Je te vois de Clare Mackintosh

THE.jpg

unnamed

Comment voulez-vous que je reprenne le train/bus/métro après une telle lecture?  J’en ai bavé, je ne savais plus si je devais abandonner ma lecture ou demander à faire du télé-travail ! C’est fou comme ce roman a mis en exergue mes fautes.  Tout comme l’héroïne, je monte toujours dans le même wagon, je m’installe à la même place. Vive les TOC !

Bref … Je sors TO-TA-LE-MENT chamboulée de ma lecture.

Ce serait faut de dire que, je n’ai jamais lu un roman policier aussi prenant. Même si j’ai tout savouré d’un bout à l’autre, il m’a malgré tout manqué quelque chose : ma veilleuse !!!

Lorsque Zoé découvre que son image a été utilisée pour une annonce, elle ne s’attendait pas à ce que ces démarches pour faire retirer son image, ouvre la boite à Pandore à un dossier, une enquête encore plus répercutante, que cela soit pour elle ou pour sa famille.

Clare, ne nous épargne rien, à chaque chapitre le suspense est plus intense que le précédent.  J’ai douté de tout le monde : de l’ex-mari aux enquêteurs … Même Zoé est passée au grille ! C’est vous dire le peu de confiance que j’avais en nos héros.

Mais que serait un roman audio sans un lecteur/trice … Je vous promets d’être le plus objectif – possible -, mais quel plaisir, quel plaiiiiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssssssssssssssssssiiirrrrrrrrrrrrr de retrouver la belle voix de Marcha.  #TeamMarcha4Ever.  Bon, je l’avoue avant même de commencer ma lecture, j’étais pré-conquise car je savais que Marcha allait lui donner vie, voir plus !  Son jeu de rôle était encore excellent.  Par contre les interludes, étaient un rien trop flippant, tu aurais pu lever le pied !!!!!!

Comme pas mal d’entre vous j’ai découvert l’univers de Clare avec  » Te laisser partir ».  L’auteure utilise encore l’univers familial pour son intrigue.  Et ça fonctionne, Again !!!! L’enquête policière est très bien menée par l’agent Kelly Swift,  qui n’est pas une oie blanche dans la profession et voit dans cette enquête une manière de redorer son blason.

En bref … Un régal auditif – Avé Marcha – qui m’a troublé et offert juste ce qu’il faut de parano !!!

unnamed

Vous trouvez que je vais trop loin c’est assez grave de risquer la vie de femmes que je n’ai jamais rencontré d’après vous? Mais là c’est trop, comment puis-je risquer la vie de quelqu’un qui est censé compter pour moi ? Il faut que vous compreniez une chose  Cathy mérite ce qui lui arrive, elle a toujours été comme ça.  Elle a toujours monopolisé l’attention, braillé pour se faire entendre pour se faire remarquer, pour être aimée sans se soucier de ce que les autres pouvaient ressentir.  Elle n’arrêtait pas de parler sans jamais écouter .  Voilà, maintenant son voeux s’est réalisé, elle est la vedette.

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

Publicités

Trilogie des ombres, tome 2 – La femme de l’ombre de Arnaldur Indridason

2

unnamed

Ouh la la, j’ai vraiment eu du mal à me remettre dans le bain.  J’avais complètement oublié l’intrigue de base, j’ai dû m’y reprendre à deux fois avant de tout resituer.

Dans ce second opus Thorson et son équipe ne vont pas chômer.  Entre la découverte macabre d’un corps rejeté par la mer, la disparition d’une jeune femme bien connue des militaires et leur précédente enquête, notre petit duo aura du pain sur la planche.

On entre directement dans le bain des sujets, même si je dois dire que j’ai eu un peu de mal avec les différents chassé-croisé car j’étais directement en quête de comprendre le lien tenu entre celles-ci, sans oublier cette jeune dame qui attendait le retour de son promis.  Les différents voyages dans le temps, – passé, présent, futur- ne m’auront pas aidé.  Bien au contraire.

Heureusement pour moi, en tout cas la seule chose qui m’a permis de garder la tête hors de l’eau : Philippe Résimont !  Sa lecture était encore un petit plaisir auditif, même si à quelques moments, j’ai décroché.

Enfin, second opus un peu trop tiré en longueur, qui a pris du temps avant d’être cohérent, agréable à suivre avec une fin tellement rageante que je n’ai qu’une hâte découvrir ce dénouement.  En espérant qu’il n’arrive pas trop tard !

Affaire à suivre.

unnamed

 

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

***********

 


 

Noir comme la mer de Mary Higgins Clark

THE (12).jpg

unnamed

Alvira la detective Millionnaire a encore frappé ! Quelle plaisir de retrouver Alvira et Willy, ce petit couple à bord du paquebot.

Alors qu’ils entament une petite croisière, Alvira et ses compagnons vont apprendre le décès mystérieux de la richissime Lady Em qui aura attiré à elle tout les regards en emportant dans ses bagages le collier de Cléôpatre.

Le suspense est une succession de drame, à chaque chapitre, un nouvel élément vient s’ajouter à l’enquête, car tous les passages sont considérés comme suspects, que cela soit la dame de compagnie de Lady Em, son conseiller, la gémmologue, Celia ou bien l’Homme au 1000 visages, qui a promis de substituer le collier à Lady Em, coûte que coûte.

Les personnages étaient tous très intérressants, il est clair qu’au début j’ai eu un peu de mal à pouvoir tous les situer par rapport à Lady Em.  Celia, la gémmologue était un personnage à part.  Flouée par son ancien fiancée, Celia va devoir faire en sorte que l’enquête menée sur terre contre celui-ci n’affecte en rien son travail et plus particulièrement ses rapports avec les passages.

Une fois de plus, la plume de Mary m’a transporté, certes j’ai eu quelques fois le mal de mer avec nos héros, mais Rafaèle  m’a permis de tenir la barre.  Son jeu d’actrice était très très bien, fait, sans oublier les petites adaptations sonores tout au long de la lecture.   Un régal auditif que je vous recommande !

 

unnamed

Je tiens encore  à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

Mores, Episode 2 – Expiation de G.A O’Neill

THE.jpg

unnamed

Une suite à la hauteur de son prédecesseur ! J’étais tellement contente de (re)trouver Anthony.  On découvre encore un peu plus l’homme.  Ou en tout cas la pointe de l’iceberg Anthony !

Tandis que l’ancienne équipe de Charly travaille sur un nouveau dossier, Anthony ne peut s’empêcher de penser à son ancienne collègue et amie, Charly partie au bout du monde avec son crush du moment, Thaon.  Jusqu’au jour au Charly ne donnera plus signe de vie, Anthony sent qu’il est arrivé quelque chose à son amie, et la seule manière de l’aider et de réouvrir le dossier Morès.

Le personnage d’Anthony, avait plus que titilé mon attention dans le 1er épisode et j’ai été ravie de le voir au 1er plan.  Non, je vous assure je ne le savais pas, je n’avais pas lu le résumé.  Certes, Anthony tient la vedette mais oups ce n’est pas son personnage qui m’a marqué mais celui de Paul, son collègue. Ouiiii, j’ai honte, mais c’est de la faute de G.A c’est elle qui balance du lourd et puis pouf plus rien ! On retrouve des anciens personnages, dont Camille et Livremond.

La trame, tourne principalement sur la disparition de Charly et sur l’enquête autour de Morès.  le chassé-croisé entre les deux enquêtes est très bien ficelé, un peu long car j’avais vraiment envie de les voir fusionner.  Mais dans l’ensemble on a juste ce qu’il faut de suspense.

G.A nous offre un second opus transitoire et qui mérite son 3ème épisode … AU PLUS VITE !!!!!

unnamed

Désir, caprice, volonté.  Anthony prononça à haute voix ces trois mots qui formaient le sens premier de mos, moris.  En fin de compte, tout se confondait.  Le désir ou caprice des uns se retournait contre eu pour devenir la volonté d’un seul.  Les moeurs soi-disant libres n’étaient au fond qu’un savant moyen de manipulation.

 

Je tiens encore à remercier l’Éditeur et plus particulièrement Soisic Belin pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

*****

THE

Ragdoll de Daniel Cole

THE (9).jpg

unnamed

Autant la lecture, l’histoire a été un réel plaisir autant j’ai eu un peu de mal avec le lecteur.

Alors qu’il doit encore porter le fardeau de sa dernière investigation, l’inspecteur Wolf va reprendre du service, avec l’enquête ‘Ragdoll’, qui n’est autre qu’un corps recomposé des membres de 6 victimes et d’un meurtrier qui aura dressé une liste de ses prochaines victimes, dont l’inspecteur Wolf.

Comme dis précédemment, j’ai été happée par l’enquête policière.  J’ai directement tiqué sur le personnage de Wolf.  Cet ancien policier va passer de looseur à l’homme de la dernière chance.  Il mène très bien son enquête, malgré la pression venue de toute part.  Sa co-équipière n’est pas en reste, Baxter.  Je l’avais trouvé un peu à côté de la plaque dans la 1ere partie de ma lecture, mais au fil des pages, j’ai pu m’approprier ce personnage.

Le côté suspense est omniprésent à chaque chapitre.  J’ai apprécié le chassé-croisé entre les deux enquêtes étroitement liées.

En ce qui concerne le rôle du lecteur, Damien, m’a certes transporté mais dans l’exercice, j’ai connu plus intense.  Oui, il donne vie aux personnages, il m’a donné envie, sans plus.  Je ne suis pas sortie de cette lecture amoureuse du lecteur, il m’a marqué mais pas comme je voulais.  J’ai hâte d’écouter un autre roman du lecteur, je ne veux pas que notre 1ere fois soit marqué du sceau d’un petit échec auditif.

En bref, une superbe enquête policière raconté par un lecteur qui ne m’aura pas tant marqué.

unnamed

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

Au fond de l’eau de Paula Hawkins

Informations :

  • Editeur : AudioLib
  • Collection : Suspense
  • Nombre de minutes : 688
  • Date de publication audio : 5 juillet 2017
  • Genre : Suspense, enquête policière, drame familial
  • Prix : 24.40€

Résumé :

En froid avec sa soeur Nel depuis des années, Julia n’a pas voulu lui répondre lorsque celle-ci a tenté de la joindre. Une semaine plus tard, le corps de Nel est retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, la ville de leur enfance. Obligée d’y revenir, Julia est terrifiée. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa soeur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c’est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.
Julia, Lena, Nel : avec ce superbe portrait de trois femmes en quête d’elles-mêmes, aux prises avec les pesanteurs du passé.

Mon avis

Avec cet opus, Paula revient en force ! J’avais adoré  » La fille du train » et une fois de plus Paula, met en avant un trio de femmes, unie par le sang et par la mort.

Beckford.  Suite au décès prématuré de sa soeur, Nel, Julia/Jules est de retour dans la ville de son enfance.  Cette ville qui a été son purgatoire, son supplice.  Mais derrière cette mort se cache surtout des non-dits entre les soeurs, et un drame qui va bien au-delà des profondeurs de la rivière.

Comme dans son précédent opus, les femmes sont mise en avant.  J’ai directement accroché au personnage de Lena, cette jeune demoiselle qui a perdu très tôt sa mère, qui se retrouve coincé avec une tata qui n’a jamais voulu entendre parler d’elles et qui n’a pas encore fait le deuil de la mort de sa BFF, Claire, survenu quelques jours avant celui de sa mère.  Autant vous dire, qu’Atlas a prit les traits de Lena !  Julia, est un bon personnage, mais elle ne m’a pas tant mise en émoi.  Malgré la mort,  le fantôme de Nel est fort présent au sein de la trame.  On découvre un autre duo de femmes : Hélène et la policière qui ont un rôle prépondérant au sein de la trame.  Quelques hommes vont faire leur apparition, et Josh reste mon personnage préféré.

La trame évolue crescendo, on découvre assez vite le lien tenu entre les différents décès qui ont eu lieu à la rivière.  Cette même rivière qui a été quelques années auparavant le lieu du supplice de Julia.  Le chassé-croisé entre passé/présent, les morts de Claire et Nel.  Rebondissement sur rebondissement.

Julien, Clémentine, Marie-Eve et Lola ont fait un travail du tonerre des braises ! J’ai adoré leur jeu de rôle.  Il m’est difficile de vous dire quelle interprétation, m’a plus plu.  Donc, je sonne un EX-EAQUO et une standing ovation !

Enfin, des lecteurs au top, une story qui vous noie de plaisir … En bref … A ECOUTER !

Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse

audiolib[1]

Photo

Trilogie des ombres, tome 1 – Dans l’ombre de Arnaldur Indridason

Informations :

  • Editeur : AudioLib
  • Date de publication audio : 16 août 2017
  • Collection : Suspense
  • Nombre de minutes : 557
  • Genre : Enquête policière
  • Prix : 23.40€

Résumé :

Un représentant de commerce est retrouvé dans un petit appartement de Reykjavik, tué d’une balle de Colt et le front marqué d’une croix gammée dessinée
avec son sang. Rapidement les soupçons portent sur les soldats étrangers qui grouillent dans la ville en cet été 1941. Deux jeunes gens sont chargés des investigations : Flovent, le seul enquêteur de la police criminelle d’Islande, ex-stagiaire à Scotland Yard, et Thorson, l’Islandais né au Canada, désigné comme
enquêteur par les militaires parce qu’il est bilingue.
Les multiples rebondissements de l’enquête dressent un tableau passionnant de
l’Islande de la « Situation », cette occupation de jeunes soldats qui sèment le trouble parmi la population féminine. Ils révèlent aussi des enquêteurs tenaces,
méprisés par les autorités militaires mais déterminés à ne pas se laisser imposer
des coupables attendus.

Mon avis

Cela faisait quelques temps que je voulais lire un roman de cet auteur, et je vous avouerais que lorsque j’ai appris que la plupart de ces romans étaient sorti comme des One-Shot, alors qu’ils étaient issu de série, j’avais un peu « abandonné », mais grâce à AudioLib, j’ai pu entamer mon marathon Arnaldur et même si ce roman n’est pas un coup de coeur, il aura marqué le début d’une longue collaboration et plus encore si Philippe continue la série.
Islande, 1941.  Tandis que l’Europe est sous l’occupation allemande, un homme va être retrouvé mort tué par une arme américaine, ce qui obligera les polices islandaise et militaire à collaborer sur cet homicide.
On entre directement dans le bain, même si je dois avouer que j’ai eu un peu de mal avec tous les personnages, il m’a fallu les situer ne pas oublier leur implication dans l’histoire et à chaque chapitre un nouveau rebondissement se fait jour, ce qui apporte son mini lot de personnages, mais dès que l’implication de chaque individu est défini on ressent de plus en plus cet étau se resserer autour des personnages.
J’ai directement accroché au personnage Thorson, je l’ai imaginé sous les traits d’un jeune bleu.  Flovent pour sa part, je le voyais entre deux âges.  Ils ont formé un bon duo, même s’il enquêtait dans des buts bien différents.  On découvre un petit panel de personnages, que ce soit les amis/collègues/famille de la victime, du présumé coupable, mais surtout le lien tenu entre le drame et le néo-nazisme en Islande.  Même si cette information est plus que capitale dans le déroulement de l’enquête, je dois dire que j’ai eu l’impression qu’Arnuldar n’insitait pas trop sur ce point : On en parle, sans en parler.  On entre dans le sujet, sans trop en dire.  C’était une sensation bizarre.
L’histoire est une fois de plus très bien narré par Philippe, que j’avais déjà eu l’occasion d’entendre sur le roman de Gilles Legardinier  » Complètement cramé « .  Un plaisir auditif que je vous recommande, soit dis en passant.  Mais pour en revenir sur la prestation de Philippe, dans cet opus.  J’ai trouvé que sa voix allait crescendo ici, une sensation d’être blasé dans la 1ere partie, qui m’a fait craindre le pire, mais qui est devenu de plus en plus puissante au fur ou à mesure ou la trame évoluant.
Par ailleurs, je voulais attirer l’attention de l’Editeur sur le choix musicial lors des interludes… Euuuuhhhhh ! Vous ne pensiez pas que l’histoire était déjà assez suspensive que pour ajouter cette petite note, qui m’a quelques fois fait plus flipper que l’histoire en elle-même.  Je suis une petite nature, merci de veiller sur les petits battements de mon coeur la prochaine fois … Ou de mettre une petite note avant lecture 🙂
Enfin, une histoire bien ficelée, un suspense bien dosé et un lecteur au TOP !
Je tiens encore à remercier l’Editeur et plus particulièrement Pauline pour l’envoi de ce Service-Presse
audiolib[1]
Photo