ma lecture m’a captivé du début à la fin. Ne lisant jamais les résumés, j’ai emprunté le Bifröst en moonwalk : excitation, ravissement, plaisir m’ont accompagné durant le périple de Nott et Mane. A chaque passage, je m’attendais à un essoufflement, mais Gaia a su maintenir mon attention et aiguisé mon envie. Il est clair que si je n’avais jamais vu les #Avengers mon attention aurait été différente, j’étais dans un environnement familier.

Au fil des pages on découvre les dieux d’Haasgard : Sol, Hel, Kyle, Ella, Kvasir, Meilli – Odin, Hati et Alfheim, leurs implications dans la vie de Mane.  Mane ou Mani, le dieu de la lune et accessoirement héros du roman m’a directement plu son sale caractère, on ne tire pas trop sur le côté méchant garçon et cette petite sensibilité étaient un très bon mélange.  Cet astre torturé en quête de réponse et plus que tout en quête de retrouvé sa compagne envoyé sur terre m’ont rendu toute guimauve.  En ce qui concerne Nott, je n’avais aucune crainte à son égard, car à sa place je me serais plus cru dans la peau d’une héroïne d’un polar, que dans une romance.  Une herculéenne au bord de la falaise de sa vie. Au fil de la trame on découvre les liens tenus entre les personnages, passé et présent communs, les petits secrets des dieux et la raison pour laquelle Nott est la cible de Mane.

Pour ce qui est de l’auteure, je l’avais découverte en mode badboy, babyboom et ce petit revirement n’entrave en rien sa plume, bien au contraire.  J’ai eu du plaisir à la retrouver – après des années Haasgaardien, soit des mois terriens … ou l’inverse – dans ce nouveau registre enchanteur.

Pour conclure, une très belle découverte, dans le fond et dans la forme, une petite intrigue romancée, des personnages astrales captivants et un besoin de connaitre la suite des aventures de #NottMane

espace réservé au texte (2)

Il n’y a que lorsque je ferme les yeux que je la vois. Il n’y a que dans le monde des Songes qu’elle m’est encore accessible, celui dans lequel mes angoisses s’impriment sur mes rêves pour se jouer de moi et se transformer en terreurs nocturnes. Même dans ce monde à part, elle me fuit sans assumer son choix et enfonce la lame brûlante de sa trahison dans mon cœur glacial.

Mane

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Celia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

Publicités

Si Royal & Indécent, tome 2 – Sous les caresses du prince de Lilah Pace

Espace réservé au texte (2).jpg

espace réservé au texte (1)

Je pensais que ça leur prendrait un peu plus de temps avant de s’attaquer à moi.

Tandis que James s’apprête à révéler son plus lourd secret, Ben s’apprête lui aussi à sortir de l’ombre et à devenir le petit ami officiel du prince Régent.  Malgré sa connaissance accru du monde des médias et ses connaissances de la monarchie, Ben va se retrouver face à quelques points d’interrogation sur son nouveau statut et l’impact sur sa vie privée et professionnelle.

Vous savez ce qui est agréable avec les fictions, c’est le moment ou celle-ci rejoint la réalité !  Ouiiiiiii, il est agréable de rêver, et de penser qu’un jour .. Oui un jour peut-être un pays sera gouverné par un Roi… Gay ! Dans mon plat pays qu’est la Belgique cela pourrait se faire, au vu de la séparation entre monarchie et gouvernement fédéral, mais en Angleterre – pays pas du tout choisit au hasard -, le monarque est le représentant de Dieu sur terre, avec tout ce que cela implique.  Pour cela, je félicite l’auteure car ce point est très bien mis en avant, le combat acharné de James à prouver que son orientation sexuel ne peut être considéré comme une tare pour gouverner sur le Royaume-Uni, sans oublier l’offensive de son oncle Richard pour accéder au trône et sa soeur, Indigo, seul souffle de plaisir dans sa vie.  A côté de cette bataille se joue, celle de Ben qui passe de l’anonymat à celui du petit ami, sa vie professionnelle en tant que journaliste se prend un uppercut, sans oublier son identité qui se retrouve mise à mal.  Je ne serais dire qui a été le Héros de l’histoire, chacun à leur manière et par leur combativité ont agrémenté l’histoire d’un zeste d’émotion, de stress, plaisir, interrogation et espoir !  Les personnages de la première heure sont toujours présent, Kimberley l’assistance de James, Indigo et la Reine qui n’aura pas sa langue dans sa poche !

Pour conclure, une histoire d’amour, d’espoir, de combativité qui m’a totalement captivé !

espace réservé au texte (2)

– Bienvenue chez toi, du moins pour le temps que ça durera, mumura James avec un sourire.

Ben relâcha un soupir si bruyant qu’il confinait au sanglot, puis il agrippa James dans ses bras.  Pendant de longues minutes, il pouvait le serrer très fort, inhaler son odeur, en repensant à ces jours où, parfois, il s’était surpris à regretter de n’avoir pas un chez-soi où revenir chaque soir.  A présent, c’était le cas.

C’est pour ça que je fais ça.  C’st pour lui que je fais ça.  Dans l’agitation générale, il l’avait presque oublié.  Heureusement, il s’en était souvenu juste à temps.  Quand il eut  enfin le courage de parler, il chuchota :

– C’était exactement ce qu’il fallait dire.

–  C’est vrai? ( James lui donna un doux baiser sur les lèvres.) Je suis contente que tu aimes la chambre.

Mais ce n’était pas pour cette chambre que Ben lui était reconnaissant.  Car sa maison, c’était James.

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Robin pour l’envoi de ce Service-Presse

JAiBloguePourElle_CMJN_HD[1]

3469900_orig[1]

***

Espace réservé au texte (1)

Sugar Bowl, tome 2 – Sugar Rush de Sawyer Benett

Espace réservé au texte (7).jpg

espace réservé au texte (1)

Une petite suite tout en douceurs et en péripéties !

ATTENTION SPOILES !!!

Sitôt révélé … Sitôt remis en question ! Alors que le poteau rose est enfin dévoilé, Beckett va se mettre à douter sur Sela et plus particulièrement sur lui et son ami et associé.  Ne pouvant supporter d’avoir été dupé, Beckett va vite se ressaisir et mettre tout en oeuvre pour récupérer Sela et lui permettre de mettre un terme à sa quête sans y perdre de plume.

Une suite à la hauteur de mes attentes, en temps normal je crains les seconds opus et là, j’ai dévoré chaque page, ma crainte était dirigée vers Beck qui devait porter deux casquettes : l’ami/collègue et l’amant.  Au fil des pages, on suit les objectifs de Beck et Sela, la petite bombe de Beck, son passé, sans oublier la force de l’amour et la volonté entre nos héros.

En bref, une petite suite pleine de rebondissement avec une fin plus qu’alléchante … Vivement le clap de fin !!!

espace réservé au texte (2)

– Je ne peux pas lâcher l’affaire, lui dis-je doucement. J’espère qu’il entend ma détermination. Le regard perdu dans le paysage de la baie de San Francisco, il me répond : – Moi non plus. Mais j’ai besoin de temps pour réfléchir. Pour assimiler tot ça. J’ai besoin de trouver comment faire pour te venger et réussir à préserver le Sugar Bowl.

– En l’assassinant.

Je lui murmure cette proposition en sachant très bien que ce n’est pas la bonne. Même si je veux le sang de JT sur mes mains – putain, j’ai carrément envie de me baigner dans son sang –, je sais que le risque est trop grand. Je sais que mes chances de le supprimer sans éveiller de soupçon sont très minces. Je sais également que la véritable raison pour laquelle je ne peux pas le faire est que si je me fais choper, je perdrai Beck, et il est ce que j’ai de plus précieux dans la vie. Il est même plus important que mon désir de voir la tête de JT tranchée et servie sur une assiette.

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101092922

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

****

Espace réservé au texte (13)

The Shakespeare Sisters, tome 1 – Les promesses de l’été de Carrie Elks

Espace réservé au texte (6).jpg

espace réservé au texte (1)

Et la promesse d’un agréable moment de lecture ! Si vous recherchez une histoire made in plaisir de la chair du début à la fin passé votre chemin.  Par contre, si vous êtes à la recherche d’une histoire, avec une petite trame, des personnages touchants, sensibles à qui l’on offre une seconde chance … de s’expliquer sous le soleil de Côme : cette histoire … et je dirais même cette saga est faite pour vous !

Après les filles du docteur March, place aux soeurs Shakespeare, pour le moment nous ne pouvons jurer du lien de parenté entre le poète et les demoiselles, mais pour ce qui est de l’amour des mots, je peux jurer du lien entre Cesca et le dramaturge.

Lac de Côme.  Ne s’étant toujours pas remis du soufflet artistique subi, à la représentation gâché de sa première pièce de théâtre, Cesca vit de petit boulot en petit boulot, jusqu’au jour ou son oncle Hugh, va lui proposer un poste de domestique dans une maison près du Lac de Côme, une manière de se ressourcer et de retrouver le goût de l’écriture.  Tout cela aurait pu être possible, avant l’arrivée inopinée de Sam Carlton, le même Sam Carlton qui bien des années auparavant à planté Cesca et son bébé artistique.

Pour ce qui est de la trame, j’ai vraiment tout apprécié, le texte est juste, aucune redondance, je me suis retrouvée face à des personnages sans langues de bois, je m’attendais à un scénario tiré en longueurs, mais les bases sont clairs entre les personnages, pas de faux-semblants ni de fausses notes, tout cela permet à l’histoire d’avancer.

Je ne peux pas retourner en arrière pour me rattraper, mais je peux me battre pour toi.  Je ferai tout mon possible pour te montrer à quel point je tiens à toi.  J’ai failli tout perdre tellement j’avais peur d’être moi-même avec toi.  A l’avenir, je veillerai à ne pas tout gâcher.  Dis-moi que tu me pardonnes.

Bouhhhhh, comment voulez-vous rester de marbre avec une telle déclaration ?

Malgré sa défection et son rôle de méchant, je n’ai eu aucune grief à l’encontre de Sam Carlton, j’ai voulu connaitre ce personnage et la raison de son départ précipité bien des années auparavant.  Je ne dirais pas que je suis tombée amoureuse, mais il entre facilement dans la catégorie #GendreIdéal.  Tout comme, Sam, le personnage de Cesca est attirant, je m’attendais à pas mal de larmoyant de son côté et elle a su me plaire.  On découvre bien entendu au travers de petit moment skype, la famille Shakespaere : Lucy, l’aînée, Juliet la seconde, Cesca et Kitty la benjamine.  Bien que vivant sur des fuseaux horaires différents, les soeurs restent très soudés et en contact.  Du côté des Carlton – veuillez m’excuser ce petit interlude, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser au Prince de Bel-Air, voilà je partage l’info -, nous avons une famille sous pression avec quelques casseroles et deux agréables petites soeurs pour Sam.

Je dois avouer que je ne connaissais pas du tout, l’auteure aucun  bruit de couloir ne met parvenu, c’était la grande inconnue et je ressors de cette lecture totalement captivée et dans l’attente de ces prochains romans.

Pour conclure une très belle histoire, un très bon démarrage, une belle découverte et du plaisir.

espace réservé au texte (2)

Je ne supporte pas de te regarder sans pouvoir te toucher.  Ni d’entendre ta voix lorsque tu t’adresses à quelqu’un d’autre qu’à moi.  Je ne supporte pas de te voir rire si ce n’est pas moi qui te rends joyeuse. Je n’en peux plus, Cesca.  Ca me tue, conclut-il dans un murmure.

Sam Carlton

espace réservé au texte (3)

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Morgane et Celia pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]


3469900_orig[1]

Orion, tome 2 – Les étoiles ne meurent jamais de Battista Tarantini

Espace réservé au texte (9).jpg

espace réservé au texte (1)

Fais le pour moi, Leonie ! Saute !

Commencé en février et terminé début mars … 3 jours pour trouver mes mots me remettre de mes émotions.  Tenter des débuts de rédactions, ne trouver aucun sens à mes mots.  Voir des avis passer et se demander comment les lectrices ont pu mettre des mots sur cette lecture qui je dois le signaler a été une vrai torture !

Quelle idée de faire de ce clap de fin un compte-à-rebours, quelle idée de vouloir partir sur la pointe des pieds comme un voleur de semer sur son passage un vent de tristesse.  J’ai vraiment eu l’impression qu’Orion voulait faire regretter à chaque personne de l’avoir connu, d’être aussi marqué que lui.  Son seul héritage artistique ne suffisait pas il fallait aussi que son empreinte soit gravé en chacune des personnes qui l’ont côtoyé à court-moyen- long terme.

Avant même de me lancer dans cette lecture, je savais qu’elle serait une vrai torture, je dois vous avouer que je l’ai allongé volontairement, je ne voulais pas, je ne pouvais pas mettre un point final à cette histoire. A la vie d’Orion.  A Tout.  Leo me manquait avant même d’être parti et Orion m’avait transpercé avant même d’exister dans mon esprit.

Oui, je sors exténuée de cette lecture, bouleversée par les mots simples et pourtant touchants de Battista.  Le parcours d’Orion au travers des villes et de la danse m’a fait du bien, comme cela a été une torture.  Oh, je me répète mais n’était-ce pas un dernier tour de piste, un dernier étourdissement ?

Je ne suis pas une pro du monde de la danse et j’ai apprécié la rigueur que Battista a mis dans chaque mots, dans chaque souffrance.  Je me demandais quelle idée de faire porter de telle souffrance à ces pieds … Pauvre pied qui je tiens à le rappeler nous porter et supporte !!!

Cette lecture m’a transporté, je ne lui ai trouvé aucune fausse note, ni redondance, bien au contraire, malgré mes pauses et mes craintes de l’après, le plaisir/stress n’aucune tari.  Battista, m’a touché !

Pour conclure, un clap de fin totalement palpitant, beau, qui m’a eu en plein coeur !

espace réservé au texte (2)

Je ne guérirai jamais de lui.  Il fera parti de moi à jamais.  Il est des amours comme ça qu’on ne croit possibles que dans les rêves ou dans les livres.  Jusqu’à ce qu’ils nous tombent dessus.

Dans ses bras, je suis à l’abri.  Dans ses bras, j’oublie le reste du monde, même si, dans ses bras, j’ai mal en pensant à demain.

Leo

J’ai besoin de toi ! Tu as besoin de moi aussi, tant que je suis là ! Même si c’est comme ça ! Tu es vivante comme ça.  Tu n’as jamais été si toi comme ça.  S belle …

Orion

espace réservé au texte (3)

bitmoji-20181101093155

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia et Morgane pour l’envoi de ce roman

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]

*****

espace réservé au texte (4)

La cage dorée de Blanche Monah

Espace réservé au texte (9).jpg

espace réservé au texte (1)

Mon ange, je murmure tout seul, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui ait autant besoin d’aide que toi.

Comment faire pour apprécier une lecture dont le sujet est juste dégueulasse, n’ayons pas peur des mots.  L’inceste ! Qui pourrait se dire que ce type d’action est top ? Qui ? Pas moi et pourtant, Blanche a su me faire apprécier la lecture dans son ensemble, tout comme elle m’a fait rager.

Arnaud ce « père » de famille, divorcé, qui a la garde de sa fille va faire, d’elle, sa femme dès son plus jeune âge.  En plus d’abuser de sa fille, il va faire d’Heather, une soumise et la prêter à son associé, Jérôme.  On pourrait blâmer Heather de rester dans ce cercle infernal alors qu’elle est majeur mais je ne l’ai même pas juger sur ce point.  J’avais juste envie d’arracher les tripes de son père et de son fiancé.  Il lui faudra attendre son 21eme anniversaire, un stage dans une agence de photo et sa rencontre avec Phenix pour se sauver.

La trame est captivante, j’ai apprécié que Blanche ait donné un droit de paroles à tous les protagonistes.  On ne reste pas avec des « et si », ainsi que des interrogations sur les actions.  Certes Arnaud et Jérôme sont d’office à brûler sur le bûcher, mais je suis ravie d’avoir eu leur point de vue.  Je ne reviendrais pas sur celui de Simone, la mère d’Heather -> Sans commentaire.  Le seul point qui m’a fait enrager : la proposition de séance photo de Phenix.  Comment faire une telle proposition à une jeune demoiselle meurtrie dans sa chair et fraîchement libérée ? Heather, à aucun moment, durant ma lecture, je n’ai eu envie de la secouer, je l’ai trouvé courageuse et touchante.  Phenix, mise à part, la séance photo, il est intelligent et héroïque.  J’ai tout aimé dans ce petit couple.

Avant de me lancer dans cette lecture, je savais que le(s) sujet(s) abordé(s) serai(en)t dur(s), mais ZUT ! Démarrer en apprenant que l’héroïne est la victime de tel action, je vous avouerai que je savais pas si j’allais réussir à aller au bout de ma lecture, sans détruire mon livre.  Blanche tu as réussi à me faire apprécier une lecture avec un sujet ignoble.  J’ai été mal à l’aise, en colère, j’ai ris – oui oui, la maman de Phenix m’a fait rire, elle m’a fait penser à ma mère -, mais surtout j’ai gardé espoir.

Pour conclure, une trame captivante, un sujet percutant, des héros attachants, une plume limpide et touchante.  JE RECOMMANDE CETTE LECTURE LES YEUX FERMES !!!

espace réservé au texte (2)

J’ai une pensée pour Phénix, qui me demande de lui avouer mes secrets.  Comment pourrais-je ?  Comment raconter à quelqu’un ce que je vis, jour après jour?  La honte m’étoufferait avant que j’en sois arrivée à la moitié.  Néanmoins, je me réconforte en m’imaginant dans ses bras, entourée par ses bras si forts, par son odeur consolante, bien à l’abri contre lui.  Et c’est ainsi que je parviens finalement à trouver le sommeil.

Heather

J’ai éduqué Heather pour qu’elle accepte tout de moi, sans un mot de protestation, sans espérer me voir céder à ses suppliques.  Je la possède entièrement et peux faire ce que je désire de son corps.

Arnaud

espace réservé au texte (3)

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Olivia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

AVT_ditions-Blanche_3133[1]

3469900_orig[1]

Sugar Bowl, tome 1 – Sugar Daddy de Sawyer Bennett

Espace réservé au texte (13).jpg

espace réservé au texte (1)

Infiltrer.

Tuer.

Recommencer.

Garde ton objectif en vue, Sela.

Je ne vais pas revenir sur le couplet je ne lis jamais les résumés.  Mais avant même de me lancer dans cette série je savais que j’allais y laisser des plumes : (1) la triple cover qui est un très bon choix de la ME (2) le sujet #SugarDadddy, ces jeunes demoiselles qui moyennant une petite rétribution accompagnent des hommes en âge d’être leur papa … Même si on ne parle pas directement de sexe, il est clair que cela est plus qu’attendu par le Daddy (3) l’auteure … Of course ! Mais revenons-en à la story.

Je vais faire payer à Jonathon Townsend tout ce qu’il m’a fait subir.

Alors qu’elle vient de fêter ses 16 ans, Sela Halstead  va être droguée et violée.  Alors qu’elle vit au jour le jour, sans oublier le drame de sa vie, Sela va découvrir que son violeur coule des jours heureux et qu’il est à la tête du  » Sugar Bowl » une société de service et d’accompagnement de  » Sugar Babies ».  N’écoutant que son courage et son envie de vengeance, Sela va saisir cette opportunité pour approcher Jonathon Townsend et le tuer.  Bien qu’ayant un plan défini, Sela va se retrouver face à un pépin de taille : Beck North, l’associé et ami de Jonathon.

Au vu du sujet – et du titre … à juste titre !!! -, je m’attendais à suivre une énième histoire d’étudiante  » sugar babies », qui allait réussir, par je ne sais quel miracle à faire flancher le grand milliardaire.  Que nenni.  Le prologue un peu décousu et ô combien intriguant m’a directement mise dans l’ambiance.  Je m’attendais à trouver une jeune femme fracassée et faible, mais Sela est une guerrière.  Je ne lui ai trouvé aucune fausse note.  Bien qu’ayant un rôle de chevalier (in)volontaire, je ne sais que penser du personnage de Beck, j’ai envie de croire à la face gentil garçon qu’il présente et pourtant une part de moi, reste sur la défensif.  Je vais attendre le second opus avant de donner mon avis sur celui-ci.  Jonathon, oui JonaTHON a un droit de parole et une bonne description sur l’ordure qu’il est jusqu’à la moelle, donc autant vous dire que j’ai hâte de le voir manger les pissenlits par la racine !!!

Bien qu’ayant un objectif précis, la trame tourne principalement autour de Beck et Sela.  Pas que je n’ai pas apprécié mais j’attendais plus d’inquisitions dans le chef de Sela, tout cela a pris un peu de temps et moi je souffrais d’une combustion.

J’avais découvert la plume de Sawyer par le plus grand des hasard et j’avais regretté à l’époque que sa série ne soit plus traduit et ce retour, si je puis dire, me fait plaisir.  Sawyer aborde sans trop entrer dans les détails un double sujet : le viol et les sugar Daddy.  Gageons pour que les opus à venir soit un peu plus fourni sur ces points.

Enfin, très très trèssssssssssssssss bon démarrage, une histoire captivante, des héros qui ne demandent qu’à évoluer, une love story en gestation et une plaisir qui ne demande qu’éclore.

Affaire à suivre ^_^

espace réservé au texte (2)

Je réfléchis un instant à ce que j’ai, sur ma relation avec Beck.  Il m’a donné tellement plus que de l’argent pour payer mes études.  Il m’a aussi donné plaisir et respect.  Il m’a donné de l’amour-propre.  Beck a fait en sorte que je ne me considère pas comme une victime.  Sans ce poids sur mes épaules, je dois me demander en quoi j’ai besoin de me venger.  Et que se passerait-il si je laissais là ma colère et ma rage pour ouvrir l’espace laissé libre à Beck North?

espace réservé au texte (3)

 

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Célia et Morgane pour l’envoi de ce Service-Presse

hugo new romance 2[1]

3469900_orig[1]