Les Somber Jann, tome 1 – Jaylen de Cynthia Havendean

img_6274

Informations :

  • Editeur : Auto-Edité
  • Collection :
  • Nombre de pages : 374
  • Date de publication livre : xxx
  • Date de publication ebook : 10 mai 2017
  • Genre : Thriller, drame
  • Prix : 9.49€

Résumé :

J’habite dans la ville de Williston, dans le Dakota du Nord, l’étrange famille Somber Jann s’installe juste en face de chez moi Je suis Engy, une jeune fille de 16 ans. Un soir, avant d’aller à une fête bien arrosée, je me retrouve poursuivie par un groupe d’inconnus. Juste avant qu’ils ne m’enlèvent, mon voisin arrive à mon secours. Tel un psychopathe, d’un seul coup de couteau agile, Jaylen tue de sang-froid mon agresseur. Avait-il déjà tué avant ce soir-là ? Me sentant redevable, intriguée et attirée face à mon sauveur, je ne cesse d’espionner cette famille. Je tente par tous les moyens de m’approcher de lui. Ce que je ne sais pas encore, c’est que je suis en danger à ses côtés Maintenant, j’en sais trop sur cette famille Je suis la captive non pas d’un héros, mais d’un tueur en série !… Pour les 16 ans et plus.

Mon avis

Lorsqu’Audrey, admin de la page Dark Romance, nous a proposé cette lecture.  J’ai foncé, comme pas mal de nos acolytes.  La seule chose qui n’était pas prévue au programme c’était de voir la date de publication repoussée à deux reprises.  Je me suis même demandée si la partie dark, ne reposait pas là, en grande partie : nous faire languir, suer et végéter devant notre compte Amazon.  Il était donc tout naturel qu’après deux fausses joies, je bondisse sur le roman à sa sortie et je ne regrette pas d’avoir attendu … Si, je regrette d’avoir attendu mais le roman est tellement bon, que je pardonne Cynthia.

Comme dis précédemment, le roman a été proposé sur la page DRF, et donc mon système nerveux c’était préparé à une dark romance, mais au bout de quelques chapitres.  Je l’aurais mis dans cette catégorie mais pas totalement, car il a pas mal de relents de thriller.  Fait que j’ai acté avec l’auteure sur mon compte Insta’.

Alors qu’elle se rend à une soirée avec sa BFF, Engy va se faire agresser elle ne devra son salut et l’échec de son enlèvement que part l’intervention de son mystérieux et  nouveau voisin : Jayden Somber Jann.  Elle avait déjà été intriguée par cette famille, qui ne sort jamais ses ordures, mais ce sauvetage sera le déclencheur à vouloir creuser un peu plus sur ses voisins.  Malgré sa promesse de les oublier, Engy va fauter et sera kidnapper par le Somber Jann.

J’ai savouré la story, comme dis précédemment à force de voir la date de sortie reporté, je n’attendais plus rien de cette histoire, juste la lire, histoire de voir ce que l’auteure voulait nous proposer. J’ai été agréablement surprise de prendre mon pied avec les frères Somber Jann. Ils sont nerveux, ils vous mettent mal à l’aise, beau, tellement imbu de leur personne et du mal qu’ils pourraient vous faire qu’ils ont l’impression de voler plutôt que de marcher.

Certes le roman est un thriller, mais il y a aussi de la romance, j’avais craint le pire et de nouveau un ravissement m’a parcouru : On ne change pas l’âme d’un tueur, amour ou pas ! Merci Madame. Oui, c’est psychologiquement dur, je me sui demandée si Engy n’avait pas été la reine des garces dans une autre vie pour devoir subir tout cela. Oui, elle les a provoqué. A sa place, j’aurais déjà déménagé en Alaska, et pourtant je la comprends.

Outre nos quator, on découvre des personnages annexes, dont le BFF d’Engy. J’ai aimé son combat pour son ami, même si j’avais envie de lui dire qu’il n’était pas un chat et encore moins dans un partie de Mario Bros : Tu n’as qu’UNE vie, don’t forget.

Par ailleurs, j’ai découvert une auteure a la plume saisissante, froide et tellement juste dans sa trame. Elle reste fidèle à sa thématique. On stress avec les héros, tout va crescendo et ça m’a fait un bien fou ! J’ai tout adoré dans ma lecture.

Vivement la suite …

Photo

La chimiste de Stephenie Meyer

Informations :

  • Éditeur : JC Lattès
  • Collection : Thriller
  • Nombre de pages : 600
  • Date de publication livre : 23 novembre 2016
  • Date de publication ebook : 23 novembre 2016
  • Genre : Thriller, suspense
  • Prix : 15.99 – 22€

Résumé :

Elle était l’un des secrets les mieux gardés – et des plus obscurs d’une agence américaine qui ne portait même pas de nom. Son expertise était exceptionnelle et unique. Et puis, du jour au lendemain, il faut l’éliminer au plus vite…
Après quelques années de clandestinité, son ancien responsable lui propose d’effacer la cible dessinée sur son dos. Dernière mission… ou dernière trahison ?
Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, un homme que tout devrait éloigner d’elle va bouleverser ses certitudes. Comment survivre à une traque impitoyable quand on n’est plus seule ?
Dans ce roman palpitant et original, Stephenie Meyer a imaginé une nouvelle héroïne aussi émouvante que fascinante. Avec La Chimiste, elle révèle encore une fois tout son talent qui la place parmi les auteurs les plus reconnus au monde.

Mon avis

Avant d’entamer cette lecture j’avais une toute petite appréhension face au volte face de l’auteure, non pas que je ne l’estimait pas compétente pour soutenir ce challenge.  Mais plus dans le faite que ma dernière lecture de l’auteure m’avait laissé un arrière-goût en bouche.  J’aime quand un auteure prend des risques et, Stephenie a – en mon sens – réussi – très largement – ce challenge avec « La chimiste ».  Je ne serais vous dire ce qui le plus plu ! Les pages ont défilées, le suspense est présent d’un bout à l’autre du roman.  Même si en début de parcours, je me suis demandée comment Alex arrivait à s’organiser sans argent et en fuite depuis 2 ans ! Heureusement ce point de stress et de questionnement est vite entériné.

Alors qu’elle fuit son ancien employeur, Alex va être localisée par celui-ci qui va lui demander comme dernière mission et au revoir de traquer un dangereux trafiquant qui est sous le point de répandre dans les rues une drogue mortelle.  Pensant que cela allait mettre un terme à sa traque, Alex va retrouver la cible et apprendre à son corps défendant que la vraie traque ne fait que commencer.

Les personnages.  Alex. L’espace d’un instant je me suis demandée si Stephenie avait imaginé Mac Gyver sous les traits d’une femme.  Elle a tout, elle arrive à avoir réponse – à peu près – à tout.  Je ne lui ai pas trouvé ce petit côté ‘Tomb Raider’.  Courageuse, mais sans excès.  A côté de cela, on découvre sporadiquement la femme, un peu de son vécu, passé profesionnel.  On découvre deux autres personnages : Daniel et Kevin.  Deux mâles pour une femelle.  Deux faces d’une pièce.  Le bon et le truand, qui arriveront – chacun avec leur talent – à donner à la trame ce zeste d’action et ACTION !!!!!

La trame n’est cousu de fil blanc, au contraire.  Elle est très ficelée, le texte est soutenu, le suspense est bien présent et ne souffre d’aucune redondance. Tout est fait pour vous faire passer un excellent moment !

Stephenie a fait du très bon travail avec ce thriller … Que je recommande très très chaudement !

Résultat de recherche d'images pour "coup de coeur"

Je tiens encore à remercier l’Editeur et NetGalley pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

 

Te laisser partir de Clare Makintosh

Couverture de Te laisser partir

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Marabooks
  • Nombre de pages : 456
  • Date de publication livre : 3 février 2016
  • Date de publication ebook : 3 février 2016
  • Genre : Suspense , violence conjugale, thriller
  • Prix : 14.99 – 19.99 €

Résumé :

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie. Ce premier roman magistral écrit par une ex-commandant des forces de police britanniques est un thriller psychologique d’une rare intensité, aux rebondissements à couper le souffle.

Mon avis :

Une claque, une gifle, un soufflet, une tapette, une baffe, une torgnole,… Bon ! Je pense avoir fait le tour des synonymes, car ce roman m’a bien eu et pourtant cela n’a pas du tout commencé comme je m’y attendais.

En 1ere partie.  On commence le roman par un accident de voiture – mortel -.  En tant que jeune maman, je vous avouerais qu’en plus de pester contre le monde entier, j’en ai surtout voulu à la mère de quitter la ville, plutôt que de TOUT faire pour retrouver le conducteur de la voiture fantôme qui a fauché son enfant.  Outre cela, on suit l’enquête de Ray, sa vie, blabla… Et j’ai un peu cherché le paradoxe, car j’ai pas mal baillé… Jusqu’au moment ou ma mâchoire est resté bloqué …

Car la seconde partie est arrivé, sans s’annoncer et j’en suis encore TOUTE retourné, un défilé de pages et j’ai grave pesté contre l’auteure de nous avoir berné.  Je me suis fait avoir comme une bleue, verte, grise, toutes les couleurs de l’arc-en-ciel sont passé sur mon visage.  Je n’ai pas su décroché.  BRAVO ! Vraiment, bravo, Madame car votre roman est une TUERIE !!! Tout est bon, pour vous faire passer un excellent  moment.  Alors, non outre Ray, je ne vais pas vous parler des autres personnages car le spoiles risque de s’immiscer par mégarde.  J’ai retapé ma chronique 3 fois et j’en reviens toujours à la même conclusion : VOUS DEVEZ LIRE CE ROMAN !!!!!

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Éditeur, et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Balle Perdue de Mary Louise Kelly

Informations :

  • Éditeur : Marabout
  • Collection : Thriller
  • Nombre de pages : 374
  • Date de publication livre : 1er juin 2016
  • Date de publication ebook : 1er juin 2016
  • Genre : Thriller, drame familial
  • Prix : 14.99 – 19.90 €

 

Résumé :

Caroline Cashion, professeure de littérature française l’université de Georgetown, apprend avec stupéfaction, lors d’une IRM, qu’une balle est logée à la base de son crâne. Comment est-ce possible, alors que Caroline n’a jamais essuyé aucun tir, et qu’elle n’a aucune cicatrice ? La jeune femme apprend alors qu’elle a été adoptée après le meurtre de ses parents biologiques, tués alors qu’elle avait trois ans. Victime d’un coup de feu, la fillette a survécu, mais la balle n’a pas pu être retirée. Une balle qui est restée dans son crâne pendant 34 ans. Caroline retourne dans sa ville natale, déterminée à découvrir pourquoi ses parents sont morts. Elle y apprendra que l’enquête n’a jamais été bouclée, et que le tueur court toujours. Caroline est en danger : la balle logée dans son cou pourrait permettre d’identifier le meurtrier, qui fera tout pour que la police ne mette pas la main dessus. Elle devra alors faire un choix : fuir et rester en vie, ou persévérer et se battre.

Mon avis :

Je vous avouerais que je ne sais pas quoi penser de ma lecture.  Non, je n’ai pas eu peur loin de moi cette pensée.  J’ai trouvé – souvent – que Caroline était un peu trop naïve, je ne dirais pas bête car ce n’est pas vrai du tout mais comment ne pas aller dans ce sens avec de tels éléments.

Alors qu’elle doit effectuer un contrôle de routine, suite à des douleurs au poignet, Caroline apprend à son corps défendant qu’une balle est longée près de sa colonne vertébrale.  Pensant à une erreur médicale, Caroline va entreprendre plusieurs examens, qui entre-temps vont ouvrir la boite de Pandore familiale.  Elle va découvrir coup sur coup, qu’elle a été adoptée, suite à la mort – par balle – de ses parents, qu’elle est la seule rescapée de ce drame et que la balle dans son cou est la seule preuve pouvant mener au meurtrier de ses parents.

Jusque-là, j’ai envie de dire ‘ tout va bien ‘ ! Mais vous ai-je dis que Caroline est un peu naïve et qu’il lui faut du temps avant de percuter l’information.  Je peux comprendre qu’elle veuille tout faire pour aider la justice, mais pourquoi AUTANT se mettre sous les feux des projecteurs ALORS qu’un potentiel meurtrier court toujours ?

J’ai eu envie de la secouer, comme j’ai secoué mon roman.  Mais rien n’y fait, Caroline a continué son chemin de croix.

Bon ! Je  ne dirais pas qu’à cause de cela ma lecture fut un désastre.  Il ne faut pas pousser Bobonne dans les orties .   Le roman est très bien écrit, et le suspense est bien là, car qui a bien pu tirer sur une gamine de 3 ans en la laisser pour morte et surtout QUI veut empêcher de voir étaler au grand jour son méfait ?  Le roman est raconté un peu comme un journal intime.  On suit au jour le jour chaque étape dans ce long combat.On ressent – vraiment – que pour Caroline, tout ce, la dépasse, vraiment.  Entre les découverte familiales, de ses parents biologiques, amis du présent et du passé, tout est fait – de ce point de vue – pour vous faire passer un bon moment.

Les personnages.  On découvre les membres de la familles de Caroline, ses parents et ses frères, frangine sont attachants.  Même si Caroline a été un peu naïve, sur certains points, son appétit, lui ne s’est pas barré en cours de chemin !  Le stress, ça donne faim ^_^

Enfin, petit moment de suspense fort agréable

Je tiens encore à remercier l’Éditeur, et plus particulièrement Camille pour l’envoi de ce Service-Presse

Photo

Le visage de Satan de Florent Marotta

Couverture de Le visage de Satan

Informations :

  • Editeur : Taurnada
  • Collection : Thriller
  • Nombre de pages : 384
  • Date de publication livre : 7 décembre 2015
  • Date de publication ebook : 7 décembre 2015
  • Genre : Thriller
  • Prix : 11.99 €

 

Résumé :

Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L’endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d’agonie s’étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L’homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n’était que souffrance, rictus d’agonie et d’abomination. Faites que je meure , implora-t-il en silence.

Mon avis :

Avant-Propos : Avant de vous donner mon avis sur le roman, je tenais tout d’abord à présenter mes plus plate et plus sincère excuse auprès de l’Éditeur.  Il se fait que courant décembre 2015 * sifflement *, Joël m’a contacté et m’a proposé de lire ce roman.  Je me souviens lui avoir dit que je pourrais le faire mais venant d’accoucher et reprenant le boulot je ne comptais pas le lire ‘directement’.  Étant donné que l’Éditeur est fort gentil et compréhensible celui-ci m’a donné un petit délai supplémentaire.  Le temps se faisant, j’ai comme qui dirait oublié ce roman sur ma PAL.  Il y a de cela quelques mois * soulèvement de sourcils *, l’Éditeur m’a relancé sur ce roman … Heureusement, car je l’aurais oublié sous ma longue PAL de roman numérique.  Et puis fin mai, j’ai enfin lu le roman et j’en ai pensé que du bien, mais …

J’ai eu quelques arrêts cardiaques durant ma lecture ! Vous ai-je déjà dit que j’étais cardiaque.  Non ! Vraiment cardiaque, j’ai une attestation médicale qui le prouve, NA ! Et lorsque l’auteur nous fait plonger dans le monde des rites sataniques, et bien oui étant donné qu’on a rendez-vous avec Satan autant tapé un bon coup sur le clou ! J’ai eu envie de refermer le roman.  Mais comme je ne suis pas une petite nature * sifflement *, j’ai laissé la plume de Florent m’emporter dans cet univers ou la magie noire, sacrifice (in)humain, et cris – de ma part -, vous emporte !

Attention, ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, je dois dire qu’il m’aura fallu quelques jours pour libérer mon cerveau de cette lecture et pourtant celle-ci commence de manière assez simple, voir longue à certains moments, mais lorsque que l’esprit – tordue – de Gino, ancien flic entre en ébullition et bien vous regrettez les longueurs.

J’ai eu peur à quelques moments, car je me demandais ou l’auteur allait encore aller dans sa bizarrerie, s’il allait nous laisser un temps de répit mais tout s’enchaine, et les pages défilent.  On a peur et on a envie de continuer notre roman car on doit savoir ce qui se cache derrière tout ce suspense, et je dois dire que le soufflet m’a soufflé !

Certaines personnes ne croiront jamais que je suis arrivée au bout de ma lecture, mais au bout d’une semaine j’ai vaincu et je suis ravie car, le roman est très bien écrit, intéressante mais voilà j’ai eu l’impression que ce roman était issue d’une série que l’inspecteur Gino n’était pas à son premier coup d’essai et ça m’a un peu perturbé ! Comme si l’histoire en elle-même ne suffisait pas !

Enfin, car comme vous avez pu le constater entre la fin de ma lecture et ma chronique il y a un monde qui est passé ! Je vais laisser le soin à l’auteur de faire revenir Gino dans une histoire tout aussi prenante mais avec moins de sang, juste la part psychologique … Il est très fort la-dedans !

Résultat de recherche d'images pour "electrochoc"

Je tiens encore à remercier l’Éditeur, et plus particulièrement Joëlpour ce Service-Presse